Vous aurez compris qu’en aucun cas, il s’agit de me remémorer mes leçons d’école sur la guerre 14/18, et encore moins d’étaler mes expériences militaires par respect à mes aïeux. Pensez, en 1914 mon grand-père Auguste fréquentait ma grand-mère Françoise, tous deux entre deux mots doux, parlaient mariage, et avenir commun. Plus loin, à la même date, sur l’ile singulière, mon deuxième grand-père, l’adolescent Damien, natif et venu de l’Italie du sud, papillonnait de fleurs en flirts, même s’il louchait beaucoup du côté d’Antoinette ma grand-mère. La guerre 14/18 transformerait Auguste et Damien en combattants exemplaires.

Mon destin voulut que je ne fusses point guerrier, je me suis contenté de donner un an de ma vie à mon pays, et de plus à mes vingt ans mon pays vivait une paix absolue, ce qui facilita mon don.

 

  1

  -------------------------------------------------------------------------------------------

Détail significatif, lors de mon service national, l’autorité militaire eut cette préscience de m’affecter au service de la documentation et des archives. Par quel mystère cette autorité détecta-t-elle mes aptitudes et mon plaisir à dévorer les registres à l’instar des souris qui engloutissent les vieux papiers de nos greniers.

 

Si j’emploie le mot souvenir, je pense surtout au souvenir que nous devons à nos ainés. Ceux de 14/18 bien sûr, et tel est ici mon propos. Un propos que je limiterais pour l’instant et avec regret, à mon village de naissance Vendargues, lieu où Auguste et Joseph son frère mort au champ d’honneur virent le jour. Depuis longtemps déjà, s’impose à moi, lancinante, cette question cruciale : si sur le monument aux morts sont gravés les noms de ceux qui ont donné leur vie à la nation, où sont donc honorés les noms de ceux qui comme Auguste se comportèrent de façon héroïque, et même les noms de ceux qui servirent leur patrie, leur patrie adoptive dans le cas de Damien, de toute leur force, ou seulement de leur mieux.

Ici même sur ce support informatique, pendant les quatre années à venir, les vivants, les blessés, les morts, tous natifs de Vendargues seront honorés, tous à moins que des registres n’aient été détériorés ou mal tenus, entrainant un deuxième oubli.

 

D’abord le résumé très succinct de la guerre 14/18, vu de France. Ne jamais oublier que le conflit est mondial.

1) Depuis 1870 la France vivait dans l’idée de la reconquête de l’Alsace et de la Lorraine.

2) L’Allemagne se fichant de la neutralité de la Belgique envahit ce pays pour nous attaquer à l’endroit où notre défense est la plus fragile.

3) Une contre-attaque repousse l’ennemi. C’est l’épisode des fameux taxis de la Marne.

4) Une ligne de front s’établit durablement, elle part de : Lunéville, Nancy, Verdun, Reims, Soissons, Compiègne, Arras, Lille, Ypres.

5) Pendant quatre ans aux offensives des uns répondra les contre-offensives des autres. Elles ne changeront guère la ligne de front jusqu’au dénouement.

 

 

  2

---------------------------------------------------------------------------------------------

LISTE DES COMBATTANTS EN FONCTION DES PAGES

 

ALLE henri étienne - 31 -

ALLE jules emmanuel marius - 20/21 -

ALLUT henri joseph marie antoine - 134 -

AUMONT léon marius - 151 - **Mort pour la France**

AUSSARGUES jean élie laurent - 96/97 -

AUSSARGUES paul aurélien - 35/36 -

BABOU élie -147 - **Mort pour la France**

BACARESSE joseph jean guillaume - 83/84 -

BALJOU aristide marius justin - 147 -**Mort pour la France**

BARRE étienne antoine célestin - 27 -

BARRE guillaume rené - 61/62 -

BARRE henri marius firmin - 144 -

BARRE jacques augustin - 50/51 -

BARRE marius antoine - 132 -

BASTIDE auguste laurent marc -134 -

BASTIDE léonce lucien marcellin - 121 -

BERNIER léon louis - 42 -

BERTHEZENE félix marius - 122 -

BERTHEZENE jean marcel - 49 -

BERTRAND léon paulin - 8 -

BESSIER alexandre julien - 115/116 -

BONICEL paul émile - 152 - **Mort pour la France**

BONNIOL achille lucien - 108 -

BONNISSEL jean - 144 -

BONNISSEL léopold jean - 64 -

BONNISSEL pierre louis - 122 -

BOUGAREL antoine - 150 -**Mort pour la France**

BOUQUET victor marius antonin - 105 -

BOUVIER élie françois isidore - 128 -

BRUGUIERE léon - 26 -

BRUGUIERE léon étienne - 37 -

BRUGUIERE marcelin albert - 71/72 - ** Tué à l'ennemi ** mais son nom ne figure pas sur le monument aux morts
BRUNEL clément émile - 117

CAIREL marc clément raymond - 17 -

CAIZERGUES casimir jean marius - 100/101 -

CAIZERGUES marcellin - 55 -

CAMMAL auguste jean - 67/68 -

CAMMAL eugène célestin pascal -118 -

CAMMAL joachim - 8 -

CAMMAL marius denis - 23 -

CAMMAL zacharie pierre - 55 -

CAUSSEL guillaume gabriel - 14 -

CAUVAS léon marius - 37 -

CHAPTAL jacques zoé - 73/74 -

CHARRIERE augustin marius - 151 - **Mort pour la France**

CHASSEFIERE émile joseph frédéric - 27 -

CHASSEFIERE étienne ferdinand eugène - 28 -

CHASSEFIERE laurent isidore mathieu françois - 32/33 -

CHASSEFIERE marius françois antoine - 79 - **Mort pour la France**

CHAUDESAIGUES raymond auguste antonin - 66 -

CLARET jean célestin jacques - 32/33 -

CLARET jean raymond marie antoine - 14 -

CLERGUE françois louis étienne - 92 -

CONSTANT théodore marius - 132 -

DAMON adolphe bénédict - 80/81 -

DAUMONT françois xavier théodore - 135 -

DAVID antoine marius vincent - 83/84 -

DELERT camille louis - 4 - ** Mort pour la France **

DELERT gaston jean - 148 -**Mort pour la France**

DESFOUR léon marie - 23 -

DIET jean baptiste - 109 -

DONADILLE timothée jacques - 18 -

DUMAS antonin guillaume jean marius irénée - 127 -

DUMAS élie jean - 105 -

DUMAS guillaume - 43 -

DUMAS jean - 8 -

DUMAS julien - 32/33 -

DURAND antoine nicomède - 82 -

DURAND antonin marius - 109 -

DURAND aristide marius - 41 -

DURAND paul laurent - 11 -

DURAND DE FONTMAGNE jacques françois joseph - 103 - **Mort pour la France**

ESCURET marc pierre marius - 7 -

ESCURET marcel sèverin patrice - 22 -

FENOUL antoine calixte - 142/143 -

FESQUET barthélémy félix - 136 -

FILLOL eugène albert - 12 -

FRAISSINET joseph antoine achille - 93/94 - **Mort pour la France**

FRESSAC guillaume paul marie - 32/33 -

FRESSAC jacques simon - 12 -

FRESSAC jacques paul - 38/39 -

FRESSAC jean marius - 63 -

FRESSAC joachim - 3 -

FRESSAC joachim - 66 -

FULCRAND pierre jean - 38/39 -

GAUCH jean françois maximin - 52 -

GRANIER adrien - 145 -

GRIBAL auguste lucien - 140 -

GRIBAL joseph - 141 -

GRIBAL joseph patrice - 141 - ** Mort pour la France**

GRUVEL charles ferdinand - 69 -

GUILLE clément antoine - 4 -

GUILLE joseph louis - 6 -

HERAIL henri gustave - 40 -

HERAIL joseph antonin - 29 -

HERMET julien adolphe vincent - 53 -

HERMET léopold marie louis narcisse - 50/51 -

HERMET paul louis - 95 -

IRLES hervé jean - 123/124 -

IRLES paul barthélémy - 87/88 -

ITIER eugène jean jérome - 100/101 - **Mort pour la France*

ITIER firmin auguste - 93/94 -

ITIER jules victorien isidore - 110/111 -

ITIER lucien françois emmanuel - 119/120 -**Mort pour la France**

ITIER marcel jacques - 106/107 -

ITIER marcellin pierre - 64 -

ITIER sylvain joseph irénée - 152 - **Mort pour la France**

JEANJEAN émile françois joseph - 26 -

JEANJEAN émile julien  - 40 -

JEANJEAN émile marius raymond - 123/124 - **Mort pour la France**

JEANJEAN marius - 55 -

JEANJEAN marius hilaire - 102 -

JEANJEAN noël marius joseph - 75/76 -

LACAN henri jean - 78 -

LACAN jean eugène - 63 -

LAVENE antonin joseph marius - 145 -

MACONE damien jean - 142/143 -

MALAVIEILLE joseph maurille - 148 - **Mort pour la France**

MARCHAND augustin - 148 -**Mort pour la France **

MARTY félix pierre - 46 -

MARTY joseph françois - 65 - ** Mort pour la France **

MILHAU achille paul léon - 128 - **Mort pour la France**

NOVEL-CATIN marcel - 133 -

OLIVIER barthélémy aristide paul - 98 -

OLIVIER léopold marius -15-

OLIVIER louis gervais - 96/97 -

OLIVIER marcelin aristide - 89 -

PAGES joseph clément - 112 -

PAGES marius jacques irénée - 46 -

PAGES paul étienne - 78 -

PAGES pierre antonin théodore - 31 -

PARGUEL émile - 35/36 -

PERRET ernest pierre - 125 -

PERRET eugène marius - 118 -

PERRET joseph paul - 17 -

PHILIPOT marius laurent - 40 -

POUGET benjamin - 13 -

POUGET clément émilien isidore - 67/68 -

POUGET jean marius - 77 -

POUGET julien pascal - 106/107 -

POUGET marius jean - 119/120 -

POUGET prosper léon - 90/91 - **Mort pour la France**

PRADEILLES fernand firmin - 149 - **Mort pour la France **

PRADEILLES joseph louis éloi - 150 -**Mort pour la France**

PRADIE antoine emmanuel - 149 -**Mort pour la France**

PRAT françois marius joseph - 47/48 -

PRAT léon fulcrand joseph -47/48 -

RADIER léopold pierre - 52 - ** Mort pour la France **

REBOUL fulcrand émile - 22 -

REBOUL guillaume - 69 -

REBOUL louis marius pascal - 136 -

REDIER marius étienne paul noël lucien - 86 - **Mort pour la France **

REGNIER pierre - 151 - **Mort pour la France**

RENAUD cyprien françois - 104 -

REYBAUD antonin louis - 58 -

REYBAUD eugène pascal - 41 -

REYBAUD françois michel - 114 - **Mort pour la France**

REYBAUD gaston marius jacques - 90/91 -

REYBAUD julien marius - 114 - **Mort pour la France**

REYBAUD léon auguste - 53 -

REYBAUD ludovic pierre marius - 129 -

REYBAUD marcelin louis mathieu - 102 -

REYBAUD pierre léopold - 3 -

ROCHE clément étienne - 20/21 -

ROUSSET françois gaston - 77 -

ROUSSET jean antoine - 54 -

ROUSSET jules - 59/60 -

RUAS jean julien - 28 -

RUAS jean julien denis - 61/62 -

SABATIER émile irénée louis - 137/138 -

SABATIER eugène martin maurille - 20/21 -

SABATIER henri paul raymond - 114 -

SABATIER jean jacques léon gérard - 92 -

SABATIER paul luc eugène barthélémy - 136 -

SALLES louis marius -35/36-

SANIER alphonse guillaume  - 130/131 - **Mort pour la France**

SANIER julien alphonse guillaume - 43 -

SENAUX augustin françois - 121 -

SERVEN andré marius - 82 -

SIMON louis jean jacques - 13 -

TEULON florentin clément anatole - 71/72 -

TEULON lucien jean - 87/88 -

TISSEYRE clément louis jean - 133 - **Mort pour la France**

TISSEYRE marcel onésime - 115/116 -

VALLORANY hilarion joseph marius - 146 -**Mort pour la France**

VALY antoine léon - 11 -

VALY jean antoine célestin - 130/131 - **Mort pour la France

WIECZOROWSKI mathieu - 75/76 - ** Mort pour la France **

WIECZOROWSKI paul camille - 137/138 -

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------                                                   &

 

REYBAUD Pierre Léopold, viticulteur, né le 17 janvier 1883 d’Auguste REYBAUD et de Marie AVINENS

 Il sait : lire, écrire, compter. Ses cheveux, sourcils, et yeux sont châtains foncés, il a une fossette au menton. Il mesure 1,63 mètre.

 

Lors de son service militaire, il est élevé le 16 novembre 1907 soldat clairon de 1ere classe.

 

Incorporé en 1914 au 122eme régiment d’infanterie territorial de Montpellier.

 Le 22 novembre 1917 intoxiqué au gaz au lieu-dit château du Godat (Marne) faute imputable au service.

 Le 01 août 1918 intoxiqué au gaz à Rosnes (Marne) faute imputable au service.

 

 Insigne des blessés + médaille de la victoire + médaille commémorative de la grande guerre 14/18.

 

 Commentaire YG « Manipuler les gaz nécessitait un savoir-faire que les soldats maitrisaient mal. Quoiqu’il en soit le soldat clairon REYBAUD, destin cruel, aura du mal par la suite avec son souffle court à sortir une note de son clairon.»

                                                  &

 

 FRESSAC Joachim, viticulteur, né le 17 février 1882, de Paul FRESSAC et de Philomène CAMMAL.

 Il sait lire, écrire, compter. Cheveux, sourcils, yeux : châtains foncés ; visage : ovale ; taille 1,64.

 

Incorporé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier, puis au 116eme régiment d’artillerie lourde (casernement non situé)

 

Citation : conducteur courageux et dévoué, le 29 avril 1917, ravitaille une compagnie sous les bombardements d’obus toxiques. Intoxiqué, évacué.

 

Croix de guerre avec étoile de bronze + médaille commémorative grande guerre 14/18 + médaille de la victoire.

 

 Commentaire YG « à la date du 29 avril 1917, le 56eme se trouve du côté de Verdun. »

 3

---------------------------------------------------------------------------------------------

                                                  &

 

DELERT Camille louis, commis (secteur d’activité non précisé), né le 29 avril 1877, de Pierre DELERT et de CROUZALIER Delphine

 

Il sait lire, écrire, compter. Cheveux, sourcils, yeux : châtains foncés ; front : bombé ; nez : gros ; visage ovale ; taille : 1,59.

Incorporé le 03 août 1914 au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Passé le 15 novembre 1914 au 3eme régiment d’infanterie casernement Digne Hyères.

Mort pour la France le 25 février 1915 à l’hôpital temporaire n°4 suite à des blessures reçues à Verdun.

 

Commentaire YG « en théorie, et en regard de son âge, le soldat DELERT n’aurait pas dû se trouver dans un régiment de l’active, mais dans un régiment territorial prétendument moins exposé au feu. Sans doute doit-il son traitement au fait qu’il redevient soldat de 2eme classe le 16 octobre 1900 alors que depuis le 26 janvier 1900 il était soldat de 1ere classe »

 

                                                    &

 

GUILLE Clément Antoine, cultivateur, né le 03 avril 1895, d’Antonin GUILLE et de CANEL Elisabeth

 

Il sait lire, écrire, compter. Cheveux noirs ; yeux châtains ; visage rond ; taille : 1,63

Incorporé le 19 décembre 1914 au 3eme régiment de zouaves

Passé le 22 avril 1915 au 2eme régiment de zouaves

BLESSE le 6 septembre 1915 en Belgique (sans autre précision du lieu)

Passé le 16 décembre 1915 au 3eme régiment de zouaves (ou peut être au 3eme bis)

BLESSE le 19 mai 1916 à Verdun côte 304, par balle à la poitrine et éclat d’obus au bras gauche

BLESSE le 23 février 1917 à Boulence (lieu indéterminé) plaie à la face par éclats d’obus

BLESSE le 16 avril 1917 à Berry au Bac dans l’Aisne (15 Km au nord-ouest de Reims)

 4

---------------------------------------------------------------------------------------------

Commentaire YG « avec cette blessure il deviendra une GUEULE CASSEE. Vaste délabrement de la face, déformation faciale, mastication impossible, langue rétractée, gène à la phonation, trouble gastrique, invalide 100% »

 

Citation pour son action le 16 avril 1917 à Berry au Bac où il pénètre dans une tranchée ennemie en entrainant ses camarades

Cité le 11 novembre 1917 à l’ordre du 181eme régiment

 

Croix de guerre avec étoile de bronze + médaille militaire + chevalier de la légion d’honneur (le 20 octobre 1934 il sera élevé au rang d’officier de la légion d’honneur)

Commentaire bis YG «s’il me restait encore un seul doute sur la validité de mes fouilles, le soldat GUILLE me le lèverait par son sacrifice. Certes il ne donna pas sa vie mais quelle existence a-t-il eu. Quelques jours après son 22eme anniversaire le conflit lui offrait un cadeau déplaisant, avec lequel il ne se risquerait plus à courir guilledou et prétentaine. Détail : enfant vers 1960 j’apercevais près de l’autel de l’église un monsieur GUILLE, il faisait office de sacristain »

Commentaire R.POUGET « en fait le soldat GUILLE Clément était le frère de monsieur GUILLE sacristain. Il habita à Paris, et se maria avec son infirmière du Val de Grâce. Ils n’eurent point d’enfants. »

 

   5                                              

---------------------------------------------------------------------------------------------

                                                   &


GUILLE Joseph Louis, étudiant (rien n’est précisé sur son domaine d’étude), né le 7 décembre 1897 de Antonin GUILLE et de Isabelle CAVIEL (probablement Elisabeth CANEL, et donc frère du précédent)

 Cheveux noirs, yeux châtains, visage long, nez rectiligne, taille 1,73. Degré d’instruction 5.

 

Commentaire YG « l’autorité militaire a-t-elle voulu protéger le soldat Joseph GUILLE par rapport à son frère Clément plus exposé, ou bien a-t-elle pris en considération le fait qu’il étudie, et donc potentiellement il peut être par la suite un cerveau dont la France aura besoin, ou encore s’est-elle attachée au simple avis du conseil de révision mentionnant sur sa fiche ce mot : faiblesse. Quoiqu’il en soit, l’autorité au fil des années incorporera toujours le soldat GUILLE joseph dans des régiments d’artillerie. »

 

 Incorporé le 11 août 1916 au 84eme régiment d’artillerie lourde

 Monte au front en renfort le 8 juin 1917 (son frère vient d’être salement amoché en avril)

 Passé le 1 juin 1917 au 83eme régiment d’artillerie lourde

 Passé le 8 juin 1917 au 88eme régiment d’artillerie lourde

 Passé le 1 octobre 1917 au 288eme régiment d’artillerie de campagne

 Passé le 2 septembre 1918 au 209eme régiment d’artillerie de campagne

 Il passe à la date du 28 octobre 1918 à la fois au 315eme régiment d’artillerie et au 59eme régiment d’artillerie basé à CHAUMONT (sans doute les deux régiments vont-ils en faire qu’un seul)

 Passé le 9 février 1919 au 89eme régiment d’artillerie lourde

 Envoyé en congé le 28 septembre 1919

 

Décoration médaille de la victoire + médaille commémorative de la grande guerre.

                                                      &

 

Je dois ouvrir ici une parenthèse sur le degré d’instruction attribué par l’autorité militaire aux jeunes hommes lors du conseil de révision :

 

0 : signifie que l’individu est illettré ; 1 : l’individu sait lire, enfin personnellement je suppose qu’il sait ses lettres et repérer des mots dans un texte ; 2 : l’individu sait lire et écrire ; 3 : lire, écrire, et compter ; 4 : l’individu possède un diplôme genre brevet ; 5 : c’est le niveau baccalauréat, licence, et plus.

 

Les lois de Jules FERRY de 1882 sur l’école, qui devient laïque, obligatoire, et surtout gratuite, aura pour conséquence que la majorité des garçons se rangent au niveau deux, souvent trois, ils sont rares au niveau 0 ou 1, ce qui prouve que, même si des cas isolés ne parviennent pas à s’agripper au train du savoir, dans l’ensemble, et particulièrement dans les foyers modestes, les lois FERRY révolutionnent la société. A l’autre bout se retrouvent quelques éléments au niveau 4 ou 5, et pas seulement ceux venus au monde une cuillère d’argent à la bouche, la méritocratie s’enracinait. En ce qui concerne le niveau intellectuel des filles de ce temps la question reste en suspens, et le restera un moment. D’ailleurs sur ce dernier point Georges BRASSENS, dans une chanson délibérément misogyne, chantera, je cite : « mais pour l’amour on ne demande pas aux filles d’avoir inventé la poudre »

 

  6

---------------------------------------------------------------------------------------------

                                                    &

ESCURET Marc Pierre Marius, agriculteur, né le 20 juin 1870 de feu Basile ESCURET et de Philomène JOUVENEL

 

Cheveux et yeux châtains, front découvert, visage ovale, taille 1,62

Niveau d’instruction 2

A ses vingt ans, le conseil de révision annote sa fiche d’un : dispensé, ainé d’une veuve. En 1915 il a 45 ans.

Incorporé le 30 mars 1915 au 122eme régiment territorial d’infanterie de Montpellier

Passé le 16 novembre 1916 au 3eme groupe d’aviation

Passé le 1 janvier 1917 au 2eme groupe d’aviation

Le 13 juillet 1917 détaché à Vendargues pour travaux agricoles

Toutefois l’armée le garde à disposition et le verse le 10 novembre 1917 au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

 

Commentaire YG « rien n’est mentionné sur son congé définitif. En revanche il ne sera pas le seul à être détaché pour les travaux agricoles, prouvant que les bras font tellement défauts à l’arrière, que l’autorité militaire doit composer avec cette variable et détacher, pour que les français puissent manger juste à leur faim, les plus âgés de ses soldats. Dernier point à remarquer son appartenance à des groupements d’aviation »

                                                     

 7

 ---------------------------------------------------------------------------------------------

                                                    &

DUMAS Jean, agriculteur, né le 25 mai 1870 de Jean DUMAS et de Rose BARRE

 Cheveux châtains, yeux gris bleus, front couvert, bouche grande, visage ovale, taille 1,52. Niveau instruction 3.

 

Son défaut de taille l’amène à être versé le 31 mars 1915 au service auxiliaire, 16eme section territoriale des infirmiers

Il sera lui aussi détaché le 3 août 1917 à Vendargues pour travaux agricoles, mais restera à disposition du 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

 

                                                    &

 

CAMMAL Joachim, agriculteur, né le 23 mars 1869 de Guillaume CAMMAL et de Marie MASSADOR

 Cheveux et yeux châtains, nez et bouche petite, front découvert, visage ovale, taille 1,75. Niveau d’instruction 3

 

Arrivé au corps le 16eme escadron de train de Lunel le 19 avril 1915, il est donc âgé de 46 ans

Détaché aux travaux agricoles le 7 avril 1917, mais à disposition du 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

 

                                                    &

 

BERTRAND Léon Paulin, agriculteur, né le 22 juin 1870 de feu Auguste BERTRAND et de Clémence LACROIX

 Cheveux et yeux châtains, front couvert, bouche grande, visage ovale, taille 1,59. Niveau instruction 0

 

En tant qu’ainé de veuve à ses vingt ans il est dispensé du service militaire

30 mars 1915 intégré au 122eme régiment d’infanterie de Montpellier

15 mai 1915 passé au326eme régiment d’infanterie de Brive

Ce régiment combat dans la Marne en avril/mai 1915, puis de juillet 1915 à mars 1916 dans l’Artois, ensuite avril/juin 1916 Verdun

31 mai 1917 passé au 72eme régiment territorial d’infanterie de Cholet qui œuvre dans la région de Compiègne

8 juillet 1917 détaché à Vendargues pour travaux agricoles, mais reste à disposition du 56eme régiment d’artillerie de Montpellier le 2 août 1917

Puis du 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

 

Commentaire YG « il ne faut pas perdre de vue que si l’autorité militaire détache ses vétérans pour les travaux agricoles justement en cette année 1917, c’est parce que les Etats Unis d’Amérique déclare la guerre à l’Allemagne le 6 avril 1917, et bientôt vont arriver les jeunes soldats yankees. Tandis que sur le front de l’est les russes sont toujours actifs, les soviétiques demanderont l’armistice le 26 novembre 1917 »

  8

---------------------------------------------------------------------------------------------                                                    

 

 Compagnons de misère

 Allez dire à ma mère

 Qu’elle n’me reverra plus

 J’suis un enfant, vous m’entendez

 Qu’elle n’me reverra plus, j’suis un enfant perdu

 

 Quand on aborde cette guerre 14/18, on la voit soit par le prisme de l’histoire des nations dans des grands livres où l’information sur papier glacé va jusqu’à l’infime détail, soit par la lecture de quelques rares carnets de soldats écrivains ou encore par la relecture de lettres précieusement conservées d’aïeux combattants.

 

L’historien patenté développera les raisons pour lesquelles les pays s’impliqueront dans ce conflit meurtrier. Ensuite il analysera les évènements d’une façon chronologique et globale, et s’il cite des noms il s’en tiendra à ceux illustres qui commandèrent les offensives et contre-offensives, parfois d’une façon anecdotique il mentionnera les faits d’armes du soldat Martin, ou Bertrand, ou quel qu’autres anonymes. Il parlera bien sûr de la vie dans les tranchées, pour vous faire comprendre que les gars en ont bien bavé, (ou plus trivialement : en ont bien ch...), il développera l’action de tel ou tel régiment, et suivant la mode du temps, il s’extasiera sur les héroïques régiments de zouaves, de bretons, ou de tirailleurs sénégalais. Bref l’historien sera dans son rôle.

 

Le mien de rôle est celui que je m’autorise, dans un premier temps sortir de l’oubli tous ceux qui sont nés dans mon village de Vendargues, et qui participèrent aux combats, à l’instar de mon grand-père, de mon grand-oncle. Dans un deuxième temps je chercherais, tâche plus ardue, les soldats de 14/18 vendarguois d’adoption comme le fut mon arrière-grand-père Antoine Calixte FENOUL.

 

Cela sera ma contribution à la citation de ces garçons à l’ordre des braves.

 

 9/10

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

DURAND Paul Laurent, agriculteur, né le 9 décembre 1870 de Jean Pierre DURAND et d’Erneste JOUVE

Cheveux et yeux châtains foncés, front couvert, visage ovale, taille 1,68. Niveau d’instruction 3.

 

31 mars 1915 incorporé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

Il décède à Nice le 2 mai 1915

En revanche bizarrerie militaire il est versé plus d’un an après sa mort le 2 octobre 1916 au 7eme régiment d’artillerie à pied

 

Commentaire YG « ce soldat meurt loin du front sans plus de précision sur les causes de son décès. Mes constations statistiques, basées sur mes recherches m’indiquent que sur une période de 30 ans, 60% des garçons atteignent l’âge de 20 ans, et 8% avec des séquelles qui les soustraient du service militaire. Sans m’avancer de trop je gage que les 45 ans du soldat DURAND en 1915 n’affichaient pas la même splendeur que mes 45 ans autour de l’an 2000 »

                                                    &

 

VALY Antoine Léon, agriculteur, né le 20 septembre 1869 de Vidal VALY et de Marguerite BARRET

Cheveux châtains, yeux gris, front couvert, bouche grande, visage ovale, taille 1,72. Niveau d’instruction 0

 

Arrivé au corps 122eme régiment d’infanterie de Montpellier le 19 avril 1915

Détaché pour travaux agricoles le 20 février 1917

 

Commentaire YG « encore un gars qui ne profite pas des lois Jules FERRY de 1882. A cette date ayant 13 ans les lois ne le concernent plus. »

                                                    &

  

  11

---------------------------------------------------------------------------------------------

FRESSAC Jacques Simon, agriculteur, né le 6 janvier 1869 de Henri Jacques FRESSAC et de Léontine MARIAGE

Cheveux et yeux châtains, front couvert, nez évasé, bouche grande, visage ovale, raille 1,52. Niveau d’instruction 2

 

11 mai 1915 passé au 16eme train (sous-entendu 16eme escadron de train de Lunel)

2 mars 1917 détaché pour travaux agricoles

A disposition le 10 novembre 1917 du 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

 

Commentaire YG « à la différence de VALY qui est de sa classe, FRESSAC a dû, je suppose, faire quelques efforts pour arracher un maigre savoir »

 

                                                    &

Petite digression de 31 ans, une parenthèse pour mon plaisir.

FILLOL Eugène Albert, ajusteur mécanicien, né le 16 mai 1900 d’Alphonse FILLOL et d’Alexandrine BLANC

Cheveux et yeux châtains clairs, front large, nez rectiligne, visage plein, taille 1,73.

 

Il s’engage pour 4 ans le 17 octobre 1918 à un moment où rien ne permet de supposer l’évolution du conflit, il existe encore en Allemagne des adeptes du jusqu’auboutisme.

Il est versé le 1 novembre 1918 au 5eme dépôt de la flotte à Toulon

15 novembre 1918 accède à la 2eme classe, breveté mécanicien

Puis le 1 juillet 1921 accède à la 1ere classe, breveté mécanicien

 

Commentaire YG « rien n’est mentionné sur son implication dans les hostilités futures de 39/45. Mais ce qui me saute aux yeux dans son parcours, tient à la similitude avec le mien, certes je ne me suis pas engagé, mais j’ai devancé l’appel, et à 18 ans je servais la nation. Comme FILLOL j’ai une formation de mécanicien, ajustage et usinage. Et les autorités m’affectèrent à la base aéronavale de Hyères à un pas de Toulon, où je fus breveté 2eme classe puis breveté 1ere classe. »

 

  12

                                                   &

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

Revenons aux vétérans de 14/18

SIMON Louis Jean Jacques, agriculteur, né le 20 juillet 1869 de Frédéric SIMON et d’Augustine MASSADOR

Cheveux et yeux châtains, front couvert, bouche petite, visage ovale, taille 1,52.

 

Niveau d’instruction 2

20 avril 1915 versé 16eme section territoriale des infirmiers

Détaché pour travaux agricoles le 16 février 1917, à disposition le 10 novembre 1917 du 81eme régiment d’infanterie de Montpellier.

 

Commentaire YG « en principe les individus de la classe d’âge entre 1869 et 1874 sont versé dans la réserve de l’armée territoriale, afin de renforcer éventuellement les régiments territoriaux. Ces soldats réservistes courent guère le risque de s’exposer à la mitraille, d’autant qu’en théorie les soldats territoriaux ne montent pas en première ligne, sauf exception comme toujours. Le soldat territorial Camille DELERT, cité plus haut mourra pour la France, à Verdun.

La règle voulait aussi que les individus nés avant 1869 ne soient pas rappelés. Et pourtant… »

                                                  &

 

POUGET Benjamin, carrier, né le 22 mai 1868 d’Isidore POUGET et de Marie ITIER

Cheveux noirs, yeux châtains, front couvert, visage ovale, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

 

31 mars 1916 versé au 122eme régiment d’infanterie de Montpellier

Quelques jours plus tard le 14 avril 1916 détaché à la société d’explosifs de Grenoble

Puis le 9 mars 1917 détaché pour travaux agricoles

 

Commentaire YG « en tant que travailleur des carrières, il possédait la connaissance des explosifs d’où cet appel à son savoir-faire »

  

13

                                                 &

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Dans un cas similaire

CAUSSEL Guillaume Gabriel, cultivateur (mais il réorientera sa vie professionnelle), né le 3 juin 1868 de François CAUSSEL et de Marie LAFON

Cheveux yeux châtains, visage ovale, taille 1,57. Niveau d’instruction 3.

 

31 mars 1916 versé au 16eme escadron de train de Lunel

Quelques semaines passent, le 11 mai 1916 détaché à la compagnie ferroviaire Lille/Givors

Détaché le 13 mars 1917 pour travaux agricoles, mais disponible le 10 novembre 1917 pour le 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

 

Commentaire YG « probablement qu’avant d’être rappelé le citoyen CAUSSEL, profita d’une opportunité pour entrer au chemin de fer dans la société qui exploitait la ligne LILLE/GIVORS-LYON. Cette ligne passait très près de la ligne de front, d’où l’intérêt pour l’armée d’avoir sous sa coupe un homme d’expérience du transport ferroviaire dans ce secteur géographique »

                                                    &

 

Par contraste après les deux plus anciens, voici le plus jeune de nos combattants.

CLARET Jean Raymond Marie Antoine, agriculteur-propriétaire, né le 20 avril 1900 de Jean Joseph CLARET et d’Isabelle RUNFEL

Cheveux blonds, yeux marrons, front large, nez rectiligne, visage long, taille 1,70.

 

Engagé le 3 septembre 1918 pour 4 ans

Le lendemain 4 septembre 1918 versé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

 

Commentaire YG « en début septembre la situation est encore bien incertaine. Le 56eme se déploie un peu au nord de Reims. La guerre finie le soldat CLARET ira au bout de son engagement en servant successivement d’autres régiments d’artillerie de campagne puis d’artillerie lourde. Il sera renvoyé dans ses foyers le 3 septembre 1922. Aucune mention sur son implication à la guerre 39/45. Dernière information, mais pour le coup politique, entre les deux guerres, et jusqu’à la libération, le maire de Vendargues se nommait Jean CLARET.»

 

  14

                                                   &

---------------------------------------------------------------------------------------------

Et puisque nous sommes sur le terrain politique…

OLIVIER Léopold Marius, cultivateur, né le 24 novembre 1898 de Marius Paul OLIVIER et de Félicie ESCURET

Cheveux châtains, yeux marrons, front large, nez rectiligne, bouche petite, visage long, une cicatrice près de la lèvre, taille 1,70. Niveau d’instruction 4

 

1917 il est ajourné pour faiblesse

21 avril 1918 incorporé au 9eme régiment d’artillerie de campagne de Castres, régiment qui s’active en Thessalonique.

18 août 1918 passé 22eme régiment d’artillerie de campagne de Versailles

Jusqu’au 24 mars 1921 date où il est renvoyé dans ses foyers, il servira successivement dans d’autres régiment d’artillerie de campagne

 

Commentaire YG « Léopold OLIVIER deviendra maire de Vendargues en 1944, et assurera plusieurs mandats. Sur le plan militaire il prendra le grade de maréchal des logis le 16 juin 1920. Le 23 août 1939 il est rappelé et affecté au dépôt N°38 du génie, renvoyé le 14 septembre 1939, il est à disposition le 10 mai 1940 au dépôt N° 162 de l’infanterie ce qui équivaut à être détaché pour travaux agricoles »

                                                  &

 

Il faut que je m’attarde sur cette mention « faiblesse » noté sur la fiche d’une dizaine et plus de vendarguois. Elle révèle à elle seule les conditions de vie de notre village sur cette période de 1870 à 1900. Pour certain, c’est le cas du futur maire Léopold OLIVIER, cette faiblesse momentanée, ils sont plusieurs dans cette situation, n’ajournera que de quelques semaines l’incorporation des sujets. A mon avis en 1917 la « faiblesse» doit être générale, le manque de vivre se fait cruellement sentir, au point que nous l’avons vu précédemment l’armée détache ses vétérans pour les travaux agricoles. Néanmoins si j’écarte un gars dont la faiblesse est qualifiée de mentale, pour la majorité la faiblesse les exempte, ou les dispense, de tout service armé.

 

  15

---------------------------------------------------------------------------------------------

Regardons de près années par années lors des conseils de révision, bien sûr je ne citerais pas de nom.

1889 : 1 gars ajourné pour faiblesse

1896 : 1 gars réformé pour faiblesse

1897 : 1 gars reformé pour rachitisme

1908 : 1 gars exempté pour faiblesse générale

1916 : 1 gars ajourné pour faiblesse générale

1917 : 1 gars ajourné pour faiblesse

Puisque j’en suis à l’état sanitaire des conscrits, pour information je mentionnerais les cas de réforme vu sur les fiches.

1887 : 1 gars s’engage mais on le réforme pour tuberculose pulmonaire

1888 : 1 gars exempté pour hypertrophie du cœur

1889 : 1 gars exempté pour lésion au cœur

1890 : 1 gars réformé pour pelade

1890 : 1 gars réformé pour strabisme

1890 : 1 gars non convoqué rhumatisme

1891 : 1 gars réformé pour dentition insuffisante + gastro-entérite

1892 : 1 gars réformé perte œil droit

1892 : 1 pars réformé pour facture tibia mal consolidé

1893 : 1 gars réformé pour mauvaise conformation de pieds (il est précisé : fétidité)

1893 : 1 gars réformé pour hypertrophie du cœur

1893 : 1 gars réformé pour perte œil gauche

1894 : 1 gars réformé pour surdité

1895 : 1 gars réformé pour phlébite et varices

1905 : 1 gars exempté pour tumeur blanche à jambe droite ( ?)

1906 : 1 gars réformé pour albuminerie (sic)

1907 : 1 gars exempté pour mal de Pott (c’est une forme de la tuberculose)

1907 : 1 gars réformé pour tuberculose (il décède en 1916)

1910 : 1 gars exempté pour atrophie nétable membre inférieur gauche ( ?)

1910 : 1 gars réformé débilité mentale

1913 : 1 gars exempté pour ankylose complète du coude gauche

1913 : 1 gars exempté pour tuberculose

 

Tous ces garçons ont 20 ans, ils représentent 8% des 60% qui atteignent cet âge. La bonne santé est un luxe. A la campagne, les populations se nourrissent aussi mal qu’en ville, de plus l’air est tout autant vicié des miasmes de la tuberculose. Des 52% d’éléments sains issus des aléas d’une existence difficile, beaucoup tomberont au champ d’honneur, beaucoup traineront des handicaps.

Si une fois sans usurpation le terme peut s’employer, je le crie haut et fort, nous voilà en présence d’une génération sacrifiée. Une génération dont les noms tintent aux oreilles des vendarguois d’aujourd’hui.

  16

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                  &

PERRET Joseph Paul, agriculteur, né le 27 janvier 1870, de feu Marc PERRET et de feue Marie JOUVENEL

Cheveux châtains, yeux gris, front couvert, nez fort, bouche grande, visage ovale, taille 1,67. Niveau d’instruction 2

 

Rappelé le 15 mars 1915 au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

Versé le 21 février 1916 au 10eme régiment d’artillerie à pied de Dinant

Ce régiment s’emploie le 1er semestre 1916 en Argonne, et au 2eme dans la Somme, jusqu’en mars 1917, en avril il se trouve en Champagne, puis le reste de l’année combat à Verdun.

Le 11 septembre 1917 le soldat PERRET est détaché au Crés pour travaux agricoles, et reste à disposition le 11 novembre 1917 du 81eme régiment d’infanterie de Montpellier.

 

                                                   &

CAIREL Marc Clément Raymond, médecin, né le 23 janvier 1870, de Jean Marcel CAIREL et de feue Clémence CAUSSEL

Cheveux châtains, yeux châtains, front découvert, nez aquilin, bouche petite, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction à ses 20 ans : bachelier, aspirant docteur en médecine, cela le dispense momentanément du service.

 

Au moment de la guerre sa qualité de médecin lui évite le contact du front, cependant il servira la nation par ses talents.

 

Rappelé le 1er août 1914 à l’hôpital central de Montpellier, 16eme région militaire

Versé le 27 juillet 1916 à la 20eme région, hôpital central de Troyes

Puis le 19 février 1917 dirigé sur Noisy le sec

Mis à la disposition le 11 mars 1917 de la 16eme région militaire au 80eme régiment d’infanterie de Narbonne

Hors cadre le 4 novembre 1917

 

Commentaire YG « Marcel CAIREL, le père de notre médecin-soldat sera maire de Vendargues autour des années 1890 »

                                                   &

17

--------------------------------------------------------------------------------------------                   

 

DONADILLE Timothée Jacques, agriculteur, né le 17 janvier 1871 de feu Timothée DONADILLE et de Marguerite GIBELY

Cheveux blonds, yeux gris, front couvert, nez long, visage ovale, cicatrice au front, taille 1,57. Niveau d’instruction 3

En tant que fils de veuve il sera dispensé du service militaire

 

3 mars 1915 appelé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

En 1915 ce régiment travaille à l’organisation défensive dans le secteur de l’Argonne, 1916 toujours l’Argonne puis en fin d’année la Somme, et la commune de CURLU située à 50 Km à l’est d’Amiens

Blessé le 7 janvier 1917 à CURLU par éclats d’obus, commotion violente de l’œil droit, hémorragie rétinienne.

Admis à l’hôpital Buffont boulevard Pasteur Paris

24 août 1917 versé au 128eme régiment d’infanterie territorial, qui au Maroc assure des missions de police

5 octobre 1917 versé au 50eme régiment d’infanterie territoriale de Belfort, régiment affecté au service routier

20 décembre 1918 renvoyé dans ses foyers

 

Citation : bon sujet courageux, blessé par éclats d’obus alors qu’il travaillait sur une route exposée

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze

 

Commentaire YG « le soldat DONADILLE s’il n’avait pas été amnistié, aurait été versé dans un bataillon disciplinaire d’Afrique. Le 10 septembre 1900 la 9eme chambre du tribunal correctionnelle de la Seine le condamne à 15 jours de prison et à 25 francs d’amende pour outrage à agent. L’auteur de ces lignes a vécu une situation identique en 1989, prison exceptée. Condamné à 2 000 francs d’amende avec sursis pour outrage à agent, je suis bien placé pour comprendre que certaines attitudes d’une maréchaussée zélée, peuvent agacer au point de prononcer le mot honni de Cambronne. L’âge aidant je suis devenu trop poli pour être honnête, et si je ne dis plus merde je n’en pense pas moins. Soldat DONADILLE tu fus un soldat exemplaire je gage que tes censeurs ne le furent pas aussi bien que toi. »

 

  18

---------------------------------------------------------------------------------------------

Décoration instituée par la loi du 8 avril 1915

 

Lors d’une action d’éclat, le valeureux soldat se verra cité « à l’ordre de », suivant le mérite de son acte.

Une citation à l’ordre de la brigade ou du régiment équivaut à la croix de guerre avec étoile de bronze.

Une citation à l’ordre de la division équivaut à la croix de guerre avec étoile d’argent.

Une citation à l’ordre du corps d’armée équivaut à la croix de guerre avec étoile de vermeil.

Une citation à l’ordre de l’armée équivaut à la croix de guerre avec palme. Et dans ce cas le journal officiel diffusera le décret ministériel.

Un même soldat pourra collectionner sur le ruban de sa médaille autant d’étoiles et de palmes que son courage lui aura valu.

A partir de 1917 l’autorité décernera la croix de guerre à des collectivités militaires ou civiles, ainsi des unités militaires et des communes seront distinguées.

 

  19

--------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                  &

ROCHE Clément Etienne, agriculteur, né le 16 décembre 1871 de feu Fulcrand ROCHE et de Louise CAIZERGUES

Cheveux châtains, yeux gris, visage ovale, taille 1,65. Niveau d’instruction 3

Dispensé de son service militaire en tant que fils ainé d’une veuve.

 

3 mars 1915 incorporé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

8 avril 1915 versé au 16eme escadron de train de Lunel

11 avril 1915 versé au 40eme régiment d’infanterie territoriale d’Orléans, ce régiment s’occupe du service ferroviaire et des gares de Paris, d’Orléans, de la Meuse, l’évacuation des populations civiles, transports des prisonniers.

4 avril 1915 retour au 16eme escadron de train de Lunel

7 janvier 1917 versé au 83eme régiment d’artillerie lourde (casernement inconnu)

8 avril 1917 versé au 114eme régiment d’artillerie (casernement inconnu)

15 septembre 1917 détaché à Vendargues pour travaux agricoles, mais à disposition du 81eme régiment d’infanterie de Montpellier au 10 novembre 1917

                                                   &

 

ALLE Jules Emmanuel Marius, agriculteur, né le 24 décembre 1871 de Jean Eugène ALLE et de feue Anne ITIER

Cheveux et yeux châtains, front couvert, visage ovale, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

 

3 mars 1915 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

21 juillet 1915 versé au 16eme escadron de train de Lunel

28 juin 1915 versé au 14eme escadron de train de Lyon

11 août 1915 versé au 13eme régiment d’artillerie, service auto, à Paris

1 juin 1916 versé au 6eme escadron de train de Chalons

1 avril 1917 versé au 3eme escadron de train de Vernon

12 octobre 1917 détaché pour travaux agricoles

10 novembre 1917 à disposition du 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

 

Commentaire YG « pour ce que j’en sais, le train des équipages militaires vient en soutien des unités pour ce qui concerne, comme son nom l’indique, l’équipement des unités, équipement au sens large et varié tel que réparation et entretien des matériels divers. »

                                                    &

 

SABATIER Eugène Martin Maurille, agriculteur, né le 18 septembre 1871 de Jean Jacques SABATIER et de feue Pauline MARIAGE

Cheveux châtains, yeux gris, front découvert, nez fort, bouche petite, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction 3

 

3 mars 1915 versé au 122eme régiment d’infanterie coloniale de Montpellier

Les 3 régiments suivants s’activent au Maroc, où ils assurent des missions de sécurité, et de police.

26 mars 1915 versé au 127eme régiment d’infanterie territoriale de Carcassonne

15 décembre 1916 versé au 139eme régiment d’infanterie territoriale de Libourne

15 janvier 1917 versé au 128eme régiment d’infanterie territoriale d’Albi

Ensuite changement de décor

14 juillet 1917 versé au 72eme régiment d’infanterie territoriale de Cholet, qui agit dans le secteur de Dunkerque.

14 septembre 1917 détaché pour travaux agricoles, disponible le 10 novembre 1917 au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

                                                    &

20/21

---------------------------------------------------------------------------------------------

ESCURET Marcel Séverin Patrice, agriculteur, né le 17 mars 1872, de feu Bazile ESCURET et de Philomène JOUVENEL

Cheveux châtains clairs, yeux châtains, front découvert, nez relevé, bouche grande, menton à fossette, visage ovale, taille 1,57. Niveau d’instruction 1

 

19 octobre 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier.

24 août 1917 versé au 92eme régiment d’infanterie territoriale de Tulle

6 octobre 1917 versé au 33eme régiment d’infanterie territoriale de Sens

4 janvier 1919 congé illimité

Dépôt démobilisateur 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

 

Commentaire YG « le 122eme territorial surveille le littoral dans le secteur de Toulon jusqu’en septembre 1914, ensuite ce régiment tout comme le 92eme et le 33eme, s’emploieront à aménager des centres de résistances, à construire, réparer, aménager des voies, des boyaux, des tunnels, et à transporter matériels et munitions. Les territoriaux malgré leur âge avancé sont loin d’être les pépères de service »

                                                   &

 

Même parcours militaire pour le soldat suivant que celui du soldat ESCURET. A savoir.

REBOUL Fulcrand Emile, agriculteur, né le 22 mai 1872 de Louis REBOUL et de Françoise ITIER

Cheveux châtains clairs, yeux châtains, front couvert, nez petit, visage ovale, taille 1,71. Niveau d’instruction 3

 

19 octobre 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

24 août 1917 versé au 92eme régiment d’infanterie territoriale de Tulle

2 octobre 1917 versé au 33eme Régiment d’infanterie territoriale de Sens

5 janvier 1919 congé illimité

Dépôt démobilisateur 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

                                                    &

   22

--------------------------------------------------------------------------------------------

CAMMAL Marius Denis, musicien, né le 9 octobre 1872 de Guillaume CAMMAL et de Marie MASSADOR

Cheveux noirs, yeux châtains, front découvert, menton long, visage ovale, taille 1,71. Niveau d’instruction 3

 

Il finira son service militaire vers 1896 en tant que soldat musicien de 1ere classe, à l’issue d’un engagement de 4ans.

 3 mars 1915 incorporé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Nommé caporal le 20 mai 1917

10 août 1917 versé au 248eme régiment d’infanterie territoriale de Chalons sur Marne

4 septembre 1917 détaché dans ses foyers, disponible le 10novembre 1918 au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

 

Commentaire YG « sa fiche n’indique pas son instrument de musique. Mais vu ses états de service je suppose qu’il a su charmer son monde y compris les vieilles badernes insensibles à tout ce qui n’entre pas dans la sphère des arts… martiaux. Et tant mieux pour toi musicien CAMMAL. Ah !, si d’une rafale de notes bien tirées de ton instrument tu avais pu… »

                                                   &

 

DESFOUR Léon Marie, agriculteur, né le 15 août 1872, de Gustave DESFOUR et de Marie GIRAL

Cheveux châtains clairs, yeux châtains, front découvert, visage ovale, taille 1,71. Niveau d’instruction 3

 

19 octobre 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Blessure le 29 janvier 1916 à FRISE dans le Somme, plaie et blessure des paupières.

16 janvier 1917 versé au 5eme escadron de train

14 janvier 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « rien n’est dit sur l’origine de la plaie et de la blessure du soldat DESFOUR, probablement une conséquence du service. FRISE est une commune voisine de CURLU (3 Kms). A CURLU le soldat DONADILLE du 122eme territorial, mentionné plus haut, fut sérieusement blessé par éclats d’obus.

 

                                                   &

23

--------------------------------------------------------------------------------------------

 

Je n’imaginais pas en commençant mes recherches sur les soldats vendarguois, que quelques éléments pussent servir la nation sous l’uniforme de marin. Notre marine nationale pendant la guerre 14/18 se déployait essentiellement sur la zone MARE NOSTRUM, notre mer, la Méditerranée.

Une zone de tension plus que de combats. Bien sûr Je n’oublie pas l’épisode meurtrier des Dardanelles début 1915. De Toulon partaient nos bâtiments, aidés des bâtiments alliés, ils empêchaient, par la démonstration de leur puissance de feu, toutes idées d’affrontements maritimes de la part des empires centraux en Méditerranée. Certes la marine turque et bulgare ne comptait guère, mais l’empire austro-hongrois par sa domination sur la Croatie et la Bosnie-Herzégovine, possédait des débouchés sur la Méditerranée par la mer Adriatique. Notre marine assurait la protection du transport des troupes et des ports méditerranéens.

Pour des raisons sentimentales, j’illustre mon propos par une photo du cuirassé PROVENCE où mon grand-père Damien MACONE servit son pays adoptif. En 1916 il était sur ce bâtiment, et il est surement sur ce cliché.

 

  24/ 25

---------------------------------------------------------------------------------------------

                                                  &

BRUGUIERE Léon, cuisinier, né le 7 décembre 1873, d’Antoine BRUGUIERE et de Marie LACROIX

Cheveux et yeux châtains foncés, front découvert, visage ovale, taille 1,64. Niveau d’instruction 2

 

3 août 1914 arrivé au corps le 117eme régiment d’infanterie territoriale de Nîmes

31 décembre 1915 versé au 340eme régiment d’infanterie territoriale. Ce régiment sera opérationnel en janvier 1916, il est formé en Alsace avec divers bataillons dont le 1er bataillon du 117eme territorial

7 mars 1918 versé au 2eme groupe d’aviation

1 janvier 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « je suppose que le soldat BRUGUIERE assurait sous l’uniforme ses prestations de civil. Je voudrais rectifier ici une réputation imméritée sur la cuisine militaire, en un an de service certes à la marine nationale, en toute honnêteté jamais je n’eus l’occasion de fredonner le couplet trivial : c’est pas de la soupe, c’est du rata, et cætera, et cætera… »

 

                                                  &

JEANJEAN Emile François Joseph, agriculteur, né le 2 avril 1873, de Laurent JEANJEAN et de Catherine DESPIOCH

Cheveux châtains clairs, yeux châtains, nez fort, bouche grande, visage ovale, taille 1,76. Niveau d’instruction 3

 

7 décembre 1914 arrivée au corps, groupe territorial du 9eme régiment d’artillerie de Castres

21 janvier 1915 versé au groupe territorial de 3eme régiment d’artillerie de Castres

1 mars 1916 versé au 2eme régiment de génie de Montpellier

3 janvier 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « le soldat JEANJEAN incorporé dans des groupes territoriaux puis dans le génie, mania avec autant de conviction la pelle et la pioche, à entretenir, et à créer, les voies d’accès au front, qu’il m’apparait que sans les territoriaux, et leurs forces de travail, la ligne de front se serait vite délitée sous les coups de butoir sans cesse répétés »

                                                    &

   26

--------------------------------------------------------------------------------------------           

 

BARRE Etienne Antoine Célestin, agriculteur, né le 26 décembre 1873 de Guillaume BARRE et de Françoise MARAZEL

Cheveux châtains clairs, yeux gris, front couvert, nez fort, bouche grande, visage ovale, taille 1,76. Niveau d’instruction 3

 

2 août 1914 versé au groupe territorial du 10eme régiment d’artillerie à pied de, sous toute réserve, Dinan et Rennes

17 février 1916 versé au 1er régiment d’artillerie à pied

1er novembre 1916 versé au 83eme régiment d’artillerie lourde

2 janvier 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « je possède peu d’indication sur le casernement des régiments ci-dessus cités. Je pense que, si mon renseignement est exact, l’occitan BARRE a pu être déstabilisé d’incorporer un régiment de bretons bretonnant »

                                                   &

 

CHASSEFIERE Emile Joseph Fréderic, agriculteur, né le 5 janvier 1873 de feu Théodore CHASSEFIERE et d’Octavie RUNEL

Cheveux blonds, yeux gris, front découvert, visage ovale, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

 

En tant que fils unique d’une veuve il sera dispensé du service militaire

 6 octobre 1914 incorporé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

24 août 1917 versé au 33eme régiment d’infanterie territoriale de Sens

4 octobre 1917 versé au 109eme régiment d’infanterie territoriale de Vienne

15 novembre 1918 versé au 105eme régiment d’infanterie territoriale de Grenoble

31 décembre 1918 congé illimité

 

Commentaire YG « vous connaissez à présent les tâches des territoriaux, ils construisent les camps retranchés, les hôpitaux provisoires, surveillent les prisonniers, alimentent les lignes en munitions. Toutefois la particularité du 105eme est qu’il s’emploierait (j’insiste, sur le conditionnel, en Italie). Le front italien se formait par le relief montagneux des Alpes Dolomites au nord de Venise. Cette frontière naturelle séparait l’Italie de l’Autriche-Hongrie. »

 

                                                    &

  27

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

RUAS Jean Julien, agriculteur, né le 21 juillet 1873 de Guillaume RUAS et de Marie FRESSAC

Cheveux châtains clairs, yeux châtains foncés, front bombé, nez aquilin, visage ovale, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

 

6 octobre 1914 incorporé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

26 juin 1915 versé au 295eme régiment d’infanterie de Bourges. Ce régiment combattra dans l’Artois en 1915, en Belgique et dans la somme en 1916, Alsace puis la Champagne en 1917, et toujours la Champagne en 1918.

En revanche le soldat RUAS sera versé :

Le 27 septembre 1915 à la 2eme section des commis, ouvriers, et administratifs

Le 28 juin 1918 à la 1ere section des commis, ouvriers, et administratifs

Le 2 novembre 1918 à la 7eme section des commis, ouvriers, et administratifs

Versé le 23 novembre 1918 au 5eme régiment du génie

14 janvier 1919 congé illimité

                                                   &

 

CHASSEFIERE Etienne Ferdinand Eugène, agriculteur, né le 30 mai 1873 de feu LONGIS et de feue Philippine SIMON

Cheveux châtains foncés, yeux châtains, front couvert, nez fort, bouche grande, visage ovale, taille 1,72. Niveau d’instruction 3

 

Particularité : extension permanente de l’index droit

Par ce handicap il sera ajourné du service militaire, pourtant

Le 17 janvier 1916 incorporé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

L’autorité militaire lui accorde un sursis du 3 novembre 1916 au 31 janvier 1919. Mais annote sa fiche d’un service des vins Montpellier Dion Gale Ct 16eme région.

 

Commentaire YG « jusqu’à une époque relativement récente, disons autour de 1970, le vin était considéré comme un liquide ou complément alimentaire. Qui de nos jours fait encore chabrot ? L’ouvrier agricole de ces années-là avait le droit, de par les textes, à un avantage en nature de trois litres de vin par jour. Il faut préciser que le vin d’alors ne se classait pas pour l’essentiel des consommateurs dans le domaine du vin-plaisir. De plus le vin titrait généralement à neuf degré maximum, et bien souvent avant sa consommation il était allongé d’eau. Mettre de l’eau dans son vin prenait un sens très concret. On donnait même aux jeunes enfants, comme médication contre les rhumes, les fièvres, un demi-verre de vin brulant renforcé de quelques dés de sucre. Ce laïus pour expliquer l’importance du vin, vin ordinaire, gros-rouge, vinasse, vin de soif, dans cette société antédiluvienne, elle existe pourtant dans la mémoire de quelques dinosaures de mon acabit »

                                                    &

  28

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

HERAIL Joseph Antonin, étudiant, né le 13 mai 1873 de feu Xavier HERAIL et de Louise LAJARD

Cheveux châtains clairs, yeux châtains, front découvert, bouche petite, visage ovale, taille 1,76. Niveau d’instruction étudiant.

 

A ses vingt ans il s’engage pour quatre ans, puis fait carrière.

En 1897 il est admis à l’école militaire d’infanterie de Saint-Maixent.

Un peu avant la guerre le 24 septembre 1912 il est promu capitaine

4 août 1914 rappelé au 98eme régiment d’infanterie de Roanne dit « régiment du bois des loges »

8 avril 1915 versé au 263eme régiment d’infanterie de Limoges. En 1915 ce régiment se bat dans la Somme. En juin 1916 ce régiment sera dissous, les soldats, tel HERAIL, rejoindront le 338eme

CITATION à L’ORDRE DE L’ARMEE le 28 octobre 1915 avec élévation au grade de CHEVALIER de la LEGION D’HONNEUR, pour ses qualités exemplaires d’officier

14 juin 1916 versé au 338eme régiment d’infanterie de BELLAC

Blessure le 18 novembre 1916 par éclats d’obus à la face et au genou gauche, le lieu n’est pas précisé, le régiment bataille dans la Somme.

15 février 1917 versé au 416eme régiment d’infanterie de Narbonne

Promu le 9 mars 1917 chef de bataillon, il passe donc d’officier subalterne à officier supérieur.

Lors de la bataille du mont KEMMEL (Belgique) à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de LILLE le 25 avril 1918, il sera fait prisonnier.

Rapatrié le 3 février 1919

CITATION pour son action du 25 avril 1918 où il résiste 6 heures à la ruée allemande qui harcelait son unité.

 

Commentaire YG « comme vous le constatez rien de manque à son périple guerrier, aussi je n’ajouterai que des détails généalogiques sur ses aïeux : vers 1830 guillaume HERAIL quitte son Lunel natal pour devenir instituteur à Vendargues, avant de s’établir pharmacien, toujours vers 1830 Cyprien Gustave LAJARD étudie le droit, il prendra ensuite une charge de notaire, établira pour un nombre conséquent de vendarguois leurs contrats de mariage. »

   29

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

Deuxième commentaire YG l’affaire du bois des loges « Lors des cérémonie du 11 novembre 2012, Jean CHAPELANT est déclaré « mort pour la France » par le ministre des anciens combattants sans être réhabilité pour autant. Le lieutenant Jean CHAPELANT appartenait au 98eme régiment d’infanterie, le 11 octobre 1914 il sera fusillé pour l’exemple. Etant blessé au genou le 7 octobre, il sera ficelé sur son brancard, mis debout contre un arbre pour recevoir le châtiment de sa condamnation pour désertion en rase campagne face à l’ennemi.

Exécution sans doute sous les yeux du capitaine Joseph HERAIL, probable témoin de l’évènement pour appartenir à cette date au même régiment.

Le lieutenant-colonel DIDIER commande le 98eme. Le lieutenant CHAPELANT est chef de section de mitrailleuses. Le capitaine RIGAUD qui sera tué pendant la bataille du 7 octobre 1914 commande la compagnie, il appartiendra au lieutenant de prendre le relai.

Le bois des loges lieu de l’action se situe à 50 kms au sud-est d’Amiens. Après avoir subi un bombardement en règle, depuis sa tranchée avec deux mitraillettes CHAPELANT et ses hommes repoussent l’attaque allemande qui va se renforcer au fil des minutes. Une mitraillette s’enraye, la seconde est mise hors d’usage, CHAPELANT ordonne la défense avec les mousquetons, mais les munitions manquent, CHAPELANT apprend la mort de RIGAUD et la capture de ses hommes, le messager envoyé pour prendre les ordres a été tué, un second vient d’être envoyé, les allemands sont en phase de déborder nos forces, ils incitent les hommes à se rendre, c’est à cet instant que CHAPELANT sort de la tranchée pour apprécier la situation. Submergé, il est blessé et capturé, et à sa suite ses hommes.

Malgré sa blessure, profitant du brouillard épais, il s’échappe des griffes allemandes, se traine vers nos lignes, deux jours après le 9 octobre 1914 les brancardiers le récupèrent.

Or depuis la bataille, DIDIER le commandant du 98eme considère CHAPELANT comme un lâche, il va s’acharner à le faire fusiller, et il y parviendra.

Vous avez dans les grandes lignes les données, mais avant de prononcer votre avis, songez au contexte du début de cette guerre qu’on imagine fraiche et joyeuse, mais surtout victorieuse à condition que les garçons donnent un peu plus que leur courage. «Sachons vaincre ou sachons périr, pour elle (la république) un français doit mourir ». Ce n’était point des mots creux que ceux-là. DIDIER enverra au peloton d’exécution CHAPELANT pour n’avoir pas su mourir héroïquement, d’ailleurs à deux reprises DIDIER invitera CHAPELANT à « se faire sauter le caisson ».

   30

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                   &

PAGES Pierre Antonin Théodore Alexandre, cultivateur, né le 26 novembre 1873 de Jacques PAGES et d’Adèle SOULLAS

Cheveux châtains clairs, yeux châtains foncés, front bombé, nez et bouche petits, visage ovale, taille 1,56. Niveau d’instruction 3

 

Le conseil de révision l’ajourne de service militaire pour faiblesse

6 octobre 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

19 juin 1915 versé au 285eme régiment d’infanterie. Le régiment vient de perdre 652 hommes lors de l’attaque du 16 juin 1915 dans un secteur de l’Artois.

24 juin 1915 versé au 256eme régiment d’infanterie. En fait un bataillon du 285eme est dissous, les hommes intègrent le 256eme. Ce régiment se bat aussi dans l’Artois.

25 novembre 1915 versé au 84eme régiment d’infanterie territoriale, ce régiment assure la garde de la frontière Suisse, puis s’investira dans des travaux divers en Alsace

23 décembre 1918 versé au 56eme régiment d’infanterie territoriale qui à cette époque est en voie de dissolution

6 janvier 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « au 285eme, le 14 décembre 1915 trois soldats seront condamnés à mort par contumace pour abandon de poste devant l’ennemi. Aucun détail supplémentaire n’est donné sur cette affaire. Est-ce une mise en condition, un moyen de pression, pour que les gars recouvrent leur ardeur offensive ? »

 

                                                    &

ALLE Henri Etienne, agriculteur, né le 26 décembre 1874 de Jean Eugene ALLE et de feue Anne ITIER

Cheveux châtains, yeux gris, front découvert, nez petit, menton à fossette, visage ovale, taille 1,62. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Le soldat ALLE sera élevé le 4 janvier 1916 au grade de caporal

15 août 1918 versé au 29eme régiment d’infanterie territoriale de Dreux, à cette date le régiment est dissous, les bataillons transformés en bataillons de pionniers sont rattachés à d’autres unités.

Le soldat ALLE sera élevé au grade de sergent le 19 novembre 1918 avant d’être le 7 janvier 1919 en congé illimité.

   31

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                  &

CLARET Jean Célestin Jacques, propriétaire, né le 19 septembre 1874 de Jean Jacques CLARET et de Marie Joséphine ALLUT

Cheveux châtains foncés, yeux noirs, fronts découvert, nez fort, visage ovale, taille 1,65. Niveau d’instruction 3

 

Avant la déclaration de la guerre, le soldat CLARET est, depuis le 16 novembre 1901, adjudant d’administration du cadre auxiliaire

2 août 1914 intègre la 16eme section des commis, ouvriers, et administratifs

31 janvier 1915 versé à la 5eme section des commis, ouvriers, et administratifs

21 janvier 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « dans la seconde moitié du 19eme un nommé Jean Jacques CLARET était maire de Vendargues, je pencherais pour que ce dernier soit le père ou le grand-père de notre soldat »

 

                                                   &

CHASSEFIERE Laurent Isidore Mathieu François, bourrelier, né le 10 octobre 1874 d’Augustin CHASSEFIERE et de feue Joséphine CHASSEFIERE

Cheveux et yeux châtains, front découvert, bouche grande, visage ovale, taille 1,62. Niveau d’instruction 3

 

10 décembre 1914 versé soit à un groupe territorial du 9eme régiment d’artillerie de Castres, soit au 2eme régiment du génie de Montpellier

1 avril 1917 versé au 205eme régiment d’artillerie, c’est un régiment qui se forme en 1917, il s’emploie en Champagne puis dans les Flandres.

6 janvier 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « il est naturel que les talents de bourrelier de CHASSEFIERE soient utilisés dans des régiments d’artillerie où la force motrice des chevaux fait merveille. Quelques jours avant son congé illimité le soldat CHASSEFIERE sera proposé à la réforme pour troubles intestinaux tenaces. Fragilité du bonhomme, malnutrition, eau corrompue, la question reste ouverte. »

 

                                                   &

DUMAS Julien, agriculteur, né le 17 juillet 1874 de Pierre DUMAS et de Rose BARRE

Cheveux noirs, yeux gris, front couvert, bouche grande, visage ovale, particularité cicatrice au front, taille 1,65. Niveau d’instruction 2

 

10 août 1914 versé au 2emerégiment du génie de Montpellier

31 décembre 1918 congé illimité

 

Commentaire YG « le soldat DUMAS, dans son régiment du génie, s’ingéniait à la pelle et à la pioche, outils ingénieux, à rénover routes et voies d’accès »

                                                   &

 

FRESSAC Guillaume Paul Marie, agriculteur, né le 26 février 1874 de Paul FRESSAC et de Philomène CAMMAL

Cheveux châtains, yeux châtains foncés, front couvert, nez petit, visage ovale, taille 1,58. Niveau d’instruction 3

Soldat musicien pendant son service militaire

3 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

7 janvier 1919 congé illimité

 

    32/33

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Soldats et paysans, mais avant tout paysan.

Faut-il rappeler ce qu’était la France avant l’embrasement général. Un conglomérat de villages gravitait autour de la ville, cette ville terre étrangère, lieu de tous les dangers, où justement vivait les gens de la ville dont le paysan ressentait le mépris à peine déguisé. Le paysan parqué dans son village natal n’en partait que pour s’installer cultivateur sur les terres du village voisin où les bras manquaient. L’espoir chevillé aux tripes de pouvoir s’employer sans jamais chômer et manquer de pain.

La ville, le paysan par obligation y faisait son service militaire, quelques-uns découvraient un univers dans les interstices duquel ils se glissaient et s’incrustaient. Mais la grande majorité s’en retournait dans leur véritable patrie au fond de leur campagne. Est-ce la raison pour laquelle on leur affubla ce qualificatif d’inculte borné ?, et c’est vrai qu’il ne possédait guère de culture que par la lecture de l’almanach annuel. Ils aimaient la terre, ils craignaient Dieu, ils respectaient l’autorité. Ils firent la guerre parce qu’il fallait chasser l’ennemi, c’était marqué dans le journal en gros caractères.

Pourtant s’il advenait l’opportunité de s’occuper de la terre, alors le geste traditionnel s’emparait d’eux malgré eux, pour un instant il redevenait laboureur, et s’ils gardaient le casque, c’est qu’il protégeait aussi du feu du soleil.

Avec l’abondante sueur de leur front ils rendirent la terre féconde, avec la générosité de leur sang ils assurèrent la victoire.

 

Pour ton mari parti le premier avant l’heure

Pour ceux de tes enfants soldats déjà fauchés

Sans qu’on puisse savoir où leurs corps sont couchés

Et pour d’autres encore qu’aux alentours on pleure

Et pour que Dieu conserve à tes ans un appui

Qu’il sauve des périls et bientôt te ramène

Ton dernier-né, dernier espoir de ce domaine

Qui demain tomberait en quenouille sans lui

 

Paysanne de guerre de François Fabié

 

  34

---------------------------------------------------------------------------------------------

                                                  &

PARGUEL Emile, plâtrier, né le 16 août 1874 de Hillarion PARGUEL et d’Emilie LAURES

Cheveux châtains clairs, yeux gris bleus, front couvert, nez fort, bouche grande, visage ovale, taille 1,69. Niveau d’instruction 2

 

A cause de ses pieds plats déviés, et son état de faiblesse, il est versé directement au service auxiliaire, cela signale qu’il ne fait pas de service militaire, ni de périodes d’exercices.

Pourtant le 21 décembre 1915 versé au 16eme escadron du train des équipages de Montpellier

5 février 1919 congé illimité

 

                                                   &

 

SALLES Louis Marius, colleur de papiers peints, né le 4 juin 1875 de Jacques SALLES et de Caroline FULCRAND

Cheveux et yeux châtains, front découvert, nez fort, menton rond, visage ovale, taille 1,65. Niveau d’instruction 2. Particularité : cicatrice au front

 

3 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Evacué sur l’ambulance le 29 décembre 1915, il est blessé à la jambe droite ce qui lui occasionnera plus tard une phlébite. Le 122eme s’applique à cette date dans l’Argonne aux travaux réguliers des régiments territoriaux.

28 avril 1916 au dépôt du 2eme régiment de génie de Montpellier

6 février 1919 congé illimité

 

                                                   &

AUSSARGUES Paul Aurélien, cultivateur, né le 20 octobre 1875 de Joseph AUSSARGUES et d’Anne PEYRONNET

Cheveux châtains, yeux verts, front couvert, nez petit, visage ovale, taille 1,56. Niveau d’instruction 3

 

Il s’engage pour 4 ans en 1894, et devient soldat musicien.

3 octobre 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Nommé caporal le 29 octobre 1915

Blessé le 6 février 1916 à CAPPY situé à 40 kms à l’est d’Amiens par éclats d’obus, plaies diverses et fracture du coccyx

11 novembre 1916 versé au dépôt service auto de Lyon

16 juillet 1917 versé au 8eme escadron du train

1 juillet 1917 versé au 7eme escadron du train

21 févriers 1918 versé au 20eme escadron du train

Rien n’est indiqué sur la fin de sa campagne

 

   35/36

---------------------------------------------------------------------------------------------

                                                  &

BRUGUIERE Léon Etienne, cultivateur, né le 11 novembre 1875 de Célestin BRUGUIERE et d’Antonin DONZEIL

Cheveux châtains clairs, yeux châtains, front couvert, nez évasé, visage ovale, taille 1,53. Niveau d’instruction 3

 

Pour son défaut de taille à l’âge du service militaire, il est versé au service auxiliaire.

Il est signalé que depuis 1907 il est père de 4 enfants vivants.

 

19 novembre 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territorial de Montpellier

Pour les raisons mentionnées ci-dessus le 4 janvier 1915 passé à la 16eme section territoriale des infirmiers à Perpignan

18 mai 1915 mesure disciplinaire à son encontre qui le fait revenir au 122eme

Puis le 2 août 1915 il part aux armées

27 septembre 1915 blessé à TAHURE situé à 40 kms à l’est de Reims, plaie au bras gauche par balle

7 octobre 1916 versé au 102eme régiment d’infanterie territorial de ST Etienne

23 septembre 1917 versé au 22eme régiment d’infanterie territoriale de Rouen

10 mars 1918 versé au 76eme régiment d’infanterie territoriale de Vitré

28 octobre 1918 versé au 5eme régiment du génie

15 janvier 1919 congé illimité

Décorations : médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, et insigne des blessés.

 

Commentaire YG « rappellerais-je à quoi s’employait nos régiments territoriaux ? Je ne vous offenserais pas en disant qu’ils étaient la main d’œuvre des constructions, rénovations, gardiennages, et autres manutentions »

 

                                                    &

 

CAUVAS Léon Marius, agriculteur, né le 29 décembre 1875 de Rémi CAUVAS et de Louise REBOUL

Cheveux châtains, yeux gris, front découvert, nez fort, menton à fossette, visage ovale, taille 1,62. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Prisonnier le 18 juillet 1918 à Chatillon sur Marne, lieu situé à 30 Kms au sud-ouest de Reims

Rapatrié le 15 novembre 1918

8 février 1919 congé illimité

Décorations : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « lors de son service militaire le soldat CAUVAS sera promu soldat de 1ere classe. Au printemps 1918 les allemands vont lancer leur ultime offensive, pour simplifier, la ligne de front qui va d’Arras à Reims sera enfoncée d’environ 50 Kms, et formera une enclave délimité par Arras, presqu’Amiens, au nord de Compiègne, Château-Thierry, Reims. Lors de cette offensive dernière, les allemands feront environ 50 000 prisonniers dont le soldat CAUVAS. Dès fin juillet 1918 la France et les alliés repousseront l’offensive, et contrattaqueront victorieusement. »

                                                   &

    37

---------------------------------------------------------------------------------------------

 

FRESSAC Jacques Paul, agriculteur, né le 12 mars 1875 de Jean Chrysostome FRESSAC et de Rosine BOURGADE

Cheveux châtains foncés, yeux gris, front couvert, nez gros, visage ovale, taille 1,64. Niveau d’instruction 3

 

Lors de son service militaire il sera soldat musicien, instrument non précisé.

3 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Intoxiqué par les gaz le 28 novembre 1915 à VAUCOURT, lieu situé à 45 Kms à l’est de Nancy

Hospitalisé à l’hôpital de la ville thermale de NERIS les Bains dans l’Allier

Retour aux armées le 3 Avril 1916

16 janvier 1917 versé à la 5eme section des infirmiers

1 octobre 1917 versé à la 16eme section des infirmiers

7 janvier 1919 congé illimité

Décorations : médaille de la victoire et médaille de la commémoration de la grande guerre

 

Commentaire YG « le département de l’Allier est calqué peu ou prou sur l’ancienne province du Bourbonnais. Cette province sera donné en fief à un des fils de Louis IX dit Saint-Louis. La prolifique famille BOURBON produira une descendance exceptionnelle, et donnera plusieurs têtes couronnées à maints royaumes européens. De nos jours, le plus illustre personnage de cette famille, Juan Carlos BORBON Y BORBON d’Espagne, a transmis sa couronne à son fils Félipe VI »

 

                                                   &

FULCRAND Pierre Jean, agriculteur, né le 23 novembre 1875 de Jean FULCRAND et de feue Madeleine THERME

Cheveux et yeux châtains foncés, front découvert, nez gros, bouche petite, visage ovale, taille 1,75. Niveau d’instruction 0

 

3 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Citation à l’ordre du régiment pour son action dans la nuit du 25 au 26 février 1916 à VAUCOURT (45 Kms à l’est de Nancy) « malgré ses blessures a continué sa mission de ravitaillement des 1ere lignes, et a ramené au poste un camarade gravement atteint »

Blessé le 26 février 1916 à VAUCOURT par éclats d’obus aux mains, joue droite, et région du cou. Hospitalisé à Lyon

24 août 1916 rejoint le front

16 janvier 1917 versé à la 5eme section des infirmiers

8 janvier 1919 congé illimité

Décorations : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre.

   38/39

--------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                  &

HERAIL Henri Gustave, propriétaire, né le 12 janvier 1875 de feu Xavier HERAIL et de Louise LAJARD

Cheveux châtains clairs, yeux gris, front découvert, nez petit, visage ovale, taille 1,60. Niveau d’instruction 3

 

4 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

23 septembre 1914 versé au dépôt du 3eme régiment d’infanterie territoriale de Cambrai - Le Quesnoy

Que le soldat HERAIL soit versé au dépôt à son importance, il signale la capitulation du 3eme régiment. Le 3me organisait la défense de MAUBEUGE quand pris au piège dans la poche de MAUBEUGE il rendit ses armes le 7 septembre 1914. Le régiment ne sera pas reconstitué.

14 septembre 1915 revient au 122eme régiment d’infanterie territoriale

16 janvier 1917 versé à la 5eme section des infirmiers

9 février 1919 congé illimité

 

                                                  &

JEANJEAN Emile Julien, agriculteur, né le 23 février 1875 d’Hilaire JEANJEAN et de Mathilde FERRAND

Cheveux et yeux châtains foncés, front couvert, nez fort, visage ovale, taille 1,76. Niveau d’instruction 2. Particularité : cicatrice sourcil droit.

 

3 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

15 novembre 1914 versé au 27eme bataillon des chasseurs à pied

21 novembre 1914 versé au 7eme bataillon des chasseurs à pied

Disparu le 13 janvier 1915 à STE MARGUERITE, ville collée à ST DIE des VOSGES

 

Je me dois d’évoquer en parallèle les soldats PHILIPOT Marius Laurent et DURAND Aristide Marius prisonniers également à STE MARGUERITE le 13 janvier 1915 pour le premier et le 14 janvier 1915 pour le second

                                                  &

PHILIPOT Marius Laurent, menuisier, né le 30 octobre 1875, de Jean Paul PHILIPOT et de Sophie MALIGE

Cheveux et yeux châtains foncés, front couvert, nez gros, visage ovale, taille 1,54. Niveau d’instruction 3

 

2 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

15 novembre 1914 versé au 27eme bataillon des chasseurs à pied

13 janvier 1915 prisonnier et interné à Süt momnotedt (orthographe sous toute réserve) en Allemagne.

Rapatrié le 26 janvier 1919

Congé illimité le 4 avril 1919

                                                    &

  40

---------------------------------------------------------------------------------------------

DURAND Aristide Marius, agriculteur, né le 30 août 1876 de Justin DURAND et d’Eugénie FRAISSINET

Cheveux et yeux châtains, front découvert, nez gros, bouche grande, visage ovale, taille 1,67. Niveau d’instruction 3

 

2 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

15 novembre 1914 versé au 27eme bataillon des chasseurs à pied

14 janvier 1915 prisonnier et interné à Schneiderneilh (lien non situé)

Rapatrié le 20 janvier 1919

 

Je reviens au soldat JEANJEAN qui fut également prisonnier, il sera rapatrié le 19 janvier 1919

Congé illimité le 1 avril 1919

 

Décorations : les soldats JEANJEAN, PHILIPOT, et DURAND obtiendront la médaille de la victoire et celle de la commémoration de la grande guerre

 

Commentaire YG « on imaginera sans peine le désarroi de la famille du soldat JEANJEAN pendant le temps que j’espère bref où il n’était ni prisonnier, ni mort. Pour le peu que j’en sais les relations entre les prisonniers et les familles s’établissaient par l’intermédiaire de la croix rouge »

 

                                                   &

REYBAUD Eugène, Pascal, agriculteur, né le 13 juillet 1875 d’Auguste REYBAUD et de Marie AVINENS

Cheveux châtains, yeux gris, front découvert, nez gros, visage ovale, taille 1,72. Niveau d’instruction 3

 

17 août 1914 versé au 16eme bataillon de régiment de génie de Montpellier

11 janvier 1915 versé au 1er régiment du génie

1 février 1915 versé au 3eme régiment du génie qui se déploie sur le front

1 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « la mère d’Auguste Lucien GRIBAL mon grand-père, s’appelait Marguerite REYBAUD, elle était née en 1866 d’Auguste REYBAUD et de Claire REDIER. N’ayant pas fait pour le moment de recherche approfondie sur cette filiation, je suppose un vague, très vague cousinage. Par ailleurs au fil de cette présentation des combattants vendarguois, vous vous apercevez de la répétition des noms, et surtout de l’entremêlement de ceux-ci. Il ne faut point s’en étonner, je tiens de Richard POUGET par l’étude de J.M. HAMELIN que Vendargues en 1822 comptait 500 habitants environ, si on suppose qu’en moyenne un foyer abrite 6 personnes, Vendargues ne se distinguait guère, grosso modo, que par 80 noms maximum, 50 ans plus tard y-en-avait-il d’avantage ? »

                                                     &

  41

---------------------------------------------------------------------------------------------

BERNIER Léon Louis, carrier, né le 20 janvier 1876 de Jean BERNIER et de Marie MILHAU

Cheveux blonds, yeux gris, front bombé, bouche grande, visage ovale, taille 1,50. Niveau d’instruction 2. Particularité : cicatrice au-dessus du sourcil droit

 

Le conseil de révision le classe au service auxiliaire pour défaut de taille

4 janvier 1915 versé à la 16eme section des infirmiers de Perpignan

18 mai 1915 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

14 novembre 1915 versé au 2eme régiment du génie de Montpellier (sous toute réserve son lieu de casernement se situait en lieu et place de l’actuel lycée Joffre)

Aux armées le 22 janvier 1916

12 juillet 1917 versé au 3eme régiment du génie

12 octobre 1917 détaché pour travaux agricoles, mais à disposition du 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

Décoration : médaille militaire, et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « via Richard POUGET étude de J.M. HAMELIN (année 1822) sur les carrières de Vendargues : on trouve à Vendargues des carrières de belles pierres de taille exploitées et fort utilisées dans le bâtiment. Elles sont de deux qualités : l’une blanche, l’autre grise. La première en tendre au sortir de la carrière, facile à travailler, durcit à l’air. Elle s’emploie pour les façades, corniches, et la grise, plus dure, s’emploie pour les marches d’escalier, celle-ci craint la gelée plus que toutes les autres. On extrait la pierre de Vendargues par bancs, au moyen de pieds-à-roc qui tracent le contour des blocs suivant la dimension qu’on leur désire, et on les détache de la masse en se servant de leviers et de pinces en fer après en avoir déterminé l’épaisseur. Ces pierres coutent 6,00 frs le voyage, transport compris : le voyage équivaut à 500 Cm cubes.

Je précise et cela va sans dire que nos carrières ont eu durant tout le 19eme siècle une importance économique capitale. Elles attireront un flux nouveau de population tel ce Léon BERNIER, et aussi plus personnellement mon arrière-grand-père Calixte FENOUL »

                                                    &

  42

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

DUMAS Guillaume, agriculteur, né le 28 septembre 1876 de Jean DUMAS et de Rose BARRE

Cheveux châtains clairs, yeux châtain foncés, front couvert, nez grand, bouche grande, visage ovale, taille 1,59. Niveau d’instruction 2

 

En 1913 suite à une amputation du médius de la main droite, il sera classé dans le service auxiliaire. Pendant toute la période de la guerre, à cause de cette amputation, il fera une campagne simple, et donc restera au dépôt des différents régiments où il est incorporé.

27 novembre 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

5 novembre 1915 versé au 80eme régiment d’infanterie de Narbonne

4 juin1916 versé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

5 août 1916 versé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

23 février 1917 versé au 9eme régiment d’artillerie de Castres

1 août 1917 versé au 38eme régiment d’artillerie de Nîmes

14 février 1919 congé illimité

Décoration : médaille commémorative de la grande guerre

                                                     &

 

SANIER Julien Alphonse Guillaume, agriculteur, né le 3 août 1876 de Laurent SANIER et de feue Catherine PHILIPOT

Cheveux et yeux châtains, front fuyant, visage ovale, taille 1,56. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Aux armées le 8 mai 1915

1 février 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire, et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « le 122eme travaillera toute la guerre et tout le long du front aux tâches convenues aux territoriaux. En 1918 il assainira le champ de bataille au sud-ouest de Reims, afin que les travaux agricoles s’effectuent en toute sécurité. Est-ce le soldat SANIER qui servit de modèle dans la représentation de ce soldat laboureur ? »

 

                                                       &

43

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Durant la fête de la nativité de 1914, qu’il est convenu d’appeler la « trêve de Noël », se dérouleront sur plusieurs points du front des cessez-le-feu spontanés, les troupes ennemies oseront même à maints endroits des fraternisations. Je n’ai pas fait d’études sur les sciences humaines pour expliquer doctement ces faits particuliers, ni lu des livres sur ce sujet, aussi mon opinion sur ces fraternisations est critiquable. Mon trouble vient surtout de l’après « trêve de Noël », quand les soldats empoigneront à nouveau leurs armes pour se ruer sur des gars avec qui ils avaient partagé le pain et le vin.

Reprenons la chronologie :

Fin août 1914 les allemands envahissent notre pays par le nord en écrasant la Belgique.

Début septembre 1914 nos troupes commandées par Joffre repoussent les envahisseurs (épisode des taxis de la Marne).

Octobre 1914 c’est la « course à la mer », mer du Nord évidemment, les armées opposées tentent de se déborder mutuellement, la mer du Nord sera la limite.

Pendant quatre mois les belligérants lutteront comme des lions, les survivants finiront l’année extenués. Aussi il n’est pas saugrenu de penser qu’un nombre signifiant de soldats des deux camps, après ce long et meurtrier affrontement, se persuadait que la politique prendrait le relai en s’appuyant sur la démonstration de leur détermination à combattre sans réserve jusqu’au don sublime de sa personne. Et qu’après d’âpres négociations les politiciens parviendraient à un accord, car eux soldats avaient fait leur boulot, aussi s’accordaient-ils par avance des démonstrations de respect sinon de camaraderie.

Je pense donc qu’après l’année 1914, les soldats de tous niveaux et des deux camps subiront la guerre comme une situation bien établie sur une longue durée. Il n’y aurait plus de « trêve de Noël ». Il fallait écraser l’adversaire, pas de solution par négociation avec lui, seule acceptable comme débouchée la reddition totale et humiliante. Voilà l’unique mission.

 

  44/45

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                   &

MARTY Félix Pierre, agriculteur, né le 11 mai 1876 de Pierre MARTY et de Julie JOURDAN

Cheveux et yeux châtains foncés, front bombé, nez gros, visage ovale, taille 1,63. Niveau d’instruction 3

 

Lors de son service militaire au 4eme régiment de zouaves stationné en Tunisie le soldat MARTY est déclaré soldat musicien

3 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale à Montpellier

Aux armées le 27 juillet 1915

12 novembre 1918 versé au 81eme régiment d’infanterie à Montpellier

23 janvier 1919 congé illimité

Décoration : médaille militaire et médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                   &

PAGES Marius Jacques Irénée, étudiant (aucune précision de son domaine d’étude), né le 15 décembre 1876 de Jacques PAGES et d’Adèle SOULY

Aucun signalement n’est mentionné

 

Lors de son service militaire qu’il effectue à Briançon il est nommé caporal en 1899

3 août 1914 versé au 123eme régiment d’infanterie territoriale de Mende

21 septembre 1914 devient caporal fourrier

11 janvier 1915 aux armées

17 mai 1917 versé au 35eme régiment d’infanterie de Belfort, ce régiment combat dans l’Aisne, puis le chemin des dames, enfin Verdun

11 juin 1917 versé au 67eme régiment d’infanterie de Soissons, ce régiment combat en 1917 au chemin des dames, puis dans les Vosges

4 mai 1918 prend le grade de sergent fourrier

17 novembre 1918 citation à l’ordre du régiment pour assurer, pendant la période d’août et septembre 1918, les liaisons et les transmissions des ordres, s’acquittant de ses missions sous les bombardements

31 janvier 1919 congé illimité

Décoration croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, et médaille de la commémoration de la grande guerre

 

Commentaire YG « le mot fourrier vient du mot fourrage, à l’origine, soit à l’époque de la renaissance (François 1er), le fourrier s’occupe de pourvoir à l’alimentation des chevaux. Ensuite au fil des siècles cette fonction s’orientera vers l’intendance, le secrétariat, la comptabilité.

En incorporant le 35eme, puis le 67eme, le caporal PAGES sera aux premières loges pour constater la grande lassitude des hommes en cette année 1917, elle se révélera par des actes d’indisciplines, des manifestations collectives, voire des mutineries verbales en menaçant de ne plus participer à de nouvelles offensives. »

                                                  &

   46

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

PRAT François Marius Joseph, foudrier, né le 12 mars 1876 de Jean PRAT et d’Augustine BOYER

Cheveux châtains, yeux gris, front bombé, nez évasé, bouche grande, visage ovale, taille 1,61. Niveau d’instruction 3

 

19 septembre 1914 versé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

2eme section du parc le 25 juin1915

29 mai 1916 versé au 16eme escadron du train des équipages de Lunel

28 décembre 1916 versé au 1er escadron du train

31 janvier 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « le soldat PRAT est dans le civil foudrier. Si d’aventure des jeunesses lisent ces lignes, sachez jeunes gens que le foudrier façonne et entretien les foudres, au singulier le foudre. Le foudre est un tonneau gigantesque de quatre ou cinq mètres de diamètre. Un chef d’œuvre de tonnellerie, une cathédrale en chêne érigée en l’honneur du nectar divin, où le vin acquérait corps et caractère. Dans mon enfance vers 1960, j’avais pour voisin Abel DURAND à cette époque il s’adonnait à la viticulture et viniculture. Avant les vendanges il préparait ses foudres, il embauchait pour ce faire des hommes ayant une expérience de foudrier, ces derniers pénétraient dans les foudres, et avec des produit à base de souffre avec lesquels ils nettoyaient l’intérieur desdits foudres, une opération éminemment dangereuse. Par les émanations des gaz divers les hommes risquaient leur peau, ils s’obligeaient donc à des sorties fréquentes sous la surveillance d’un gars attentif à leur évolution qui se tenait à l’extérieur du foudre. Il m’était permis de regarder mais à une distance respectable qui amoindrissait la nocivité des gaz. »

                                                   &

 

PRAT Léon Fulcrand Joseph, frère du précédent, foudrier, né le 22 mars 1880 de Jean PRAT et d’Augustine BOYER

Cheveux et yeux châtains, front haut, nez grand, bouche petite, visage ovale, taille 1,68. Niveau d’instruction 3

 

Pendant son service militaire outre l’apprentissage des armes, il apprendra à jouer du tambour

13 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

21 octobre 1915 versé au 334eme régiment d’infanterie de Macon, pendant les années 1914, 1915, 1916, et début 1917 ce régiment lutte essentiellement dans les Vosges puis fin 1917 et début 1918, il remonte vers Reims et le Champagne.

Par suite de restructuration le régiment sera progressivement dissous, et un nombre de soldats dont PRAT incorporera le :

12 mai 1918 le 413eme régiment d’infanterie de Saint-Germain-Lembron (Puy-de-Dôme), ce régiment vient de subir en avril 1918 des lourdes pertes au mont Kemmel en Belgique, puis il se battra dans la Marne, la Champagne, la Meuse.

25 août 1919 congé illimité

                                                      &

47/48

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

BERTHEZENE Jean Marcel, cultivateur, né le 21 avril 1877 de Feu Félix BERTHEZENE et de Victorine GARCIN

Cheveux et yeux noirs, front couvert, nez petit, visage ovale, taille 1,72. Niveau d’instruction 3

 

En tant que soutien de famille son service militaire sera écourté à 10 mois, sous les cieux de Pont-Saint-Esprit

4 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

15 septembre 1914 versé au 3eme régiment d’infanterie, casernement Digne et Hyères, il se bat en Lorraine, puis les hauts de Meuse, l’Argonne, et enfin Verdun

16 août 1916 versé au 141eme régiment d’infanterie, casernement Marseille, Salon-de-Provence, Saint-Chamas, il se bat dans les Flandres

8 septembre 1916 versé au 217eme régiment d’infanterie de Lyon, présent à Verdun

Blessé le 14 mai 1917 perte du pouce gauche au combat de la maison en champagne côte 185 à Verdun

Evacué, il sera reformé et pensionné.

Décorations : médaille de la victoire, médaille de la commémoration de la grande guerre, insigne des blessés

 

Commentaire YG « le 217eme sera particulièrement éprouvé lors de la bataille de Verdun en 1916, 1300 hommes mis hors de combat. Au début 1917 on constatera au sein de ce régiment des fraternisations avec l’ennemi, conséquence de fortes démoralisations des premières lignes opposées.

En ce qui concerne le soldat BERTHEZENE sa fiche montre une contradiction il est hospitalisé du 15 mars au 14 mai 1917, cela laisse supposer qu’il est blessé le 14 mars 1917 et non le 14 mai 1917 »

 

                                                    &

  49

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

BARRE Jacques Augustin, cultivateur, né le 20 janvier 1877 de Guillaume BARRE et de Françoise MARAZEL

Cheveux châtains clairs, yeux gris, front découvert, nez fort, bouche petite, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

19 août 1914 aux armées

15 novembre 1914 versé au 58eme régiment d’infanterie de casernement Avignon, Arles. Il tient sa place début 1915 à Verdun. Pendant l’année 1914 ce régiment comptera presque 2000 hommes hors de combat.

1 août 1915 versé au 111eme régiment d’infanterie d’Antibes. Il se bat tout 1915 et début 1916 à Verdun

Promu soldat de 1ere classe le 29 août 1915

13 novembre 1915 vers au 113eme régiment d’infanterie casernement Blois, Romorantin. Il combat à Verdun, dans l’Aisne, au chemin des dames.

10 octobre 1917 versé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier. Il évolue à Verdun, en Alsace début 1918, puis les monts de Flandres en Belgique

26 octobre 1917 versé au 5eme escadron du train

31 janvier 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « le bois de Malancourt se situait à 15 kms au nord-ouest de Verdun. Le 20 mars 1916 le 111eme fut soupçonné de connivence avec l’ennemi à cause de la faible résistance qu’il opposa aux troupes allemandes, la conséquence de ce manque d’ardeur fut d’être fait prisonnier dans sa quasi-totalité. Le 111eme ne sera pas reconstitué. L’enfer de Verdun débuta le 21 février 1916 par l’offensive meurtrière allemande. »

 

                                                    &

HERMET Léopold Marie Louis Narcisse, cultivateur, né le 31 octobre 1877 de Joseph Marius HERMET et de feue Anne Marie JALLET

Cheveux noirs, yeux châtains foncés, front découvert, nez fort, bouche petite, visage ovale, taille 1,56. Niveau d’instruction 5

 

4 janvier 1915 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

17 avril 1915 versé au 346eme régiment d’infanterie de Toul, ce régiment de forteresse évoluera au sud de Toul et de Nancy en 1915 et 1916 avant de participer dès août 1916 à la bataille de Verdun

16 octobre 1917 versé au 45eme régiment d’infanterie qui s’emploie sur le front oriental en Serbie

28 janvier 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « à ses 20 ans le citoyen HERMET est ajourné du service militaire pour état de faiblesse, et versé au service auxiliaire. Mon étonnement vient de son niveau d’instruction et de son activité, au niveau 5 correspond le baccalauréat, la licence, voir au-dessus, il ne peut donc être un simple cultivateur qui ne possède que ses deux bras, j’image que le garçon à l’époque du conseil de révision cultive la propriété familiale. En 1913, HERMET a quatre enfants à charge, à quoi s’ajoute son état de faiblesse, et pourtant en avril 1915 il partira aux armées »

                                                    &

50/51

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

GAUCH Jean François Maximin, menuisier, né le 4 février 1877 de Julien GAUCH et d Françoise BEAUQUIER

 

Exempté de service militaire pour perte de la vision de l’œil droit, il est fait seulement mention de son niveau d’instruction : 3

Malgré ce handicap la nation a besoin de ses services

15 mai 1917 versé à la 16eme section des commis, ouvriers, et administratifs

Puis le 21 juin 1917 à la 8eme section des commis, ouvriers, et administratifs

Avant d’être disponible au 1er octobre 1918, en tant que propriétaire exploitant, pour les travaux agricoles probablement les vendanges.

Mais il demeure dès le 21 septembre 1918 à la disposition du 56eme régiment d’artillerie de Montpellier, puis le 23 novembre 1918 à la disposition du 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

                                                    &

 

Nous arrivons à présent aux classes d’âge durement meurtries par la guerre. J’ai évoqué plus haut le soldat Camille DELERT mort pour la France à l’âge de 38 ans des suites de ses blessures reçues à Verdun, d’autres morts pour la France vont suivre, et des plus jeunes.

 

RADIER Léopold Pierre, cultivateur, né le 2 mai 1977 de Pierre Eulage RADIER et de Marie GANIVET

Cheveux châtains foncés, yeux châtains, front bas, nez fort, visage ovale, taille 1,72. Niveau d’instruction 3

 

4 août 1914 versé au groupe territorial du 7eme régiment d’artillerie à pied de Nice

27 février 1915 versé au 7eme régiment du génie d’Avignon

Mort pour la France le 16 septembre 1915, tué par une balle allemande lors d’une séance de travail à BERNECOURT Meurthe et Moselle, lieu situé à 45 Kms au sud-ouest de Metz.

 

Un secours de 150 Frs sera alloué à sa veuve, et recevra en outre sa médaille de la victoire, et sa médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                    &

52

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

HERMET Julien Adolphe Vincent, horloger, né le 5 avril 1878 de Jean Pierre HERMET et de Irma CHAUDESAIGUES

Cheveux et yeux châtains, front découvert, nez long, bouche petite, visage ovale, taille 1,55. Niveau d’instruction 3

 

Son état de faiblesse le classe au service auxiliaire

4 janvier 1915 versé à la 16eme section territoriale des infirmiers

1 octobre 1915 dirigé sur la R.P.S. du Bourget, c’est probablement un service de santé auxiliaire de l’armée, j’ignore lequel car je ne sais ce que recouvre le sigle R.P.S.

10 mai 1916 détaché à la maison Jouffray Trompier à Vienne

12 mai 1917 détaché à la Cie des Hts Fourniaux de Chasse à Chasse dans l’Isère

Reste à la disposition du 86eme régiment d’artillerie lourde

13 février 1919 mis en sursis jusqu’à sa démobilisation au titre d’horloger

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « il semble qui les capacités professionnelles du soldat HERMET l’emportent sur ses qualités militaires »

 

                                                   &

REYBAUD Léon Auguste, cultivateur, né le 6 septembre 1878 de Pierre REYBAUD et de Marie GIBERT

Cheveux noirs, yeux châtains, front couvert, visage ovale, taille 1.66. Niveau d’instruction 3

 

En 1897 il s’engage pour 3 ans mais avant d’arriver au terme de son engagement il sera réformé pour exostose (ou tumeur bégnine) du tibia gauche

4 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

1 octobre 1914 classé au service auxiliaire pour cause de varices

9 septembre 1915 versé au 40eme régiment d’infanterie lieux de casernement Nîmes, Ales, et Uzès.

26 octobre 1915 reformé pour cause d’épilepsie

 

Commentaire YG « le 40eme embarquera en janvier 1917 pour SALONIQUE à bord des bâtiments : le COLBERT, le PAUL-LECAT, et l’AMIRAL-MAGON, ce dernier vaisseau sera torpillé par un sous-marin allemand le 25 janvier 1917, il accusera une perte de 200 hommes pour l’essentiel des gars de notre petit pays »

                                                     &

53 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

ROUSSET Jean Antoine, cultivateur, né le 4 mars 1879 de Jean ROUSSET et de Catherine MEJEAN

Cheveux et yeux noirs, front découvert, nez long, bouche petite, visage ovale, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

 

4 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Réformé le 10 avril 1915 pour tuberculose rénale

6 octobre 1915 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

16 novembre 1915 réformé définitivement pour tuberculose rénale droite

 

Commentaire YG « il m’aura fallu étudier dans le détail mon village de Vendargues pendant la grande guerre pour apprécier l’état sanitaire des garçons à cette époque, et du danger permanent et latent de la tuberculose. J’imaginais, dans mon ignorance, que cette maladie visait les poumons seuls, or la bactérie attaquait aussi bien les autres viscères que les os, pour ces derniers : le mal de Pott.

Le soldat ROUSSET sera déclaré bon, donc sain, au conseil de révision. Il fera son service militaire, puis plus tard deux périodes d’exercices militaires. Rappelé à l’activité par la mobilisation générale, le service de santé des armées le réformera une première fois au bout 8 mois de service, puis définitivement après son rappel pour un bref passage sous l’uniforme. La question qui me taraude, est de savoir où et quand le soldat ROUSSET a été contaminé.

Accessoirement, pour alimenter la rubrique généalogique Jean Antoine GRIBAL, mon arrière-arrière-grand-père, épousa en 1846 Mlle Virginie ROUSSET »

                                                    &

  54

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

CAIZERGUES Marcellin, agriculteur, né le 9 juillet 1879 de Louise CAIZERGUES

 Cheveux roux, yeux chose étonnante roux, front bas, bouche petite, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction 3

 

14 août 1914 versé au groupe territorial du 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

Aux armées le 28 août 1914, il œuvrera en Lorraine, les Flandres, la Champagne

11 mars 1916 versé au 25eme régiment d’artillerie de Châlons-sur-Marne, il se bat en Champagne puis dans la Somme

1 octobre 1917 versé au 226eme régiment d’artillerie

1 avril 1918 versé au 175eme régiment d’artillerie

J’ignore précisément où œuvrent ces deux régiments

24 janvier 1919 congé illimité

Décoré de la médaille de la victoire et de la médaille commémorative de la grande guerre.

 

                                                    &

 

CAMMAL Zacharie Pierre, agriculteur, né le 5 novembre 1879 de Guillaume CAMMAL et de Marie MASSADOR

Cheveux châtains foncés, yeux châtains, front bas, nez évasé, visage ovale, taille 1,64. Niveau d’instruction 3

 

Le soldat CAMMAL lors de son service militaire servira au 2eme régiment où il sera élevé cavalier de 1ere classe

4 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

15 septembre 1914 versé au 3eme régiment d’infanterie regroupé à Digne et Hyères.

16 février 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « le 3eme d’infanterie, régiment valeureux, combattra : en 1914 en Lorraine ; en 1915 offensives d’Argonne ; en 1916 Verdun ; en 1917 la Belgique ; en 1918 les Flandres puis Verdun.

Pour ces actions audacieuses le 3eme régime obtiendra à la fin des hostilités deux citations à l’ordre de l’armée, ces distinctions lui vaudront la fourragère verte.

En ce qui concerne le soldat CAMMAL

Citation à l’ordre du régiment le 1 janvier 1919 pour son comportement exemplaire tout le long du conflit.

Décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, et médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                    &

 

JEANJEAN Marius, jardinier, né le 4 novembre 1880 de Benjamin JEANJEAN et de Marie DALLE

Cheveux châtains clairs, yeux châtains, front couvert, visage ovale, taille 1,63. Niveau d’instruction 2

 

12 août 1914 versé au régiment de chasseurs de Béziers

12 décembre 1914 réformé pour néphrite chronique

Pour être complet avec le 5eme régiment de chasseurs de novembre 1901 à octobre 1904 le soldat JEANJEAN sera en campagne en Algérie.

                                                    &

55

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Il convient de bien apprécier cette donnée que, jusqu’à ce conflit mondial de 14-18, la guerre nourrissait la guerre. A toutes les époques et sous tous les cieux, chose régulièrement admise, l’envahisseur, ou le conquérant, selon l’œil de l’observateur, dépouillait sans vergogne le pays conquis, nos musées sont remplis de produits de rapine. Mais juste retour des choses lors de la guerre franco-prussienne de 1870, nos vainqueurs outre l’accaparation de nos deux province l’Alsace et la Lorraine, nous rançonnèrent de la somme de 5 milliards de franc-or, les spécialistes du grammage de l’or dans la monnaie vous indiqueront les tonnes d’or que cela représente, de plus jusqu’à ce que la rançon soit payée nous avions à charge, nourrir, loger, et payer, les troupes prussiennes d’occupation, elles restèrent sur notre sol jusqu’à l’année 1873.

Ici pour la première fois la guerre s’installe, elle prend ses aises, et il lui faut des moyens considérables. Alors on implique les populations par des quêtes publiques. La quête que montre l’image ci-dessus se déroule aux Saintes-Maries-de-la-Mer sans doute après la messe, on y voit les gens endimanchés se délester de leurs pièces et bijoux en or pur. Bien sur ces quêtes ne suffiront pas alors notre gouvernements, comme tous les gouvernements impliqués, lance emprunts sur emprunts, il fait tourner la planche à billets, conséquence de ces décisions le terrible mot inflation apparait dans les colonnes des journaux, totalement inconnu des citoyens de base.

Les français d’alors, tout comme les allemands, ne connaissait pas ce mot, ils en ignoraient les effets. Ils vont apprendre, par les privations des denrées essentielles, les reflets cachés de l’inflation. Sans être un expert du domaine économique il est bon de savoir que pour chacune des années de guerre, peu ou prou, l’inflation annoncera un nombre à deux chiffres, soit 20% l’an. Les salaires et même les rentes ne suivront pas le même train dans cette course du surenchérissement du gout de la vie. Et nous verrons des propriétaires et des rentiers, déclassés par la conjoncture, prendre des emplois rétribués.

Pour être clair, quelques chiffres significatifs du panier de la ménagère relevés en 1914 et avec son augmentation en 1920 :

L’os à moelle de bœuf de 0,20 frs à 1,10 frs le Kg

Pot au feu de bœuf 1,20 frs à 6,40 frs le Kg

Jarret de veau de 1 frs à 8,30 frs le kg

Poitrine de veau de 2,20 frs à 8.80 frs le kg

Hauts de côte de mouton de 1 frs à 8,30 frs le Kg

Epaule de mouton de 2,40 frs à 13 frs le kg

Boudin de cochon de 1,60 frs à 9 frs le Kg

Le saindoux de 2,20 frs à 10 frs le Kg on cuisine beaucoup au saindoux à cette époque

Le lard de cochon de 2,80 frs à 11,40 frs le kg

Le pied de cochon de 0,50 frs à 2,50 frs le Kg

Passons à présent au frais d’habillement en prix moyen, toujours pour les mêmes années de 1914 à 1920 :

La robe de 80 frs à 250 frs

Le manteau pour dames de 60 frs à 275 frs

Les bas de 2,95 frs à 15 frs (les bas ainsi que la robe sont pour les dames)

Les chaussures pour dames de 20 frs à 120 frs

Chemise homme de 7 frs à 22 frs

Le complet homme de 75 frs à 350 frs

Les chaussettes de 1,25 à 7 frs

Les chiffres ci-dessus concernent uniquement la France. Si on s’attache à l’Allemagne la situation, due à cette conjoncture inflationniste, est bien pire, l’empire germanique sombre dans une totale démoralisation, malgré les dures privations pour soutenir la guerre, le front craque, les offensives sont stoppées et repoussées, et à l’arrière des débuts de famine sont constatés. Les réputés robustes allemands s’effondreront les premiers.

Pendant les années folles écloront toutes les fleurs de tous les extrémismes, fleurs souvent vénéneuses. Mais il faut garder en mémoire que les graines ont été semées pendant la grande guerre, d’ailleurs avant la fin de celle-ci ici ou là apparaissaient les plus précoces.

 

56/57

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                   &

REYBAUD Antonin Louis, viticulteur, né le 12 août 1880 d’Auguste REYBAUD et de Claire REDIER

Cheveux et yeux noirs, front couvert, nez et bouche grand, visage ovale, taille 1,58. Niveau d’instruction 2

 

12 août 1914 versé au 55eme régiment d’infanterie de Pont-Saint-Esprit, il participe au combat de DIEUZE du 19/20 août 1914 (45 Kms au nord-ouest de Nancy) 800 hommes hors de combat.

4 septembre 1914 versé au 58eme régiment d’infanterie d’Avignon/Arles, régiment durement éprouvé à DIEUZE, 1200 hommes hors de combat. Il se bat dans la Marne puis à Verdun

3 juin 1915 versé au 40eme régiment d’infanterie de Nîmes/Ales/Uzès, il combat à Verdun, puis à Reims, la Champagne, et encore Verdun

Fin 1916 le régime est réorganisé à Toulouse pour aller se battre sur le front d’Orient, Salonique.

Je rappelle que 200 hommes du 40eme à bord de « l’Amiral-Magon » périront noyés suite au torpillage le 25 janvier 1917 du bâtiment par un sous-marin allemand.

Le soldat REYBAUD n’était pas embarqué sur ce vaisseau puisqu’il est le

27 mas 1918 versé au 15eme escadron du train

20 février 1919 congé illimité

Décoré de la médaille de la victoire et de la médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « le soldat REYBAUD avait une sœur ainée prénommée Marguerite née en 1866, elle épousa en 1885 Louis Marius GRIBAL mon arrière-grand-père, en 1888 ils eurent un fils Auguste dont je descends, pour être complet Auguste REYBAUD fut le parrain Auguste d’où la transmission du prénom. C’était ma petite rubrique généalogique. »

 

                                                    &

58

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

ROUSSET Jules, jardinier, né le 27 décembre 1881 de Jean ROUSSET et de Catherine MEJEAN

Cheveux et yeux châtains, front découvert, nez gros, visage ovale, taille 1,62. Niveau d’instruction 3

 

14 août 1914 versé au 4eme régiment d’infanterie coloniale de Toulon, participe à la bataille de la Marne

Blessé le 23 septembre 1914 à BEAUMONT, 20 kms sud-est de Reims, une balle lui emporte la troisième phalange et une partie de la deuxième phalange de l’index de la main gauche

30 décembre 1914 repris à l’effectif du 4eme régiment d’infanterie coloniale. La Champagne en 1915, puis la somme en 1916

Ensuite en décembre 1916 le 4eme colonial partira sur le front d’orient, la Serbie.

12 juillet 1918 versé au 24eme régiment d’infanterie coloniale de Perpignan / Sète. Il semble que le soldat ROUSSET reste au dépôt du régiment.

11 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « pour être succinct dans la désignation des différents fronts : le front de l’ouest sépare la France et l’Allemagne, le front de l’est sépare la Russie de l’Allemagne, au sud l’Italie se dresse contre à son nord l’Autriche-Hongrie, les fronts orientaux d’abord la Serbie et la Grèce luttent contre l’Autriche-Hongrie liée à la Bulgarie et à la Turquie, la Turquie et le tragique épisode des Dardanelles, enfin le deuxième front oriental plus flou au sud de la Turquie où la France à pied en Palestine-Liban-Syrie et où l’Angleterre à pied en Egypte-Arabie, son célèbre Lawrence d’Arabie y œuvre ardemment.

 

                                                     &

59/60

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

RUAS Jean Julien Denis, viticulteur, né le 9 octobre 1881 d’Henri RUAS et de feue Marie CHASSEFIERE

Cheveux châtains foncés, yeux châtains, front découvert, nez effilé, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction 3

 

8 août 1914 versé au 55eme régiment d’artillerie d’Orange, participe en 1914 à l’offensive de Lorraine, Dieuze. En 1915 la Champagne, le fortin de Beauséjour. En 1916 et 1917 Verdun. En 1918 les Flandres.

7 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « par les déplacements de ce régiment on peut suivre quelques-unes de nos offensives. L’effroyable tactique se résume à ceci : nos artilleurs chassent les ennemis du terrain, nos fantassins l’occupent. Dans l’autre camp la tactique est similaire. Après la grêle d’obus, et les charges meurtrières, les lignes reviennent à leur point de départ, et pendant que les états-majors décident une nouvelle offensive dans un secteur jugé décisif, le premier secteur redevenu plus calme voit apparaître les régiments territoriaux, ils viennent reconstituer les tranchées, installer les chevaux de frise, refaire les voies d’accès, etc... »

 

                                                     &

BARRE Guillaume René, viticulteur, né le 12 novembre 1881 d’Antoine BARRE et de Marie RUAS

Cheveux et yeux châtains, front découvert, visage ovale, taille 1,67. Niveau d’instruction 3

 

Lors de son service militaire, il passe le 6 juin 1903 soldat de 1ere classe

Le soldat BARRE aura un parcours similaire à celui du soldat ROUSSET voir plus-haut.

12 août 1914 versé au 4eme régiment d’infanterie coloniale de Toulon pour être précis au 9eme bataillon.

Blessé le 24 septembre 1914 aux Marquises dans la Marne à 15 kms à l’est et légèrement au sud de Reims, une balle au mollet droit et une blessure au genou

6 octobre 1914 repris à l’effectif du 4eme régiment d’infanterie coloniale

2 décembre 1916 parti sur le front d’Orient, la Serbie

Evacué le 22 juin 1918 pour motif de maladie

29 novembre 1918 rejoint le dépôt

28 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

                                                    &

61/62

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

FRESSAC Jean Marius, viticulteur, né le 25 mars 1881 d’Henri FRESSAC et de Léontine MARIAGE

Cheveux et yeux châtains, front couvert, nez petit, visage ovale, taille 1,52. Niveau d’instruction 2

 

Ajourné du service militaire pour faiblesse générale et classé au service auxiliaire

28 septembre 1914 versé à la 15eme section des infirmiers de Marseille

21 janvier 1917 aux armées à l’ambulance

12 décembre 1917 versé à la 16eme section des infirmiers de Perpignan

9 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

Citation : cité à l’ordre du service de santé le 28 août 1918

Infirmier zélé et dévoué

Blessé durant le bombardement de la formation dans la nuit du 22 au 23 août 1918, a voulu néanmoins continuer son service, et ne la cessé que sur l’ordre formel de son médecin-chef

 

Commentaire YG « deux points : primo, malgré son état de faiblesse généralisé l’armée fait appel à ses service preuve que les critères de sélection sont reconsidérés ; secundo, au Noël 1914 les soldats des deux camps fraternisent, à l’été 1918 l’état d’esprit a changé on tire à présent sur l’ambulance à moins de mettre ces actes sur le compte d’éventuels problèmes de vision. Voir le cas du soldat qui suit : Jean Eugène LACAN »

 

                                                    &

LACAN Jean Eugène, bourrelier, né le 29 septembre 1881 de Pierre Eugène LACAN et de Marie TEULON

Cheveux châtains, yeux roux ( ?), front couvert, nez gros, visage ovale, taille 1,62. Niveau d’instruction 3

 

Ajourné du service militaire pour des problèmes de vue : hypermétropie forte,

et classé au service auxiliaire

28 novembre 1914 versé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

23 février 1916 aux armées

16 mars 1918 versé au 13eme régiment d’artillerie de Vincennes / Paris

Régiment présent dans l’Oise, bataille de Noyon (25 Kms nord-est de Compiègne), lors de l’ultime offensive allemande

15 mars 1919 congé illimité

                                                  &

63

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

ITIER Marcellin Pierre, viticulteur, né le 8 janvier 1882 de feu Fulcrand ITIER et de Victoire VEYSSAC

Cheveux et yeux châtains foncés, front découvert, nez gros, bouche grande, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction 3. Particularités : tatouages aux deux bras

 

Dispensé du service militaire en tant que fils unique d’une veuve

12 août 1914 versé au 4eme régiment d’infanterie coloniale de Toulon

Parti à destination du Maroc le 25 juillet 1915

15 novembre 1915 versé au 2eme régiment d’infanterie coloniale de Brest

Précisément au 9eme bataillon colonial du Maroc

22 février 1918 passé au 22eme régiment d’infanterie coloniale d’Hyères

2 septembre 1918 retour au 4eme régiment d’infanterie coloniale de Toulon

Puis il est versé au 24eme régiment d’infanterie coloniale de Perpignan

Enfin le 29 mars 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « avec ses pérégrinations orientales le soldat ITIER attrapera paludisme et dysenterie, et malheureusement pour lui il décèdera le 24 octobre 1926 »

                                                   &

 

BONNISSEL Léopold Jean, viticulteur, né le 17 octobre 1882 de Théodore BONNISSEL et de Marie RICARD

Cheveux et yeux châtains foncés, front découvert, nez et bouche petite, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction 2

 

Pendant son service militaire à Tarbes il apprendra, outre le maniement des armes, à jouer du tambour

13 août 1914 versé au 122emerégiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Il tombe malade très vite et le 24 septembre 1914 il décède à l’hôpital mixte de Montpellier sans autre précision

                                                     &

  64

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

MARTY Joseph François, carrier, né le 13 septembre 1882 de Pierre MARTY et de Julie JOURDAN

Cheveux et yeux châtains, front bombé, visage ovale, taille 1,60. Niveau d’instruction 2

 

14 août 1914 versé au 4eme régiment d’infanterie coloniale de Toulon, il prend sa part dans la bataille de la Marne, puis combat en Champagne

Blessé le 6 septembre 1915 à MASSIGES à 60 Kms à l’est de Reims, on ne détaille pas l’importance des blessures

16 mars 1916 versé au 24eme régiment d’infanterie coloniale de Perpignan / Sète

MORT POUR LA FRANCE à une date antérieure à celle du 29 avril 1917 à LAFFAUX 13 Kms au nord-est de Soissons

16 mai 1917 inhumé à la fosse commune du P.C. des Carrières de Laffaux plaque 948

 

Commentaire YG « ironie cruelle du destin qui fait enterrer dans des carrières un homme qui par son métier œuvrait dans les carrières, à Vendargues en particulier.

La bataille de LAFFAUX se déroule dès le 16 avril 1917, elle implique les : 22eme, 41eme, 43eme, et évidemment le 24eme, tous régiments d’infanterie coloniale.

Une pluie fine arrose un terrain déjà boueux, elle va devenir très vite torrentielle. Il est 3 heures du matin, lourd de son barda le soldat MARTY et les hommes des quatre régiments attendent derrières le ballast de la voie ferrée leur moment, pour l’instant ils assistent spectateurs à la canonnade préalable. 8 heures et 55 minutes, les secondes s’égrènent. « Attention les gars ! En avant ! » L’assaut est donné, la pluie redouble, les rafales de vent balaient le théâtre des opérations, la boue ne permet pas des appuis stables, les barbelés à franchir, ils déchirent les uniformes, lacèrent les chairs, les mitrailleuses opposent des tirs de barrage, les grenades ont raisons des tireurs, les tranchées des premières lignes sont atteintes, mêlées de corps à corps, corps embrochés, corps déchiquetés. Les hommes tombent, et tombent encore, et parmi eux le soldat MARTY, est-ce ce jour-là, le jour suivant, ou celui d’après ?

L’offensive de LAFFAUX ne donna pas les résultats escomptés, dira le compte rendu officiel. Effectivement il sera bien difficile d’attribuer le gain de la bataille à quiconque. Une bataille somme toute bien ordinaire.

A la fin de son service militaire en 1904 le soldat MARTY obtint son certificat de bonne conduite. Mais je doute que sa bonne conduite ait été prise en compte dans son démêlé judiciaire, le 9 mars 1905, le tribunal correctionnel de Montpellier le condamne à 20 jours de prison pour coups et blessures volontaires. Je mets en évidence cet évènement pour montrer d’une part la complexité des hommes et d’autre part ce que recouvre la violence des mots. J’ai moi-même été condamné à 400 € d’amende pour violences volontaires, et en effet j’ai bousculé un « homme » après un différend verbal. Il avait 20 ans de moins que moi, il possédait 20 Kg de muscle de plus que moi, et du vice à revendre. Avant d’aller pleurer auprès de la maréchaussée, il nota le nom d’un témoin à sa dévotion, et son médecin, complaisant, lui délivra un certificat médical où ses vapeurs furent caractérisés par des mots appropriés du jargon médical. Je ne me plains pas, à une autre époque j’eusse peut-être été déporté, mais à coup sûr au temps du soldat MARTY, dans sa geôle, je lui aurais tenu compagnie. »

                                                    &

 65

----------------------------------------------------------------------------------------------

CHAUDESAIGUES Raymond Auguste Antonin, menuisier, né le 17 novembre 1882 d’Elisée CHAUDESAIGUES et de feue Jeanne BEYRUEYS

Cheveux et yeux châtains, front découvert, visage ovale, taille 1,62. Niveau d’instruction 3. Particularités tatoué aux deux bras.

 

11 août 1914 classé au service auxiliaire « spécialités anciennes et variées ». Il y a tout lieu de croire que l’armée tient compte de son métier de menuisier

Décédé le 16 février 1915 à hôpital mixte de Montpellier à cause de maladie non-précisée

 

Commentaire YG «qu’elle peut être la cause de l’irascibilité du soldat CHAUDESAIGUES ? Déjà par le passé il sera à deux reprises rattrapé par la justice. Justice militaire d’abord le 3 avril 1906, il écope de 3 mois de prison pour outrage à son supérieur en dehors du service, malgré cette affaire à la fin de son service militaire, décembre 1906, il obtiendra son certificat de bonne conduite. Justice civile enfin, le tribunal correctionnel de Montpellier à la date du 6 décembre 1911, le condamne à 24 heures de prison avec sursis pour outrages et violences à agents. Je veux croire que l’être stabilisateur qu’aurait dû être sa mère lui fit cruellement défaut. »

                                                    &

 

FRESSAC Joachim, viticulteur, né le 17 février 1882 de Paul FRESSAC et de Philomène CAMMAL

Cheveux et yeux châtains foncés, front découvert, nez et bouche petits, visage ovale, taille 1,64. Niveau d’instruction 3

 

Devenu soldat de 1ere classe le 23 septembre 1904

4 août 1914 versé au 16eme escadron du train des équipages de Lunel

21 mars 1916 versé au 116eme régiment d’artillerie lourde

Citation : Conducteur dévoué et courageux, a assuré le 29 avril 1917 le ravitaillement d’une compagnie au cours d’un violent bombardement à obus toxiques. A été intoxiqué, et a dû être évacué.

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre.

 

                                                     &

 66

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

POUGET Clément Emilien Isidore, boucher et viticulteur, né le 22 novembre 1882 d’Augustin POUGET et de Caroline CRESPY

Cheveux et yeux châtains foncés, front couvert, nez et bouche petits, visage ovale, taille 1,75. Niveau d’instruction 3

 

Devient caporal clairon le 23 septembre 1905

3 août 1914 versé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier. La Lorraine en 1914, les Flandres belges hiver 14/15, la Champagne ensuite

3 janvier 1916 versé au 92eme régiment d’infanterie de Clermont-Ferrand. Bataille de Verdun.

Disparu le 10 mars 1916 au bois des corbeaux, lieu situé à 15 kms au nord de Verdun

En fait le soldat POUGET sera retenu prisonnier à Munster

Rapatrié le 26 décembre 1918

11 février 1919 congé illimité

Décoration médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « la grande offensive allemande de Verdun débute le 21 février 1916. La prise de Verdun est secondaire, ce qui importe pour l’état-major allemand, c’est de saigner à blanc nos effectifs. Il convient de savoir que le Kronprinz Guillaume, héritier de la couronne, dirige en personne la manœuvre. J’ajouterais un élément historique en l’an 843 par le traité de Verdun le vaste empire de Charlemagne explose, il ne m’étonnerait point que par leur passion de l’épique les germaniques voulussent, d’un nouveau traité de Verdun écrit par le sang des héros, réunifier l’ancien empire de Charlemagne et créer un nouveau… Reich »

 

                                                     &

CAMMAL Auguste Jean, viticulteur, né le 18 février 1883 de Joachim CAMMAL et de Eulalie GAILHAC

Cheveux et yeux châtains foncés, front découvert, nez long, visage ovale, taille 1,69. Niveau d’instruction 3

 

Tout comme son pays BONNISSEL Léopold, cité plus haut, CAMMAL Auguste apprendra à jouer du tambour pendant son service militaire effectué à Tarbes comme son devancier

4 août 1914 versé au 4eme régiment d’infanterie coloniale de Toulon. Le soldat CAMMAL participe à toutes les opérations de son régiment : 1914 la bataille de la Marne, 1915 Reims et la Champagne, puis 1916 la bataille de la Somme.

Citation à l’ordre du régiment, le 24 juin 1916, pour être resté sur le front pendant 22 mois sans évacuation

20 novembre 1916 parti sur le front d’Orient, la Serbie. Il y attrapera le paludisme macédonien ( ?)

28 février 1918 rejoint le dépôt du 4eme

8 mars 1919 congé illimité

Décoration : croix de guerre avec étoile bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

                                                        &

67/68

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

GRUVEL Charles Ferdinand, viticulteur, né le 2 octobre 1883 d’Emile GRUVEL et de Marie CAIREL

Cheveux et yeux noirs, front couvert, visage ovale, taille 1,64. Niveau d’instruction 3

 

Lors de son service militaire devient en 1905 soldat musicien

4 août 1914 versé au 4eme régiment d’infanterie coloniale de Toulon

17 décembre 1914, aux armées, il passe au 12eme bataillon sénégalais

16 mars 1915 versé au 7eme régiment mixte d’infanterie coloniale de Bordeaux, la Champagne en 1915 et bataille de la Somme en 1916

9 septembre 1916 il part sur le front d’Orient

20 décembre 1916 versé au 24eme régiment d’infanterie coloniale de Perpignan, mais il reste sur le front oriental

8 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « le temps de son passage au 7eme colonial, le soldat GRUVEL sera témoin d’une justice militaire expéditive. Le 29 mai 1915 des soldats de ce régiment subiront le châtiment du peloton d’exécution à Maffrécourt, lieu situé à 55 Kms à l’arrière de Verdun, pour désertion face à l’ennemi. Leur réhabilitation interviendra en juin 1927, mais pendant 12 ans leurs proches vivront marqués par l’infamie. »

 

                                                    &

REBOUL Guillaume, viticulteur, né le 19 septembre 1883 de Louis REBOUL et de Françoise ITIER

Cheveux châtains, yeux roux ( ?), menton à fossettes, visage ovale, taille 1,71. Niveau d’instruction 3

 

Au 122eme de Montpellier, lors du service militaire, il devient clairon de 1ere classe en 1906

13 août 1914 revient au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Aux armées le 31 janvier 1916

8 mars 1919 congé illimité

 

Sa valeur militaire lui vaudra d’être cité à deux reprises à l’ordre de sa brigade le 3 octobre 1917 et le 8 novembre 1918

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                    &

69

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Peu importe la puissance meurtrières des armes, ces obus qui explosent, et se fragmentent, ces lances qui crachent les flammes, ces gaz qui vicient l’air en lui donnant une saveur de moutarde, ces canons qui voient leur diamètre augmenter autant que leur couverture mortelle. Peu importe donc toutes ces armes de destructions massives dont le génie humain se plait à créer, à perfectionner, et à détenir à des fins dissuasives. « Si vis pacem para bellum », si tu veux la paix prépare la guerre, disait-on déjà dans l’antiquité. Peu importe aussi les noms qu’emploie la stratégie : légion, corps d’armée, division, régiment, brigade. Car au final, c’est à la régule ou au vice, à la pétoire et au surin qu’il faut terminer le bougre d’en face, en y regardant le blanc de l’œil au poteau à qui on fait avaler son bulletin de naissance. « Les armes suprêmes », le superlatif, mon général, camoufle mal la barbarie des gestes extrêmes. Ces hommes, pour l’essentiel paysans, remuaient la terre, et avec l’aide du ciel, faisaient venir la vie. Le fond de leur caractère excluait l’agressivité, nombreux vendarguois, pendant le conditionnement guerrier du service militaire, se débrouillèrent pour appartenir au groupe musical de leur régiment, délaissant ainsi l’acier pour le cuivre. Et pourtant à l’exemple du caporal américain Alvin YORK les plus pacifiques devinrent les plus féroces. Le caporal YORK, issu du monde rural, intrigua pour être réformé en raison de ses convictions religieuses, or après sa formation il intégra l’armée de son pays et participa à l’offensive Meuse-Argonne, où il mit, avec son fusil, hors de combat définitivement 32 allemands. Nous étions bien loin de l’amour du prochain. Il ne faut jamais perdre de vue cette donnée essentielle que l’homme, pour survivre, est capable de possibilités inouïes d’adaptabilité.

 

  70

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                   &

TEULON Florentin Clément Anatole, surnuméraire de l’enregistrement et des domaines, né le 13 juillet 1883 de Marius TEULON et de Marie GRANIER

Cheveux châtains, yeux roux ( ?), front découvert, bouche petite, menton rond, visage à fossettes, taille 1,68. Niveau d’instruction 5, pour accéder au surnumérariat le baccalauréat est indispensable.

 

Exempté du service militaire sans doute parce qu’il sert l’administration financière de la France

27 janvier 1915 versé au 7eme escadron du train des équipages, service auto.

29 janvier 1915 versé au 13eme régiment d’artillerie de Paris / Vincennes, service auto.

1 juin 1916 versé au 20eme escadron du train

18 octobre 1916 nommé brigadier

22 novembre 1916 nommé maréchal des logis

26 décembre 1916 nommé sous-lieutenant

23 mars 1919 congé illimité

 

Citation du 6 octobre 1918, excellent officier-mécanicien très consciencieux et très dévoué, dirige avec compétence les ateliers d’entretien et de réparations du groupe des sections de transport dont il a obtenu par son zèle un rendement exceptionnel. A fait preuve en plusieurs circonstances de beaucoup de truisme et de sang-froid notamment dans la nuit du 11, 12, et 13août 1918 assurant un transport dans des conditions difficiles sous des violents bombardements » ( pas de précision sur le lieu)

Décoration : croix de guerre (et surement médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre)

 

Commentaire YG « à la question malicieuse de savoir qu’elles étaient les fonctions du surnuméraire de l’enregistrement, du timbre, et des domaines, je dirais par déduction que l’administration du surnumérariat s’occupait des tâches dévolues de nos jours à l’administration du cadastre, à celle du conservateur des hypothèques, sans oublier celle imposante de la caisse des dépôts et consignations, à quoi s’ajoute les actes publics des études notariales »

 

                                                   &

BRUGUIERE Marcelin Albert, cultivateur, né le 20 septembre 1884 de Sylvain BRUGUIERE et de feue Antoinette TEISSIER

Cheveux et yeux châtains foncés, front haut nez long, visage ovale, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

 

4 août 1914 versé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier, se bat d’abord en Lorraine, puis en octobre monte au nord dans les Flandres

Tué à l’ennemi le 26 octobre 1914 au combat de VERMELLES, lieu situé entre Lens et Béthune.

 

Commentaire YG « à ma grande surprise le nom du soldat BRUGUIERE, bien que natif de Vendargues, ne figure pas sur le monument aux morts de Vendargues. Sa fiche militaire indique comme lieu habituel de son domicile ST Génies des Mourgues, cependant l’usage permet qu’un mort pour la France puisse avoir son nom gravé dans la pierre de deux monuments aux morts distincts, sur celui du village de naissance et sur celui de résidence.

Si mes modestes recherches amenaient la rectification nécessaire, je pense alors qu’elles n’auraient pas été vaines.»

 

                                                     &

71/72

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 CHAPTAL Jacques Zoé, viticulteur, né le 17 octobre 1884 de Louis CHAPTAL et de Madeleine VIGORUSKI pour ce nom, ici mal orthographié, voir commentaire

Cheveux châtains, yeux roux ( ?), front couvert, nez gros, visage ovale, taille 1,54. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 versé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier, opère en 1914 en Lorraine, puis participe à la course à la mer et se retrouve en fin d’année dans les Flandre, en 1915 la Champagne, août 1916 Verdun, en 1917 toujours Verdun

Citation pour son combat du 30 mars 1917 « soldat déjà remarqué par son courage, a encore fait preuve d’énergie en se servant de son arme en dépit des mitrailleuses ennemies qui rasaient le parapet »

Après Verdun, l’Alsace, puis en 1918 les Flandres

8 juin 1918 fait prisonnier à MORTEMER dans l’Oise, 20 Kms au nord-ouest de Compiègne

Rapatrié le 29 novembre 1918

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

 

CHAPTAL Felix Pierre, frère du précédent, clerc d’huissier, né le 16 septembre 1886, sera exempté à cause de l’atrophie de son bras droit.

 

Commentaire YG « texte du registre :

Le sr Albert WIECZOREK ou vulgairement WIECZOROWSKI, cultivateur, né dans la ville d’Ostroie paroisse de Koscielec dans le palatinat de Cracovie royaume de Pologne, le 16 avril 1775 domicilié à Vendargues depuis 36 ans.

Cet homme est l’ancêtre du soldat CHAPTAL. En 1832 lors de son mariage WIECZOROWSKI avoue être à Vendargues depuis 1796, par quel hasard cet homme se trouve-t-il chez nous. La grande histoire peut expliquer la petite, quand il nait en 1775 la Pologne a été partagé entre la Russie, la Prusse, et l’Autriche ses puissants voisins. Plus tard à l’époque de la révolution française, le général Dombrowski natif des environs de Cracovie, comme notre homme, lutte pour l’indépendance de sa Pologne. N’aurait-il pas enrôlé Wieczorowski dans son armée ? Par la suite en 1795 le général Dombrowski forme les légions polonaises, elles se rangent sous le commandement d’un certain Bonaparte commandant de l’armée d’Italie.

Toujours est-il qu’en 1796, WIECZOROWSKI prend l’état de cultivateur à Vendargues, les années passent, et il se met en ménage autour de 1805/1806 avec Marguerite Elisabeth SOULI une vendarguoise né le 1er novembre 1786. Des enfants qu’ils auront ensemble, six : Marguerite née en 1807 ; Jean né en 1809 ; Marguerite née en 1816 ; Marie née en 1819 ; Marie Magdelaine née en 1823 ; et Rose née en 1826, seront en vie et régulièrement reconnus, lorsque le 16 juillet 1832 ils se marient, mariage heureux car mariage plus vieux. À cette époque, 1832, Cracovie est une ville libre et indépendante, et représente à elle seule la Pologne.

Néanmoins je veux insister sur ce point de nos jours en 2014, on reproche à nos administrations ses lenteurs mais on sait à peu près qui s’occupe de quoi, et si des actes entrainent des frais, ils sont, pour l’essentiel, abordables. Imaginez l’embarras d’un garçon au début du 19eme siècle, parlant un français approximatif, ne sachant ni lire, ni écrire, désirant convoler officiellement. Pour ce faire il doit desserrer les cordons de sa bourse et prendre en charge tous les frais inhérent à son affaire : interprète, notaire, avoué, etc… Or les fameuses lenteurs administratives freinent son projet, alors il anticipe, il se met en couple, le temps passe, il manque toujours quelques papiers, puis d’autres problèmes absorbent ses faibles revenus de cultivateur, journalier probable, principalement les nombreuses naissances de son foyer officieux.

 

Dernier point anecdotique, les WIECZOROWSKI vont se fondre dans la masse vendarguoise, et aujourd’hui encore, à leur insu, du sang venu de la lointaine Pologne coule dans les veines de nombreux vendarguois, et également dans les veines de nombreux melgoriens (voir ci-dessous)»

                                                       &

73/74

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

VIGOROSKI mais en réalité WIECZOROWSKI Mathieu, viticulteur, né le 31 janvier 1886 à MAUGUIO de Julien Jacques WIECZOROWSKI et de Marie GUIRAUDON

Cheveux noirs, yeux châtains, front découvert, visage ovale, taille 1,59. Niveau d’instruction 2

5 août 1914 versé au 122eme Régiment d’infanterie de Rodez

Décédé à l’hôpital auxiliaire n° 101 de Lyon le 18 septembre 1914 à la suite d’une fracture compliquée aux deux jambes par éclat d’obus

 

Commentaire YG « rien n’est dit sur le lieu où le soldat WIECZOROWSKI a été blessé. Alors il faut suivre le 122eme, après notre offensive infructueuse du 18,19, 20 août 1914 sur DIEUZE à 45 Kms à l’est de Nancy, les allemands tentent une contre-offensive au niveau de CHARMES à 45 Kms au sud de Nancy connue sous le nom trouée de Charmes, elle déroulera pendant les 10 derniers jours d’août. En septembre le 122eme défend Nancy, c’est la bataille du Grand-Couronné. Un relief situé à l’est de Nancy, formé en demi-cercle, dont le rayon partant de son centre Nancy, est égal à 15 Kms, se nomme Grand-Couronné. Il y a de fortes possibilités que ce soit dans ces secteurs que le soldat WIECZOROWSKI a été touché, ensuite il est dit qu’il meurt d’une fracture compliquée : gangrène ?, tétanos ?, ou autre pathologie ? »

 

                                                   &

JEANJEAN Noël Marius Joseph, viticulteur, né le 24 décembre 1884 d’Hilaire JEANJEAN et de Mathilde FERRAND

Cheveux châtains foncés, yeux roux ( ?), front découvert, visage allongé, taille 1,74. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 versé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

Blessé le 26 novembre 1914 à VERMELLES entre Lens et Béthune aucune précision sur ses blessures

Cité à l’ordre de sa division le 6 janvier 1915 « chef de section adjoint mitrailleur énergique et courageux »

12 mars 1915 nommé caporal

1 mai 1915 nommé sergent

Blessé le 7 juillet 1915 à BEAUSEJOUR 60kms à l’est de Reims « plaie au mollet gauche par éclat d’obus »

9 juin 1918 fait prisonnier à MORTEMER au nord de Compiègne

Interné à Cassel et rapatrié le 9 janvier 1919

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, insigne des blessés.

 

                                                 &

75/76

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

POUGET Jean Marius, viticulteur, 26 février 1884, né le 26 février 1884 d’Augustin POUGET et de Catherine CRESPY

Cheveux châtains foncés, yeux roux ( ?), front découvert, nez gros, visage ovale, taille 1,72. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 versé au 141eme régiment d’infanterie de Marseille, se dirige en Lorraine, puis en fin d’année 1914 en Argonne, où il reste en 1915, en1916 participe à la bataille de Verdun, en avril il part dans les Flandres, puis la Somme, la Belgique en 1917, encore la Somme, en 1918 retour à Verdun

21 août 1918 passé au 48eme régiment d’infanterie de Guingamp, avec ce régiment le soldat POUGET terminera sa campagne dans les Vosges, ainsi le soldat POUGET aura couvert entièrement le front de l’ouest

 

Citation à l’ordre du régiment le 29 septembre 1917, pas de motif dument notifié, sa valeur seule explique sa citation

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                     &

ROUSSET François Gaston, viticulteur, né le 24 avril 1884 de feu Jacques Léon ROUSSET et de Marie COUDERC

Cheveux châtains, yeux roux ( ?), front découvert, visage ovale, taille 1,68. Niveau d’instruction 3

 

Dispensé du service militaire en tant que fils unique de veuve

3 août 1914 versé au 2eme régiment du génie de Montpellier

Blessé le 17 avril 1917 à CRAONNE à 30 Kms au nord-ouest de Reims. « est sorti hardiment de la tranchée à la suite de son chef de section sous un violent feu de mitrailleuse entrainant ses camarades par son courage et son mépris du danger, a été grièvement blessé ».

A la suite de quoi, il sera réformé pour limitation de mouvement de l’épaule gauche

Décoration : croix de guerre avec étoile d’argent, insigne des blessés, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « Adieu la vie, adieu l’amour

Adieu toutes les femmes

C’est bien fini, c’est pour toujours

De cette guerre infâme

 

Chanson anonyme, qui dévoile au grand jour les exécutions de mutins de 1917. Mutineries et désertions qu’il faut mettre en parallèle avec l’attitude du soldat ROUSSET et de milliers et milliers d’autres.

Revenons à la chronologie, au printemps 1917 le général Nivelle décide une offensive au nord de Soissons et de Reims, sur une ligne qui épouse une voie est-ouest nommée le chemin des dames, cette voie était empruntée au 18eme siècle par les filles de Louis XV lorsqu’elle se rendait dans un de leurs châteaux, sur le côté est du chemin des dames se situe CRAONNE.

L’offensive se déroulera en avril 1917 (d’où la blessure de ROUSSET), selon la tactique éprouvé l’artillerie déblaie, l’infanterie occupe. Sauf que la résistance allemande est plus résolue que l’état-major français ne le pensait, qu’à cela ne tienne nous allons insister, et ils céderont. Les allemands cédèrent en effet du terrain, environ 500 mètres, mais nos pertes s’évaluent entre 120 000 et 140 000 hommes. Alors de nombreux soldats, le moral atteint, pour n’être considérés que comme chair à canon, se mutinent dès la fin mai. Le général Pétain remplace le général Nivelle pour redresser une situation qui tend vers l’anarchie, et donner espoir aux soldats. Par des visites répétées sur le terrain le général Pétain remonte le moral des hommes qui reconnaissent en lui le paysan qu’ils sont. Cependant il faut sévir, les tribunaux militaires, justice expéditive, condamneront à mort environ 500 meneurs dont une cinquantaine subira l’infamie du peloton. En juillet 1917 l’ordre est revenu sur le front.

 

C’est à CRAONNE sur le plateau

Qu’on doit laisser sa peau

Car nous sommes tous condamnés

C’est nous les sacrifiés »

                                                    &

  77

----------------------------------------------------------------------------------------------

PAGES Paul Etienne, viticulteur-régisseur agricole, né le 25 août 1884 de Patrice PAGES et de Christine BRUGUIERE

Cheveux châtains, yeux roux ( ?), front découvert, visage ovale, taille 1,78. Niveau d’instruction 3

 

5 août 1914 versé au 9eme régiment d’artillerie de Castres, en opération en Alsace en 191, puis en 1915 dans la région de la Woëvre, région qui longe Longwy-Metz-Nancy

1 octobre 1915 passé au 116eme régiment d’artillerie lourde

15 décembre 1915 passé au 111eme régiment d’artillerie lourde, avec ce régiment le soldat PAGES embarque à Marseille pour l’A. O. (Afrique occidentale)

21 janvier 1917 évacué en France

5 octobre 1917 revient au 116eme régiment d’artillerie lourde

12 février 1918 passé au 115eme régiment d’artillerie lourde

10 août 1918 passé au 418eme régiment d’artillerie lourde

1 mars 1919 passé au 101eme régiment d’artillerie

16 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                     &

 

LACAN Henri Jean, viticulteur, né le 13 février 1885 de feu Auguste LACAN et de Fanie Pascale SIMON

Cheveux châtains, yeux roux ( ?), front découvert, visage ovale, taille 1,56. Niveau d‘instruction 3

 

3 août 1914 versé au 122eme régiment d’infanterie de Rodez

9 juin 1918 fait prisonnier à MORTEMER 20 Kms au nord-ouest de Compiègne

Interné à SOLTAU

9 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « et de trois, tout comme CHAPTAL et JEANJEAN (voir ci-dessus), le soldat LACAN sera pris à MORTEMER.

Le 122eme régiment d’infanterie de RODEZ prendra son baptême du feu douloureusement, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Nancy se trouve les communes de DIEUZE et de BISPING-BELLES-FORETS, entre le 18 et le 22 août 1914, environ 1000 seront mis hors de combats, pour l’essentiel des gars de chez nous. Au comble de la confusion, pendant ces journées d’affrontements, ils semblent que des régiments français se tiraient dessus les uns contre les autres »

                                                    &

78

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

CHASSEFIERE Marius François Antoine, viticulteur, né le 3 février 1885, de feu Laurent CHASSEFIERE et de feue Marie Andrée PAGES

Cheveux châtains clairs, yeux roux ( ?), front découvert, nez fort, visage plein, taille 1,56. Niveau d’instruction 3

 

4 août 1914 versé au 4eme régiment d’infanterie coloniale de Toulon, en 1914 ce régiment participe à la bataille de la Marne, puis s’établit dans la région de Reims

« Tombé au champ d’honneur du 25 au 27 septembre 1915 en Champagne »

 

Commentaire YG « au nord de Châlons-sur-Marne et à l’est de Reims se déroulerait à partir du 22 septembre 1915 notre offensive générale : la bataille de Champagne. Une attaque secondaire dans l’Artois se déploierait en même temps. Pendant trois jours nos canons bombarderaient la ligne ennemie, sous ce feu incessant « nous pensions qu’avec un tel déluge d’obus, il ne resterait plus personne dans les tranchées adverses. Nous nous étions trompés car les balles ont commencé à siffler autour du clairon » (témoignage du soldat COUAPEL lorsque l’assaut est donné). Le 25 septembre 1915 notre grande attaque déferlerait sur une largeur de 25 Kms entre Auberive et Massiges.

Massiges justement, situé à 65 Kms à l’est de Reims, au nord de ce village la conformation du terrain présentait la marque d’une main grande de 15 Kms sur 15 Kms, les « doigts » orientés sud-ouest. Le 4eme colonial, au sein duquel se trouvait le soldat CHASSEFIERE, se positionnait dans le secteur de l’ « annulaire », et il subirait des lourdes pertes dont notre garçon.

Les résultats de cette bataille, qui dura jusqu’au 6 octobre, n’eurent pas l’ampleur escomptée néanmoins les allemands abandonnèrent 4 Kms de terrain en profondeur »

 

                                                     &

79

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

DAMON Adolphe Benedict, typographe, né le 28 mars 1885 de Louis DAMON et d’Antonia AUSSARGUES

Cheveux et yeux noirs, front découvert, nez aquilin, visage ovale, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

 

La jeunesse de ce démon de DAMON

Il sortit de l’école muni du bagage ordinaire strictement élémentaire mais suffisant pour apprendre la typographie. Au tournant du siècle nombre de typographes penchent vers l’anarchie, et son singulier catéchisme : ni Dieu ni maître, la propriété c’est le vol, l’action directe, pendre le dernier curé avec les boyaux du dernier militaire, ou l’inverse. Ce catéchisme le gars DAMON le digèrera mal, et ses actions de grâce en souffriront. En rémission de ses fautes les tribunaux le condamneront dès ses quinze ans à des actes de contritions coercitifs.

20 mars 1900 pour dégradation de monuments publics à Montpellier 24 heures de prison

10 mai 1900 condamné pour vol à Montpellier

23 septembre 1902 pour vol à Montpellier 8 mois de prison, mais bénéficie de la liberté conditionnelle

1 décembre 1903 pour vagabondage à Tarascon 15 jours de prison

Voulant peaufiner son apprentissage dans la truanderie, il monte à Paris.

4 février 1905 l’administration pénitentiaire de Paris lui offre pour ses 20 ans un an de prison assorti de deux ans d’interdiction de séjour

L’armée le rattrape, et l’appelle à l’activité au 1er bataillon d’infanterie légère d’Afrique, les fameux bat’d’af propres à ramollir les têtes dures. Il n’obéit pas aux ordres d’appel, l’armée le déclare insoumis au 1 décembre 1906

1 avril 1908 le tribunal de Toulouse confirme le jugement de Castelsarrasin, soit 2 ans d’emprisonnement pour vol

Le 3 février 1910 il végète à la prison centrale de Nîmes, quand l’autorité militaire s’en saisit et l’envoie au 4eme bataillon d’infanterie légère d’Afrique, d’où il déserte le 28 avril 1910.

 

14 septembre 1914 se présente spontanément au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier. Il profite de l’amnistie.

19 septembre 1914 versé 16eme groupe spécial à Collioure (unité spéciale de recadrage des cas difficiles)

9 octobre 1914 versé au 53eme régiment d’infanterie de Perpignan

22 octobre 1914 blessé par balle à YPRES au genou droit évacué le 3 novembre 1914

16 mars 1915 blessé à BEAUSEJOUR du côté de Reims. Un obus Shrapnel lui inflige une blessure beaucoup plus sérieuse, plaie et fractures au mollet gauche, admis le 15 mai 1915 à l’hôpital de Châtelguyon

24 juin 1916 réformé provisoirement pour boiterie et perte de substance osseuse, 20% d’incapacité, maintenu au service auxiliaire.

29 août 1916 versé au 121eme régiment d’infanterie territoriale de Béziers

13 février 1917 passé au dépôt du service automobile de Lyon

9 septembre 1917 passé au 20eme escadron du train

7 janvier 1918 passé au 14eme escadron du train

9 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, insigne des blessés

 

Commentaire YG « par la suite le registre militaire n’indique aucune implication répréhensible du citoyen DAMON vis-à-vis de la société »

                                                      &

80/81

----------------------------------------------------------------------------------------------

                              

SERVEN André Marius, tonnelier, né le 11 avril 1885, de Jean Antoine SERVEN et de Jeanne Pélagie CHARRIERE

Cheveux châtains, yeux noirs, front découvert, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction 3

 

Dispensé du service militaire pour être soutien de famille

Puis réformé pour adénites cervicales chroniques

Pourtant :

26 mars 1915 versé à la 16eme section des infirmiers

27 mai 1916 versé à la 5eme section des commis, ouvriers, et administratifs

12 juin 1916 versé à la 15eme section des commis, ouvriers, et administratifs

11 mai 1917 versé au 15eme escadron du train

Il part en orient le 8 août 1917 et passe au 20eme escadron du train

Evacué à la base navale le 15 janvier 1918

19 juillet 1918 versé au 14eme escadron du train

22 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

                                                   &

 

DURAND Antoine Nicomède, viticulteur puis tanneur, né le 16 septembre 1886 d’Antoine DURAND et de feue Eugénie FRAISSINET

Cheveux noirs, yeux châtains, front découvert, visage ovale, taille 1,69. Niveau d’instruction 3

 

Lors du service militaire il est classé au service auxiliaire pour rétractation tendineuse de deux doigts

Mobilisé le 2 août 1914, et incorporé le 20 décembre 1914 au 163eme régiment d’infanterie de Nice

4 mars 1915 versé au 4eme régiment d’infanterie coloniale de Toulon comme renfort

Blessé aux DARDANELLES le 8 mai 1915 par une balle au tibia gauche qui va limiter ses mouvements

22 mars 1916 versé au 112eme régiment d’infanterie de Toulon /Hyères, mais reconnu inapte aux services armées, il est en réalité détaché comme tanneur auprès de la maison Latel à Toulon

24 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille commémorative Serbe, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, insigne des blessé

 

Commentaires YG « les DARDANELLES sont un détroit long de 70 Kms et large de 3 Kms en moyenne, ce détroit relie la mer Egée à la mer de Marmara. La mer de Marmara baigne, dans son nord, ISTANBUL, la capitale de l’empire Ottoman. L’idée première des britanniques, puissance maritime de premier plan, était, dès le mois de février 1915, de lancer une offensive maritime audacieuse en forçant le passage des Dardanelles, se rapprocher d’Istanbul, et la bombarder force canonnade. « Si la flotte parvient à traverser le détroit, Constantinople tombera… et vous aurez remporté non une bataille mais la guerre » lord Kitchener ministre britannique de la guerre.

Mais le détroit s’avérera infranchissable protégé par des mines et des forteresses, qu’à celle ne tienne les armées alliées débarqueront au sud de la péninsule de Gallipoli, cette bande de terre qui borde le détroit côté ouest, tandis que des forces françaises feront diversion en débarquant sur le continent asiatique côté est du détroit. Le débarquement s’effectue le 25 avril 1915, toutefois l’opposition turque-allemande ne permettra pas d’avancer, à cela s’ajoutera un été redoutable porteur de maladies, outre des difficultés de ravitaillement. Finalement début décembre 1915 les armées alliées quittent le terrain.

Revenu en France dès le mois de mai 1915 le soldat DURAND, après un temps de convalescence, apprendra le métier de tanneur pour le service de l’armée »

                                                      &

82

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

BACARESSE Joseph Jean Guillaume, viticulteur, marchand de vin, puis restaurateur, né le 6 septembre 1886 de Jean Pierre Romain Firmin BACARESSE et de Marie Henriette VIALLA

Cheveux et yeux châtains, front découvert, visage ovale, taille 1,58. Niveau d’instruction 3

 

Il fait son service militaire au 122eme régiment d’infanterie de Rodez, où il prendre le grade de caporal le 11 avril 1908, puis celui de sergent de réserve le 26 janvier 1913

5 août 1914 arrive au 122eme régiment d’infanterie de Rodez

2 avril 1915 la commission de réforme le verse au service auxiliaire du 122eme régiment d’infanterie de Rodez pour « cicatrices adhérentes et étendues de la face et des membres supérieurs » rien n’est précisé sur l’origine de ses blessures

15 septembre 1915 reconnu inapte à faire campagne, maintenu au service auxiliaire

24 mars 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « rendu à la vie civile, il sera pris à la fin de l’année 1919 la main dans le… tonneau, et condamné pour fraude aux droits de régie sur les vins à 300 frs d’amende »

 

                                                    &

DAVID Antoine Marius Vincent, jardinier puis épicier, né le 19 juillet 1886 de feu Joseph DAVID et de Joséphine PLANES

Cheveux et yeux châtains, font couvert, visage carré, taille 1,67. Niveau d’instruction 3

 

En 1904 il s’engage pour 4 ans, prendra le grade de brigadier, ensuite en 1908 celui de maréchal des logis

3 août 1914 versé au 9eme régiment d’artillerie de Castres

15 décembre 1914 passé au 50eme régiment d’artillerie de Rennes

En 1915 ce régiment se trouve en Argonne, dans ce secteur, le soldat DAVID sera blessé à VILLE-SUR-TOURBE, à 65 Kms à l’est de Reims, le 27 avril 1915, aucune indication sur la gravité de sa blessure.

9 janvier 1916 passé au 7eme régiment d’artillerie de Rennes, il participe à la bataille de Verdun. En 1917 participe à l’offensive de la Marne, puis revient à Verdun août 1917

28 mars 1918 passé au 176eme régiment d’artillerie

25 août 1918 passé au 278eme régiment d’artillerie

16 décembre 1918 passé au 22eme régiment d’artillerie de Versailles

8 février 1919 passé au 8eme escadron du train

11 mars 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

                                                     &

83/84

----------------------------------------------------------------------------------------------

              

Prise, reprise, et reprise encore, et à chaque fois son lot d’hommes reste étendu à jamais dans ce qui ressemble à la fin à la fosse commune de l’Histoire.

L’artillerie déblaie, l’infanterie occupe ! Le mot d’ordre ne valait que dans la mesure où il apparaissait comme un objectif à atteindre sans certitude. Un objectif que les forces en présence se devaient de déjouer.

Avec les reconnaissances visuelles, terrestres ou mieux aériennes, l’observateur voyait les manœuvres des pièces d’artillerie, de ces constats les chefs orientaient leurs décisions : telles tranchées seraient soumises aux bombardements, il convenait dés lors d’abriter ses défenseurs dans les casemates pour que, une fois les tirs préparatoires adverses terminés les soldats soient en mesure de défendre la position lors de l’assaut des fantassins.

Les fantassins après la besogne préalable des artilleurs sortaient de leurs tranchées, et se ruaient sur la tranchée ennemie.

Réalité du fantassin : sortir de la fosse sous la mitraille, courir à travers les barbelés, attendre parfois qu’ils aient été cisaillés, toujours sous la mitraille se ruer sur la ligne où apparaissent des ombres menaçantes. Dans ses mains le fusil prolongé de sa baïonnette, le fusil, c’est un LEBEL ou un BERTHIER, est chargé d’une dizaine de balles, après quoi il conviendra de terminer l’assaut à l’arme blanche, pas de temps pour recharger, faire plus tôt confiance au camarade qui n’a pas vidé complètement son chargeur, ensuite produire le carnage qui permettra de s’emparer de la tranchée, à moins qu’apparaissent d’autres gars de boyaux annexes ou des renforts venus en rases mottes de derrière, ils vous dégageront, ou captureront, ou termineront. Rien n’est joué mais le dénouement est prévisible.

 

 85

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                   &

REDIER Marius Etienne Paul Noël Lucien, viticulteur, né le 26 décembre 1886 de feu Lucien REDIER et de Irma RAOUX

Cheveux et yeux bruns, front couvert, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction 3

 

2 août 1914 versé au 149eme régiment d’infanterie d’Epinal, ce régiment s’emploiera dans les Vosges, participera à la bataille de la trouée de Charmes. En fin d’année 1914, bataille des Flandres.

23 mars 1915 passé au 158eme régiment d’infanterie de Briançon. Offensive de l’Artois, juste au nord d’Arras et à l’ouest de Lens, venant en complément de l’offensive principale de Champagne où CHASSEFIERE Marius tombera.

 

Juste avant cette offensive du 25 septembre 1915, le soldat REDIER devient caporal le 17 juillet 1915, après cette offensive qui se termine début octobre le caporal REDIER prend le grade de sergent le 3 octobre 1915

 

1916 le 158eme participe à la bataille de Verdun, puis dès septembre à la troisième phase de la bataille de la somme au sud d’Arras à l’est d’Amiens entre BAPAUME et PERONNE

Citation : « sous-officier énergique a bravement entrainé ses hommes à l’assaut le 7 novembre 1916. Arrivée à la tranchée ennemie a fait preuve d’une activité remarquable pour l’organiser »

Le lendemain 8 novembre 1916 blessé au cours d’un violent bombardement à ALLANCOUR mais il doit s’agir d’HALLENCOURT Somme

 

Mort pour la France le 23 octobre 1917 à CHAVIGNON Aisne

 

Commentaire YG « plus haut je mentionnais l’absence sur le monument au mort du nom de BRUGUIERE Marcelin enfant de Vendargues mort pour la France. Or le cas REDIER Marius est parfaitement similaire il nait à Vendargues puis dès 1911 réside à EPINAL, d’où son incorporation dans un Régiment du lieu, pourtant son nom est normalement gravé dans la pierre de Vendargues.

A l’opposé de CRAONNE, sur le côté est du chemin des dames se situe CHAVIGNON. Retour à la chronologie le général Nivelle au printemps 1917 va s’acharner à percer les lignes allemandes au CHEMIN DES DAMES après les lourdes pertes jugées inutiles des mutineries éclatent, le général Pétain remet de l’ordre dans l’armée, et pour remonter le moral des troupes, prépare une offensive limitée qui doit être couronnée de succès. L’opération débute le 23 octobre 1917, jour où le sergent REDIER tombera, elle se prolongera jusqu’au 26, avec le succès au bout qui redonnera espoir aux soldats et accessoirement popularité au général Pétain. »

                                                   &

86

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

TEULON Lucien Jean, viticulteur puis cuisinier-restaurateur, né le 8 janvier 1886 de Pascal Mathieu TEULON et de Marie ROBERT

 Cheveux et yeux châtains, front découvert, visage ovale, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

 

 9 aout 1914 versé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier, il reste au dépôt jusqu’au 15 décembre 1915

 20 décembre 1915 passé au 116eeme régiment d’artillerie lourde de Castres

 1 mars 1918 passé au 315eme régiment d’artillerie lourde

 J’ignore où s’emploient ces deux régiment

 23 mars 1919 congé illimité

 

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

 Commentaire YG : le cuisinier-restaurateur TEULON, établi à Paris, sera condamné à 100 frs d’amende pour vente de lait falsifié en mai 1920. Cela revient à dire plus simplement que TEULON mouille son lait. Si je pointe cette condamnation, c’est pour mettre en perspective la situation économique de la France en 1920. D’abord l’inflation, mot inconnu en 1913, en quatre années de guerre les produits de base voient leur prix doubler. Ensuite la production alimentaire, la France rurale perdra à la guerre environ 1 400 000 militaires et 300 000 civils, il convient d’ajouter 4 300 000 blessés, plus ou moins atteints, pour l’essentiel des agriculteurs, on comprend aisément que le manque de bras provoque un manque de denrées, une privation qui se ressent d’une manière forte, générale, et sur plusieurs années. Alors on limite la lourdeur des factures, et on endigue la pénurie des produits par des expédients répréhensibles, sans doute la sauce béchamel du cuisinier TEULON contenait plus d’eau que de lait. »

 

                                                   &

 

 IRLES Paul Barthelemy, viticulteur et à l’occasion cocher, né le 25 juillet 1887 d’Alexandre IRLES et d’Angélique SABATIER

 Cheveux bruns, yeux châtains, front couvert, visage ovale, taille 1,64. Niveau d’instruction 3

 

 3 août 1914 versé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

 Passé, sans précision sur la date, au 38eme régiment d’artillerie coloniale de Toulon

 16 juillet 1919 congé illimité

 

Décoration : médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, et une médaille italienne dénommée « FATIGUA DI GUERRA » lui sera remise le 7 mars 1918.

 

 Commentaire YG : le 38eme va se battre en orient en 1917, puis en Macédoine et en Croatie en 1918, il est possible que ce régiment combatte de concert avec des unités italiennes ce qui expliquerait la décoration italienne du soldat IRLES. Néanmoins la dénomination attire la curiosité : DI GUERRA signifie évidemment DE GUERRE, par contre le mot FATIGUA ne peut être traduit par FATIGUE je pencherais pour un condensé des mots suivants : PEINE, EFFORT, EPREUVE, de plus mes recherches sur cette décoration ont été vaines comme si elle n’avait jamais existée. »

 

                                                    &

87/88

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

OLIVIER Marcelin Aristide, charretier, né le 24 mai 1887 de Martin OLIVIER et de Félicie ESCURET

Cheveux et yeux châtains, visage ovale, taille 1,61. Niveau d’instruction 3

 

4 août 1914 versé au 4eme régiment d’infanterie coloniale de Toulon

4 septembre 1915 versé au 6eme régiment d’infanterie coloniale de Lyon

1 octobre 1915 versé au 53eme régiment d’infanterie coloniale de Rochefort et Saint Raphaël

Décoration : croix de guerre avec étoile d’argent, médaille de la victoire, et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG : la fiche du soldat OLIVIER est extrêmement succincte, elle ne livre ni la date, ni les motifs, ni les actions d’éclat, qui amènent sa citation à l’ordre de sa division. Je rappelle que très peu de soldats obtiendront l’étoile d’argent sur leur croix de guerre. De même le soldat OLIVIER sera à deux reprises blessé, dont il n’est donné aucuns détails, je suppose les dates du 25 mars 1916 pour la première et 18 avril 1917 pour la seconde, à ces deux dates le 53eme se trouve dans l’Oise.

Opérations en avril 1917 : le général Nivelle déclenche son offensive sur le CHEMIN DES DAMES au sud de l’Oise ce qui provoque le retrait partiel des troupes allemandes de l’Oise pour renforcer le sud, une aubaine pour que nos soldats attaquent dans ce secteur de l’Oise et de l’Aisne où le soldat OLIVIER subira des blessures suffisamment importantes l’empêchant de retourner au front jusqu’à la fin des hostilités.

 

                                                    &

89

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

POUGET Prosper Léon, carrier, né le 4 août 1887, d’Isidore POUGET et de Marie MASCLA

Cheveux noirs, yeux châtains, front couvert, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction 3

 

Septembre 1905 le citoyen POUGET s’engage pour 4 ans au 2eme régiment du génie de Montpellier

Un an plus tard en septembre 1906 il est réformé pour néphrite chronique.

 

La commission de réforme le réintègre au 2eme régiment du génie le 19 mars 1915.

Tué à l’ennemi le 24 avril 1917 par éclats d’obus à CONTESCOURT dans l’Aisne dans la banlieue de Saint Quentin à 75 Kms à l’est d’Amiens

 

Commentaire YG « Les unités du 2eme régiment du génie se sont distinguées sur tous les théâtres d’opérations de la guerre 14/18. J’emploie le mot théâtre à dessein car les sapeurs du génie se chargent du décor de ces « théâtres de verdure », ils construisent et améliorent les infrastructures des armées alliés, et à l’explosif et à la mine détruisent celles des ennemis, ils sont donc particulièrement exposés.

Comme je l’écrivais ci-dessus avec l’offensive du chemin des dames, il apparait que la ligne ennemie se dégarnit un peu dans le secteur de l’Aisne, alors nos armées, en ce printemps 1917, attaquent »

                                                   &

 

REYBAUD Gaston Marius Jacques, charretier puis métallurgiste, né le 4 septembre 1887 de Claude REYBAUD et de Madeleine BRUGUIERE

Cheveux noirs, yeux gris, front couvert, visage ovale, taille 1,60. Niveau d’instruction 3

 

En février 1908 le citoyen REYBAUD s’engage pour 3 ans dans des régiments de hussards, donc régiments de cavalerie légère, il deviendra brigadier en septembre 1909

3 août 1914 classé au service auxiliaire du régiment de cavalerie légère de Béziers pour rhumatisme chronique avant d’être reconnu apte au service armé.

30 novembre 1915 passé au 13eme régiment de chasseurs à cheval de Vienne

21 février 1917 passé au 4eme régiment de cuirassiers de Cambrai, qui de cuirassiers à cheval s’est transformé en 1916 en cuirassiers à pied

 

Un point sur les régiments montés : hussards, dragons, cuirassiers, ils servent essentiellement de couverture. Puis progressivement ils seront transformés en régiment d’infanterie avec leurs missions anciennes conservées.

 

15 janvier 1918 passé au 5eme et 8emerégiments de cuirassiers de Tours qui sont quand le brigadier REYBAUD les intègre des cuirassiers à pied

31 mars 1918 passé au 9eme régiment des cuirassiers à pied de Douai

27 mars 1919 congé illimité

 

Citation « décision N° 18 du 3-4-18 sous un feu des plus violent, sa section étant décimée a su par son énergique sang-froid se maintenir sur la position qu’il a dû défendre. Repoussant lui-même à la grenade un ennemi nombreux qui l’attaquait au lance-flammes. »

2 octobre 1918 blessé par éclats d’obus, plaie à la cuisse gauche, à BINARVILLE 15 Kms à l’est de Reims

Décorations : croix de guerre avec étoile d’argent, insigne des blessés, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, et médaille commémorative SERBE.

 

Commentaire YG « sur la médaille SERBE, les parcours des régiments qu’il sert pendant la guerre ne signale aucun détour dans ce secteur, sans doute y-a-t-il été juste après le conflit car le brigadier REYBAUD semble s’être réengagé et autour de 1920 il sert dans des régiments de SPAHIS notamment le 7eme régiment d’Orange.

Concernant sa citation, le 21 mars 1918 dans l’axe CAMBRAI-PERONNE les allemands déclenchent une redoutable offensive, elle s’achèvera dix jours plus tard aux portes d’AMIENS soit une progression de 50 Kms. Le brigadier REYBAUD gagnera son étoile d’argent dans ces jours de combat.

Sa blessure lui est infligée lors de notre offensive générale finale. »

                                                     &

90/91

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

SABATIER Jean Jacques Léon Gérard, viticulteur puis limonadier, né le 13 octobre 1887, de feu Jean SABATIER et de Marguerite MASCLA

Cheveux noirs, yeux gris, front couvert, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction 3

 

Pendant son service militaire au 9eme régiment d’artillerie de Castres, il devient en 1909 maître-pointeur

3 août 1914 il réintègre le 9eme

27 août 1914 passé au 18eme régiment d’artillerie d’Agen

8 octobre 1915 blessé à ARRAS évacué à l’hôpital de Saint LEU

19 mars 19191 congé illimité

 

Commentaire YG « la fiche du maître-pointeur SABATIER contient peu de détails, ainsi je dois subodorer. Au nord d’Arras sur une ligne verticale de 30 Kms se déroulera en septembre/octobre 1915 une offensive secondaire, l’état-major déclenche la principale en Champagne à l’est de Reims. Le 18eme participe à cette offensive secondaire, avec en son sein SABATIER, il y sera blessé mais aucune indication ni sur ampleur ni sur l’état de ses blessures. De même sa fiche reste muette sur ses décorations et éventuelles citations. Il semble ensuite reprendre du service dans le 56eme régiment d’artillerie de Montpellier dans sa section hippomobile. »

                                                    &

 

CLERGUE François Louis Etienne, jardinier, né le 4 septembre 1888 de Jean CLERGUE et de Anna DIET

Cheveux et yeux noirs, front couvert, nez gros, visage ovale, taille 1,63. Niveau d’instruction 3

 

En tant que soutien de famille, marié à ses 20 ans avec la demoiselle ARGELIERS Augustine, il fait son service militaire au 16emeescadron du train de Lunel

3 août 1914 rejoint le 16eme escadron

17 avril 1916 passé au 84eme régiment d’artillerie lourde

7 mai 1916 passé au 86eme régiment d’artillerie lourde

28 janvier 1917 passé au 81eme régiment d’artillerie lourde

Je n’ai aucune indication sur ces régiments

18 janvier 1918 il est réformé pour acuité auditive insuffisante le rendant inapte au service automobile, de plus il bénéficie en tant que père de 5 ans des prescriptions de la circulaire ministérielle du 18 juillet 1917 (que je n’ai pas retrouvé). Il reste donc au dépôt à partir 24 janvier 1918

6 août 1918 passé au 85eme régiment d’artillerie lourde

9 août 1918 passé au 145eme régiment d’artillerie lourde

19 février 1919 congé illimité

Décorations : médaille de la victoire, et médaille commémorative de la grande guerre.

                                                     &

92

----------------------------------------------------------------------------------------------

        

ITIER Firmin Auguste, viticulteur, né le 25 septembre 1888 de feu Pierre ITIER et de Louise BOUVIER

Cheveux et yeux bruns, front couvert, nez fort, visage ovale, taille 1.62, niveau d’instruction 3

 

Soutien de famille, il fera tout de même son service militaire au 1er régiment des hussards de Béziers où il apprendra entre autre à jouer de la trompette

 

4 août 1914 il intègre son régiment de hussards

18 janvier 1916 versé au 4eme régiment d’artillerie de Remiremont/Besançon

L’Alsace, les Vosges, la bataille de la Somme, la Marne, les Flandres

29 janvier 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

                                                   &

 

FRAISSINET Joseph Antoine Achille, viticulteur, né le 4 janvier 1888 de feu Pierre FRAISSINET et de Caroline LOMBARD

Cheveux châtains, yeux gris, front découvert, visage ovale, taille 1,69. Niveau d’instruction 3

 

Egalement soutien de famille comme ses deux camarades ci-dessus, mais contrairement à ceux-ci le soldat FRAISSINET, de par son incorporation, sera mortellement exposé.

 

3 août 1914 versé au 53eme régiment d’infanterie de Perpignan

Disparu le 5 novembre 1914 à SAINT-ELOI ou SINT-ELOOISWEG à 4 Kms au sud d’YPRES

 

Commentaire YG « le secours réglementaire de 150 frs sera versé à sa veuve, il faut mettre cette somme en rapport avec le prix des aliments que j’ai précédemment survolé, exemple pot-au-feu de bœuf le Kg : 1,20 frs en 1914 et 6.40 frs en 1920.

La grande attaque allemande d’août 1914 commence par l’envahissement de la Belgique avant leur déferlement sur Paris, la riposte, bien connue par l’épisode des TAXIS DE LA MARNE en septembre 1914, nous permet de repousser la horde teutonne. Ensuite se produit, en octobre-novembre 1914, une phase nommée COURSE A LA MER où les forces en présence tentent de se déborder par leur nord jusqu’à être stoppées par la mer, alors on s’acharnera à se battre dans les FLANDRES.

Le 53eme régiment, au sein duquel évolue le soldat FRAISSINET, se bat en Lorraine en août-septembre avant de monter dans les Flandres d’octobre à décembre.

La bataille d’YPRES, un des verrous des Flandres, se déroulerait du 18 octobre au 14 novembre 1914, FRAISSINET et ses camarades défendraient le sud d’YPRES au niveau de SAINT-ELOI où il tomberait.

Cette bataille s’envenimerait au point que le général Moussy rameuterait des hommes d’intendance : cuisiniers, secrétaires, cordonniers, et autres ouvriers, les armerait, afin qu’ils fassent front avec pour seule expérience leur enthousiasme, et elle serait déterminante. Les allemands n’hésiteraient pas à utiliser des prisonniers, notamment des zouaves, comme boucliers humains, mais ceux-ci inciteraient leurs camarades zouaves également, au mépris de leur vie, à leur tirer dessus afin de stopper l’avancée ennemie.

Toute cette hargne permettrait de sauvegarder Calais et Dunkerque des griffes allemandes. »

                                                     &

93/94

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

HERMET Paul Louis, viticulteur, né le 16 juillet 1888 de feu Paul HERMET et de Marie PAGES

Cheveux noirs, yeux châtains, front découvert, visage ovale, taille 1,64. Niveau d’instruction 3

Incorporé au 23eme régiment d’infanterie de Bourg-en-Bresse pour effectuer son service militaire, il y apprendra aussi à jouer du tambour.

 

3 août 1914 sa fiche prête à confusion, rejoint-il le 23eme ou bien est-il versé au régiment d’infanterie de Montpellier ?

Quoiqu’il en soit, il est aux armées le 13 novembre 1914 jusqu’à sa démobilisation qui intervient le 18 mars 1919

 

Citation : « à l’ordre du régiment le 14 juin 1918 excellent brancardier courageux et dévoué, s’est particulièrement fait remarqué au cours des combats d’avril-mai 1918 en assurant la relève des blessés sous des bombardements particulièrement violents faisant preuve du mépris du danger le plus absolu. »

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « le 23eme régiment d’infanterie fera partie des régiments qui lors de l’offensive Nivelle en Champagne (le chemin des dames) en avril 1917 se mutinera et molestera même un général.

Lettre d’un poilu : Je te dirais qu’ici tous mes camarades, c’est-à-dire ceux qui sont dans mon régiment le 363eme, ainsi que le 23eme, le 133eme, le 229eme, le 170eme, ainsi que plusieurs autres, ont refusé de monter à l’attaque ; c’est la grève !

Des condamnations à mort, aux travaux forcés, sanctionneront ces actes de désobéissance et de rébellion. »

                                                   &

95

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

AUSSARGUES Jean Elie Laurent, viticulteur, né le 11 août 1889 de Joseph AUSSARGUES et d’Anna PEYRONNET

Cheveux et yeux châtains, front couvert, visage ovale, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 incorporé au 141eme régiment d’infanterie de Marseille avec son concitoyen POUGET Jean Marius

6 décembre 1914 fait prisonnier à MALENCOURT à 20 Kms au nord de Verdun

Détenu à Stendal Allemagne

Rapatrié le 11 décembre 1918

1 août 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « Verdun, en fin 1914, ressemble à un camp retranché accessible par son sud, à son nord, est, et ouest les noms des lieus sonnent comme autant de points de résistance, CUMIERE, LE MORT-HOMME, COTE 304, AVOCOURT, MALENCOURT, etc…

Le Kronprinz impérial attachait une importance primordiale dans la chute de Verdun, il décidera en 1916 une offensive capitale dans ce secteur. »

                                                    &

 

OLIVIER Louis Gervais, viticulteur, né le 25 février 1889 de Martin Paul OLIVIER et de Félicie ESCURET

Cheveux et yeux châtains, front couvert, menton à fossette, visage ovale, taille 1,68. Niveau d’instruction 3

Il est signalé qu’il possède son permis autos tourisme

 

3 août 1914 versé au 24eme régiment d’infanterie coloniale de Perpignan

Avant d’être en congé illimité le 4 août 1919 il intègrera le 8eme escadron du train à la date du 23 février 1919 puis le 20eme escadron du train 23 avril 1919

 

Citation : à l’ordre du régiment le 30 août 1917 « bon soldat consciencieux et brave n’a cessé depuis le début de la campagne de faire preuve du plus bel exemple de discipline et de dévouement. »

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, et médaille commémorative de la grande guerre.

 

Commentaire YG « Marcelin l’ainé, Louis le puiné, et Léopold le cadet, par bonheur les trois frères OLIVIER reviendront du front si ce n’est intact du moins en vie.

Le soldat Louis OLIVIER et ses camarades du 24eme se trouvent dès le début des hostilités dans le secteur de NEUFCHATEAU, tout à fait au sud de la Belgique, à proximité de la frontière luxembourgeoise, preuve que l’état-major français soupçonnait les allemands de vouloir violer la neutralité de la Belgique.

Le 4 août 1914 l’Allemagne agresse la Belgique, imaginant que cette dernière défendrait d’une façon symbolique sa neutralité, or les belges mettront un point d’honneur à lutter hardiment. « Notre avancée en Belgique est sans doute brutale, mais nous nous battons pour sauver nos vies » Von MOLTKE 4 août 1914 chef d’état-major allemand. En effet ils sauveront leurs peaux par des destructions, exactions, et massacres.

L’armée belge se replie au nord sur ANVERS. Les armées allemandes traversent la Belgique et sont sur la frontière franco-belge dès le 20 août 1914. Les chocs frontaux se produiront à partir du 22 août 1914. La déferlante allemande repoussera nos armées, dont l’état-major, pour sauver l’essentiel, prendra le parti d’une grande retraite au-delà de la fosse constituée par la rivière MARNE.

Pour OLIVIER et ses camarades du 24eme colonial, le recul se situe à VITRY-LE-FRANCOIS distant de 165 Kms du point de départ NEUFCHATEAU. A partir du 5-6 septembre 1914 notre état-major décide une grande contre-offensive qui se nomme : bataille de le Marne.

Le 24eme colonial remontera vers le nord, et début décembre 1914, aura repris 65 Kms. Il prendra position à 40 Kms à l’est de Reims sur des lieus fameux : SOUAIN, PERTHES-LES-HURLUS, LES HURLUS, MESNIL-LES-HURLUS, BEAUSEJOUR, MASSIGES (la main de Massiges où CHASSEFIERE est tombé, voir ci-dessus). »

                                                     &

96/97

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

OLIVIER Barthélémy Aristide Paul, viticulteur, né le 29 novembre 1889 de feu Paul OLIVIER et de Marie ROUVIERE

Cheveux noirs, yeux châtains, front couvert, nez fort, bouche grande, menton à fossette, visage ovale, taille 1,64. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 versé au 58eme régiment d’infanterie d’Avignon

Blessé à DIEUZE, 45 Kms à l’est de Nancy, le 19 août 1914, par éclats d’obus à l’avant-bras droit. Les soins se prolongent jusqu’au 16 juin 1915, en outre il semble qu’il ait subi des dommages par les gaz, la commission le réforme le 18 juin 1915 pour bronchite chronique « albuminerie ».

Néanmoins il s’engage le 30 novembre 1916 pour la durée de la guerre au service de santé de la 16eme région militaire et il sert à l’hôpital mixte de Montpellier.

8 avril 1919 libéré de tout service

 

Décoration : médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « à DIEUZE, précédemment évoqué, plusieurs garçon de Vendargues tomberont. Rappel des évènements : à partir de l’axe Nancy-Lunéville les forces françaises enclenchent le 18 aout 1914 une offensive de grande envergure, direction vers l’est légèrement au nord, l’ennemi n’oppose pas de résistance sérieuse, nous avançons d’environ 50 Kms et atteignons le 20 août 1914 l’axe MORHANGE-DIEUZE. Alors l’ennemi contre-attaque avec vigueur, il force notre repli jusqu’à notre point de départ. Le relief dit Le Grand-Couronné permettra de défendre Nancy, et à 35 Kms au sud de Lunéville il conviendra d’arrêter la manœuvre d’encerclement par la Trouée de CHARMES. »

 

 

                                                    &

98

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Le risque de mourir de faim à l’arrière n’était pas moins grand que celui de mourir par la mitraille sur le front. Les hommes de 18 ans à 45 ans combattent, leurs bras manquent dans les champs, et portant il convient de nourrir ces gaillards en priorité. De plus la guerre accapare une grande partie des forces valides dans les usines d’armement. Toute l’économie s’oriente dans l’effort de guerre, les bas de laine des particuliers s’épuisent, le gouvernement incite, sans doute par des décrets coercitifs, lesdits particuliers à déposer dans les caisses de l’état les fameux Louis d’or qu’ils détiennent. à cela s’ajoute des hivers froids dévoreurs des couteuses réserves de bois ou de charbon, à titre d’exemple : 1915/16 : -22° dans le Doubs ; 1916/17 : la Seine à Paris est prise par la glace ; 1917/18 : -14° à Paris, sans oublier dès l’été 1918 les ravages de la grippe espagnole. La faim, le froid, la maladie, la pauvreté, l’arrière encaisse toutes ces épreuves. L’Allemagne, avec son prétendu sens de l’organisation, instaure les tickets de rationnement, mais cette méthode manquera d’efficacité face à notre national système D. L’arrière soutient le moral du fils, de l’époux, du père, par le colis attentionné et bienveillant. La guerre s’est jouée loin du front, dans l’humble chaumine du vaillant soldat, dans les champs et dans l’atelier où les doigts gracieux de son épouse s’activent.

---------------------------------------------------------------------------------------------- 

                                                 &

CAIZERGUES Casimir Jean Marius, viticulteur, né le 15 février 1889 de feu Louis Lazare CAIZERGUES et d’Agathe DURAND

Cheveux et yeux châtains, front vertical grand, visage ovale, taille 1,55. Niveau d’instruction non renseigné.

 

3 août 1914 versé au 58eme régiment d’infanterie d’Avignon. La Lorraine, la Marne en 1914, Verdun en 1915

22 avril 1916 versé au 162eme régiment d’infanterie de Verdun

Blessé à BIACHES Somme le 15 juillet 1916 plaie à la cuisse gauche par balle entrainant une « paralysie domaine musculaire des nerfs sciatiques poplité intense et externe »

19 juillet 1917 réformé par la commission d’Evreux

 

Commentaire YG « BIACHES se situe sur la rive gauche de la rivière Somme, de l’autre côté du fleuve sur sa rive droite se trouve Péronne. Dans la première phase de la bataille de la Somme qui dure du 25 juin au 20 juillet 1916, la ligne de front franco-anglaise, qui va s’impliquer, se situe à 30 Kms à l’est d’Amiens au niveau d’ALBERT, sur un axe nord-sud de 40 Kms. Au nord les anglais marchent sur BAPAUME, au sud les français se dirigent sur PERONNE. L’opération couteuse en hommes sera néanmoins un succès, il faut préciser qu’à Verdun la contre-offensive français du 14 juillet 1916, répondant à l’offensive allemande du 21 février 1916, détourne l’attention des allemands qui ne croient pas à la possibilité d’une deuxième offensive. Le soldat CAIZERGUES appréciera la fin de cette première phase depuis son lit d’hôpital. »

                                                  &

 

ITIER Eugène Jean Jérôme, viticulteur, 30 septembre 1889 de Jules ITIER et de Marie DAUMOND

Cheveux noirs, yeux châtains, front couvert, nez aquilin, menton à fossette, visage ovale, taille 1,64. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 versé au 141eme régiment d’infanterie de Marseille

20 août 1914 fait prisonnier à DIEUZE à 45 Kms à l’est de Nancy

Il sera détenu à Munster et il décèdera le 9 octobre 1918 au lazaret de Bursingen.

 

Commentaire YG «Dans une époque ancienne, les lazarets étaient des établissements où les voyageurs, provenant de pays ravagés par des épidémies, enduraient la quarantaine. Par extension, les hôpitaux créèrent en leur sein des centres, « des lazarets », pour isoler les malades porteurs de germes contagieux. »

                                                    &

100/101

 

 

JEANJEAN Marius Hilaire, viticulteur, né le 4 janvier 1889 d’Hilaire JEANJEAN et de Matilde FERRAND

Cheveux et yeux châtains, front découvert, visage ovale, taille 1,67. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 versé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

22 août 1914 fait prisonnier à Lunéville lors de notre repli de DIEUZE

Interné à EICHSTADT

21 décembre 1918 rapatrié, il passe le 1 avril 1919 au 121eme régiment d’infanterie territoriale de Béziers, enfin en congé illimité le 2 août 1919

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

                                                    &

 

REYBAUD Marcelin Louis Mathieu, viticulteur, né le 21 septembre 1889 de Louis REYBAUD et de Marie TEYSSIER

Cheveux noirs, yeux roux ( ?), front couvert, visage ovale, taille 1,68. Niveau d’instruction 3

 

Lors de son service militaire effectué au Maroc il recevra le 15 mai 1912 la médaille commémorative du Maroc, et deviendra soldat de 1ere classe le 2 septembre 1912, gage de son bon comportement lors de cette campagne.

 

3 août 1914 versé au 16eme escadron du train des équipages de Lunel

4 octobre 1915 versé au 9eme régiment d’artillerie de Castres

28 novembre 1915 versé au 57eme régiment d’artillerie de Toulouse

1 décembre 1915 versé au 2eme régiment d’artillerie de Grenoble

21 avril 1916 blessé à l’épaule droite et au bras droit par éclats d’obus. Je pencherais que cette blessure lui a été infligée du côté de Verdun

 

Admis le 21 avril 1916 à l’hôpital de campagne de Toul, sorti le 6 mai 1916

Evacué le 25 août 1916 sur l’hôpital de Narbonne jusqu’au 30 septembre 1916, pour rejoindre le centre de physiothérapie de Carcassonne d’où il sortira le 5 février 1917, bien sûr il sera réformé le 19 février 1917.

Il semble, et sa fiche n’est pas claire à ce sujet, qu’il ait été amputé par la suite, la commission de réforme parle, à la date du 15 janvier 1920, « d’atrophie du moignon de l’épaule ».

 

Décoration : insigne des blessés, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre.

 

                                                      &

102

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Souvent revenant de Vendargues et m’en retournant vers les Cévennes, je passe après Castries, devant le château de FONTMAGNE, or au fronton du château deux lettres entrelacées le D et le F m’amenait à penser que Domaine de Fontmagne en était la signification, je me trompais. Le hasard des pages des registres des matricules me donna la réponse il s’agit du nom DURAND de FONTMAGNE dont un garçon de cette famille périt près de DIEUZE. Si je mentionne sa fiche bien que natif de Castries, la raison est qu’il fut sous-officier dans un régiment où plusieurs gars de Vendargues servirent et qui sans doute obéirent à ses ordres.

Dernier détail : Vous noterez la taille de ce garçon par rapport aux garçons que j’ai cités, la différence provient à coup sûr de soins meilleurs dont il tira profit. Il faut retenir que trop souvent le conseil de révision mentionne le mot de faiblesse pour qualifier l’état sanitaire des conscrits. Je le répète encore, « la belle époque », certes, mais par pour l’innombrable.

 

DURAND DE FONTMAGNE Jacques François Joseph, étudiant en droit, né à CASTRIES le 6 juillet 1890 de Louis Emile Charles DURAND DE FONTMAGNE et de Jeanne Marie Antoinette DE COLOMBET DE LANDOS

Cheveux et yeux châtains foncés, front grand, visage rond, teint pâle, lèvres minces, sourcils clairsemés, menton fuyant, oreilles écartées, taille 1,80. Niveau d’instruction 5

 

Il fait son service militaire au 40eme régiment d’infanterie de Nîmes, et accède au grade de sous-lieutenant

3 août 1914 versé au 58eme régiment d’infanterie d’Avignon

Tué à l’ennemi le 19 août 1914 à VAL de BRIDE à 2 Kms au nord de Dieuze

Son corps sera transféré le 9 novembre 1920 au cimetière militaire de Lidrezing Lorraine (tombe n° 559)

                                                    &

103

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

RENAUD Cyprien François, viticulteur, né le 5 juin 1890 d’Henri RENAUD et de feue Anne EUZET

Cheveux et yeux châtains, taille 1,65. Niveau d’instruction 3

 

Le parcours militaire du soldat Renaud est singulier, il effectue son service au 23eme régiment d’infanterie de Bourg-en-Bresse, il apprend le clairon tellement bien qu’il est désigné pour être clairon au cadre fixe de la prestigieuse école spéciale militaire de Saint-Cyr

3 août 1914 aux armées sans doute réintègre-t-il le 23eme de Bourg-en-Bresse

23 août 1914 blessure : plaie par balle au mollet droit

Nos attaques en Alsace au mois d’août 1914 devaient permettre de nous emparer de Mulhouse et de Colmar, le but a presque été atteint, mais par la suite nous fûmes repoussés, et le soldat RENAUD sera blessé.

Affecté au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

22 novembre 1914 blessé par balle haut de la cuisse droite à YPRES, 17 jours auparavant le soldat FRAISSINET tombait à quelques hectomètres de ce lieu.

22 octobre 1915 promu soldat de 1ere classe

Ensuite le soldat RENAUD collectionne les citations :

1. Pendant les combats du 4 au 9 août 1916 dans le secteur de Verdun, son service de liaison assuré, a contribué à porter au poste de secours plusieurs de ses camarades blessés.

2. Le 21 août 1917 toujours à Verdun, secteur le Mort-Homme, rempli ses missions malgré la violence d’un bombardement ennemi.

3. Toujours pour ses actions du 21 août, mais cité à l’ordre de la division.

4. Cité le 8 juin 1918 sans précision du motif son régiment s’emploie alors en Alsace.

5. Cité le 11 novembre 1918 à l’ordre du 16eme corps d’armée.

13 août 1919 congé illimité

 

Décoration : croix de guerre avec 3 étoiles de bronze, 2 étoiles d’argent, et 1 étoile vermeil, médaille militaire, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, chevalier de la légion d’honneur le 8 juillet 1970 (il était temps !)

                                                    &

104

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

DUMAS Elie Jean, viticulteur, né le 17 juillet 1890 de Louis DUMAS et de Joséphine CONSTANS

Cheveux yeux châtains, taille 1,70, niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 versé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

29 décembre 1914 réformé pour « épilepsie constatée »

 

Commentaire YG « rien n’est constatée pendant ses deux années de service militaire entre 1911 et 1913, ce qui laisse penser que l’atrocité des combats déclenche cette maladie neurovégétative. Le 23 juillet 1925 DUMAS Elie décèdera à Rennes-les-Bains dans l’Aude »

 

                                                    &

BOUQUET Victor Marius Antonin, viticulteur, né le 20 juillet 1891 d’Antoine Alexandre BOUQUET et de feue Françoise BARRE

Cheveux et yeux châtains, visage long, taille 1,72. Niveau d’instruction 3

 

Exempté du service militaire pour hernie ventrale, pourtant malgré cette pathologie il sera appelé en 1914 mais aussi en 1939. D’ailleurs la plus part des gars dont les noms suivent, nés en 1891 et après, devront réendosser l’uniforme en 1939.

 

25 novembre 1914 versé au 112eme régiment d’infanterie de Toulon

5 mars 1915 passé au 31eme régiment d’infanterie de Paris, pour servir au front, l’Argonne toute l’année 1915, puis la Somme en 1916, offensive BAPAUME-COMBLES- PERONNE

 

19 février 1917 la commission de réforme révise sa situation par un changement d’arme, il passe dans des régiments « d’artillerie lourde à tracteurs »

28 février 1917 versé au 83eme régiment d’artillerie lourde

5 mars 1917 versé au 88emerégiment d’artillerie lourde

Reconnu inapte à servir aux armées le 11 janvier 1918 il est versé dans le service auxiliaire

15 novembre 1918 il passe au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier « service hippo. »

16 avril 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

                                                    &

105

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

ITIER Marcel Jacques, viticulteur, né le 12 août 1890 d’André ITIER et de Pauline PONS

Cheveux noirs, yeux bleus clairs enfoncés, sourcils réunis, front fuyant, visage plein, teint basané, lèvres minces, bouche petite, oreilles écartées, menton fuyant, taille 1,71. Niveau d’instruction 3

 

Le 2 mai 1911 le tribunal correctionnel de Montpellier le condamne à 16 Frs d’amende pour coups et blessure. Puisqu’il veut se battre l’armée l’envoie à Bizerte pour l’aguerrir puis en mission au Maroc en 1912, il participera à l’affaire de BEN GUERIR, au combat de SIDI BEN OTHMAN, et à la prise de MARRAKECH. Il obtiendra la médaille commémorative du Maroc.

 

3 août 1914 versé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

13 septembre 1914 versé au 13eme régiment d’artillerie de Paris. Les Vosges, la Champagne, les Flandres belges en 1914, l’Artois en 1915, Verdun en 1916.

17 octobre 1916 citation « soldat très courageux à effectués de nombreuses missions de liaison dans des conditions très périlleuses »

1 juillet 1917 versé au 116eme régiment d’artillerie lourde hippo. de Castres

1 mars 1918 versé au 306eme régiment d’artillerie lourde

J’ignore où s’emploie ces deux derniers régiments

2 mai 1919 revient au 116eme

9 août 1919 congé illimité

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire

 

                                                   &

POUGET Julien Pascal, boucher, né le 6 juillet 1889 d’Augustin POUGET et de Caroline CRISPI, marié depuis 1910 à Marie Jeanne DUMAS

Cheveux noirs, yeux châtains, front découvert, visage ovale, taille 1,81. Niveau d’instruction 3

 

Il fait son service militaire à la 15eme section des commis, ouvriers, et administratifs de Marseille. Le soldat POUGET satisfera pleinement sa section au point que Monsieur l’Intendant l’élèvera en 1913 au grade de sergent.

3 août 1914 il revient à la 15eme section des commis et ouvriers de Marseille

15 février 1916 passé à la 7eme section des commis et ouvriers qui s’active sur le front tout comme la 4eme section bis des commis et ouvriers qu’il intègre le 1 juillet 1916

20 octobre 1916 passé au 9eme régiment d’infanterie d’Agen. Au début 1917 se déroule l’offensive meurtrière du chemin des dames, pendant ce temps le 9eme combat à 25Kms à l’est de Reims, secteur du mont-sans-nom et du Téton.

1 novembre 1917 passé au 127eme régiment d’infanterie de Valenciennes qui tient position du coté de Soissons, et à TARTIERS dans l’Aisne à 11 Kms au nord de Soissons, le 22 août 1918 le sergent POUGET sera gazé

4 août 1919 congé illimité

Mais auparavant reprendra ses activités de boucher-traiteur à la 1ere section des commis et ouvriers le 1 janvier 1919, puis à la 5eme section le 15 janvier 1919, et enfin retour au point de départ la 15eme section.

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre.

 

Commentaire YG « en 1899, constatant les capacités destructrices des armements, les grandes puissantes se réunirent à la HAYE pour établir une convention qui doit limiter l’utilisation, dans les éventuels conflits, des armes jugées inhumaines, entrent dans la liste les gaz asphyxiants et nocifs. Il va sans dire que dès le début de la guerre 14/18 les gaz lacrymogènes seront employés, et ensuite les belligérants utiliseront des gaz plus « performants ».

                                                     &

106/107

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

BONNIOL Achille Lucien, couturier, né le 18 août 1892 de Damien BONNIOL et d’Olympie SABATIER

Cheveux châtains, yeux gris, nez rectiligne, visage rond, taille 1,63. Niveau d’instruction 3

 

2 août 1914 versé au 173eme Régiment d’infanterie d’Ajaccio. Auparavant il effectua son service militaire au sein du 173eme, et il y devint musicien, mais nulle mention de son instrument.

Citation 6 juin 1916 « Cycliste pendant la période du 20 au 30 mai 1916 sous des barrages et des bombardements d’une violence exceptionnelle a assuré d’une façon parfaite avec un calme admirable entre le chef de corps, les bataillons de 1ere ligne, et la brigade »

A ces dates-là le 173eme contient les attaques allemandes sur la côte 304 à 20 Kms au nord-ouest de Verdun.

22 janvier 1917 blessé par éclat d’obus à DOUAUMONT, Touché à l’épine iliaque droite et section du doigt droit.

Le village détruit de DOUAUMONT se situait à 10 Kms au nord de Verdun.

Hôpital, convalescence, et retour aux armées.

8 décembre 1917 versé au 119eme Régiment d’infanterie de Lisieux / Courbevoie

Après le 27 avril 1918 le soldat BONNIOL est affecté dans des régiments moins exposés au feu : le 500eme régiment d’artillerie de campagne, le 508eme régiment d’artillerie, le 56eme régiment d’artillerie de campagne de Montpellier, et le 38eme régiment d’artillerie coloniale de Toulon. Avec ce dernier régiment le soldat BONNIOL partira sur le front d’Orient, la Serbie, où il contactera le paludisme.

26 août 1919 congé illimité

 

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre.

 

Commentaire YG « au mois de juin 1917, probablement par solidarité, de nombreux soldats du 119eme refusent de monter au front, et se mutinent. Sans doute la raison pour laquelle le soldat BONNIOL, pourvu d’une citation, et revenu de blessure, est incorporé dans ce régiment, provient de la volonté de l’état-major de motiver par l’exemple les garçons du 119eme, et de les recentrer ainsi sur leurs missions

Deuxième point, près de DOUAUMONT se trouve la tranchée des baïonnettes, ainsi nommée car la légende veut que les soldats qui attendaient l’heure pour donner l’assaut y furent enterrés vivant par le fait de bombardements, et qu’une fois recouvert par la terre il ne se voyait qu’un alignement de baïonnettes. Les experts comme à leur accoutumée discutailleront sans fin, personnellement je me range à l’opinion du général De Gaulle, qui lui, ne croyait pas à une telle probabilité.»

                                                     &

108

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

DIET Jean Baptiste, négociant confectionneur de vêtements hommes, né le 3 octobre 1892 de feu Auguste DIET et d’Agnès DOMAISON, marié en 1917 avec Armandine Juliette CROS

Cheveux bruns, yeux marrons, front vertical, nez rectiligne, visage ovale, taille 1,75. Niveau d’instruction non indiqué

 

2 avril 1913 s’engage pour 3 ans au 2eme régiment du génie de Montpellier, d’ailleurs il se réengagera par des contrats courts, et effectuera 15 années sous le drapeau.

20 août 1916 promu brigadier

2 janvier 1919 cité à l’ordre du régiment pour avoir assuré ses missions

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, médaille militaire.

 

Commentaire YG « le casernement du 2eme régiment du génie investissait alors la citadelle de Montpellier. Les locaux accueillent actuellement le Lycée Joffre. Par leurs compétences les régiments du génie œuvraient sur tous les fronts.

                                                   &

 

DURAND Antonin Marius, cultivateur, né le 2 novembre 1892 d’Auguste DURAND et de BOULET Françoise

Cheveux châtains, yeux marrons, front moyen, nez rectiligne, visage rond, taille 1,64. Niveau d’instruction 1

 

Lorsque la guerre éclate il sert au 19eme régiment d’artillerie de Nîmes, la Lorraine, la Marne, l’Argonne, puis Verdun en 1916.

27 janvier 1917 il embarque avec son régiment à Marseille pour SALONIQUE où il débarque 11 février 1917

17 août 1918 passé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier, régiment qui œuvre à cette date en Picardie

21 octobre 1918 passé au 48eme régiment d’artillerie de Dijon positionné dans l’Oise

27 octobre 1918 versé au 218eme régiment d’artillerie, lui aussi en position dans l’Oise

2 janvier 1919 mis à la disposition de la société ferroviaire P.L.M. (Paris-Lyon-Méditerranée)

23 août 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « Salonique en Grèce, pays allié, baigne dans la mer Egée, à son nord côté est, la Bulgarie avant-garde de la Turquie, tous deux pays de l’axe, côté est la Serbie, pays allié, ce dernier est ceinturé par l’Autriche-Hongrie et son affidé la Croatie. »

                                                    &

109

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

ITIER Jules Victorien Isidore, cultivateur puis retraité de l’armée, né le 30 juillet 1892 de feu Pierre ITIER et de Louise BOUVIER

Cheveux noirs, yeux marrons foncés, nez rectiligne sinueux, visage long, taille 1,65. Niveau d’instruction 3

Possède le permis auto tourisme

 

Incorporé avant les hostilités au 163eme régiment d’infanterie de Nice, participe aux opérations offensives d’août 1914 en Alsace, Mulhouse.

1915 la Woëvre, relief situé entre la Moselle et la Meuse, axe nord-sud à mi-chemin entre Verdun et Metz, descend jusqu’à Nancy.

Caporal le 29 août 1915

1916 Verdun

6 juin 1916 versé au 227eme régiment d’infanterie de Dijon, se bat aussi à Verdun.

23 décembre 1916 embarquement à bord du « duc d’Aumale » et du « Châteurenault » pour, en principe, débarquer à SALONIQUE mais…

1 janvier 1917 débarquement à BEYROUTH

1 mars 1917 nommé sergent

Evacué sur l’hôpital (?), le 3 septembre 1918

8 octobre 1918 nommé adjudant

Embarqué à Beyrouth 3 janvier 1919 débarqué à Marseille le 10 janvier 1919, puis poursuit sa carrière militaire.

 

Citations :

1-« le 9 avril 1916 a entrainé crânement ses hommes à une contre-attaque sur une position où l’ennemi venait de prendre pied »

2-« Excellent sous-officier d’un courage exemplaire a admirablement entrainé sa section le 23 septembre 1918 à l’assaut des positions ennemis fortement occupées malgré un tir de barrage des plus violents »

Décorations : croix de guerre avec deux étoiles de bronze, médaille militaire, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « le 9 avril 1916 à CUMIERES-LE MORT-HOMME (12 Kms au nord de Verdun) le caporal ITIER entraine ses hommes à l’assaut. Le 9 avril 1916 le général Pétain lance son fameux « On les aura ! Les allemands attaqueront sans doute encore ! Que chacun travaille et veille pour obtenir le même succès qu’hier ! Courage ! On les aura ! »

« Du jour où l’on dut choisir entre la ruine et la raison Pétain s’est trouvé promu » Charles De Gaulle. Cette phrase de l’illustre Charles, à elle-seule explique tout ce qui concernera plus tard, dans des temps plus sombres, les rapports entre Pétain et les français. Le Grand Charles aurait dû dire bien plus tôt « La vieillesse est un naufrage». Mais l’aurait-on compris !

Deuxième point, en théorie le 227eme partait à la date indiquée, décembre 1916, pour Salonique. Au Moyen-Orient, à cette date, l’empire Ottoman contrôlait le Liban et la Palestine, et donc la ville de Beyrouth, à moins que cette dernière profite d’une complète autonomie, ce que j’ignore. En mars 1917, les britanniques franchissent le Sinaï, et entre en Palestine. Evidemment des unités françaises joueront leur rôle dans cette région avec leurs alliés, s’introduisent-elles par Beyrouth ?

Dernier point, le sergent ITIER est évacué sur un hôpital, mais on ignorera la cause : blessure, maladie,… »

                                                     &

110/111

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

PAGES Joseph Clément, viticulteur, né le 21 novembre 1892 de Patrice PAGES et de Christine BRUGUIERE

Cheveux châtains foncés, yeux marrons, nez busqué, visage long, taille 1,79. Niveau d’instruction 3

 

Incorporé avant les hostilités au 141eme régiment d’infanterie de Marseille

14 août 1914 blessé à COINCOURT, 18 Kms au sud-ouest de DIEUZE, « coups de feu aux bras, fesse gauche, cuisse gauche, cuisse droite, genou droit ». Cela se nomme un tir de barrage, le soldat PAGES le subit, et ce tir sera la cause de son admission à une pension le 26 novembre 1915.

 

Commentaire YG « le matin du 14 août 1914, sous les ordres du Général de Castelnau, la 2eme armée produit son offensive générale en Lorraine à l’est de Nancy et de Lunéville, objectif DIEUZE, MORHANGE. Si le soldat PAGES est blessé au début de l’opération, en revanche le sous-lieutenant DURAND de FONTMAGNE et son régiment avec d’autres unités réalisent des attaques préalables, le village de LAGARDE situé à 8 Kms de COINCOURT, et en plein territoire allemand, pris par les français, puis repris par les allemands, verra dans ses murs, se dérouler le 11 août 1914, une bataille particulièrement meurtrière »

 

 

 

 

 

 

 

                                                    &

112

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

La cavalerie représentait par excellence l’esprit de l’offensive. Rien n’équivalait en splendeur militaire qu’une belle charge, sabre au clair, dans la plaine verdoyante, avec des chevaux altiers lancés au galop, sur lesquels des beaux jeunes hommes dans des uniformes rutilants allaient tailler en pièces l’ennemi sournois. Chez nous, on les nommait : hussards, dragons, cuirassiers, ou chasseurs à cheval, les anglais avaient leurs lanciers, les teutons présentaient leurs terribles Uhlans. Ils créaient les brèches dans les lignes adverses terrorisées par cette puissance foudroyante. Nous étions à la fin de l’époque chevaleresque, et si au début de la guerre 14/18 on fit encore donner de la cavalerie, bien tôt celle-ci ne remplirait que des missions de reconnaissance, avant d’être réorganisée. Car dans cette guerre-ci nous passerions à un stade plus moderne des affrontements, disons plus industriel, et les unités de cavalerie qui représentaient les ultimes reliquats des guerres du passé n’avaient plus leur place.

 

113

----------------------------------------------------------------------------------------------

                                                  

REYBAUD Julien Marius, cultivateur, né le 28 novembre 1892 d’Auguste REYBAUD et d’Antoinette ITIER

Cheveux noirs, yeux marrons, nez rectiligne, menton à fossette, visage rond, taille 1,70. Niveau d’instruction 3

 

Incorporé avant les hostilités au 141eme régiment d’infanterie de Marseille

Tué à l’ennemi le 19 ou 20 août 1914 à BIDESTROFF à 8 Kms au nord-est de DIEUZE

Secours payé le 19 mars 1915 la somme de 150 Frs à Mr Auguste REYBAUD

 

Commentaire YG « la commune de Bidestroff, qui est à cette date en territoire allemand, sera le point le plus profond atteint par les forces françaises lors de cette offensive de Lorraine. A partir du 20 août 1914 la contre-offensive allemande nous oblige au repli. »

                                                      &

Son frère ainé REYBAUD François Michel, né le 29 septembre 1889, dont les pages absentes du registre empêchent la compréhension de sa campagne.

Aux armées comme son frère dans le 141eme régiment d’infanterie de Marseille

Tué à l’ennemi le 20 août 1914 à DIEUZE

 

 

                                                   &

SABATIER Henri Paul Raymond, propriétaire agriculteur, né le 5 juillet 1892 de Joseph SABATIER et de Marguerite RAYMOND

Cheveux et yeux châtains, nez rectiligne, visage rond, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

Détient le permis de conduire les automobiles (tourisme)

 

Incorporé avant les hostilités au 141eme régiment d’infanterie de Marseille

Passé à la compagnie des mitrailleuses

1914 la Lorraine, la Marne, l’Argonne, 1915 l’Argonne, 1916 Verdun, la Belgique, 1917 la Belgique, 1918 la Somme.

Disparu le 12 avril 1918 à HOURGES à 18 Kms au sud-est d’Amiens

En fait il a été capturé. Rapatrié 26 novembre 1918

25 août 1919 congé illimité, entre ces deux dates il sert au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier, puis au 8eme escadron du train.

 

Commentaire YG « ainsi que le mètre représente la base du système métrique, le régiment sert de pivot à la fonction militaire, pour bien se situer sur un point déterminé : la caserne. Au-dessus : plusieurs régiments forment une division ; plusieurs divisions : un corps d’armée ; plusieurs corps d’armée : une armée. Au-dessous : le régiment se divisent en bataillons ; le bataillon en : compagnies ; la compagnie en : sections. Le régiment compte 1 000 à 3 000 hommes, mais que ce soit dans le sens regroupement des unités, ou dans le sens division de la formation, il n’est pas tenu compte du système décimal.

Au printemps 1918, les allemands délivrent sur le front de l’ouest leurs ultimes offensives : mars/avril : les Flandres, la Somme ; mai/juin : l’Aisne, la Marne. Le soldat SABATIER capturé, ne participera pas à l’offensive générale alliée de juillet 1918, sur la totalité du front de l’ouest. »

                                                       &

114

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

TISSEYRE Marcel Onésime, maître de chais, né le Pierre TISSEYRE et de Marie MIRC

Cheveux châtains, yeux marrons clairs, front fuyant, nez busqué, visage droit, teint coloré, taille 1,85. Niveau d’instruction non servi.

 

Il semble que la famille TISSEYRE n’habite à Vendargues qu’un temps réduit. Le métier de Pierre le père, négociant (sans autre précision), donne à penser qu’il se déplace fréquemment. Le fils Marcel à l’âge du service militaire réside à Mèze, et il y résidera jusqu’à son décès en 1968.

 

Inscrit maritime, il est avant les hostilités incorporé au 5eme dépôt des équipages de la flotte (à Toulon probablement).

1 avril 1917 promu quartier maître fusilier.

9 août 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre.

 

Peu de choses sont notées sur sa fiche, mais pour avoir été élevé en grade je suppose qu’il a accompli quelques missions embarquées.

                                                    &

 

BESSIER Alexandre Julien, cultivateur, né 8 février 1893, de Guillaume BESSIER et de Julie BOYER

Cheveux châtains, yeux gris, visage plein, taille 1,70. Niveau d’instruction 2

 

Incorporé avant les hostilités au 18eme escadron du train des équipages qui s’active en Algérie, il y reste jusqu’au 16 juillet 1915.

17 juillet 1915 passé au 14eme régiment d’artillerie de Tarbes, élément de la 3eme et 4eme armée, elles-mêmes positionnées au nord-est de la ligne de front, Craonne, l’Aisne, Verdun.

23 février 1917 passé au 1er régiment d’artillerie de montagne

Il part sur le front d’Orient le 6 juillet 1917, il y reste jusqu’au 11 avril 1919

4 novembre 1917 passé au 2eme régiment d’artillerie de montagne

3 septembre 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, médaille commémorative d’Orient, médaille commémorative de Serbie.

 

Commentaire YG « chronologie simplifiée du front serbe. Les forces de l’axe : Allemagne, Autriche-Hongrie, empire Ottoman, s’adjoint en 1915 la Bulgarie. Les neutres : la Roumanie, la Grèce, l’Albanie. Avec les alliés la Serbie, le Monténégro.

Les opérations : toute l’année 1915 : la bataille des Dardanelles, le but étant de forcer le passage du détroit afin de porter le fer au cœur de la capitale Istanbul-Constantinople. Echec. Néanmoins Salonique devient fin 1915 une base navale militarisée des forces alliées. Les forces de l’axe toujours en cette fin d’année 1915 envahissent la Serbie et la Roumanie, puis courant 1916 s’empareront de l’Albanie et du Monténégro.

Le front dans ce secteur se situe grosso-modo sur la frontière nord de la Grèce. A partir de cette ligne, les alliés auxquels s’ajoute la Grèce amorcent des opérations significatives en 1917, qui s’amplifieront en 1918, la Bulgarie cédera suivie de près par la Turquie et l’Autriche-Hongrie.

Deuxième point, le soldat BESSIER, lors de son périple serbe, sera infecté par le paludisme, contamination dument constatée par la commission de réforme qui lui attribuera un taux d’invalidité. D’ailleurs il faut noter que le paludisme jouera un rôle considérable dans la bataille des Dardanelles, cette maladie emportera ad patres plus de garçons que ne le fera sans doute la bataille elle-même. »

                                                     &

115/116

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

BRUNEL Clément Emile, boulanger, né le 5 février 1893 de Pierre BRUNEL et de Marie ROCH

Cheveux châtains, yeux gris, visage plein, taille 1,60. Niveau d’instruction 2

 

Incorporé avant les hostilités à la 25eme section des commis, ouvriers, et administratifs à Tunis.

16 août 1916 passé au 4emerégiment de zouaves de Tunis /Bizerte, ce régiment s’active à VERDUN

Mission : « prendre toutes mesures propres à enrayer l’avance allemande »

Sanction : « tout chef qui, dans les circonstances actuelles, donnera un ordre de retraite, sera traduit en conseil de guerre »

Déclaration de l’état-major français dans les jours qui suivirent l’attaque allemande du 21 février 1916.

27 décembre 1916 part sur le front Serbe. Il y reste jusqu’au 8 septembre 1918

26 mars 1917 blessé par éclats d’obus à l’épaule gauche à DIHOVO Serbie, ce lieu se situe à 200 Kms à l’ouest et légèrement au nord de Salonique, donc sur la frontière grecque, ce fait de guerre signale le début des mouvements alliés de reconquête.

22 septembre 1917 promu caporal.

9 septembre 1918 passé au 2eme régiment de zouaves qui se trouvent en Picardie

5 octobre 1918 passé au 8eme régiment de zouaves, ce régiment compose la division marocaine.

21 juillet 1919 retour au 2eme régiment de zouaves à Oran

3 septembre 1919 en congé à Vendargues

Décoration : médaille coloniale avec agrafe Tunisie, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, insigne des blessés

                                                    &

117

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

PERRET Eugene Marius, cultivateur puis militaire de carrière, né le 23 août 1893 de Barthelemy PERRET et d’Eulalie ALLE

Cheveux châtains, yeux orange, visage rond, taille 1,66. Niveau d’instruction 3

 

Incorporé avant les hostilités au 9eme régiment d’artillerie de Castres puis au 2eme régiment d’artillerie lourde de Grenoble

18 janvier 1915 passé au 53eme régiment d’artillerie de Clermont-Ferrand, qui soutiendra toutes nos offensives.

5 janvier 1918 passé au 19eme train des équipages, qui s’occupe de la sécurisation des places et forts de Paris

24 janvier 1918 passé au 103eme régiment d’artillerie lourde

20 mars 1918 passé au 115eme régiment d’artillerie lourde

31 juillet 1918 passé au 102eme régiment d’artillerie lourde

25 janvier 1919 passé au 175eme régiment d’artillerie de tranchée

27 juillet 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « après les hostilités il embrasse une carrière de gendarme, à pied, à cheval, en France, au Maroc. Chose remarquable, à la façon du célèbre Vidocq qui gouta du bagne avant de devenir chef de la police, le citoyen PERRET éprouvera l’infamie d’une condamnation (certes il avait 20 ans, l’âge des bêtises) avant toucher plus tard les galons de sous-officier de la gendarmerie »

                                                    &

 

CAMMAL Eugène Célestin Pascal, cultivateur, né le 17 mai 1894 de Pascal CAMMAL et de Joséphine RAYNAL

Cheveux et yeux châtains, nez rectiligne, visage long, bouche petite, teint coloré, taille 1,73. Niveau d’instruction 2

 

7 septembre 1914 incorporé au 9eme régiment d’artillerie de Castres

Au front le 11 juin 1915, la Woëvre, la Somme

Part au front d’Orient le 14 décembre 1916, il y reste jusqu’au 21 octobre 1917

15 mars 1918 passé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

1er mai 1918 passé au 30eme régiment d’artillerie d’Orléans

19 mai 1918 passé au 54eme régiment d’artillerie de Sathonay / Lyon

31 juillet 1919 passé au 2eme régiment d’artillerie de Grenoble

9 septembre 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « les régiments d’artillerie s’emploieront sur tous les secteurs du front qui nécessiteront un soutien. Ainsi le soldat CAMMAL combattra sur le front de l’ouest et même sur le front d’Orient sans être affligé par la moindre blessure, pourtant au dépôt, à une date non précisée, il chutera de cheval ce qui provoquera une hydarthrose au genou gauche »

                                                   &

118

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

ITIER Lucien François Emmanuel, cultivateur, né le 4 décembre 1894 de Jules ITIER et de Marie DAUMONT

Cheveux châtains, yeux marrons, nez rectiligne, visage long, teint coloré, bouche grande, taille 1,64. Niveau d’instruction 2

 

Incorporé le 15 septembre 1914 au 173eme régiment d’infanterie de Corte

Tué à l’ennemi le 24 avril 1915 aux EPARGES, lieu situé à 20 Kms au sud-est de Verdun

Le secours de 150 Frs sera versé à Jules ITIER.

 

Commentaire YG « Verdun est un verrou, s’il saute, le passage s’ouvre, et rien ou presque ne peut arrêter le déferlement, bien sûr d’aucun me parlera de Valmy, à l’ouest de Verdun, et jadis de son rôle historique, mais justement l’Histoire ne se répète jamais de la même façon. Tout sera fait pour sauvegarder Verdun, surtout lors de l’offensive allemande de 1916 dirigée par le Kronprinz héritier du trône, mais également avant cette année-là, et le soldat ITIER paiera le prix fort. »

 

                                                   &

POUGET Marius Jean, coiffeur puis garçon de laboratoire à la faculté de médecine, né le 5 février 1894 de Louis POUGET et d’Augustine MARTIN

Cheveux et yeux noirs, nez rectiligne, visage long, teint coloré, bouche petite, taille 1,73. Niveau d’instruction 2

 

Dans un premier temps il bénéficie d’un ajournement pour faiblesse

1er septembre 1914 incorporé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

Blessé le 26 décembre 1914 au 3 bois en Belgique 50 Kms à l’est de Lille : pieds gelés.

Blessé le 29 septembre 1915 à la côte 193 Marne : plaie et commotion au cuir chevelu par balle

8 septembre 1916 versé au 60eme régiment d’infanterie de Besançon

6 février 1917 à Reims : pieds gelés

9 octobre 1918 à Vouziers 55 Kms à l’est de Reims : intoxiqué par gaz ypérite (le tristement célèbre gaz moutarde)

 

Citation : « brave soldat ayant toujours bien fait son devoir, a été blessé 4 fois au cours de la campagne »

Décoration : malgré sa citation à l’ordre du régiment on ne lui attribue pas la croix de guerre. Insigne des blessés, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, médaille militaire, puis le 3 février 1971 il est fait chevalier de la légion d’honneur.

 

Commentaire YG « si depuis 100 ans les noms des 3 bois n’ont pas changé, il s’agit des bois de : Hubermont ; Hergies ; et Lefebvre. Le 81eme était engagé dans cette « course à la mer » en fin d’année 1914 où les armées tentaient de se déborder par le nord. En 1915 le 81eme participe à la bataille de la Marne, dont les noms familiers résonnent : Beauséjour ; Souain ; Perthes ; les Hurlus ; Tahure ; Massiges. La côte 193 se situe dans ce secteur. Il est à noter que Vouziers se trouve au nord de ces lieux.

En changeant de régiment, le soldat POUGET reste dans le secteur de Reims où le 60eme se prépare à l’offensive du printemps 1917 : le Chemin des Dames. »

                                                    &

119/120

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

SENAUX Augustin François, propriétaire, né le 4 juin 1914 de Jean SENAUX et de Sidonie BASTIDE

Cheveux châtains, yeux marrons, nez rectiligne, visage long, teint coloré, bouche petite, taille 1,74. Niveau d’instruction 3

 

8 septembre 1914 incorporé au 99eme régiment d’infanterie de Lyon / Vienne

 

Le soldat SENAUX sera cité 3 fois à l’ordre de sa brigade et une fois à l’ordre de son régiment, pour assurer ses missions de liaison entre sa compagnie et son bataillon dans des conditions périlleuses avec courage, calme, et dévouement.

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, médaille militaire.

 

9 septembre 1919 congé illimité

 

Commentaire YG « le 99eme combattra sur l’ensemble du front ouest depuis les Vosges, jusqu’aux Flandres, il sera dans les premières lignes en Champagne, à Verdun, sur le chemin des Dames, etc…

A la Noël 1914 le 99eme est positionné dans la Somme de la tranchée d’en face, sortent des Bavarois agitant un drapeau blanc, pendant quelques jours la trêve s’installe, les soldats sympathisent. Ils échangent du tabac, des journaux, des cartes postales. Ils profitent de ce calme pour dégager et enterrer les corps des camarades, ils travaillent à découvert à la réfection des lignes. Puis la nouvelle année survient, alors ces contacts cessent tout naturellement laissant la place à d’autres contacts beaucoup moins amicaux. »

 

                                                     &

BASTIDE Léonce Lucien Marcellin, cultivateur, 31 janvier 1895 de François BASTIDE et de Célestine DECUP

Cheveux châtains, yeux gris, nez rectiligne, visage rond, teint coloré, taille 1,63. Niveau d’instruction 3

Possède le permis de conduire les autos et les poids lourds.

 

19 décembre 1914 versé au 3eme régiment de zouaves

Blessé le 12 juin 1915 à BOSSINGUE (lieu que je n’ai pu situer), à moins qu’il ne s’agisse de BOESINGHE à 8 Kms au nord d’YPRES, ce qui contredirait le plan de marche de son régiment qui lui, se trouve à cette date à 20 Kms à l’est de COMPIEGNE du côté de TRACY-LE-VAL, TRACY-LE-MONT, QUENNEVIERES, ECAFAUT. L’éclat d’obus qu’il supporte, provoque une plaie à la main gauche qui entraine l’amputation du pouce. L’importance de cette blessure le dispense de tout service armée.

                                                      &

121

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

BERTHEZENE Félix Marius, cultivateur, né le 3 juillet 1895 d’Anselme BERTHEZENE et de Joséphine RADIER

Yeux châtains foncés, nez rectiligne, teint coloré, taille 1,70. Niveau d’instruction 3

Possède le permis de conduire les autos

 

Classé au service auxiliaire à cause d’une otite séreuse à droite. A cette époque n’existaient ni les anti-inflammatoires, ni les antibiotiques, et personne ne se serait risqué à une intervention chirurgicale, le patient moins que quiconque.

 

16 février 1915 incorporé au 16eme escadron du train

11 avril 1915 versé à la 16eme section des infirmiers

Du 1er avril 1916 au 12 aout 1919 il est aux armées dans différentes sections d’infirmiers : la 3eme le 23 février 1917 ; la 22eme le 11 avril 1919 ; la 1er le 13 avril 1919

12 août 1919 démobilisé au titre de cultivateur

25 septembre 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                    &

BONNISSEL Pierre Louis, cultivateur, né le 8 octobre 1895, de Firmin BONNISSEL et d’Angélique JOUVE

Cheveux et yeux châtains, nez rectiligne, visage rond, taille 1,65. Niveau d’instruction 3

 

19 décembre 1914 incorporé au 3eme régiment de zouaves

16 avril 1915 passé au 2eme régiment de zouaves pour formation. Je suppose que précédemment il accomplissait aussi sa formation.

7 mai 1915 aux armées avec le 3eme bis régiment de zouaves : Ypres, Verdun en 1916, la Somme, la Marne

Blessé le 18 avril 1917, au environ du mont Haut 23 Kms à l’est de Reims, par éclats d’obus à la lèvre supérieure. Conséquence de sa blessure, et sans doute de la manière dont il obtint, il sera cité à l’ordre du régiment

18 novembre 1917 passé 2eme de zouaves

20 mars 1918 versé au 172eme régiment d’infanterie de Belfort : la Picardie

7 mars 1919 sursis illimité

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, insignes des blessés

 

Commentaire YG « le 22 avril 1915, quelques jours avant que le soldat BONNISSEL ne rejoigne le 3eme bis régiment de zouaves, YPRES sera le premier théâtre d’opérations où s’emploieront les gaz nocifs lors d’une attaque réglée. Nos soldats verront apparaitre un nuage jaunâtre de couleur moutarde avec une forte odeur de chlore. Agressés par cette diffusion toxique, sans aucunes protections valables, nos gars se débanderont dans une folle panique. Ce gaz utilisé à YPRES se nommera pour longtemps l’ypérite. »

                                                    &

122

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

IRLES Hervé Jean, cultivateur, né le 16 décembre 1895 d’Alexandre IRLES et d’Angélique SABATIER

Cheveux châtains, yeux marrons, nez rectiligne, visage long, teint coloré, taille 1,66. Niveau d’instruction 3

 

19 décembre 1914 incorporé au 158eme régiment d’infanterie des Vosges, qui lorsque le soldat IRLES le rejoint, s’emploie en Artois

L’Artois justement, blessé le 16 mai 1915 à NOULETTE à 10 Kms à l’ouest de Lens et au nord de Notre Dame de Lorette, plaie par éclat d’obus à l’épaule droite, évacué à l’hôpital de Luçon

Parti en renfort le 25 octobre 1915

1916 : Verdun puis la Somme

1917 : le Chemin des Dames à son côté ouest : la Malmaison

Impliqué dans cette désastreuse opération du général Nivelle au Chemin des Dames, le 158eme déplorera des actes d’indisciplines

1 juin 1918 blessé par balle au pied gauche à TORCY dans l’Aisne, 12 Kms nord-est de Château Thierry. Blessure occasionnée par l’ultime offensive allemande du printemps 1918. Evacué à l’hôpital auxiliaire de Vichy

17 août 1918 probablement en soin à Noisy le Sec, un éclat de verre provoque une plaie à sa main gauche

16 octobre 1918 blessé par gaz ypérite à THOUR à 35 Kms au nord de Reims, lors de notre contre-offensive générale finale. Evacué à l’hôpital temporaire d’Issy-les-Moulineaux

22 septembre 1919 congé illimité

 

Décoration : insigne des blessés, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

                                                    &

 

JEANJEAN Emile Marius Raymond, viticulteur, né le 23 janvier 1895, de Victor JEANJEAN et de Mathilde BASSIER

Cheveux noirs, yeux châtains foncés, nez rectiligne, visage long, taille 1,74. Niveau d’instruction 3

 

18 décembre 1914 incorporé au 158eme régiment des Vosges, participe dans les Flandres à la « course à la mer »

14 mai 1915 versé au 140eme régiment d’infanterie de Grenoble, 2 compagnies de ce régiment, cernées, capitulèrent dans les Vosges fin août 1914

Mais le 18 mai 1915 il passe à l’armée d’orient en intégrant le 175eme régiment d’infanterie de Marseille le 1 juin 1915

30 mai 1915 blessé aux DARDANELLES par éclat de grenade : plaie au genou droit, à la jambe droite, et à la cuisse droite face externe

Reconnu inapte à la marche, de plus le nerf sciatique a été touché, il changera d’arme et passera au 62eme régiment d’artillerie d’Epinal le 19 septembre 1917, qui nous défend contre les aéronefs.

1 octobre 1917 passé au 63eme régiment d’artillerie de campagne

 

28 janvier 1919 décédé par maladie, sans autre précision, à l’hôpital militaire d’Epinal

13 février 1919 reconnu mort pour la France, avis du ministère de la guerre

                                                    &

123/124

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

PERRET Ernest Pierre, courtier en produits agricoles, né le 4 septembre 1895 de Louis PERRET et de Marie SABADEL

Cheveux châtains clairs, yeux noirs, front découvert, visage ovale, taille 1,68. Niveau d’instruction 3

 

11 août 1914 engagé volontaire pour la durée de la guerre, à la mairie de Montpellier, versé au 16eme escadron du train comme automobiliste

30 août 1914 passé au 8eme escadron du train

17 janvier 1918 reconnu provisoirement inapte à faire campagne pour cause d’anémie palustre qui est une manifestation du paludisme

25 avril 1918 affecté au parc automobile d’organisation de Versailles

30 août 1918 passé au 8eme escadron du train

16 mai 1919 la commission de réforme examine son état de santé qui révèle de l’asthénie, donc fatigue physique, dépression nerveuse, et paludisme, toutes maladies contactées aux armées

24 mai 1919 congé illimité

Le service de santé de l’armée le revoit régulièrement, et 1924 sa fiche s’annote de troubles gastro-intestinaux et de syncopes.

Il décèdera à l’âge de 35 ans à Montpellier

Décoration : médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « plus qu’un long discours l’état pathologique du soldat PERRET, et son décès à la force de l’âge, révèle les traces profondes laissées par la guerre dans le corps, et dans l’âme, de jeunes gens qui, pour certains avant 1914 n’avaient jamais vu de leur vie un trépassé »

 

 

 

 

                                                    &

125

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

« Tenir la position coute que coute ! »

Il n’est qu’à considérer la gravure pour comprendre l’ampleur tragique de cet ordre à l’emporte-pièce. Le point de non-retour vient d’être largement franchi, trop de garçons de l’autre camp sont tombés pour espérer de l’ennemi un geste qui ne soit pas définitif. L’impossibilité d’un repli individuel, l’esprit de camaraderie ayant tissés ses liens indéfectibles l’en empêche, et d’ailleurs cette fuite se considèrerait comme un abandon de poste sanctionné impitoyablement, maintient les soldats dans l’obéissance absolue jusqu’au sacrifice, avec toutefois l’infime espoir d’une retraite ennemie, mais tellement improbable.

 

126

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                   &

DUMAS Antonin Guillaume Jean Marius Irénée, cultivateur, né le 27 décembre 1896 de Marius DUMAS et de Jeanne RUAS

Cheveux châtains foncés, yeux marrons, nez rectiligne, visage rond, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

 

11 avril 1915 incorporé au 86eme régiment d’infanterie du Puy, il s’emploie dans l’Oise

4 décembre 1915 versé au 38eme régiment d’infanterie de Saint-Etienne, il participe au printemps 1916 à la bataille de Verdun

21 août 1916 passé au 363eme régiment d’infanterie de Nice, il combat dans l’offensive de la Somme : Bapaume/Péronne

10 septembre 1916 nommé caporal

En 1917 le 363eme se trouve dans un secteur au nord de Reims : Berméricourt, où les soldats éprouvent des mouvements contraires, cas de désobéissances constatés

Citation : 27 avril 1917 : excellent gradé a brillamment entrainé ses hommes sous un violent feu de mitrailleuses à l’assaut d’une position ennemie.

11 juin 1917 nommé sergent

En 1918 le 363eme contient dans l’Aisne l’ultime offensive allemande

Citation : 20 avril 1918 : au cours d’une attaque ennemie accompagné d’un très violent bombardement a su prendre d’excellentes dispositions qui ont retardé la progression latérale de l’ennemie.

11 juillet 1918 détaché au 1er groupe d’aviation en tant qu’élève pilote, à l’école d’Istres il obtiendra son brevet pratiquement à la veille de l’armistice

26 septembre 1919 congé illimité

Décoration : croix de guerre avec 2 étoiles de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                    &

127

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

BOUVIER Elie François Isidore, cultivateur, né le 20 septembre 1896 d’Adrien BOUVIER et d’Eugénie FAUCHET

Cheveux noirs, eux bleus, front découvert, visage ovale, taille 1,65. Niveau d’instruction 3

 

Engagé volontaire trois ans au titre du 5eme dépôt des équipages de la flotte de Toulon au 31 juillet 1916

A partir du 7 octobre 1916 le soldat BOUVIER sert à Paris jusqu’au 10 mai 1918

10 mai 1918 versé à la 1ere escadrille de patrouille

1 juillet 1918 versé à la 9eme escadrille de patrouille

1 janvier 1919 revient au 5eme dépôt des équipages

22 septembre 1919 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire et médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « engagé dans la marine le soldat BOUVIER fera l’essentiel de sa campagne dans l’aviation. Il faut dire que, si au début des hostilités, la chevalerie a encore des adeptes au sein des états-majors, au tournant de 1915/1916 les chevaliers du ciel se substitueront par leurs actions aux vieilles stratégies obsolètes de temps révolu. Cette leçon de la modernité sera exposée quelques vingt ans plus tard par les plus résolus des solutions belliqueuses.

J’ignore si le soldat BOUVIER assura des missions aériennes, en revanche à ses balbutiements, et de surcroit en temps de guerre, l’aviation dévora un grand nombre de ses passionnés, et l’espérance de vie des aviateurs n’excédait pas quelques semaines. »

                                                    &

 

MILHAU Achille Paul Léon, cultivateur, né le 12 mars 1896 de Léon MILHAU et de feue Emilie LIQUIE

Cheveux noirs, yeux marrons, front couvert, nez rectiligne, visage long, bouche petite, taille 1,65. Niveau d’instruction non signalé.

 

12 avril 1915 incorporé au 159eme régiment d’infanterie de Briançon, où il fait ses classes. Ce régiment en ce début d’année 1915 vient d’être durement éprouvé en Artois

14 novembre 1915 versé au 139eme régiment d’infanterie d’Aurillac, avec ce régiment le soldat MILHAU combattra à Verdun lors de la grande bataille de 1916, et dans la Somme en fin de cette même année. Début 1917 il est à la manœuvre dans l’Oise, avant de revenir à Verdun.

27 août 1917 tué à l’ennemi à la côte 304

 

Commentaire YG « la bataille de Verdun de 1916, d’où nous étions sortis vainqueur, laissait un gout amer aux ennemis. Ces derniers, après une pause de six mois, n’auront de cesse de réactiver dès juillet 1917, dans le secteur, l’empoignade de l’an précédent. Ainsi dans la lutte de conservation des positions acquises, et de pénétration des lignes adverses, à l’entour du point nommé : côte 304, à 15 Kms au nord et légèrement à l’ouest de Verdun, tombera le soldat MILHAU »

                                                     &

128

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

REYBAUD Ludovic Pierre Marius, cultivateur, né le 2 juin 1896 de Claude REYBAUD et de Madeleine BRUGUIERE

Cheveux et yeux noirs, front large, nez rectiligne, visage long, taille 1,62. Niveau d’instruction 3

 

13 avril 1915 incorporé au 16eme régiment d’infanterie de Clermont-Ferrand, puis part aux armées le 6 décembre 1915

1916, la bataille de Verdun, le 30 juin 1916 le soldat REYBAUD devient soldat de 1ere classe, ensuite en juillet / août : la bataille de la Somme.

19 septembre 1916 versé au 413eme régiment d’infanterie du Puy-de-Dôme. Le soldat REYBAUD supportera mal l’hiver 1916/1917, dont les températures provoqueront la prise par la glace de la rivière Seine à Paris, lui, il sera évacué de Verdun le 3 janvier 1917 pour avoir ses pieds gelés

Retour au front le 1 mars 1917 afin d’être opérationnel sur le terrible CHEMIN DES DAMES le 16 avril 1917, d’ailleurs c’est sur le plateau de VAUCLAIR, près du plateau de CALIFORNIE, tous deux à trois enjambées au nord de CRAONNE, que sa bravoure sera citée à l’ordre du régiment.

Deuxième évacuation le 23 octobre 1917 sans plus de précisions

Après un passage dans les Vosges début 1918, le 413eme monte en avril dans les Flandres à YPRES

25 avril 1918 disparu à LOCRE DRANOUTRE lieux situés à 10 Kms au sud d’Ypres

Rapatrié le 20 novembre 1918

23 décembre 1918 passé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

21 septembre 1919 congé illimité

Décoration : insignes des blessés, croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre, médaille militaire

 

Commentaire YG « YPRES et ses environs représentaient une partie de la Belgique libre, dont la neutralité avait été bafouée avec une extrême sauvagerie, excitée par la forte résistance des belges, commandés par le roi-soldat Albert 1er, qui refusaient le passage des troupes allemandes sur leur territoire. Ces environs ont des noms : Locre, Dranoutre, Saint-Eloi, Kemmel, Passchendaele, Boesinghe, Poelcapelle, ils furent le théâtre d’épisodes guerriers remarquables. »

                                                   &

129

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

SANIER Alphonse Guillaume, cultivateur, né le 14 novembre 1896 de Laurent SANIER et de feue Léonie PRAT

Cheveux et yeux noirs, front large, nez rectiligne, visage rond, taille 1,64. Niveau d’instruction 3

 

13 avril 1915 incorporé au 16eme régiment d’infanterie de Clermont-Ferrand

Début 1916 : bataille de Verdun

22 juillet 1916 versé au 216eme régiment d’infanterie de Saint-Etienne, en action à Verdun

21 octobre 1916 blessé au lieu appelé le Chênois, à 10Kms à l’est de Verdun dans les environs de DOUAUMONT par éclats d’obus dans la région temporale gauche

En 1917 le 216eme évolue à Verdun encore, et aussi dans les Vosges, et à Saint-Mihiel 35Kms au sud de Verdun. En 1918 le régiment s’emploie en Argonne.

16 août 1918 versé au 1er régiment d’infanterie de Cambrai

Mort pour la France le 2 septembre 1918 au HARTMANNSWILLERKOPF un massif situé à 25 Kms au nord-ouest de Mulhouse.

 

Commentaire YG « au Hartmannswillerkopf, ou au sommet du vieil-Armand, s’engageront de janvier à mars 1918 des combats rugueux, en altitude, dans le froid et la neige, pour la possession de ce pic haut de 600 mètres, dont nous nous accaparerons. Dans ce relief passera la ligne de front des Vosges. »

                                                  &

 

VALY Jean Antoine Célestin, cultivateur, né le 6 avril 1896 de Léon VALY et de Catherine ALMERAS

Cheveux et yeux châtains, nez rectiligne, visage long, taille 1,62. Niveau d’instruction 3

 

11 avril 1915 incorporé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier, qui lutte toute l’année en Champagne, ensuite en 1916 il part dans le secteur de Soissons

16 juin 1916 passé au 164eme régiment d’infanterie de Verdun, qui participe à l’offensive de la Somme. Je rappelle l’armée britannique attaque BAPAUME, et l’armée française, PERONNE, Péronne qui se trouve sur la rive droite de la Somme, sur l’autre rive se situe BIACHES où le soldat CAIZERGUES sera blessé.

9 juillet 1916 blessé par éclats d’obus au côté droit du visage à BIACHES

Tué à l’ennemi le 22 mai 1917 au MONT-HAUT à 8 Kms au sud de Moronvilliers, et à 20Kms à l’est de Reims

 

Commentaire YG « au printemps 1917 la principale offensive se situe au Chemin des Dames, néanmoins la tactique veut un accompagnement à cette offensive, alors sur plusieurs secteurs du front se déroulent des attaques incisives, pour permettre la réussite complète de l’objectif principal. Ainsi sur le Mont-Haut, un terrain de Champagne à peine relevé, mais d’une élévation stratégique, le soldat VALY périra pour la France »

                                                  

130/131

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                  &

 

BARRE Marius Antoine, cultivateur puis épicier enfin propriétaire, né le 13 août 1897 de jean BARRE et d’Anna BOUQUET

Cheveux blonds, yeux marrons, nez rectiligne, visage long, taille 1,67. Niveau d’instruction 3

 

2 janvier 1916 engagé pour 4 ans, et versé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

7 décembre 1916 versé au 116eme régiment d’artillerie lourde de Castres

16 septembre 1918 versé au 132eme régiment d’artillerie lourde 1ere colonne légère

J’ignore où s’activeront ces deux régiments

4 janvier 1920 congé illimité

Citation à l’ordre du 132eme pour avoir été un très bon conducteur

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                   &

CONSTANT Théodore Marius, cultivateur, né le 20 octobre 1897 d’Henri CONSTANT et d’Adélaïde ARNAUD

Cheveux châtains, yeux bleus, nez rectiligne, visage long, taille 1,59. Niveau d’instruction 3

 

2 janvier 1916 engagé pour 4 ans, versé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier, 2eme canonnier conducteur

7 décembre 1916 versé au 116eme régiment d’artillerie lourde de Castres

25 juillet 1917 intoxiqué par les gaz, rétabli le 20 août 1917

16 octobre 1917 évacué pour maladie, rétabli le 6 novembre 1917

15 mai 1919 versé au 145eme régiment d’artillerie lourde, avec ce régiment il part pour CONSTANZA en Roumanie le 13 juin 1919, il revient au dépôt le 15 juillet 1919

21 mai 1920 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

                                                    &

132

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

NOVEL-CATIN Marcel, cultivateur puis cantonnier, né le 29 décembre 1897 de Charles Emmanuel NOVEL-CATIN et de Marie Rosalie TUZET

Cheveux et yeux châtains, front bas, nez cave, visage large, taille 1,71. Niveau d’instruction 3

 

10 janvier 1916 incorporé au 7eme régiment du génie, comme 2eme classe sapeur-conducteur

25 avril 1917 Classé au service auxiliaire par la commission de réforme pour « sinusite frontale »

20 juin 1917 versé au 18eme escadron du train

6 juillet 1918 versé au 121eme régiment d’infanterie de Montluçon, qui se trouve au sud de Verdun et au nord de Saint-Mihiel

22 mars 1919 versé au 5eme escadron du train

22 octobre 1919 versé au 16eme escadron du train

24 octobre 1919 congé illimité

Décoration : médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                   &

TISSEYRE Clément, Louis, Jean, cuisinier, né le 8 mai 1897, de Pierre TISSEYRE et de Marie MIR

Cheveux et yeux châtains, front large, nez rectiligne, taille 1,74. Niveau d’instruction 3

 

Comme son frère Marcel, précédemment cité, TISSEYRE Clément partira avec sa famille rapidement de Vendargues, le père Pierre, négociant, a trouvé de meilleures possibilités du côté de Mèze, Bouzigues. Néanmoins son nom est gravé dans la pierre du monument de Vendargues.

 

20 janvier 1916 incorporé au 2eme régiment de zouaves, qui s’active à Verdun à reprendre les forts de Douaumont et de Vaux

23 mai 1917 versé au 3eme régiment de zouaves, et participera à la meurtrière offensive du Chemin des Dames

31 mai 1918 blessé sur la côte 240 un léger relief, voisin de Vrigny, situé à 15 Kms à l’ouest de Reims. « Plaie pénétrante du crâne et plaies multiples suite éclats d’obus »

1er juin 1918 mort pour la France

 

Commentaire YG « au printemps 1918 les allemands lanceront une offensive générale sur tout le front de l’ouest, ils enfonceront la ligne de front d’une manière significative malgré l’opposition acharnée de nos armées. Le sacrifice du zouave TISSEYRE en témoigne. »

                                                       &

133

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

ALLUT Henri Joseph Marie Antoine, cultivateur puis courtier en vins, né le 23 février 1898 de feu Louis ALLUT et de Marie REYBAUD

Cheveux noirs, yeux marrons, nez rectiligne, bouche petite, visage long, taille 1,70. Niveau d’instruction 3

 

19 mars 1917 engagé volontaire pour 4 ans, incorporé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier, le 56eme se trouve dans le secteur de Verdun, puis en 1918 il montera à Locre proche d’Ypres

27 avril 1918 versé au 62eme régiment d’artillerie d’Epinal pour arrêter l’offensive allemande en Champagne

24 octobre 1918 versé au 22eme régiment d’artillerie de Versailles, participe à l’offensive finale dans la Somme

Versé dans les services auxiliaires le 19 juin 1919 à cause de son amputation des deux phalanges de l’index droit, et d’une raideur de la main droite. Rien n’est mentionné sur les circonstances de cette blessure.

1 janvier 1921 renvoyé dans ses foyers

Sa fiche partiellement masquée, ne révèle pas ses citations éventuelles, et ses décorations

                                                   &

 

BASTIDE Auguste Laurent Marc, viticulteur, né le 25 avril 1898 de feu François BASTIDE et de Célestine DECUP

Cheveux châtains, yeux marrons, front large, nez rectiligne, visage rond, taille 1,67. Niveau d’instruction 3

 

3 mai 1917 incorporé au 3eme régiment d’artillerie de Castres

12 janvier 1918 versé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

28 février 1918 versé au 217eme régiment d’artillerie, en Champagne repoussera l’ultime offensive allemande

1 juillet 1919 versé au 61eme régiment d’artillerie de Chalons

14 juin1920 renvoyé dans ses foyers

Décorations : médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

                                                     &

134

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

DAUMOND François Xavier Théodore, charretier puis homme d’équipe au P.L.M., né le 17 juin 1898 de Guillaume DAUMONT et de Joséphine CHASSEFIERE

Cheveux noirs, yeux marrons, nez rectiligne, visage long, taille 1 ,77. Niveau d’instruction 3

 

17 avril 1917 incorporé au 116eme régiment d’artillerie lourde

16 avril 1918 versé au 107eme régiment d’artillerie lourde

15 septembre 1918 versé au 500eme régiment d’artillerie

6 décembre 1918 versé au 82eme régiment d’artillerie

 

L’AFFAIRE DAUMOND

Du 30 décembre 1918 au 18 mars 1919 le soldat DAUMOND est déclaré en absence illégale. L’illégalité appelle la sanction, ainsi le conseil de guerre se réunit pour statuer sur son sort. Bien que l’armistice soit signé depuis le 11 novembre 1918, il ne signifie pas que le temps soit à la paix lorsque le soldat DAUMOND « s’absente ». Cette absence est qualifiée de désertion à l’intérieur en temps de guerre. Une désertion en temps de guerre mérite le peloton, à fortiori si la désertion a lieu sur le théâtre des opérations donc à l’extérieur, néanmoins à l’intérieur 5 ans de travaux forcés peuvent être requis. Pourtant le conseil ne demande que 6 mois de prison et avec sursis car il admet des circonstances atténuantes, sur lesquelles nous ne saurons rien. Ensuite le soldat DAUMOND bénéficiera le 29 avril 1919 d’une amnistie totale, obtiendra son certificat de bonne conduite. Sans doute un souci d’apaisement guide le verdict.

Avant son retour dans ses foyers le 14 mai 1920, il servira dans quelques régiments d’artillerie lourde.

Décoration : médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                     &

135

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

FESQUET Barthélémy Félix, wagonnier à la Cie d’état P.L.M., né le 19 août 1898 de feu Barthélémy FESQUET et de Marie PERDEGOL

Cheveux châtains foncés, yeux châtains, nez rectiligne, visage long, taille 1,63. Niveau d’instruction 3

 

Ajourné dans un premier temps pour faiblesse

16 avril 1918 incorporé au 96eme régiment d’infanterie de Béziers où il est formé

28 août 1918 versé au 53eme régiment d’infanterie de Perpignan, il participe à l’offensive Champagne/Ardennes

Avant d’être renvoyé dans ses foyers le 1 juillet 1921, il assurera des taches d’ouvriers, puis il ira avec son unité occuper l’Allemagne.

                                                   &

 

REBOUL Louis Marius Pascal, cultivateur puis charretier puis épicier, né le 6 avril 1898 d’Emile Fulcrand REBOUL et d’Antonia REYBAUD

Cheveux noirs, yeux châtains, nez rectiligne, bouche petite, visage long, taille 1,66. Niveau d’instruction 3

 

2 mai 1917 incorporé au 2eme régiment du génie de Montpellier

6 juin 1920 renvoyé dans ses foyers, auparavant il servira des régiments de génie, et agira au sein des personnels techniques des groupes d’aviation

 

                                                     &

SABATIER Paul Luc Eugène Barthélémy, cultivateur, né le 18 octobre 1898 de Joseph SABATIER et de Marguerite RAYMOND

Cheveux châtains, yeux bleus, front haut, nez rectiligne, visage long, taille 1,64. Niveau d’instruction 3

 

3 mai 1917 incorporé au 4eme dépôt de la flotte, comme matelot de 3eme classe fourrier, donc secrétaire-comptable

Après l’armistice il embarquera pour plusieurs mois

3 mai 1920 renvoyé dans ses foyers avec le grade de quartier maître fourrier

 

Commentaire YG « une impasse, toute petite, pas assez longue pour flâner et se détendre en se remémorant ses vers telle est la reconnaissance de Vendargues à Paul-Luc SABATIER. Poète, chansonnier, félibre, et surtout chantre de Vendargues qui fut sa source d’inspiration, comme cette dame au visage talqué qui passait ses journées à dessiner rues et ruelles du village, Paul-Luc SABATIER vibra pour ce pays entre Cadoule et Salaison !

Ce café dont je vous cause

C’est un tout petit débit

Il n’est pas grand, pas grand-chose

Mais ce n’est pas ce qu’on dit

Refrain

Car le café de la Cambuse

C’est le café de l’avenir

On s’y plait et on s’y amuse

Et l’on aime à y revenir

À la Cambuse ! À l’avenir !

C’est là qu’on muse

Et qu’on aime à venir.

Le café de la Cambuse se situait à l’embranchement route d’Ales/route de Nîmes, côté champs. Enfant, les dimanches de promenade avec mes parents, je m’y désaltérais d’un diabolo menthe ou d’un pschitt orange »

                                                   &

136

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

SABATIER Emile Irénée Louis, cultivateur, né le 2 juin 1898 de Jean Marius SABATIER et de Marguerite MASCLA

Cheveux noirs, yeux marrons, nez rectiligne, visage long, taille 1,72. Niveau d’instruction 3

Particularité : cicatrice au bas ventre suite d’opération

 

3 mai 1917 incorporé comme Paul-Luc au 4eme dépôt de la flotte, mais lui n’évoluera pas et restera matelot 3eme classe sans spécialité

3 mai 1920 renvoyé dans ses foyers

 

                                                   &

VIECZOROUSKI mais en réalité WIECZOROWSKI Paul Camille, frère de Mathieu mort pour la France, cultivateur, né le 18 juillet 1898 de Julien WIECZOROWSKI et de Marie GUIRAUDON

Cheveux noirs, yeux marrons, nez busqué, visage long, taille 1,72. Niveau d’instruction 3

 

3 mai 1917 incorporé au 7eme bataillon de chasseurs à pied de Draguignan. Après Craonne, le chemin des Dames, le bataillon part en Italie en novembre 1917 se battre au nord de Venise contre les austro-hongrois, il y reste jusqu’en avril 1918, puis revient dans les Flandres belges

10 septembre 1918 versé au 29eme bataillon de chasseurs à pied de Saint-Mihiel qui œuvre en Picardie lors de l’offensive générale finale

22 avril 1920 renvoyé dans ses foyers auparavant il servira dans des régiments d’artillerie

 

Commentaire YG « la campagne du soldat WIECZOROWSKI sera suffisante pour qu’il soit atteint de troubles psychiques, et pensionné par la commission de réforme »

 

                                                    &

Avant de passer aux garçons des classes d’âge qui sont allés aux armées qu’un temps réduits, mais qui méritent d’être mentionnés ici. Avant de citer les garçons qui naquirent hors de Vendargues mais qu’y vécurent et y firent souche. Avant de parler des miens qui servirent la France jusqu’à verser leur sang pour elle. Je voudrais m’excuser si par manque d’opiniâtreté j’ai omis de signaler le parcours guerrier de plusieurs garçons, parmi ces concitoyens exemplaires du passé, qui à 100 ans de distance marquent mon présent et celui de mes concitoyens d’aujourd’hui.

Je voudrais conseiller au lecteur d’utiliser l’outil informatique pour repérer les lieux, et avec la fonction MAPS de descendre virtuellement sur le terrain, alors mes modestes écrits, et surtout les ouvrages que vous lirez sur cette guerre 14/18, prendront une ampleur significative

 

                                                    &

137/138

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                 

Je dois reconnaitre, quand je vois le monument à l’honneur des combattants vendarguois, que je ressens de la sérénité. L’homme debout en uniforme n’a pas une attitude martiale, il regarde au loin un horizon de paix qui lui semble enfin dégagé pour toujours, on dirait même qu’il se dresse afin de mieux voir. Il tient à sa main droite la hampe du drapeau, cela pourrait être une faux posée sur son épaule, la seule différence est, qu’il se couvre du tissu tricolore qui représente cette France qu’il aime, en regardant de plus près ne dirait-on point que s’échappent de sa bouche des mots prudents et attendus, ou bien des mots forts et précieux , d’ailleurs ces mots sont gravés derrière lui avec tout ce qu’ils sous-entendent, et qu’on imagine.

 

                                                      &

139

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                             AUGUSTE  GRIBAL

                                   

                                                  LES MIENS

 

Mon grand-père GRIBAL Auguste Lucien, viticulteur, né le 25 janvier 1888 d’Antoine en réalité de Louis Marius GRIBAL et de Marguerite REYBAUD

Cheveux et yeux châtains, front découvert, menton rond, visage ovale, taille 1,64. Niveau d’instruction 3

 

7 novembre 1914 mobilisé à la 16eme section des infirmiers de Perpignan

31 décembre 1915 passé à la 15eme section des infirmiers

1 février 1917 passé au 71eme régiment d’infanterie de Saint-Brieuc qui de la Champagne va monter dans la Somme

11 avril 1917 passé au 173eme régiment d’infanterie de Corse, qui se déploie au nord de Verdun : côte 304 ; Cumières-le-Mort-homme ; côte de Talou ; côte 344 ; Louvemont-côte-du-Poivre

Le 173eme obtiendra une citation pour son attaque du 20 août 1917, et mon grand-père à titre individuel

Citation : excellent soldat s’est vaillamment conduit au cours du combat du 20 août 1917 et particulièrement dans une reconnaissance effectuée en avant des lignes

22 septembre 1917 nommé soldat de 1ere classe

En fin d’année 1917 le régiment part en Lorraine : Nancy/le Grand-Couronné, où il reste jusqu’en juin 1918, pour participer à la bataille de Compiègne avant l’offensive générale finale

8 octobre 1918 blessé à Bellemont en fait il s’agit de BELLECOURT

« Il existait, pas loin de Saint-Quentin, à hauteur de Croix-Fonsomme et de Seboncourt, deux fermes nommées Bellecourt et Forte, qu’allemands fortifièrent pour arrêter nos troupes. Le 6 octobre 1918 ordre est donné au 173eme d’enlever ces deux bastions depuis lesquels allemands arrosaient par un feu nourri la terre environnante, rendant dangereuse la manœuvre d’encerclement. Auguste l’apprendra par son crane meurtri, le 8 octobre 1918, par une balle le laissant pour mort. »

4 février 1919 revient aux armées

19 juillet 1919 congé illimité

Décorations : croix de guerre avec étoile de bronze, insigne des blessés, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

                                                   &

140

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                                   &

Son frère ainé GRIBAL Joseph Patrice, viticulteur, né le 17 mars 1886 de Marius en réalité de Louis Marius GRIBAL et de Marguerite REYBAUD

Cheveux noirs, yeux châtains foncés, front couvert, menton rond, visage ovale, taille 1,56. Niveau d’instruction 3

 

2 août 1914 rappelé au 122eme régiment d’infanterie de Rodez

Le 122eme commence sa campagne par une offensive du côté de LUNEVILLE en Lorraine, lorsque les allemands contre-attaqueront ils porteront la confusion dans nos armées au point que des régiments français se tireront dessus.

Ensuite toujours en Lorraine, le 122eme résiste à l’attaque de la Trouée de CHARMES, puis c’est la course à la mer, et le régiment luttera d’octobre 1914 à février 1915 aux environs d’YPRES

14 mars 1915 mort pour la France aux tranchées de BEAUSEJOUR

A 60 Kms à l’est de Reims se situe un lieu nommé MINAUCOURT-LE-MESNIL-LES-HURLUS à quelques hectomètres au nord passe le ruisseau du Marson, sur su rive une ferme dite de Beauséjour, le ruisseau borde le bois de Beauséjour qui abrite un fortin dit de Beauséjour, les tranchées ne doivent pas être loin…

Un secours de 150 Frs sera versé aux ayant droits, il laissait une épouse et deux filles en bas-âge

 

                                                      &

Le cousin au 2éme degré d’Auguste,  GRIBAL joseph, agriculteur, né le 18 août 1878 d’Antoine GRIBAL et de feue MIRABEL marie.

Cheveux et yeux châtains, front découvert, nez gros, menton rond, visage ovale, taille 1,69. Niveau d’instruction non mentionné.

 

7 août 1914 rappelé au 3éme régiment d’artillerie de Castres, participe à la bataille de MORHANGE en Lorraine, puis par batailler dans les Flandres

12 novembre 1914 à la suite d’une chute le soldat GRIBAL se fracture le péroné de la jambe gauche à HESDIGNEUL-LES-BETHUNE à 20 Kms au nord-ouest de Lens. Mal soignée cette fracture le conduira au conseil de réforme le 18 avril 1915.

18 avril 1915 versé au dépôt du 56éme régiment d’artillerie de Montpellier

12 janvier 1917 congé illimité

Décoration : médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre.

                                                    &

141

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

                                       DAMIEN MACONE

 

Le beau-père d’Auguste,  FENOUL Antoine Calixte, carrier puis agriculteur, né à Saint-Geniez-des-Mourgues le 11 mars 1875 de Victor FENOUL et de Philippine FABRE

Cheveux châtains foncés, yeux châtains, front couvert, nez petit, bouche grande, menton à fossette, visage ovale, taille 1,69. Niveau d’instruction 2

 

3 août 1914 rappelé au 122eme régiment d’infanterie territoriale de Montpellier

Il assure la surveillance du littoral en 1914, en 1915 il renforce le camp retranché de Paris, puis va en Argonne effectuer des travaux de défense et d’organisation.

Blessé en octobre 1915 à AVOCOURT, 20 Kms à l’ouest de Verdun, rien n’est dit précisément sur cette blessure

5 août 1916 versé au 111eme régiment d’infanterie territoriale de Montélimar, il effectue divers travaux à l’entour de Verdun

25 octobre 1916 blessé d’un éclat d’obus sans plus de précision à la RIANIERE près de BOUREILLES, lieux dont je ne suis pas parvenu à localiser, qui ont sans doute disparu dans la tourmente près de Verdun.

Citation à l’ordre du régiment le 31 décembre 1917 : « très bon soldat »

Décoration : croix de guerre avec étoile de bronze, insigne des blessés, médaille de la victoire, médaille commémorative de la grande guerre

6 janvier 1919 congé illimité

10 février 1919 décès. Je reste convaincu que sa débauche d’effort lors de sa campagne est liée à son décès prématuré, il aurait eu 44 ans le mois suivant.

 

                                                      &

 

Mon grand-père maternel MACONE Damien Jean, marin pêcheur et navigateur, né à ELENA en Italie le 25 mars 1897, naturalisé français par décret du 1 février 1908, de Côme MACONE et de Marie Antoinette VOLPE

Cheveux châtains clairs, yeux verdâtre, front fuyant large, nez cave relevé, teint coloré, oreilles plates, menton à fossette, yeux enfoncés, visage osseux, taille 1,70. Niveau d’instruction non mentionné

 

5 février 1916 débute sa campagne de guerre comme matelot de 3eme classe, à bord du cuirassier PROVENCE, sur le front d’Orient, SALONIQUE puis après l’armistice CONSTANTINOPLE, et les bases fluviales de DANUBE, libéré le 5 février 1920

 

Commentaire YG : si je mentionne le matelot MACONE, la raison est que pendant quelques mois à la fin de la guerre 39/45 il vécut avec son foyer à Vendargues.

                                                     &

142/143

----------------------------------------------------------------------------------------------

BARRE Henri Marius Firmin, cultivateur, né le 15 juillet 1899 de Jean BARRE et d’Anna BOUSQUET

Cheveux noirs, yeux marrons, bouche grande, nez rectiligne, visage ovale, taille 1,61. Niveau d’instruction non mentionné

 

16 avril 1918 incorporé au 80eme régiment d’infanterie de Narbonne, où il est en formation

31 août 1918 versé au 143eme régiment d’infanterie de Carcassonne qui dans l’Aisne participe à l’offensive finale

Par la suite fin 1919 jusqu’à son congé début 1921, avec le 4eme régiment des zouaves, il part au Levant pour réguler des tensions armées (déjà !)

Décoration : médaille commémorative de la grande guerre

 

                                                     &

BONNISSEL Jean, cultivateur, né le 22 janvier 1899 de Firmin BONNISSEL et d’Angélique JOUVE

Cheveux noirs, yeux marrons, nez cave, bouche petite, visage ovale, taille 1,77. Niveau d’instruction non mentionné

 

22 avril 1918 affecté au 3eme dépôt de la flotte, il n’embarquera pas, et sera libéré le 23 mars 1921

 

                                                     &

144

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

GRANIER Adrien, cultivateur puis boucher, né le 6 décembre 1899 de Joseph GRANIER et de Marguerite ITIER

Cheveux châtains, yeux marrons, nez rectiligne, visage ovale, taille 1,68. Niveau d’instruction non mentionné

 

22 avril 1918 affecté au 3eme dépôt de la flotte, lui aussi comme le matelot BONNISSEL n’embarquera pas, en revanche le 1 octobre 1920 il sera promu quartier maître électricien

Libéré le 23 mars 1921

Décoration : médaille commémorative de la grande guerre

 

Commentaire YG « mon souvenir d’Adrien GRANIER a été confirmé et précisé par Richard POUGET. En effet notre homme servit doublement ses concitoyens d’une part par le mandat de conseiller général dont les électeurs l’investirent, et aussi par les fonctions de juge de paix.

Le temps de la révolution venu, la justice fut réorganisée. Les pouvoirs de basse-justice détenus par le seigneur local, furent transférés à un homme choisi et reconnu pour son intégrité et impartialité qui devenait juge de paix. Il arbitrait au chef-lieu du canton les litiges si nombreux des rapports humains difficiles.

Puis la modernité arriva, et l’on crut de mon ton de se débarrasser des services de ce conciliateur, avant de reconnaitre ses bons offices propre à désengorger les tribunaux, alors on créa le juge de proximité. Cela s’appelle faire du neuf avec du vieux, avec toutefois une difficulté car ce juge-là n’est pas comme son précédent un homme de notre voisinage immédiat en qui se fondait une légitime confiance »

                                                  &

 

LAVENE Antonin Joseph Marius, électricien, né le 8 décembre 1899 de François LAVENE et de Fulcrande BAYLE

Cheveux châtains foncés, yeux châtains, front découvert, nez cave, visage ovale, taille 1,70. Niveau d’instruction non mentionné

 

20 février 1918 engagé pour 4 ans et formé au 56eme régiment d’artillerie de Montpellier

20 juin 1918 versé au 6eme régiment d’artillerie de campagne de Valence/Grenoble

27 juillet 1918 aux armées avec le 48eme régiment d’artillerie de campagne de Dijon qui œuvre dans l’Oise lors de l’ultime offensive générale

Ensuite le soldat LAVENE servira dans l’artillerie lourde, puis dans des groupes d’aviation, deviendra caporal le 18 août 1920, sergent le 9 avril 1921, et retournera dans ses foyers le 21 janvier 1922

Décoration : médaille commémorative de la grande guerre

                                                    &

145

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

La vérité m’oblige à dire que mon opiniâtreté dans mes recherches fût plusieurs fois prise en défaut, car il est des garçons natifs de Vendargues qui ont échappés à mon œil vigilant, certes je pourrais présenter l’excuse de l’imprécision des registres, ou bien l’absence de quelques pages dans ces registres. Alors pour rattraper mes négligences la pierre du monument aux morts me rappelle à l’ordre.

                                                     &

VALLORANY Hilarion Joseph Marius, ouvrier agricole, né le 13 avril 1893 de Louis VALLORANY et d’Emilie POITTEVIN domiciliés à Cazouls-les-Béziers

Cheveux noirs moyens, yeux bleus clairs, front fuyant, nez busqué et long, visage large, oreilles écartées, taille 1,64. Niveau d’instruction 2

 

27 novembre 1913 incorporé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

Mort pour la France

1ere version : Le 22 août 1914 à Lunéville de blessures de guerre

2eme version : Décédé antérieurement au 1 novembre 1914 (blessures de guerre) Inhumé à GRANDFONTAINE 65 Kms à l’est de Lunéville

 

Commentaire YG « j’y reviens encore notre offensive en Lorraine, DIEUZE, MORHANGE, en août 1914 fut à ce point confuse que lors de la contre-attaque allemande des régiments français se tiraient dessus. Le 22 août est le point culminant de l’affrontement, je suppose que l’autorité militaire déclara le soldat VALLORANY mort ce jour-là, mais son corps ne fut retrouvé qu’au 1 novembre »

                                                    &

146

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Il est des garçons qui m’interrogent, le cas Elie BABOU par exemple dont le nom est inscrit sur le monument alors que sa fiche révèle un périple qui ne se conclut pas par la mention mort pour la France

                                              

BABOU Elie, viticulteur, né à Limoux le 5 novembre 1889, d’Onésime BABOU et de Louise LIVADE, domicilié et décédé à Vendargues

Cheveux noirs, yeux châtains, front couvert, menton rond, visage ovale, taille 1,83. Niveau d’instruction 3. Particularités : cicatrice tempe gauche, nævus sur la tempe.

 

1 octobre 1910 incorporé au 58eme régiment d’infanterie d’Avignon

26 septembre 1912 nommé caporal d’escrime

1 octobre 1912 réengagé pour 2 ans

En 1914 le 58eme participe à l’offensive de Lorraine, puis repoussera la contre-attaque allemande de la « Trouée de Charmes »

Ensuite le régiment se porte au nord de Verdun, MALANCOURT, enfin en mai 1915 il s’active à MASSIGES situé grosso modo entre Verdun et Reims

6 mai 1915 réformé n° 2 par la commission spéciale de réforme d’Avignon pour bronchite spécifique

Décédé le 9 février 1919 à Vendargues

 

Commentaire YG « les gaz sont employés par les allemands en avril 1915 lors des combats d’Ypres, je suppose que la bronchite spécifique de soldat BABOU prend son origine à cet air ainsi empoisonné, car je ne crois pas que les conditions climatiques aient fragilisé ses bronches jusqu’à entrainer son décès, en revanche son intoxication mortelle justifierait l’inscription de son nom sur le monument. »

 

                                                    &

BALJOU Aristide Marius Justin, cultivateur, né le 1 septembre 1893 à Saint-Jean-de-Védas de Fulcrand Désiré BALJOU et de Marie BALJOU, domicilié à Vendargues

Cheveux et yeux noirs, taille 1,63. Niveau d’instruction 3

 

21 septembre 1913 incorporé au 61eme régiment d’infanterie de Privas

Mort pour la France le 20 août 1914 à DIEUZE Lorraine

Complément d’information : décédé antérieurement au 21 décembre 1914 des suites de blessures de guerre inhumé à Dieuze ou environs

                                                     &

147

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

MALAVIEILLE Joseph Maurille, jardinier, né le 17 janvier 1891 de Marc MALAVIEILLE et de feue Sylvie UBAC

Cheveux et yeux châtains, nez rectiligne, lèvres épaisses, taille 1,75. Niveau d’instruction 3

 

1 octobre 1912 incorporé au 58eme régiment d’infanterie d’Avignon

25 août 1914 décédé à HELLENWALD à 2 Kms au nord-est de MORHANGE lors de l’offensive de Lorraine

Complément d’information : décès fixé au 25 août par jugement du tribunal de Montpellier du 6 août 1920

 

                                                  &

DELERT Gaston Jean, les pages absences du registre ne permettent pas une connaissance détaillée : ni de l’état civil, ni de la campagne, du soldat DELERT.

Né le 20 mai 1884 à Carcassonne

Incorporé au 4eme régiment colonial de Toulon

Tué à l’ennemi le 15 septembre 1914 à MASSIGES à mi-chemin entre Verdun et Reims

 

Commentaire YG « après le déferlement allemand depuis la Belgique dont la neutralité fut violée, nos armées repoussèrent l’assaut et reconquirent le terrain. Le 15 septembre 1914 la ligne de front est fixée, juste au nord de l’axe Verdun/Reims, ponctuée de redoutables affrontements, notamment au lieu communément nommé « la main de Massiges »

 

                                                    &

Les registres de matricule de l’Ariège n’étant consultables que sur place, je ne peux livrer que de rares informations sur le soldat MARCHAND

 

MARCHAND Augustin, né le 10 avril 1883 à Lavelanet Ariège, domicilié à Vendargues.

Incorporé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

Mort pour la France le 24 septembre 1914 des suites de ses blessures à l’hôpital complémentaire de Meurthe-et-Moselle

Un peu avant cette date le 81eme repousse l’offensive de la « trouée de Charmes »

                                                     &

148

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

PRADEILLES Fernand Firmin, menuisier, né le 12 janvier 1881 à Saint-Germain-de-Calberte de Firmin PRADEILLES et de Marie ROUVIERE domicilié à Vendargues

Signalisation : mentions absentes

 

4 août 1914 incorporé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

Vous connaissez à présent le journal de marche du 81eme : l’offensive de Lorraine, LUNEVILLE, puis l’arrêt de la contre-attaque de la Trouée de Charmes, en fin la course à la mer, YPRES.

Disparu au combat, tué à l’ennemi à Saint-Julien en Belgique à 8 Kms au nord-est d’YPRES le 10 ou le 16 novembre 1914

 

Commentaire YG « il faut savoir qu’à la bataille d’YPRES, les écluses seront ouvertes et les garçons se battront dans une eau froide qui montera en haut des cuisses. Lisez plus tôt :

On est au 10 novembre,

L’ennemi surgit maintenant de tous les côtés, à droite, à gauche, devant, derrière, traquant dans les réduits suprêmes marins, sénégalais et belges. Une effroyable mêlée, un enchevêtrement inextricable d’hommes qui luttent en désespérés, ensanglante les derniers quartiers restés entre nos mains. On se bat à la baïonnette, à coups de crosses, à coups de pierres, à coups de poing. »

 

                                                    &

PRADIE Antoine Emmanuel, viticulteur, né le 27 juillet 1880 au Mas-de-Londres de pierre Pradié et de feue Rose Jeanne Pradié, domicilié à Vendargues

Cheveux et yeux noirs, front découvert, nez évasé, bouche grande, menton rond, visage ovale, taille 1,66. Niveau d’instruction 2. Particularité : légère cicatrice à la joue droite

 

13 août 1914 incorporé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier, même parcours que ci-dessus

Tué à l’ennemi le 13 novembre 1914 à ZILLEBEKE à 4 Kms au sud-est d’YPRES

                                                   &

149

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

PRADEILLES Joseph Louis Eloi, viticulteur, né le 1 décembre 1889 à Laroque de Firmin Casimir PRADEILLES et de Marie Aline ROUVIERE, domicilié à Vendargues

Cheveux noirs, yeux châtains, front couvert, nez fort, menton rond, visage ovale, taille 1,70. Niveau d’instruction 3

 

3 août 1914 incorporé au 58eme régiment d’infanterie d’Avignon, offensive de Lorraine, combats de DIEUZE, la trouée de Charmes, et VERDUN en fin d’année 1914

Tombé au champ d’honneur le 10 janvier 1915 au combat de Béthincourt, à la lisière de la forêt du Mort-Homme, à 20 Kms au nord-ouest de Verdun

                                                   &

 

Pour les garçons suivants, BOUGAREL et AUMONT, j’ai assez peu d’éléments, les archives du Gard n’ont pas été numérisées, et donc ne sont pas consultables en ligne, de plus pour BOUGAREL les éléments présentent des contradictions.

                                                   &

BOUGAREL Antoine, né le 31 décembre 1893 à Marguerite, domicilié à Vendargues, ou bien né le 31 décembre 1863 à Manduel, je pencherais pour l’année 1863. Il est âgé de 50 ans lors de la mobilisation générale, et chose rare les autorités militaires acceptent son engagement volontaire du 4 septembre 1914.

J’ouvre une parenthèse pour évoquer un cas similaire le fantasque Pierre LOTY, dont on peut visiter à Rochefort son domicile sur rendez-vous, écrivain et officier de marine à la retraite en 1914, il était alors âgé de 64 ans, signa son réengagement malgré tout le poids de ces 64 années, en dépit du mot du général Pétain : « nous n’avons nul besoin d’un vieux marin à la retraite pour gagner la guerre ».

BOUGAREL est incorporé au 240eme régiment d’infanterie de Nîmes. Le régiment se trouve au début des hostilités à l’ouest de Verdun, lors du déferlement des hordes teutonnes, le régiment se replie dans la panique au point que les officiers sortent leur revolver pour maintenir un semblant d’ordre. Malgré de lourdes pertes le régiment se ressaisira.

28 février 1915 mort pour la France à l’hôpital temporaire de VERDUN des suites de ses blessures.

A cette date le 240eme se situe à l’entour d’Esnes-en-Argonne à 15 Kms à l’est de Verdun, et juste au sud de la forêt du Mort-Homme.

                                                    

150

----------------------------------------------------------------------------------------------

AUMONT Léon Marius, né le 4 juillet 1894 à Montfaucon, domicilié à Vendargues.

Incorporé en 1914, pas de date précise, au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier : l’offensive de Lorraine, la Trouée de Charmes, la course à la mer, puis début 1915 la Champagne

5 mars 1915 mortellement blessé sur le champ de bataille de BEAUSEJOUR, voir plus haut le descriptif du lieu à la rubrique de GRIBAL Joseph.

 

                                                   &

CHARRIERE Augustin Marius, viticulteur, né le 18 janvier 1880 à Montpellier, de feu Victor CHARRIERE et de feue Elisabeth Ursule VIALE, domicilié à Vendargues.

Cheveux châtains foncés, yeux gris, front bas, menton rond, visage ovale, taille 1,61. Niveau d’instruction 3

 

Le conseil de révision l’affecte au service auxiliaire à cause de la « perte de trois phalanges de deux doigts », malgré ce handicap,

22 décembre 1914 versé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier

21 mars 1915 blessé à VERMELLES, situé entre Lens et Béthune, VERMELLES où sera tué à l’ennemi le 26 octobre 1914 Marcelin BRUGUIERE un enfant de Vendargues dont le nom ne figure pas sur le monument aux morts.

Le soldat CHARRIERE supportera : « plaie infectée des parties moles à la région entéro externe de la cuisse droite, plaie d’éclats d’obus partie inférieure du bord interne rotule droite »

Décédé le 29 avril 1915 suite de blessures de guerre à l’hôpital temporaire de Clermont-Ferrand

 

                                                  &

REGNIER Pierre, vigneron, né le 16 mai 1880 à Mireval de feu Auguste REGNIER et de Marie BRISSAC, domicilié à Vendargues

Cheveux châtains clairs, yeux châtains, menton rond, visage ovale, taille 1,54. Niveau d’instruction 3. Particularité : cicatrice sous le menton.

 

3 août 1914 arrivé au 55eme régiment d’infanterie de Pont-Saint-Esprit

4 septembre 1914 passé au 58eme régiment d’infanterie de d’Avignon

Les deux régiments se battent en Lorraine puis début septembre participe à la bataille de la Marne

Evacué le 29 septembre 1914, sans autre précision, et rejoint le dépôt du 55eme

8 novembre 1914 passé au 61eme régiment d’infanterie d’Aix-en-Provence. 1915 : Verdun, la Champagne, puis 1916 la bataille de Verdun

28 juin ou juillet 1916 tué à l’ennemi à THIAUMONT, voisin de la Tranchée des Baïonnette, à côté de Douaumont, tout proche de VERDUN

                                                      &

151

----------------------------------------------------------------------------------------------

 

ITIER Sylvain, Joseph, Irénée, boulanger, né le 28 juin 1896 de feu Pierre ITIER et de Louise BOUVIER.

Cheveux châtains, yeux marrons, nez rectiligne, visage rond, taille 1,72. Niveau d’instruction 2

 

11 avril 1915 versé au 81eme régiment d’infanterie de Montpellier, qui se trouve en Champagne, BEAUSEJOUR.

18 juin 1916 versé au 164eme régiment d’infanterie de Verdun, participe à la bataille de VERDUN, avant de monter dans la Somme, et de revenir en Champagne

24 mai 1917 mort pour la France sur la côte 257 près de MORONVILLIERS, 20 Kms à l’est de Reims

Un secours de 150 Frs payé à Mme ITIER mère le 3 août 1917

 

Commentaire YG « similitude des destins avec le soldat Jean VALY, cité plus haut, ils sont tous deux de la même classe, ils incorporent en même temps le 81eme, puis le 164eme, VALY sera tué à l’ennemi le 22 mai au MONT-HAUT juste au sud de MORONVILLIERS, il est possible que cette côte 257, que je ne parviens pas à situer, soit le même point où ils trouvèrent la mort à leur 21eme année »

 

                                                   &

BONICEL Paul Emile, viticulteur, né le 22 mai 1891 de Jean Firmin BONICEL et d’Angélique JOUVE

Cheveux et yeux châtains, nez rectiligne large, bouche grande, visage long, taille 1,62. Niveau d’instruction 3

 

2 août 1914 incorporé au 163eme régiment d’infanterie de Nice, en opérations en Alsace

28 août 1914 blessé à RAMBERVILLERS se situe à 60 Kms au sud de Nancy et à 30 Kms de CHARMES, le 163eme s’oppose à l’offensive allemande de la Trouée de Charmes. « Plaie en séton (séton : qui a deux orifices) cuisse gauche par balle »

14 mai 1915 blessé, lieu non situé, par éclats d’obus « plaies oreilles et mains », à cette date le régiment s’emploie dans la région de la Woëvre qui démarre entre Verdun et Metz et descend vers le sud du côté de Nancy.

24 mai 1915 versé au 143eme régiment d’infanterie de Carcassonne, la Champagne, puis l’Aisne, et Verdun en 1916

18 août 1916 blessé au bois Chapitre par éclats d’obus au pied et à la jambe droite. Le bois chapitre côtoie Douaumont et le fort de Vaux à 8 Kms à l’est de Verdun.

31 août 1917 passé au 173eme régiment d’infanterie de Corse qui à cette date s’active à Verdun

2 octobre 1917 parti sur le front d’Orient, la Serbie.

28 octobre 1917 passé au 372eme régiment d’infanterie de Belfort

7 septembre 1918 tué à l’ennemi, à la position de l’épervier, inhumé à GORICA Albanie.

 

Commentaire YG « sur le front d’Orient, c’est-à-dire sur ligne qui épouse la frontière grecque du nord, il s’agissait d’une guerre d’attente, bien qu’il y ait eu cette tentative du débarquement des Dardanelles en 1915 pour porter l’attaque à Istanbul le cœur de l’empire Ottoman, dans l’ensemble les protagonistes gardaient leurs positions, au point qu’après l’épisode des Dardanelles, les hommes des troupes alliées débarquant à Salonique se voyaient affublés du surnom de « jardiniers de Salonique ». Il faudra attendre septembre 1918 pour que l’affaire changeât de ton, et le sacrifice du soldat BONICEL en donne la preuve tragique »

152

-----------------------------------------------------------------------------------------------