----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

                                          SOMMAIRE

 

 

                       Page 3    Préambule fluide.

 

                       Page 6    Génitoire indiscret.

 

                       Page 16   Marrons au désert.

                          

                        Page  29  Une poutre dans l’œil

 

                        Page  44  Le rire du mort

 

                        Page  58   Vendanges débridées                         

                       

                        Page   72   Perversions

 

                        Page    86  Essais libidineux

 

                         Page  103  Cavaleries

                       

 

 

 

 

 

                                                    2

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

                                PRÉAMBULE FLUIDE

 

   La vie est un long fleuve tranquille, pour preuve avant ses fameuses chutes, le fleuve Niagara demeure un exemple de placidité. La violence dépend donc moins du fleuve que du relief proposé à ce fleuve, les plissements de terrain, que le fleuve traversera, provoqueront de pittoresques cascades. Ces accidents de la nature, considérés comme des aléas de la vie, seront plus ou moins marqués, ils obligeront le fleuve à un effort d’adaptation afin de creuser définitivement son lit. Dès la source les inégalités s’imposent à tous, ainsi avant de devenir fleuve, celui-ci a été torrent fougueux, et tel autre fut paisible ru, l’un coula à travers de vertes prairies, et celui-là glissa dans une gorge rocailleuse.

    À chacun sa vie !

    Assis à la terrasse d’une guinguette, soumis aux affres d’une digestion violente, qui aurait raison de mon énergie en m’ankylosant d’une sieste profonde, je regardais encore d’un œil voilé, dénonçant les inquiétudes d’un foie besogneux, la rivière que les gens d’ici nomment Gardon, un nom générique qui convient à toutes les rivières du pays. Elle sautillait de pierres en galets, heureuse de baigner les bambins ravis sous le regard attendri des mamans à qui elle rafraichissait le galbe des jambes par des caresses osées.

    Cette fine observation provoqua cette question capitale, comme il en émane souvent du tréfonds de la scissure de Sylvius, lorsque le cerveau grisé par les arômes capiteux de produits soumis à déclaration de récolte afin d’être régulièrement taxé par les contributions indirectes portant sur les vins et alcools, lorsque ce cerveau embué donc s’interroge sur des abstractions abracadabrantesques, à savoir : l’eau a-t-elle une mémoire ?

    L’homéopathe, maître reconnu dans l’art des dilutions, vous démontrera que même en quantité infinitésimale un principe hyperactif noyé dans un phénoménal volume d’eau gardera toutes ses qualités. Il vous apportera les preuves de ses allégations en vous dénombrant les patients dont l’état de santé demeure au beau fixe depuis qu’ils ne se contraignent plus à l’agressivité des innombrables drogues de l’allopathe. La démonstration est tentante, et si

 

                                                        3

-----------------------------------------------------------------------------------------

j’applique celle-ci à ces innombrables cours d’eau qui passent sous les incalculables ponts de France et d’ailleurs, je ne serais pas étonné que les scientifiques trouvassent, pour peu qu’ils cherchassent avec attention, d’abord des quantités faramineuses de minuscules résidus de pollution, mais aussi des imperceptibles témoignages du périple des cours d’eau, présentés par exemple sous la forme de molécules d’herbe qui renvoient loin en amont quand le ruisseau traversait naguère le champ du père Mathieu.

    Arrivé à ce point de divagation il est temps de se pencher sur ce proverbe probablement chinois. Axiome : sont chinois tous les proverbes d’origine incertaine.

    Lisons : « Le fleuve n’est jamais si près de sa source que lorsqu’il se jette dans la mer ».

    Vérité absolue puisque le fleuve depuis sa naissance n’a jamais eu d’autre but. Mais à ce moment précis où ce fleuve avec son cortège de scories débouche sur la mer, l’enquêteur munis des appareillages de haute technologie saura déterminer avec exactitude tout le tracé du fleuve depuis son embouchure jusqu’à sa source. Sauf si ledit enquêteur interprète mal les données, à cause souvent d’une concentration de minuscules reliquats qui pour une raison indéterminée se regroupent et ensemble tourbillonnent, alors à cet instant précis le rêveur se lèvera de sa chaise et déclarera sans ambages que les tourbillons du fleuve ne sont que les réminiscences de ses propres souvenirs amalgamés en un point précis, le rêveur ajoutera que lui-même parfois, arrivant au bout de sa course, appréciant son itinéraire passé, le vertige le saisit, et qu’il sent dans sa boite crânienne tourbillonner des histoires anciennes.

    Tout ce qu’on a vécu, entendu, ou vu, de bon, parfois de moins bon, et aussi de franchement mauvais, réside dans les nombreux replis du cerveau, il suffit d’entrouvrir les bords desdits replis pour que virevoltent les moments de son passé, ils viennent et défilent tel des extraits films, ils vous arrachent un sourire ou des larmes, cela dépend, bien souvent ils ne tiennent aucun compte de la chronologie, lorsque à nos yeux l’anecdote est drôle ou significative on aime à en faire le récit quitte à exaspérer l’entourage, parfois même subrepticement afin de passer pour un être exceptionnel on s’accapare d’une histoire que l’on fait sienne en arrangeant un point de détail, en changeant les noms des personnages, en installant le récit dans un décor nouveau et à une époque

 

                                                       4

-----------------------------------------------------------------------------------------

différente. Une fois réécrit le récit basé sur des faits avérés mais devenu fictionnel par une imagination débridée semblera si authentique que nul ne songera à le contester. Quelquefois il s’emploie cette expression singulière mille fois entendue : « cela est plus vrai que nature », une phrase banale dont la signification se révèle par une métaphore qui nous renvoie à l’élément liquide où vivent les poissons, car comme le poisson, généralement l’auditeur ou le lecteur bien disposé mord volontiers à l’hameçon, un hameçon masqué par une fausse mouche, ou un appât singeant la réalité.

 

Comme l’eau sous le pont lorsqu’elle tourbillonne, elle attire l’œil par ses remous. Certains tourbillons, par la force et la durée qu’ils engendrent, captivent le spectateur solitaire vite rejoint par la multitude, et le suspens s’installe, s’impose, tous pressentent qu’il va ou devrait se passer quelque chose d’inouï.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                        5

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

 

                                 GENITOIRE INDISCRET

 

    Ils s’appelaient Isidore, Théodorit, Pamphile, et autres délicieux prénoms que plus personne n’osent à présent attribuer à sa progéniture, mais avant la perturbatrice secousse du printemps 1968 la tradition régulait encore les existences et les prénoms se transmettaient de génération en génération. Ils vivaient au village de La Feuillargues où ils étaient à peu près tous nés, et plus précisément selon la tradition séculaire dans la chambre parentale au mitan du lit où ils furent conçus. Ils expérimentaient cette période de l’adolescence où rien ne compte plus que les copains, accessoirement les copines, qui formaient elles aussi une bande. Souvent d’ailleurs Une force irrépressible forçait les deux clans à se joindre. Les réunions improvisées se passaient sur l’espace ombragé devant les arènes municipales. Un mur en pierre ceinturait la placette carrée, il servait opportunément de banc à cette jeunesse.

    Sauf lorsque la pluie ou le sale temps l’en empêchait la placette se dévouait toutes les journées aux rencontres prévisibles. Le ballet commençait tôt le matin. Le muret accueillait pour un bref instant de récupération : les vieux étayés de canes ou de béquilles partant ou revenant de promenade ; et les vieilles, les plus alertes supportaient les cabas pesants, tandis que les plus rouillées tiraient des caddies grinçants, à moins que les crissements ne proviennent d’articulations défaillantes. De sorte qu’un esprit malintentionné en voyant la placette au matin aurait trouvé de quoi s’interroger sur cette singulière foire de fossiles encore vivants.

    Le ballet reprenait son cours juste après la sieste lorsque les mamans poussant des landaus, ou surveillant les jeux enfantins, venaient comparer avec fierté la progression de leurs chérubins. Il s’agissait sans qu’aucune ne l’avouât ouvertement d’une sorte de concours général où les enfants devaient approcher au mieux les critères définis par l’officiel carnet de santé, se maintenir au mitan des courbes idéales de poids et de taille, percer les dents sans retard, se dresser sur des jambes flageolantes, apprendre la propreté en domptant les besoins physiologiques et d’ailleurs quelle fierté d’annoncer à la

 

                                                        6

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 cantonade que le petit trésor s’est assis tout seul sur le popo pour faire ce que doit.

    Puis arrivait l’heure du gouter qui voyait les mamans se disperser telle une volée de pigeonnes il ne s’agissait pas pour elles de déboutonner en public le corsage voilant le sein nourricier. Ce sein voluptueux apte à enchanter les nouveaux venus, ces récents retraités qui boules d’acier en mains investissaient à leur tour la placette pour des parties de pétanque homériques jusqu’à l’heure où les gosiers déshydratés réclamaient un verre ou deux de ce breuvage traditionnel fortement anisé devant lequel les joueurs refaisaient leurs parties ou bien le monde selon l’actualité du moment.

     Cependant avant cette heure apéritive la jeunesse venue des quatre points cardinaux de La Feuillargues investissait judicieusement les quatre angles de la placette où les assemblages se formaient selon le critère de l’âge, de la préadolescence jusqu’aux abords de l’âge adulte. Mais entre ces deux extrêmes se situaient la brève période expérimentale, l’adolescence, un passage obligé avec des rites tacitement imposés, des apprentissages laborieux où les erreurs se paient comptant.

 

    Théodorit appartenait à ce groupe, son état de collégien lui permettait de fréquenter l’angle de la placette approprié à sa classe d’âge, mais seulement les jours de relâche ou lorsque le travail scolaire à la maison s’allégeait juste avant la période estivale. Quelques fois il enviait les copains placés chez des patrons pour acquérir les rudiments d’un métier qui ne soit point sot. Eux n’avaient plus le souci d’un devoir à rendre, d’une leçon à apprendre, ils agissaient comme des hommes puisqu’ils touchaient une paye, certes diminuée mais qui cependant les affranchissait.

     Le travail, Théodorit y goutait tous les ans en cueillant avec entrain les fruits du verger, des pêches grosses comme ses deux poings abondantes en jus vitaminé. Théodorit avait treize ans lorsque pour la première fois il se glissa entre les pêchers. Son père lui avait simplement annoncé : « tu commences demain matin à sept heures ».

    Le père, comme beaucoup de sa génération, termina sa scolarité et débuta une vie professionnelle de cultivateur à cet âge encore enfantin. Alors l’enfant Théodorit fier de suivre l’exemple paternel accepta cette obligation avec le

 

                                                        7

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 sourire. Le lendemain le patron, un copain de jeunesse du père, après évaluation de la force du garçon le chargeait de cette besogne de préparer les cagettes afin que les cueilleuses n’en manquassent point, et de disposer celles-ci une fois pleines dans le fourgon bringuebalant de telle façon qu’aucunes ni ne branlassent ni même ne branlochassent selon l’ordre formel du patron qui ajoutait avec malice : « à ce propos toi-même tu éviteras de te branlocher dès que j’ai le dos tourné. »

     Confondu de honte par cette parole grivoise dévoilant en public un geste certes habituel mais tenu secret, le pudique Théodorit sentit ses joues s’enflammer. Il comprit immédiatement que sa moindre erreur susciterait une goguenarde trivialité, alors toute la matinée par un geste monacal Théodorit s’employa à sa tâche. Ce travail soutenu et discret à l’extrême provoquera l’humiliation du jeune laborieux. Il y eut un moment où pendant qu’il se dirigeait vers le fourgon en supportant dans ses bras quatre cachettes pesantes, le patron décida de changer de verger. Or ledit patron n’ayant pas emprunté la même rangée doubla le garçon sans s’en rendre compte, et d’un pas rapide atteignit le fourgon. Il le démarra, et contourna le verger afin d’être au plus près des cueilleuses de telle sorte qu’elles embarquent sans perdre de temps.

    Pendant ce temps Théodorit, les bras chargés, cherchait des yeux ce fichu fourgon désormais envolé, tout autour de l’emplacement délaissé trainaient des cagettes, alors des coups de tonnerre éclatèrent dans sa poitrine, un mauvais pressentiment l’assaillit, Théodorit fit demi-tour, et sans abandonner son fardeau au pas de course revint à son point de départ.

    Disparu le patron, évanouies les cueilleuses, comme le petit Poucet du conte, Théodorit était abandonné dans une forêt singulière, alors il tempêta des appels monstrueux et rageurs, lors ses bras lui cuisaient de ses efforts inutiles, Il déposa les cagettes remplies de fruits sur lesquels des larmes amères tombèrent. Piteusement Il s’en retourna à sa maison en cheminant par des sentiers discrets la gorge sèche d’émotion. Il imaginait la colère paternelle formée du reproche injuste de n’être qu’un fainéant roué qui se débine au moindre effort tout juste capable à amener la honte sur la famille. Comment croire que nul ne se soit ému de son absence au moment du départ, lui-même Théodorit, après avoir pensé à une mauvaise farce, se persuadait que sciemment les patrons se débarrassaient ainsi des piètres ouvriers. Théodorit

 

                                                       8

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 en avait entendu de ces histoires de patrons qui renvoyaient, pour un mot de travers ou un ouvrage mal ficelé, un salarié séance tenante. Ce dernier en général levait l’outrage du renvoi indigne devant les prud’hommes, et ceux-ci obligeaient le patron à payer des indemnités. Mais lui Théodorit allait-il chercher à son premier travail des chamailleries à son patron qui en outre était un copain de son père.

     Le chemin, qui n’en finissait pas, l’amena après une heure de marche devant le portillon de sa maison, une maison vide l’accueillait. Midi approchait quand sa mère, précédée de la chatte, franchit la porte de la cuisine le cabas chargé de courses.

    « Alors le travailleur… ça c’est bien passé ? »

    Un oui timide sortit d’une bouche embarrassée.

    « Tu dois être rompu, aussi j’ai acheté un bon steak de cheval, ça va te redonner de la force. »

     Théodorit entendit le portillon couiner, le père en entrant dans la cour minuscule cherchait toujours d’un regard périphérique où ranger son vieux clou à pédales avant de le mettre à sa place habituelle. De sa banaste il sortait sa bouteille de vin allongé d’eau au deux tiers, qu’une toile de jute maintenait au frais toute la matinée. Déshabillant la bouteille de l’étoffe rugueuse il constatait sa consommation, et à vue de nez, un tiers pinard deux tiers d’eau, refaisait le plein, rhabillait la bouteille, fichait celle-ci dans un seau remplit d’eau glacé du puits.

    « Alors le travailleur…, dit-il en pénétrant dans la cuisine, tu as raté le bus ? »

    « C’est archi-faux, s’insurgea Théodorit d’une voix mal assurée, ils m’ont oublié, oui oublié, comme si je n’existais pas… ils m’ont laissé en plan au verger du Capet à plus de cinq kilomètres… tu te rends compte… oublié… cinq kilomètres… existait pas… »

    Théodorit ne contint plus son émotion et ses derniers mots sortirent par saccades, mouillés de larmes amères.

    « Je sais, j’ai vu le patron, t’inquiète pas, et mouche toi, dit le père. Il s’est aperçu de son erreur au verger de Sougny, et comme il devait faire marcher la troupe il n’est pas revenu au Capet. Il pensait bien que tu trouverais ton chemin comme un grand. Mais demain sept heures tu y retournes comme en 14. »

    

                                                         9

-----------------------------------------------------------------------------------------------

    L’incident n’eut pas d’autres répercussions pourtant cet oubli marquerait le point de départ de l’inconvénient majeur de la vie de Théodorit. Toujours il percevrait ce sentiment d’être au mieux négligé, souvent écarté, et quelquefois rejeté avec en prime à subir la violente moquerie de mots enfiellés.

    Sur ce coup là personne le lendemain ne railla l’étourdi, sa mésaventure semblait appartenir au passé. En réalité si aucunes cueilleuses ni ne pouffaient ni ne brocardaient Théodorit cela provenait uniquement de la présence de deux nouveaux cueilleurs, des étudiants-fourmis venus amasser quelques provisions pécuniaires. Théodorit constata alors que les adolescentes devant ces jolis damoiseaux changèrent de comportements. Ces jouvencelles qui hier encore riaient sans retenus pour des riens se refusaient à présent tout débordement. Les deux bellâtres, public à séduire, excitaient la nature de séductrices qui sommeille dans le tréfonds de l’âme féminine. Affinant leurs irrésistibles atouts qu’un jour béni le bon Dieu leur a façonné en trop grand nombre, provocatrices jusqu’au simple geste de cueillir une pêche afin de planter leurs crocs menus dans cette chair juteuse à l’instar de madame Eve avec sa pomme ce qui provoquait chez monsieur Adam des flux sanguins incontrôlés, il faut dire que le pauvre homme se promenait cul nu avec comme cache-sexe une seule feuille de vigne au lieu d’austères feuilles d’ortie dont font usage les pieux ecclésiastiques, les tendrons rivalisaient de charme honteusement aguichant.

    Au sortir de l’enfance Théodorit ne se berçait pas d’illusion, les attitudes prometteuses des nymphettes ne s’adressaient pas à sa personne, car aux yeux de celles-ci il trainait un défaut rédhibitoire qui ne permettait pas d’être pris au sérieux. Ce boulet que traînent tous les garçons se nomme pucelage et seules les filles détiennent la solution du problème en effet il ne dépend que d’elles de libérer les garçons de ce poids mais l’esprit tortueux de la gente féminine veut qu’elle ne s’intéresse jamais aux novices complexés, conclusion l’affaire reste en l’état jusqu’au jour où le garçon, fieffé menteur, proclame qu’il a jeté sa gourme plusieurs fois par-delà les moulins suscitant ainsi quelques passions. Mais jusqu’à ce jour, le désolé garçon se bornera à une lecture active de la revue « les folies de Paris et Hollywood » dans laquelle s’exhibaient des dames aux formes généreuses toutes dénudées et toutes retouchées par les pinceaux habiles des censeurs qui effaçaient avec application les sombres particularités.

 

                                                        10

-----------------------------------------------------------------------------------------

    Les deux éphèbes par contre appréciaient les coquetteries et les agaceries des jouvencelles, ils les recevaient comme la rançon de leur charme d’ailleurs se sachant admirés, souvent pour des gestes anodins ils empruntaient à Apollon des poses souveraines. Ils portaient pour tout vêtement un maillot de corps étroit et un short étriqué et très court de façon que les demoiselles appréciassent les rondeurs des bras et des cuisses développés par des pratiques sportives intenses. Ils représentaient deux types opposés de beauté l’un était blond avec des cheveux élégamment coupés dont une mèche flottait sur le front de son visage imberbe et régulier aux roses pommettes, l’autre à l’inverse s’autorisait avec sa brune pilosité, une discrète et étudiée nonchalance, disons sans malice qu’il exhibait une face avec du poil autour, une sorte de peluche où se perdraient en cajoleries des doigts féminins.

    Théodorit en comparaison déambulait couvert d’affaires démodées et rapiécées avec sur le crane un des bérets paternels, cela suffisait car comme disait sa mère à chacune de ses plaintes : « on ne va pas au travail comme on va à la messe ! ».

    Il ne présentait en somme qu’un visage poupin tartiné d’un baume contre les piqures des insectes auxquels il était allergique et d’un onguent protecteur des redoutables rayons du soleil qui rougeoyait sa face comme un joli coquelicot. Il devait à sa mère ces deux pommades, elle les préparait selon des recettes mystérieuses à bases de plantes succulentes, plantes sauvages, et plantes aromatiques, d’une efficacité indéniable elles présentaient cependant l’inconvénient majeur d’empuantir sa périphérie, autant l’auréole d’un saint nimbe sa divinité, autant les effluves des crèmes maternelles délimitaient, telle une zone interdite, le périmètre personnel de Théodorit.

    « Tout ça est naturel et ça vaut mieux que de courir au médecin ! » Interjetait sa mère à chacune de ses récriminations.

     Théodorit ne parvenait pas à convaincre sa protectrice de mère qu’il pouvait aussi bien travailler dans une tenue allégée. Puis doutant de son physique de gringalet, de ses bras chétifs, de ses jambes fluettes, il convenait que ne pouvant soutenir la comparaison il évite la moquerie. D’ailleurs il ne mettrait pas longtemps à bénir sa mère de l’obliger à porter des pantalons longs et pétassés.

    Habituellement en fin de journée le patron après le dernier transport de fruits, chargeaient dans la fourgonnette les dernières cagettes pleines, le

 

                                                       11

-----------------------------------------------------------------------------------------

 matériel, et le personnel qui s’entassait dans le peu d’espace disponible. Ce soir-là le glabre blondinet debout dans un angle avait posé son derrière sur l’escabeau et un pied sur le bord d’une cachette de telle sorte que son short exigu s’étira au niveau de l’entre jambe et qu’il apparut dans le clair-obscur du véhicule une excroissance singulière. Dans un premier temps toutes et tous occupés à trouver une place, personne ne se troubla de cette manifestation saugrenue, et la chose aurait pu ne pas être vue si une demoiselle ne s’était pas assise de biais sur le bord inoccupé d’un chariot placé devant le blondinet.

    « Tenez-vous bien ! » crut bon d’ajouter le patron en embrayant la première vitesse, une manœuvre qui causa de brutales convulsions à la fourgonnette dont les passagers supportèrent les conséquences. La demoiselle par des mouvements désordonnés se rééquilibra de justesse sur son bout de chariot, cet exercice soudain dirigea son visage à proximité immédiate de l’effronté testicule tout à fait extirpé de son abri par un chaos blagueur. Ce tête à tête inattendu pétrifia la demoiselle un instant très bref, se sentant coupable elle voulut pour s’excuser adresser au blondinet un regard désolé, alors elle leva ses yeux et vit le blondinet lui sourire avec une expression qui se voulait attendrie mais que le contexte, en équilibre sur une jambe, avec une partie secrète de son anatomie à l’air libre, rendait clownesque. D’un coup un fou rire étrangla la demoiselle, un éclat de rire inopiné dont elle profitait seule devant des yeux interrogateurs, toutefois avant de s’évanouir elle posa une main devant sa bouche, plia tous les doigts sauf l’index pour indiquer une direction précise, puis elle s’écroula en tenant ses côtes des deux mains et supporta des spasmes insoutenables. Une liesse communicative s’empara de la troupe hormis le blondinet qui par ses mimiques devenues grotesques à force de vouloir percer le mystère de cette folle gaité renforçait la jubilation de tous.

    Avant toutes réactions polissonnes, appréciations grivoises, sous-entendus obscènes, la fourgonnette après un ultime sursaut s’arrêta net sur le bord de la route.

    « Mes amis !, je crois bien que j’ai crevé, il va vous falloir rentrer à pince… mes seigneurs !, dit le patron en riant de son trait d’humour avant d’ajouter, non mais sans rire c’est vraiment la couille dans le potage cette histoire ! »

    « Oh nous ne sommes pas à une couille près patron ! » s’exclama entre deux convulsions de rire la demoiselle qui tentait pour la énième fois de se relever sans y parvenir.

 

                                                       12

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Puis d’un coup d’un seul elle se redressa et bondit derrière la première haie venue.

    « J’en peut plus ! J’en peux plus ! » Entendit-on avant que le bruit impudique d’un écoulement caractéristique se fasse entendre. Et pour qu’aucun doute ne subsiste elle crut bon de compléter qu’ : « il était moins une que je fasse dans ma culotte. »

     Ce dernier commentaire déplut à Théodorit lequel se faisait une haute idée de la grâce féminine et qui par ces mots se ramenait au niveau le plus trivial de l’espèce humaine souvent titillée par une physiologie embarrassante. Théodorit témoin oculaire de toute la séquence comprenait mal que la simple exposition d’un génitoire, attribut régulièrement enfoui sous plusieurs couches de tissu, puisse déclencher une telle hilarité, lui-même s’était forcé à rire. Sincèrement Il pensait que ce genre d’incongruité ne méritait pas plus qu’un coup de vent qui soulève une jupe et dévoile des rondeurs qu’un œil fureteur ne s’y attarde.

    Pourtant Théodorit se souvenait d’une fois, à l’âge de huit ou neuf ans, où ses tempes lui donnèrent l’impression d’éclater, tant les saccades du flux sanguin se montrèrent violentes. Sa mère l’avait confié pour une raison ignorée à une tante qui vivait à Brontillier dans un appartement vétuste agrémenté d’un balcon minuscule où une seule personne pouvait juste se tenir debout. Des quelques jours qu’il passa chez sa tante il en fut un qui le marqua à jamais. En réalité il s’agissait d’une réunion-vente-à-domicile où une sixaine de femmes entre le café et les gâteaux secs écoutait une dame déployant le chic tapageur de la grande cité, fardée à l’excès, permanentée et régé-colorée, qui présentait avec un intarissable bagou toute une gamme de bas de nylon de toutes les teintes avec ou sans couture.

    Assis sur le pavé Théodorit jouait avec ses deux petites voitures sans prêter attention aux conversations sur la qualité des mailles desdits bas et sur le confort qu’ils généraient aux jambes lourdes accablées de varices. Il aurait pu, affairé dans sa bulle, passer tout l’après-midi à piloter du bout des doigts ses petites reproductions. Mais à un certain moment il entendit dans son dos l’interpellation de la dame chic commençant par un compliment et se terminant par une interdiction prononcée d’une voix sévère.

 « Et maintenant le petit garçon qu’on n’entend pas et qui a été si sage ne devra plus se retourner tant que je ne l’aurais pas dit. »

 

                                                        13

-----------------------------------------------------------------------------------------

     Or comme il n’est rien de plus excitant que de braver un interdit surtout si on signale l’interdit avec insistance. À partir de cet instant la curiosité ne lâcha plus Théodorit, dans son dos il se passait des choses que toute nécessité il se devait de connaitre s’il voulait comprendre ce monde adulte qui l’attendait au sortir de l’enfance. Le désir le tourmenta alors d’entrevoir juste pendant une fraction de seconde ce lourd secret de femme qui se tramait derrière lui, car il entendait des chuchotis, des froissements, des mouvements, mais comment renier sa promesse de ne pas se retourner quand l’envie tenaille jusqu’à l’obsession, cruel dilemme. Alors pour ne plus être soumis à la tentation Théodorit se traina à la suite de ses voiturettes devant la porte-fenêtre du balcon estimant que l’animation extérieure le distrairait d’une action mauvaise.

    Ainsi croyant se mettre à l’abri il ne se doutait pas que le Diable l’attendait à ce point précis pour lui donner en quelque sorte des yeux dans le dos. Des yeux qu’il leva une seule fois vers l’extérieur pour voir à travers les vitres certains vols d’hirondelles, mais le reflet des vitres renvoya par un effet pernicieux une grande partie de la scène qui se jouait dans son dos, lors hypnotisés ses yeux restèrent braqués sur cette vision évanescente.

    Les dames se considérant seules entre elles en totale liberté, faisant fi de leur naturelle pudeur, enfilaient, quittaient, et renfilaient, tous les bas-nylon étalés sur la table débarrassée des reliefs du gouter. La dame chic encourageait les essayages en donnant à toutes des avis circonstanciés. Ignoré de toutes, de son poste d’observation Théodorit scrutait en ethnologue ce monde féminin inconnu qui se dévoilait brutalement à ses yeux enfantins. Son horizon étriqué s’ouvrait brusquement sur un univers auquel jamais il n’avait porté intérêt et qui, au fil des minutes voire des secondes, le passionnait.

    Comment décrire cette révélation qui tel le soleil d’été lui brulait les rétines, des galbes, des potelés, des courbes, des rondeurs, des chairs, des formes que rehaussaient la brillance du nylon. Les dames relevaient haut les bords des robes afin que leurs consœurs apprécient la beauté et l’effet du produit manufacturé sur leurs jambes en mouvement, n’hésitant pas à esquisser quelques pas de valse. Théodorit ne perdait aucunes miettes de ce bonheur fugace, donnant le change en déplaçant sans ardeur ses voiturettes par une sorte réflexe pavlovien, alors que dans l’instant ses yeux s’attardaient dans les régions hautes des cuisses découvertes, sur ces artifices inconnus nommés jarretelles qui maintenaient hauts perchés les bas satinés.

 

                                                        14

-----------------------------------------------------------------------------------------------

     Et puis il y eut cette brève seconde qui accablât de honte le garçonnet pudique, il entrevit la limite extrême des cuisses d’une de ses dames. La dame portait une culotte de couleur chair, et Théodorit ignorait que des sous-vêtements pussent avoir une couleur autre que le blanc comme ceux qu’ils portaient ou le bleu de ceux de son père, quant aux sous-vêtements féminins de la famille jamais il n’en avait vu étendu sur le fil-de-fer-étendoir. L’apparition surprenante de cette partie de corps qu’il crut dénudée, et qui ne ressemblait pas à la sienne le stupéfia. L’inavouable mystère de la différenciation sexuelle se présenta à lui si rapidement qu’il faussa son jugement jusqu’à ses années collégiennes où des copains délurés photos interdites à l’appui, rires gras et plaisanteries grossières en prime, complèteront son bagage scientifiques sur les particularités génitales.

 

    Ces mêmes pensées populacières, ces mêmes idées poissardes, réapparaissant du fond de la fourgonnette imposerait à Théodorit une réflexion sur nos ressorts comiques. Rien n’est plus beau que la vie, et pourtant un des instruments qui rend possible cette vie, ici un effronté testicule, devra sous peine de ridicule être cacher, jamais il ne pourra prétendre être sinon sanctifié mais au moins honoré selon ses mérites. Tout au contraire l’exposition des génitoires vus à l’endroit, ou pire à l’envers pour peu que son titulaire se penche en avant, rendra ce dernier grotesque pour preuve le rire de folie de la cueilleuse. Exception faite de nos ancêtres les primitifs qui n’avait pas encore appris le sens du ridicule, et de nos contemporains nudistes qui sans soucis esthétique pousse la bouffonnerie à caricaturer la nature, si au moins ces déplumés gardaient entre leurs fesses la dernière plume et s’ils s’affublaient d’un chapeau pointu et du gros nez rouge de clown alors à la bonne franquette ils amuseraient sans façon leurs congénères.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                        15

 ----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

                                  MARRONS AU DESSERT

 

 

     A côté mais un peu en retrait de la placette, sauf à la belle saison quand le patron alignait ses tables et ses chaises dans le prolongement de l’espace carré ceinturé du muret qui servait à toute la population de La Feuillargues de providentielle banquette, prospérait le café-restaurant, débit de tabac, et dépôt de presse de monsieur Balthazar, lieu connu sous l’appellation de : « Grand Balthazar ». Une enseigne flatteuse mais néanmoins méritée, dans les années de son apprentissage de cuisinier, monsieur Balthazar fut instruit de cet art par des chefs prestigieux de grandes maisons parfois étoilées. Puis, son expérience acquise, il attendit que se présente une affaire valable pour se mettre à son compte. Monsieur Balthazar étonna bien des gens de la communauté en s’installant avec femme et enfants dans ce trou perdu de La Feuillargues où on y va exprès, certains autochtones du lieu, les pires commentateurs à la glose perfide, ne croyaient pas qu’il survivrait par son commerce, ils s’attendaient, réjouis d’avance, à une retentissante faillite. Ils déchantèrent car ils ignoraient que monsieur Balthazar possédaient une réputation bien établie dans l’art culinaire. Pourtant pendant des semaines le client bouda le lieu, et l’œil narquois des langues de vipères se délectait par la vision de la salle du restaurant désespérément vide.

 

     Puis vint un samedi printanier, et vers midi dans la grand-rue de La Feuillargues qui s’étire devant la placette des arènes et le café-restaurant et va à la deuxième placette du village, celle toute minuscule du monument aux morts qu’entoure la mairie au fond, sur un côté l’église, et sur l’autre les commerces : une boulangerie, une épicerie, une boucherie, et un salon de coiffure mixte aménagé de façon à ce que les femmes et les hommes ne puissent ni se côtoyer ni s’agacer de fines plaisanteries équivoques, et dont l’ouverture se réduisait aux soirées des jours de semaine, et le samedi complet, il se vit donc dans cette voie au prétention d’avenue une profusion de

 

                                                    16

-----------------------------------------------------------------------------------------

 véhicules : tractions Citroën ; Ford Taunus ; Panhard ; Peugeot 203 ; Frégates Renault ; Arondes et Chambord Simca.

     Timothée, un copain de Théodorit, apprenti depuis quelques mois dans un garage automobile expliquait à qui voulait l’entendre en les barbant copieusement les détails techniques des rutilantes mécaniques, mais en vérité même ceux qui donnaient l’impression de l’écouter s’attentionnaient plutôt des magnifiques toilettes des dames de la noce qu’accompagnaient d’élégants messieurs. Nombreux de la communauté de La Feuillargues sortaient de leur maison en prenant des airs de gens préoccupés par des affaires d’importance puis comme poussés par le hasard ils approchaient et s’ébaudissaient de ce spectacle inattendu. Un magnifique coupé Cadillac conduit avec prudence vint à un certain moment se garer juste devant le « Grand Balthasar ». Un gracieux jeune homme en smoking en sorti et s’empressa de libérer la mariée qui temporisa juste le temps nécessaire afin que son apparition radieuse provoque des « oh » des « ah » de spectateurs éblouis, hommages suprêmes à sa grâce. Ensuite tout ce beau monde entra dans le restaurant, et ceux qui parmi les spectateurs savaient, dévoilèrent que toutes ces personnes appartenaient à des familles renommées de la cité Brontillierainne, d’ailleurs les anneaux avaient été bénis dans la souveraine cathédrale de Brontillier par monseigneur l’évêque en personne.

     Que des gens de cette qualité délaissent les tables réputées de Brontillier et viennent gouter la cuisine de monsieur Balthasar dans une occasion aussi exceptionnelle en étonna plus d’un à La Feuillargues. Ainsi donc dans le village œuvrait un chef de qualité pensa-t-on tout de go, et compléta-t-on, ce mérite inespéré rejaillirait assurément sur le modeste village parce qu’il possédait à présent cette particularité. Malgré tout, les langues de vipère vitupérèrent, annonçant qu’avant toute catastrophe il se produit un événement admirable nommé : «chant du cygne». Puis au fil des samedis et des dimanches la répétition du chant de cet oiseau qui se maintenait en bonne santé, coupa le sifflet des reptiles. Néanmoins si les critiques abandonnèrent la question de la survie du restaurant, ils blâmèrent la façon dont monsieur Balthasar assumait le poids du service régulier des noces et des banquets. Lors de ces réjouissances jamais il ne sollicitait l’aide d’une ou de plusieurs habitantes du village, les renforts dont il avait besoin appartenaient essentiellement à sa famille, ou à celle de son épouse. Lorsque d’une manière infecte on jasait, les

 

                                                  17

----------------------------------------------------------------------------------------

 plus teigneux déclaraient qu’éviter systématiquement d’employer les autochtones ne lui porterait pas bonheur et que tôt ou tard il paierait l’addition, et d’un œil malveillant ils attendaient l’inévitable débâcle.

 

    Pour quelle obscure raison monsieur Balthasar dérogea-t-il à son habitude de ne pas servir de repas la nuit de Noël. Sans doute son cœur de père fut-il sensible au désir de la future mariée de mettre son union sous la protection de l’enfant Jésus, et que ce soit lui Balthazar le maître d’œuvre des agapes, à l’exemple des agapes sacrées des premiers chrétiens qui sous la menace des romains prenaient en commun le repas du soir. Il consentit à la prière de la promise mais plus tard, après coup, il se jura de ne plus jamais faire une entorse à sa règle car l’épisode à venir le condamnerait à perpétuité au rappel de sa fâcheuse transgression.

 

    Les gens de cette noce appartenaient aux classes modestes de la société et argument de poids, tous plus ou moins étaient originaires de La Feuillargues. Des humbles, des ouvriers, des manuels, astreints à des existences difficiles où les embellis se produisent dans les rares occasions que sont les baptêmes et au-delà de tout, les mariages. Monsieur Balthazar avait dû composer avec les futurs et leurs parents, pour parvenir à réaliser avec un budget limité, un menu remarquable digne de la circonstance, très loin de la cuisine au rabais qu’autorisaient leurs pauvres moyens. Mais résonnait Noël et monsieur Balthazar trouvait là le motif d’une bonne action.

 

     A la fête de Noël le bar de monsieur Balthazar restait ouvert jusqu’à la fin de la messe de minuit, cela permettait aux mécréants du village, aux fiers incrédules du lieu, de trouver un réconfort liquoreux, et tout en devisant sur la réalité d’un au-delà incertain de siroter sur le zinc des boissons certes alcoolisées mais néanmoins propices à la réflexion, et surtout d’attendre patiemment toute leur parentèle croyante et pratiquante qui dans la nef centrale priait sans rancune et avec ferveur pour le salut de leur âme pècheresse. Théodorit, qui avait fait sa communion solennelle ne s’astreignait plus à fréquenter assidûment l’église, se dispensant bien souvent d’assister aux offices quelques fussent leur importance, préférant s’acoquiner, même si aucun alcool ne lui était servi, à ceux qui dans le vin trouvent la vérité plutôt que le Mystère de la Transsubstantiation lors de l’élévation du calice.

 

                                                   18

-----------------------------------------------------------------------------------------

      Souvent dans ces cas de messe buissonnière Théodorit retrouvait Gédéon un garçon de son âge accoudé au bar avec un vrai verre alcoolisé en main. Il est vrai qu’avec sa stature Gédéon paraissait avoir dix-huit ans, plus que sa réalité. Gédéon apprenait en alternance selon les jours ouvrés le métier de plombier-zingueur soit auprès d’un artisan ou bien à l’école pratique. Quelques fois Gédéon s’embarquait avec des hommes accomplis, des ouvriers en mal de distraction, ils allaient mater dans un ciné de Brontillier spécialisé dans des œuvres explicites pour publics avertis, des films interdits aux adolescents boutonneux de moins de dix-huit ans. Ces sorties cinématographiques se transformaient aux dires de Gédéon en virées libidineuses. Le ciné se situait dans une rue torride de Brontillier, il voisinait avec des cabarets où sur un minuscule plateau se pratiquaient des stripteases intégraux, des bars équivoques où de prétendues hôtesses s’autorisaient des gestes familiers sinon très amicaux, enfin dans cette rue papillonnaient des dames peu vêtues disposées à se livrer à de brèves relations tarifées. Gédéon racontait volontiers à ceux de sa génération ces rites nocturnes dédiés à fesses rabattues au culte de Vénus, il n’omettait pas de mentionner les fantaisies préliminaires réalisées par l’amante professionnelle.

 

    Ces narrations provoquaient de rougissants émois auprès de garçons qui n’usaient pas encore de ces voluptueuses pratiques, aussi réclamaient-ils plus de détails que par générosité Gédéon répandait dans des têtes aussi vierges sur ce sujet que leurs virilités naissantes. Avec des accents aussi criants de vérité Gédéon ne semblait pas fanfaronner en racontant ces nuitées lubriques, et Théodorit, comme tous les gars de cette génération, aurait aimé être une fois à la place de Gédéon. Hélas leur faisaient défaut la dimension physique, les traits prononcés du visage, et le plus important afin d’obtenir à coup sûr côté religion une pleine indulgence concernant les abus de stupre, un cousin plus ou moins germain curé. Théodorit en première leçon de la vie constata amèrement qu’il en était qui sans raison cumulait tous les avantages.

 

     Un cousin germain choisi, sitôt ses vœux prononcés, comme confesseur exclusif par Gédéon ainsi selon son mot ils lavaient le linge sale en famille. Pourtant il advint que, scandalisé par la jeune vie de Gédéon, versée dans une honteuse débauche, le curé débutant se refuse à entendre les confessions graveleuses du salace Gédéon. Lors après quelques semaines d’un amical partenariat : aveux d’un côté absolution de l’autre, le dévot cousin douta de la

 

                                                   19

-----------------------------------------------------------------------------------------

 sincérité du repentir de son parent fornicateur aussi l’invita-t-il à choisir un autre confesseur et la collaboration cessa.

 

     Quelques temps auparavant, la prononciation des vœux du cousin encore séminariste mais pour toujours enfant de la Feuillargues donna l’opportunité aux fidèles du village d’organiser une manifestation exceptionnelle. Or sur le territoire de la commune perdurait depuis fort longtemps une communauté de religieuses. Les bonnes-sœurs habitaient dans des bâtiments, qui jadis furent une ferme puis s’ordonnérent des aménagements selon les règles de leur ordre avec toutefois une partie réservée aux classes de l’école confessionnelle maternelle et primaire. Outre une cour de récréation les élèves profitaient d’un vaste parc arboré, ancien vignoble de la ferme transformé en lieu de promenade et de réflexion. Les bonnes-sœurs des temps anciens avaient abandonné après le problème phylloxérique la production viticole, néanmoins elles tiraient leurs subsistances du spacieux terrain aménagé en potager. Plusieurs murs de clôture et de séparation divisaient l’institution religieuse, ils permettaient de faire un usage public du parc pour des festivités diverses sans que celles-ci gênassent la pieuse vie des religieuses.

 

     L’engagement officiel du cousin curé à servir l’église ne pouvait se dérouler que dans ce parc sacré pendant une messe grandiose en présence de sommités ecclésiastiques et laïques, et d’une foule de gens pour qui une ordination représentait une rareté. Devant cet évènement exceptionnel même les pires païens, blasphémateurs patentés, se contraignirent à être présent à l’office et à y participer, calotins d’occasions, avec les reliquats d’un savoir biblique vétuste. Néanmoins ils n’occupaient pas les premiers rangs où les bancs déménagés de l’église accueillaient les vrais habitués du culte, eux se tenaient dans le fond et sur les côtés tout près des arbres vénérables qui pour l’occasion imitaient les piliers de l’église. Théodorit s’attroupait avec ceux-ci, tout en s’étonnant de ne pas retrouver Gédéon parmi ces personnes. Où donc pouvait être cet animal ? Théodorit scruta les environs à la recherche du collègue qui romprait la monotonie de la longue cérémonie certes flamboyante par le décor et les costumes mais tout de même interminable. Il fouilla de ces yeux et il dénicha Gédéon, en vérité il débusqua qu’une partie seulement de la face de Gédéon, son profil, le reste du corps était masqué par un arbre-pilier. Théodorit se rapprocha juste au moment où le prêtre desservant invitait les fidèles à s’assoir, heureusement que Théodorit avait bien repéré Gédéon car à présent il

 

                                                  20

----------------------------------------------------------------------------------------

 ne le voyait plus du tout, du reste il est vraisemblable que nul ne le voyait. C’est en s’avançant que Théodorit surprit son copain dans une position insolite, le dos appuyé contre l’arbre les genoux formant un angle droit, Gédéon servait de chaise à une demoiselle qui prenait des airs inspirés alors que Gédéon lui flattait sa croupe avec une extrême minutie, vraiment Gédéon poussait bien loin la paillardise. Alors Théodorit revint à sa place initiale à pas lents lorsque la demoiselle le dépassa et s’enfonça au plus profond du parc, moins d’une minute plus tard il ressentit la bourrade de Gédéon qui le doublant lui murmura :

 « Que veux-tu mon cousin se marie avec l’église, il faut bien que j’entre en communion avec lui, je suis sûr que quand il me confessera ça lui fera plaisir. »

     Et à pas de loup il disparut dans la végétation complice dans laquelle il cheminerait avec son amie provisoire en direction d’un septième ciel, convoyés par des chants liturgiques, ce qui convient le mieux à ce sentier plaisant de l’extase.

 

    Comment ne pas apprécier la compagnie d’un garçon remplit de tant d’expériences vénusiennes lorsqu’on se reconnait inculte sur cette matière essentielle. Et il ne fallait pas beaucoup pousser Gédéon, futur plombier mais déjà alerte dans le maniement du chalumeau comme il se plaisait à nommer son appendice, pour qu’il aborde son sujet de prédilection accompagné de rires convenus, obscènes, et néanmoins savoureux. Théodorit savait en retrouvant Gédéon au bar de monsieur Balthazar que la soirée de Noël débuterait dans l’hilarité de délires païens sinon dans l’ivresse, mais sait-on jamais sur ce point peut-être consentirait-on à verser dans son verre une boisson d’homme. Pour l’heure insensible aux chants divins que Théodorit jugeait ennuyeux et qui pourtant provoquaient auprès d’un auditoire ému d’intenses joies spirituelles, Théodorit préférait se divertir sottement avec l’excuse de vivre son âge bête.

 

   Toutefois monsieur Balthazar, sachant que les plus âgés connaissent mieux les bêtises que les plus jeunes, prévint son monde impie, ses clients rétifs à toutes formes de manifestations religieuses, de conserver un minimum de retenu afin de ne pas gêner par des cris intempestifs la noce en cours tout à côté dans la salle du restaurant. Pour avoir promis de rire sans éclats, de converser sans crier, bref de modérer leurs attitudes naturelles, en

 

                                                  21

-----------------------------------------------------------------------------------------

 remerciement monsieur Balthazar servit la tournée du patron et même Théodorit vit son verre se remplir d’une boisson sérieuse.

 

     Bien sûr il y eut des ronchons pour déclarer que l’ambiance égalant en morosité celle de la messe, fut-elle de minuit, il ne voyait pas de raison de s’incruster, aussi sitôt la boisson avalée ils partirent les uns directement chez eux, les autres en s’attardant un moment à l’église, espérant sans trop y croire que le bon Dieu les toucherait de sa divine grâce.

 

     Ils avaient tort de partir car un spectacle inouï allait se dérouler au « grand Balthazar », au fort désarroi du patron. Il advient souvent que les festivités familiales servent d’occasion à des règlements de comptes longtemps consignés. Les violences se produisent à plusieurs niveaux et selon les strates sociales il sera pratiqué l’ironie cinglante, le propos blessant, l’insulte ordurière, quant à la volée d’horions elle n’interviendra que si un élément ne contient pas son hyperexcitabilité. Si au-retenez-moi-ou-je-fais-un-malheur de l’exalté isolé, l’ensemble préfère la désolation d’une pluie de gifles, la dévastation d’un orage de coups de poing, la catastrophique grêle de beignes et de torgnoles.

 

    À l’heure solennelle du minuit chrétien il se fit entendre depuis la salle du restaurant un monstrueux brouhaha d’où fleurissaient des noms d’oiseaux d’espèces grossières. Toute la gamme des vils jurons, qui sortaient d’une version non-expurgée du petit Larousse, jaillissait de toutes les gorges échauffées et ce faisant semblait être le final d’un opéra magistral où toutes les tessitures des voix se mélangeaient à la tierce, à la quinte, et en merveilleuse dissonance, accompagnées par le bougement des chaises et des tables, et aussi par le maniement malencontreux de verres, d’assiettes, et de couverts. Bref ça gueulait des injures, ça tentait de se casser la margoulette avec des objets divers et contondants.

 

     À ce moment apparut dans le bar monsieur Balthazar une joue rouge d’émotion, plus tard nous apprendrons qu’elle fut victime d’un soufflet qui ne lui était pas destiné, sa toque de travers et écrasée comme un béret basque.

    « Venez m’aider ! Ils cassent tout ! » Criait-il.

     Et effectivement les gens de la noce, qu’ils fussent hommes ou femmes, ne se ménageaient pas et dans leurs mouvements brusques n’épargnaient ni les ornements festifs, ni les rideaux et voilages, quant aux restes : tables, chaises, couverts, on eut dit qu’un ouragan imprévu était passé entre portes et fenêtres. Dans un coin, tétanisée et défaite se trouvait la mariée et devant elle

 

                                                  22

-----------------------------------------------------------------------------------------

 en protection se voyaient quelques matrones désajustées, les permanentes décomposées, le rimmel emporté par le flux lacrymal, tremblotant du gras des bras, et les seins ballotant dans le corsage étriqué de robes de soirée. Çà et là des demoiselles d’honneur effarées s’abritaient des violences. Tandis que certaines maritornes s’agrippaient le chignon ou pire prêtaient main forte à leurs hommes, les encourageant de la voix et du geste, dans des affrontements non homologués par les différentes fédérations de sports de combats. Les hommes à deux, à trois, en groupes, se happaient, s’accrochaient, se frappaient du poing, du front, du pied et même du talon pour les plus habiles.

 

     Les buveurs du bar, hommes de paix improvisés, flanqués d’un Théodorit inquiet, entrèrent dans la salle, se pénétrant de l’idée de sauver sinon les meubles mais à minima les murs de l’établissement tout en évitant que beignes et taloches ne s’égarassent point sur leurs visages poupins. Ce ne fut pas une mince affaire que d’apaiser des belligérants au mitan d’une bataille qui n’avait pas encore épuisé les énergies. Est-ce les douces paroles du bataillon pacifique ou bien la honte de voir intervenir dans une querelle familiale des arbitres étrangers qui calmèrent momentanément les ardeurs de la quasi-totalité des convives, la question restera en suspens pour toujours.

 

     Néanmoins les plus avivés et avinés se regardaient en chiens de faïence, le feu couvait toujours, alors il se fit entendre des éclats de voix depuis la terrasse du « Grand Balthasar ». Trois adultes dans la force de l’âge, un père, un fils, un neveu, les chemises en lambeaux, les maillots de corps déchirés, qui en habitués des travaux de chantier, ne ressentant rien des rigueurs de cette nuit glaciale, sous la dérisoire lueur du réverbère, se boxaient copieusement les figures par de grands moulinets. Un match de boxe bizarre car il semblait qu’un seul affrontât deux adversaires et qu’aucun des trois ne se gardât des coups de poings, les faces sanguinolentes en témoignaient. Alors bousculant les messagers de la paix, placides buveurs des nativités divines, les noceurs s’engagèrent résolument dans le solde de tous les comptes en attente sous la voute céleste d’un ciel brillamment étoilé.

 

     Fort heureusement grâce à la sollicitude de la demoiselle du téléphone en astreinte ce jour béni monsieur Balthazar obtint la communication avec la gendarmerie de Brastries le chef-lieu du canton.

  Tandis que les exercices pugilistiques s’amplifiaient et s’étendaient à présent à la placette des arènes qui avec sa ceinture de pierres s’improvisait en ring de

 

                                                  23

-----------------------------------------------------------------------------------------

 boxe, toute sirène hurlante le panier à salade de la maréchaussée se transporta au plus près des opiniâtres combattants. Du fourgon cellulaire, sortirent, le sifflet à la bouche et la matraque en main, les vaillants pandores de la brigade cantonale. Les trainards et traine-patins de l’établissement de monsieur Balthazar jugèrent sur pièce la bonne utilisation de leurs contributions directes, en effet en quelques coups de matraque accompagnés par les stridences de sifflets empêchant jérémiades et protestation, la force publique raisonna des énergumènes, et si malgré son envie le public s’abstint d’applaudir c’est qu’avec compassion il prenait en compte l’ampleur des dégâts et la mine déconfite de monsieur Balthazar. Une fois les plus récalcitrants embarqués pour une nuit de dégrisement tous frais payés à l’hôtel du gnouf, les gendarmes auditionnèrent tous les protagonistes sur les lieux même de leur lamentable délit.

 

     Monsieur Balthazar présumait qu’il ne fermerait pas l’œil de sitôt, alors il installa deux tables à l’extérieur de son établissement, puis il alla chercher en cuisine les pièces montées du mariage, des cônes magnifiques au-dessus desquels triomphaient les figurines de mariés radieux aux sourires niais. Ensuite il ordonna aux jeunes Gédéon et Théodorit d’annoncer aux fidèles qui sortiraient sous peu de l’église de passer chez lui et qu’en guise d’Ostie sans vouloir être sacrilège il distribuait des choux à la crème délicieux pour une amicale communion. Ainsi cette année-là pour beaucoup de citoyens de La Feuillargues le réveillon de Noël commença par le dessert.

 

     La vérité sur les motifs se dévoila petit à petit à la façon d’un puzzle, car rien ne transpira des procès-verbaux des gendarmes, pour savoir les tenants et aboutissants il fallut recouper les rares et partielles confidences des invités. La communauté sut par exemple que toute la noce appartenait à une seule et même famille, les futurs étaient de vrais cousins germains. Une famille éprouvée comme tant d’autres par les tensions, les brouilleries, les discordes passées et le tout s’étant mal-rafistolé entraina des rancœurs, des ressentiments, qui portés au paroxysme par les années écoulées amenèrent sur les bouches des mots aigres-doux, atrabilaires, et pour finir hargneux, arrivés à ce point les convives glissèrent des dissensions verbales orageuses à la bataille rangée.

 

                                                   24

-----------------------------------------------------------------------------------------

     Une des principales causes remontait à l’époque des restrictions de la guerre de 1939-1945, il y avait eu en ce temps reculé un mariage extrêmement épuré de tous les falbalas qui ornent en principe ces réjouissances. En raison de la rigueur économique de ce temps troublé où les gens faisaient de tous les jours des vendredis maigres. Le repas de noces concerna à un nombre très limité de convives, avec les témoins et les parents il n’y avait seulement pas dix personnes autour de la table. A-t-on idée de se marier en février 1943, à la saison hivernale, avec en prime les privations de toute sorte, le manque d’argent, les insuffisantes cartes d’alimentation, un marché noir prohibitif, à cela s’ajoutaient les réquisitions, les interdictions, les menaces de déportation pour le service du travail. Un service devenu obligatoire, après l’échec du volontariat, qui s’appliquait à tous les hommes en capacité de travailler et à toutes les jeunes femmes célibataires, il suffisait que l’administration compétente mentionne les noms des personnes retenues sur les listes scélérates.

 

     Ce mariage de février 1943 intéressait des jeunes gens de vingt ans qui conservait l’espoir d’arracher un peu de bonheur dans cette période désespérante, à deux il pensait être plus fort que ces tristes vicissitudes. Puis il fallait trouver des arguments pour s’éviter de partir travailler outre-Rhin car en guise de vœux du nouvel an 1943 les nazis imposèrent au servile gouvernement de Vichy l’envoi en Allemagne d’un contingent de travailleurs très élevé autour de trois cent mille individus. Or les listes se composaient prioritairement de célibataires, nos jeunes gens imaginaient qu’en se mariant ils se dotaient d’un atout précieux, ils se trompaient, sur le terrain, les listes s’établissaient avec beaucoup de difficulté.

 

     Toutefois ce mariage en catimini commandé par des circonstances historiques déplut à certains de la parentèle proche qui se jugeaient indispensables au bon déroulement de la cérémonie, et ne retenaient aucunement l’excuse conjoncturelle. Les grincheuses et les grognons emmagasinèrent un sérieux mécontentement à propos de leur non-invitation. D’autant plus que le couple en prélude de leur mariage investit leurs maigres économies dans l’achat indispensable des ustensiles et des choses propres à se monter en ménage, et aussi garda quelques sous afin de parer à toutes les éventualités de leur avenir incertain. « Voilà donc qu’ils avaient du pognon ces radins » déclarèrent les jaloux recalés de la noce.

 

                                                  25

----------------------------------------------------------------------------------------

      À La Feuillargues les instances supérieures ne parvenaient pas à atteindre le quota de travailleurs exigé par les nazis, les célibataires de la communauté ayant déjà composé les précédentes listes. Elles élargirent à regret le rayon des requis aux mariés. Notre jeune marié se sentant en danger trouva judicieux d’aller s’installer sous d’autres cieux, comme il copinait avec des garçons qui travaillaient sur les docks du port de Septe, il s’installa avec sa jeune épouse chez l’un de ceux-ci qui fraternellement leur offrit le gite. Nos jeunes mariés trouvèrent rapidement de l’embauche lui sur les quais du port qui manquaient des bras robustes d’hommes costauds, elle dans une des conserveries de poissons qui miraculeusement fonctionnait. Le collègue les hébergea tout le temps nécessaire jusqu’à ce que les effets de cette satanée loi sur les réquisitions s’infléchissent, ainsi au bout de plusieurs mois le couple réintégra le nid douillet qui les attendait à La Feuillargues.

 

     Un nid certes toujours douillet mais allégé de quelques pièces essentielles du trousseau et du service de table, tel se présenta la demeure au retour des fugueurs inquiets des règles rigides en vigueur. La première nuit du retour les mariés la passèrent enlacés, elle pleurant, lui consolant, sur un lit dépouillé de ses draps, de sa couverture, de son dessus de lit. Auparavant avec l’unique casserole elle avait préparé le triste repas, une pitance consommée dans des assiettes ébréchées que les vils visiteurs dédaignèrent.

 

     Un immense traumatisme accabla pendant des jours la nouvelle mariée, ce n’était pas tant l’argent dépensé pour les divers achats domestiques qu’elle déplorait, quoi qu’une bonne partie de ses économies s’envola avec les objets, que le vol lui-même. Les voleurs ne savait-ils pas qu’ils dépouillaient des humbles car pour préparer leur sale coup les scélérats prirent assurément des renseignements auprès de quelques habitants de La Feuillargues, et ces habitants ne se doutaient-ils pas qu’en tuyautant ces malfaisants ils provoquaient le malheur de gens de modestes conditions qui se lançaient dans la vie.

 

     Après le choc la jeune femme recouvra toute sa lucidité, et discrètement elle interrogea le voisinage. Remarquèrent-ils ces voisins durant leur longue absence des allées et venues singulières et suspectes, des bruits inhabituels et équivoques, de louches interrogations sur la durée de leur absence. Bref elle agit comme eut pu le faire le premier enquêteur venu, vaines investigations en

 

                                                   26

----------------------------------------------------------------------------------------

 vérité qui l’amenèrent toutefois à un soupçon qui se précisa au fil des questions.

 

     Un double des clés du logement avait été remis aux beaux-parents de l’épousée par ses soins, en recommandant à ceux-ci de bien vouloir de temps à autre aérer la maison, ce qu’ils firent, des informations l’attestaient, mais il était impossible, absurde, et invraisemblable que des parents cambriolassent leur fils. Pourtant ni la porte, ni les fenêtres n’avaient été forcées, mais s’il fallait écarter le père et la mère de cette mauvaise action cela n’excluait pas la mise en cause d’un parent. En l’occurrence une sœur du marié, accompagnée de son époux, accomplit un certain jour le rôle attribué aux père et mère. La sœur et son mari, munis de la clé, vinrent ouvrir les volets et les fenêtres puis ils restèrent d’après une voisine un long moment à l’intérieur alors qu’habituellement la mère ouvrait juste le temps pour elle de passer un coup de balai en attendant de tout boucler. Pourtant lorsque la sœur et son mari abandonnèrent les lieux après un temps interminable, ils ne transportaient rien, nuls objets, ils partaient à vide, bras ballants, se donnant même la peine de saluer en toute amitié les concitoyens de ce quartier puisque la sœur et son mari résidaient aussi à La Feuillargues.

 

     Cette visite étrange tourmenta moult nuits le sommeil de la jeune mariée, dans ses cauchemars elle échafaudait des trames alambiquées où toujours avant de se réveiller en sursaut sa belle-sœur un ballot sur l’épaule s’enfuyait en ricanant d’elle. Heureusement que la jeunesse permet de supporter bien des choses dont le vol de ses affaires et puis en dérivatif la guerre engendrait quotidiennement son lot de soucis. Une guerre qui à la satisfaction des populations finit par s’achever, et tous de reprendre les bonnes vieilles habitudes.

 

    Des années plus tard il fut un jour où passant par la grand-rue notre jeune mariée s’amusa de voir le maladroit chauffeur de l’autocar se démener avec une multitude de valises, sa ferme intention étant de les arrimer toutes sur le toit du véhicule sans possibilité d’en perdre une seule sur une route chaotique. Quand il descendit du toit il se trouva nez à nez avec la jeune femme et comme par réflexe il lui tint des propos ahurissants.

     « Nous voilà revenu à l’époque noire des valises où tout se trafiquait et où tous trafiquaient. Même votre belle-sœur s’y était mise ! Et elle en a fait des va-et-vient jusqu’à Brontillier, mais d’après ses dires elle vendait à domicile et

 

                                                   27

----------------------------------------------------------------------------------------

 en toute légalité vaisselle et linge de maison. Elle a dû certainement vous en parler à cette époque si j’ai bonne mémoire vous viviez à Septe. »

 

      Interloquée la jeune femme balbutia un inaudible « je-sais-tout-çà », avant de courir chez elle pour, tout le reste du jour, pleurer à torrents. Ses larmes eurent un effet positif elles lui lavèrent les yeux dès lors elle vit cet événement du passé avec une formidable clarté. Personne ne regarde jamais ce qui se passe derrière une maison et quand il n’y a ni fenêtres, ni portes, ni fenestrons, il reste le toit, comme ce fameux toit de l’autocar d’où tomba le chauffeur. Quelques tuiles retirées deviennent une ouverture par laquelle des affaires s’envolent avant qu’un complice s’en saisisse, à cette époque de couvre-feu il valait mieux ne pas sortir la nuit, en même temps dans cette période funeste il fallait prendre des risques car tout manquait et la revente ne posait pas de gros problèmes.

 

     Misérables se dit-elle, un jour je vous ferais avouer votre crime en public, et votre honte sera complète. Cet instant arriva cette fameuse nuit de Noël devant un auditoire de choix, toute la parentèle dans son intégralité, partie prenante de tous les secrets familiaux qui ne demandent qu’à surgir des tréfonds mémoriels. Les arguments de la jeune mariée des temps troublés devinrent vite imparables d’autant que, plusieurs éléments qui connaissaient tout de cette affaire se mirent à table, et pour ce faire on ne pouvait pas rêver mieux qu’un repas de noce. La dégradation des relations familiales expliquait les aveux présents et néanmoins différés de plusieurs années. L’heure des vengeances avaient sonné elle libérait la fureur des empoignades avec l’établissement de monsieur Balthazar pour décor et victime collatérale.

     Une victime finalement heureuse de son sort marmonnèrent les esprits tordus lesquels renchérissaient en s’étonnant faussement de la rapide réfection du commerce de monsieur Balthazar. Et d’un luxe tellement prétentieux ! ajoutaient-ils, y en a qui savent si prendre ma bonne dame pour tirer les marrons du feu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                    28

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

    

 

                      UNE POUTRE DANS L’ŒIL

 

 

  Quelle force mystérieuse poussa la main de Théodorit à effleurer la poitrine la naissante de Sidonie, longtemps il s’interrogea sur la manœuvre involontaire de sa main, jamais la moindre explication crédible ne s’imposa à son esprit. Théodorit ne savait pas qu’à son âge de forte croissance le cerveau ne s’adaptait qu’avec un temps retard au développement par trop rapide du corps, particulièrement des membres. Ainsi pour n’avoir pas su considérer la nouvelle amplitude des bras le centre nerveux ne fut pas en mesure d’arrêter cette main, qui achevait le geste démonstratif à l’appui du verbe méridional, avant qu’elle ne termine sa course confuse. Geste maladroit à coup sûr dont la conséquence entraina l’embarras et la honte de Théodorit voire même son accablement lorsque des copains lui reprochèrent sa grossière désinvolture.

 

La scène se déroulait une après-midi d’un samedi ordinaire, enfin un samedi ordinaire mais estival, cela induisait pour le village l’accueil de quelques touristes. Le plus souvent ceux-ci appartenaient à la parentèle d’habitants de La Feuillargues à qui ils rendaient visite à l’occasion des sacrosaints congés payés. Ils venaient de grands et lointains centres urbains où ils turbinaient dans des usines inhospitalières du lundi au samedi pour gagner des radis. Enfin une grosse poignée de radis à en juger par leur train de vie, par leur mise impeccable, et surtout par la possession d’une automobile, certes d’occase mais presque neuve enfin en très bon état selon Timothée l’apprenti mécanicien, bref nos touristes vivaient avec des moyens comparativement supérieur aux misérables picaillons que gagnaient les gens d’ici. De quoi inciter la jeunesse à vouloir devenir ouvriers d’usines et parmi celle-ci le jeune Théodorit.

 

Cette jeunesse justement cette après-midi-là, chahutait, se taquinait, et riait pour des riens. Installée dans un angle de la placette elle formait une sorte de triangle équilatéral d’environ cinq mètres de côté. Sur deux côtés, le muret avait permis aux premiers arrivant de s’assoir, les derniers venus restaient debout, les plus exubérants se plantaient devant, ils reliaient les extrêmes et

 

                                                         29

-----------------------------------------------------------------------------------------

 donc refermaient le triangle, les timides se faufilaient derrières ceux déjà assis. Théodorit fruit du hasard se trouvait, installé sur le muret, placé entre Agathe une copine du village et Sidonie sa cousine qui habitait avec ses parents dans un coin de la banlieue lyonnaise. Agathe s’arrangeait toujours lorsque filles et garçons s’assemblaient de se placer à côté de Théodorit juste tout contre lui. Il sautait aux yeux du premier venu qu’Agathe en pinçait pour Théodorit et qu’elle attendait impatiemment sa demande de sortir ensemble, ce qui signifiait qu’à partir de ce moment, après son acceptation, ils s’autoriseraient à flirter sans retenu. Mais Théodorit, et s’était bien le seul, ne remarquait pas les fines manœuvres d’Agathe, mais aucun de ses copains ne s’avisait à les lui faire observer, considérant que s’il n’attachait aucune importance aux intrigues d’Agathe cela indiquait que Théodorit ne souhaitait pas avoir celle-ci comme petite amie.

 

À la décharge de Théodorit il ne connaissait du sentiment amoureux qu’une pseudo-révélation, acquise en dévorant avec passion les romans-photos à l’eau de rose que sa mère lisait pour se distraire d’un quotidien routinier. Ainsi la réalité de la vraie vie échappait à Théodorit qui ne décryptait jamais les avances, timides ou audacieuses, de ses copines, témoin toutes ces vaines œillades incendiaires qui n’obtinrent de lui nulle résonance. Pourtant en fin psychologue Théodorit dès les premières pages d’un roman-photo était en capacité de distinguer les couples mal assortis et ceux qui se formeraient au fil des pages malgré les embrouilles du scénario mais pour lui-même manquant de recul il ne voyait rien de rien. Ce qui l’irritait quelques fois provenait des manières audacieuses dont ses copains usaient pour à tous les coups cueillir sur la bouche des filles le baiser lascif. La hardiesse lui faisant défaut il perdit le peu d’assurance qu’il avait dans ses capacités, n’ayant qu’une confiance limitée en ses moyens il finit en outre par ne rien entreprendre qui put susciter la moquerie. L’aventure qui allait suivre parachèverait le discrédit que Théodorit avait de sa personne.

 

Sidonie la citadine venue d’une région étrange du nord apportait tous les ans une dose d’exotisme aux jeunes mâles autochtones. Elle suscitait à tous les garçons l’envie de faire devant elle les intéressants afin d’attirer son attention. Pour ses beaux yeux les jeunes coqs du village paradaient et entre eux se mesuraient par des joutes amoureuses où le compliment de l’un devenait prétexte à une mise en boite de tous les autres.

 

                                                       30

----------------------------------------------------------------------------------------

  Ce fut dans un de ces moments de joyeuses railleries, de conviviales taquineries, que les gesticulations en s’accentuant se désordonnèrent. Dans l’emportement de ces turlupinades une main frôla le sein menu de Sidonie, elle appartenait à Théodorit. En réponse au geste prétendument grivois l’adolescence furieuse se dressa et pour donner du poids aux mots de salaud qu’elle criait, elle gifla le fautif. Elle le gifla plusieurs fois semblant ne plus vouloir s’arrêter au point que Théodorit finit par agripper les poignets de Sidonie avec une force décuplée par la rage de l’humiliation. Hurlant de douleur Sidonie mains bloquées continua la correction par de vifs coups de pieds, Théodorit se résolut alors à tordre les bras fluet de l’offensée jusqu’à ce que cette contrainte l’amène au sol. L’action dégénéra en trois ou quatre secondes, pas plus, mais à l’instant où la situation fut à ce niveau de violence les garçons empoignèrent vivement Théodorit, lui ordonnèrent en s’égosillant de relâcher les bras de la demoiselle. La virile intervention obligea Théodorit à se coucher sur le sol, il lui semblait qu’il vivait les tourments du veau au sein de la manade juste avant d’être marqué au fer rouge, à la différence près que son fer rouge à lui s’enfonçait jusqu’à son tréfonds, jusqu’au siège de ses sentiments. Néanmoins Théodorit à travers les jambes et les bras entrevoyait la suite des évènements, Agathe la cousine qui avec l’aide d’autres filles relevait une Sidonie saisie de convulsions. Toutes la consolaient par des caresses et des embrassades, et toutes portaient sur le coupable des regards pleins de reproches et même pour certaines des envies de férocités. En partant Agathe braqua plusieurs fois ses yeux dans la direction de Théodorit, voulait-elle lui signifier quelque chose de précis, jamais il ne le saura, par la suite elle ne lui adressera plus la parole. Sans doute pensait-elle que Théodorit préférait sa cousine et c’était là une cruelle offense pour une amoureuse déclarée.

 

Elles partirent toutes sans exception, alors les garçons relâchèrent l’énergique contrainte mais dans la foulée ils soumirent Théodorit à un flot de questions et de récriminations, celui-ci se justifia sincèrement poussant la bonne foi à vouloir jurer sur les têtes de ses père et mère, disant que son geste était accidentel. Sur le coup les garçons ne crurent qu’à moitié sa version au prétexte que l’occasion fait souvent le larron, en réalité ils voulaient comparer avec l’autre version que ne manquerait pas de rapporter le clan féminin avant d’affliger l’accusé une terrible sanction tel qu’un bannissement définitif. En attendant pendant plusieurs jours Théodorit se dispensa de roder sur les lieux

 

                                                        31

----------------------------------------------------------------------------------------

 de son supposé crime, puis on lui fit savoir que son cas présentant des aspects litigieux, au bénéfice du doute on le réadmettait au sein du groupe. Pourtant malgré cette décision de justice favorable, Théodorit s’abstenait d’apparaitre sur la placette lorsque Sidonie y était de même celle-ci évitait de venir quand de loin elle apercevait celui qu’elle nommait le vicieux.

 

Si Théodorit, lors de cet épisode, avait eu le don de voir l’avenir, même à court terme disons seulement deux petites années, il aurait été sidéré du changement de caractère de Sidonie. Sa pruderie excessive, reliquat de sa période pré-pubère, disparut du jour au lendemain. À la vérité sa nature profonde lui fut révélée par un habile séducteur qui adroitement l’amena sur des sentiers dans lesquels il se pouvait voir le loup. Après cette expérience qu’elle ressentit merveilleusement il s’en suivit une transformation radicale de son tempérament, elle connut son véritable épanouissement, et du cocon s’échappa une nymphe sensuelle avec une soif de désir inextinguible. Théodorit apprit cette métamorphose par les copains qui avaient témoigné à la demoiselle de libertins hommages, ainsi donc à quelques mois près, sa maladresse eut elle été prise pour une flatterie rendue aux appâts de Sidonie.

 

 « On ne peut pas être toujours d’accord » avait lâché la mère de Théodorit pour s’expliquer à elle-même la présence inhabituelle de son fils au domicile. Devinant quelques sombres querelles d’adolescents, elle repoussait la piètre raison que lui donnait son fils de vouloir prendre une réserve de repos afin de tenir sans effort la semaine de la fête patronale avec ses bals quotidiens jusqu’à une heure avancée de la nuit, ceux-ci réduisant notablement les heures de sommeil. L’épisode festif se déroulait pendant la cueillette des pêches qui occupait Théodorit chaque année. Malgré son expérience de deux précédentes saisons il traversait la période complètement désorienté. Au matin après une courte nuit il naviguait au radar entre les rangées d’arbres, fort heureusement la journée finissait autour de treize heure ce qui l’autorisait, après un sommaire déjeuner, à s’étaler dans la chaise longue, piquer en plein jour un roupillon réparateur, avant de faire sa toilette et participer avec enthousiasme aux joyeuses animations.

 

Cette année-là Théodorit, au lieu de se dépenser exagérément dans les bals et sur les manèges, aurait dû décupler son attention dans le verger et pas seulement au maniement des cagettes pleines ou vides. Le murissement des

 

                                                       32

-----------------------------------------------------------------------------------------

 fruits commandant son ramassage celui-ci s’opérait par un nombre suffisant de mains, aussi pour de très brèves périodes le patron recrutait quelques jeunes en vacance scolaire. Ainsi il arriva un matin une étudiante d’une éclatante beauté. En réalité ce n’est qu’en octobre que Césarine, ainsi se prénommait-elle, deviendrait pleinement étudiante en intégrant l’université de Brontillier. Dès l’instant de sa venue tout changea parmi les mâles cueilleurs ce ne fut qu’attentions, politesses, et courtoisies, en hommage à la gracieuse Césarine si mince et si svelte qui sagement souriait de ses blanches quenottes. Des cheveux blonds prisonniers de quelques barrettes noires encadraient un visage lumineux aux yeux d’un ciel d’été sans nuages, sa démarche souple et féline donnait l’impression qu’une étoile de l’opéra par enchantement sillonnait le verger. À bien chercher il n’y avait que sa stature sur laquelle on put trouver à redire, souvent sa taille la mettait dans l’embarras lorsque sur une branche haute s’épanouissait un fruit mais comme tous avaient toujours un œil posé sur elle, le plus rapide d’un bond venait à son secours, profitant de cette occasion pour s’emplir les poumons de son odeur, une odeur suave à l’instar de celle qui émane d’une parfumerie quand toutes les essences se mélangent et forment la sublime quintessence. Même le patron était sensible à ses charmes, à longueur de journée il entonnait gaiment le succès de Dario Moreno, une chanson-hommage à l’envoutante Brigitte Bardot.

 

Seul peut-être Théodorit ne participait pas à ce déploiement de plumes, à ce concours de révérences, tout simplement parce que Césarine l’impressionnait, devant sa beauté il baissait les yeux, et son intelligence le paralysait. Pourtant à deux ans près il appartenait à la même génération, sauf que, si Césarine dans le domaine scolaire évoluait à un étage supérieur elle le devait à l’opiniâtreté d’un père militaire de carrière qui à chacune de ses mutations se débrouillait à grands renforts de cours privés pour faire sauter des classes à sa fille. Voilà pourquoi à l’âge où certains sortent du collège, elle rentrait à l’université. Mais ce père-militaire avait voulu que sa fille s’aguerrisse en se confrontant par le travail manuel à la réalité de l’existence, et comme une vague parente à lui habitait à La Feuillargues il la lui confia afin qu’elle profite de la vie simple au contact de la nature par de saines activités champêtres. À la vérité comme à ses soldats il imposait à sa fille ces sortes d’exercices prévus pour endurcir le caractère.

 

                                                        33

-----------------------------------------------------------------------------------------

   Or sans que personne ne sache l’expliquer il se produit quelques fois des choses déconcertantes. Au lieu de se choisir sinon un petit ami du moins un chevalier servant parmi tous les garçons empressés la jolie Césarine s’attacha à provoquer des contacts physiques avec Théodorit, contacts bien innocent tel que celui de lui tendre sa main pour qu’il l’aide à monter dans la fourgonnette. En saisissant cette main tendue Théodorit sentait ses joues s’enflammer, sûr qu’il devait s’empourprer comme un joli coquelicot, en détournant son regard d’elle il s’imaginait qu’elle ne le regardait pas, et c’était tout le contraire. Cette sincérité avait touché et ému Césarine, les autres en comparaison lui semblait trop rusés pour être honnête, elle imaginait sans peine à quel jeu elle participait contre sa volonté, elle savait qu’en arrière-pensée de toutes ces galanteries il y avait le désir de tous de l’accrocher à un tableau de chasse libertin. De son côté mis à part sa confusion rougissante Théodorit ne ressentait pas cette familiarité comme une invitation à briser ses carcans de la bienséance pour s’ouvrir à des élans de sympathie.

 

Un jour Césarine alla plus loin pour faire comprendre au novice Théodorit qu’il lui plaisait. Comme il passait près d’elle les bras chargés de cagettes vides, elle fit semblant de trébucher et s’accrocha au torse de Théodorit et lui, benêt inoffensif, au lieu de balancer les encombrantes cachettes, de prendre dans ses bras Césarine, afin que la dure loi de la pesanteur ne produise pas ses effets, préféra se soucier des cageots plus que de la belle, de sorte que Césarine et Théodorit se retrouvèrent couché parterre dans l’étalement de caissettes qui les piquèrent d’échardes.

 

Comme il fallait s’y attendre plusieurs mains secourables aidèrent Césarine à se relever tandis que Théodorit hébété se disait que ce n’était vraiment pas de chance d’être entrainé dans une chute par la perte d’équilibre à coup sûr involontaire d’une collègue de travail. Se redressant il voulut s’enquérir des éventuelles meurtrissures de Césarine d’un convenu : « Tout va bien, rien de cassé ? », mais visiblement le trop-plein d‘attentions des autres garçons enquiquinait Césarine, alors Théodorit se tint sur sa réserve, pourtant à cet instant précis elle n’attendait qu’un seul mot de lui, et s’il ne voyait d’elle que des mimiques hostiles celles-ci étaient destinées en réalité à repousser les serviables casse-pieds qui lui gâchait une opportunité d’approche. D’autant que le temps lui pressait son contrat de cueilleuse arrivait à son terme et dans quelques jours elle repartait à Brontillier préparer sa rentrée universitaire.

 

                                                        34

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Mais avant, avec ces derniers jours à passer à La Feuillargues elle souhaitait profiter des permissions de minuit pour se divertir aux bals de la fête patronale et danser, secret espoir, avec son favori. Les bals se tenaient sur la placette des arènes, il suffisait de monter une estrade pour l’orchestre et de fixer entre les arbres des guirlandes électriques avec des ampoules multicolores. Les forains avec tous les divertissements possibles investissaient la grand-rue jusqu’à la placette du monument où la statue du poilu de 1914 regardait les enfants tenter d’agripper d’un magnifique assaut le pompon du manège.

 

Césarine, accompagnée de sa vague parente devenue pour la circonstance son chaperon, passa devant les chevaux de bois et s’amusa de voir les enfants laisser échapper le pompon de leurs doigts malhabiles. Était-ce un signe du destin l’avertissant de sa déconvenue à venir ? Césarine ne fit pas ce rapprochement irrationnel.

 

« Va au bal t’amuser un peu !, dit la vague parente avant d’ajouter, moi je reste par-là dans la grand-rue où je serais en train de bavasser avec l’une ou l’autre. Allez va !, va !, dépêche-toi la jeunesse ne dure pas. »

 

Très rapidement Césarine repéra Théodorit, celui-ci se divertissait gaiment avec sa bande de copains près des stands des forains. Avec des carabines à plombs ils amochaient les cibles mobiles en forme de pipe qui faisaient devant eux des circonvolutions. Il apparut à Césarine qu’elle se devait de louvoyer avec finesse pour n’être remarqué que du seul Théodorit imaginant avec raison que ses copains, devenus par effet de groupe des lourdauds rigolards, n’hésiteraient à lui faire du gringue s’il la découvrait à la fête ce qui anéantirait sa dernière possibilité de rapprochement avec son élu.

 

A force de manœuvres adroites, il se présenta à Césarine une opportunité d’apparaitre face à Théodorit, seule à seul, enfin sa patience se voyait récompensée, il ne lui suffisait plus que de sourire aimablement, d’encourager la moindre des intentions de Théodorit, accepter une molle barbe-à-papa ou bien une pomme d’amour enveloppée de sa dure carapace, ne pas refuser de danser avec lui un rock-and-roll endiablé bien qu’ignorante des figures de cette danse. Mais la brusque apparition surprit le garçon qui ne sut que prononcer un timide bonjour alors qu’il était l’heure où les étoiles étincèlent. Théodorit n’aurait pas présenté une figure aussi ahurie que celle qu’il affichait présentement si à son réveil il avait reçu un plein seau d’eau froide. Se trouver soudainement devant l’inaccessible Dulcinée le pétrifia d’une violence égale à

 

                                                        35

-----------------------------------------------------------------------------------------

 celle ressentie par un véritable coup de foudre, un effet stupéfiant dont on se remet qu’en prenant ses jambes à son cou.

 

« C’est une belle fête ! » répondit Césarine au bonjour.

 

À ce propos anodin Théodorit ne sut que répondre, il regardait Césarine radieuse n’imaginant pas qu’elle lui offrait en guise de cadeau son plus beau sourire. Et lui qui se formait dans l’art de séduire par les lectures de ces niaiserie de romans photos ne savait pas prononcer une de ces fadaises qu’il lisait à haute voix avec d’exécrables flexions de ton digne d’un comédien au rabais d’un théâtre subventionné. Théodorit savait à cet instant précis qu’il devait prononcer des mots attendus, des mots espérés, mais il avait beau chercher, il avait beau passer en revue tous les mots d’affection de son vocabulaire il n’en trouvait pas un qui ne le fasse pas rougir de honte, et après ce mot il lui fallait s’atteler à former des phrases, à tenir la conversation, cela lui apparaissait au-dessus de ses forces ou plutôt de ses capacités intellectuelles. Le doute s’empara de lui, les secondes pesantes qui passaient lourdement mesuraient son trouble, et si elle n’était là que par hasard, et si elle attendait quelqu’un d’autre, et si elle allait se mettre à rire à sa déclaration, ainsi une cascade de si l’assaillit et le paralysa.

 

Mais puisqu’elle trouvait la fête agréable, il la confirma dans cette idée en articulant dans un souffle un oui inaudible suivi d’un funeste au revoir. Comme un goujat il planta là Césarine la jolie, et d’une démarche mal assurée il s’en fut, tout piteux, rejoindre ses copains au bal battait son plein.

 

Le lendemain quand l’autocar de Brontillier traversa La Feuillargues, une demoiselle au masque tragique leva bien haut son bras, plus par empressement de quitter ce village désobligeant que de la crainte de ne pas être vu par le chauffeur. Après l’embrassade avec sa lointaine parente montant les marches, elle s’assignait dorénavant la tâche exclusive de s’occuper de ses études, elle refermait à jamais cet épisode de sa vie. De son côté Théodorit éprouva le gout amer des regrets, même si l’idée d’écrire à Césarine lui traversa la tête d’autant qu’il se croyait habile dans ce genre d’exercice mais il n’osa pas demander à la lointaine parente l’adresse de Césarine. Puis rapidement il se persuada qu’il ne rattraperait pas sa bévue et qu’en prime à coup sûr il devrait supporter les rires moqueurs de la délaissée.

 

                                                       36

-----------------------------------------------------------------------------------------

   Néanmoins cette dernière expérience marquerait Théodorit, son comportement futur révèlerait un peu moins de candeur et aussi une part d’inconstance. Mais sur ce dernier point il présentait l’excuse de ne plus vouloir être un goujat, or son excès d’amabilité galante se ressentira par Alphonsine comme de la muflerie, car Théodorit prodiguerait sans façon ses bontés à des concurrentes.

 

Tout comme Théodorit, Alphonsine poursuivait ses études secondaires à Brontiller mais ils fréquentaient deux établissements différents, cependant ils se voyaient tous les matins et quelques fois le soir lorsque leurs emplois du temps permettaient qu’ils empruntent le même car. Alphonsine habitait à Brastries un village juste avant La Feuillargues et donc quand Théodorit montait dans l’autocar à l’arrêt de son village, Alphonsine était déjà là. Les yeux du garçon croisaient les saphirs noirs de l’adolescente gracieuse aux cheveux couleur de jais, assise souvent seule au fond du véhicule, les sourires échangés valaient un aimable salut. Généralement Théodorit prenait place au premier siège libre avant de s’absorber sur des leçons à réviser pendant la vingtaine de minutes du transport.

 

Or il advint un jour que l’absence imprévue d’un chauffeur chamboule l’organisation du ramassage. Ainsi l’habituel autocar multipliant les arrêts, dut se charger d’un supplément d’usagers voilà pourquoi en arrivant à La Feuillargues le car était plein à craquer. En s’engageant dans celui-ci Théodorit sentit le poids d’un regard qui l’obligea à scruter l’arrière du véhicule où il découvrit Alphonsine souriante, poing fermé, pouce dressé, lui signifiant qu’une place assise était disponible, puis tortillant sa main comme une anguille elle indiquait qu’il lui suffisait de se faufiler dans le couloir encombré de monde. Grâce à sa minceur et sa souplesse il arriva au fond de l’autocar, mais Théodorit se rendit à cette évidence que des jeunes gens occupaient toutes les places souvent assis les uns ou plutôt les unes sur les autres. Avant que Théodorit n’ouvre sa bouche Alphonsine lui murmura ce marché singulier de lui céder sa place à l’expresse condition de pouvoir s’assoir sur ses genoux, en toute amitié bien sûr, à l’exemple des autres adolescents.

 

Théodorit acquiesça d’un sourire qui se voulait d’une neutralité absolue. Alphonsine se posa sur ses cuisses, et lui, comme les autres garçons dans sa situation, posa ses mains sur les hanches de la jeune fille, cela afin d’assurer à toutes un équilibre grandement perturbé par une route chaotique et justement

 

                                                        37

-----------------------------------------------------------------------------------------

 les secousses les faisaient régulièrement tressauter sur les cuisses de leur compagnon de voyage.

 

Théodorit sentait, à travers les minces tissus de la robe et de son pantalon, sans parler des bas nylons qui pouvaient suggérer certaines idées, s’écraser sur lui à intervalle constant les chairs qu’il imaginait douces et soyeuses, d’Alphonsine. Il avait beau serrer les hanches de ses mains, il ne parvenait pas à lutter efficacement contre les sursauts inattendus et soudains, il dut affiner la technique en passant en douceur d’abord puis carrément ses bras autour de la taille d’Alphonsine qui ne s’en offusquait pas bien au contraire puisque elle-même avait glissé son bras derrière la tête du garçon et agrippait son épaule.

 

Quelques minutes chastes, malgré l’enlacement, passèrent innocemment mais cela ne dura pas. La physiologie naturelle des mâles, sauf embarras pathologique et encore pas toujours, reprend à tous les coups le dessus sans que le mâle puisse maîtriser la pulsion aussi prompte qu’encombrante. Surtout lorsque vient l’âge où les sens s’éveillent à la lascivité, que l’action se déroule au petit matin quand la tête est encore pleine de rêves voluptueux, que la douce vibration du moteur accompagne le balancement du transport, et qu’enfin les attouchements bien qu’involontaires inspirent d’inflexibles ardeurs. Alors il advint cette proéminence outrageusement lubrique, et il n’est pas impossible qu’une sorte de fierté assaille la responsable de l’état impudique du garçon. Tel était la situation physique de Théodorit au moment où l’autocar approchait de la gare routière de Brontillier, néanmoins malgré son indisposition dont il se demandait comment il la dissimulerait, jamais aucun voyage ne lui fut plus agréable que celui-ci, pourtant il fallait se quitter ils arrivaient au terminus de la ligne.

 

Alphonsine et Théodorit chose étonnante bien qu’étroitement liés n’avaient pas échangé trois mots, il est vrai que la promiscuité empêchait les beaux discours, et puis il se voyait pratiquement deux fois par jour, ils imaginaient donc qu’un moment confidentiel viendrait très vite et qu’alors ils se découvriraient sans témoins indiscrets. Ils partaient chacun de son côté avec le cœur plein de sentiments puisque son rythme s’était accéléré et le corps plein de sensations formidables.

 

Avant de se lever Théodorit observa le manège d’un garçon qui comme lui avait servi de fauteuil. Celui-ci, sans qu’aucun des traits de son visage trahissent quoi que ce soit, se saisissant de son cartable l’avait placé en paravent devant

 

                                                       38

----------------------------------------------------------------------------------------

 la partie basse de son abdomen. Théodorit imita le geste et garda son bouclier de cartable en protection un long moment car la protubérance refusait de se décongestionner et le souvenir du voyage ôtait toute possibilité d’un retour rapide à la normale, ce n’est qu’en arrivant devant la grille de l’établissement que les soucis scolaires eurent raison de l’évidente paillardise.

 

Le soir même les deux tourtereaux s’arrangeaient pour prendre le même transport, effectuant le voyage-retour ensemble, côte à côte, aux places arrières d’un car partiellement rempli. Entre deux bécots furtifs et discrets, rendez-vous fut pris de se retrouver un prochain jeudi après-midi dans un coin de garrigue de Brastries. Il fallait à Théodorit grosso modo un bon quart d’heure d’effort négligeable pour avaler à bicyclette les mornes kilomètres le séparant de sa jolie brunette. Car maintenant s’il employait l’adjectif possessif sa, qui signifiait, bien plus qu’un vulgaire état possessif, une appartenance volontaire et réciproque puisqu’ils partageaient à présent les prémices d’une intimité, laquelle leur procurait par tout leur corps des frissons exquis que prolongerait la phase de la découverte mutuelle, ils n’avaient pas fini de vibrer à l’unisson.

 

Ce premier rendez-vous amoureux, celui qui fait cafouiller le moindre geste, qui soumet les nerfs et l’esprit à un stress ingérable. Comment expliquer à ses parents la nécessité de faire, chose incongrue, sa toilette juste après le repas de midi, et de s’asperger d’un peu d’eau de Cologne, avant une prétendue promenade à bicyclette. Fort heureusement, sans être dupe, les père et mère ne trouvèrent rien d’anormal à cet excès soudain de propreté avant une sortie, et même la mère à tout hasard posa sur une chaise une chemise propre dont se revêtit un Théodorit confus d’avoir des parents aussi compréhensifs.

 

Comme convenu Alphonsine attendait à l’endroit prévu. En réalité pour ne pas être remarquée elle se donnait les airs d’une qui flâne en chemin ce qui provoquait l’effet inverse, alors on la repérait aisément. Le comble vint à l’arrivée du chevalier-servant qui de son destrier en guise de croupe ne proposait que le porte-bagage en acier dur de son vieux clou. Nous étions loin de la très poétique carte postale de Camargue qui montre la jolie arlésienne assise derrière le cavalier sur le cheval aux crins blancs.

 

Intimidé l’un et l’autre par cette liberté qu’ils savouraient pleinement, bien qu’ils sachent tous deux les limites à ne pas dépasser, ils se plurent avec un rare bonheur à se livrer à des jeux sensuels faits de caresses et de baisers dans

 

                                                        39

-----------------------------------------------------------------------------------------

 une cachette formée par quelques chênes verts complices. Comme il fallait s’y attendre Théodorit se retrouva bien vite dans la même situation que précédemment lorsqu’il avait servi de siège, sa nature s’exprimait et bosselait un vêtement devenu subitement étroit. Néanmoins ils restèrent sages même si leurs langoureux corps à corps désajustaient leurs mises, que les mains de Théodorit se faufilaient sous le chemisier presque plus boutonné, et qu’un sein d’Alphonsine se libéra de sa contrainte vestimentaire. Cette blanche apparition, teintée en son bout d’un rose délicat, bouleversa le garçon, c’était la première fois qu’il voyait de si près un sein, il ne put s’empêcher d’y déposer des baisers puis de le cajoler de ses lèvres. Lorsqu’il releva la tête, détaillant le visage d’Alphonsine, il s’émut du rosissement de ses joues, de la profondeur de son regard, et du sérieux qu’affichaient ses traits. Ils restèrent ainsi un moment à se dévisager sans prononcer un seul mot, leurs yeux se déclaraient bien mieux que des paroles superflues. Puis ils esquissèrent de radieux sourires avant de reprendre une banale conversation des jours ordinaires de transport scolaire, faisant néanmoins allusion çà et là au détour d’une phrase, en rougissant un peu, du plaisir que cette liaison naissante leur donnait, et du bonheur qu’ils auraient au prochain rendez-vous champêtre.

 

Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes adolescents. Sauf justement qu’à cet âge juvénile les sentiments se dévoilent qu’avec excès, ainsi un geste trop amical envers une camarade prise pour une concurrente déclencha la crise fatale à la relation par celle qui n’admettait que l’exclusive.

 

 Il y eut un jour de revendication lycéenne aux motifs traditionnels de manque de moyens humains et matériels, à ce propos il sera reconnu au corps enseignant le rôle d’habile manœuvrier pour conditionner les élèves afin que ceux-ci fassent siennes les exigences de ces besoins indispensables et qu’ils deviennent en quelque sorte la masse combattante des soldats armés de leur seule candeur. Car pour les collégiens, les lycéens, sonnait l’heure adulte des responsabilités revendicatives, alors il se vit sur le devant des établissements scolaires de Brontillier, transformés en forums des démocraties antiques, de grands rassemblements déterminés. Ces regroupements tels des rivières devaient affluer en bordure du mail principal de la ville, et de là, en empruntant sagement les trottoirs des boulevards habituellement dédiés aux

 

                                                        40

-----------------------------------------------------------------------------------------

 manifestations, se diriger vers la préfecture pour sommer le commis départemental de l’état de répondre positivement à toutes les revendications.

 

Pour Théodorit comme pour une multitude d’élèves, que ne marquaient pas encore les idées subversives, seule l’expérience d’une journée libre de toute contrainte servait de motivation. La manifestation devant se dérouler l’après-midi les jeunes gens en attendant, dans un esprit de franche camaraderie expérimenteraient sur les pelouses du parc public jouxtant le mail, la liberté de s’adonner à la paresse en oubliant leçons et exercices, improviseraient sur l’herbe de drolatiques jeux de rôles, et surtout, s’apostrophant et se coupant la parole, discuteraient sur la possibilité de régénérer ce monde vieillot. Au tout début dans ce rassemblement informe Thédorit chercha Alphonsine puis rapidement il abandonna et rejoignit son groupe de camarades de classe, imaginant que sa belle de son côté agissait de même, or les parents de celle-ci était venu la rechercher. Puis l’heure H arriva et le cortège se forma, à cet instant précis chacun put prendre en considération l’énormité de cette masse bordurant les voies, décidée et grave, jeune et joyeuse. Alors bras dessus bras dessous, vitupérant des slogans subversifs, entonnant des chants extrémistes, le cortège s’ébranla et glissa mollement contre les rangées d’immeubles, s’arrêtant quelques fois pour que sa force sous prise en compte par quelques supplétifs des renseignements généraux masqués par d’obscures lunettes de soleil et simulant la lecture d’un journal que parfois il tenait à l’envers.

 

A un certain moment Théodorit sentit une main s’agripper à son bras, acte naturel à toutes manifestations par lequel s’exprime la fraternité des opinions semblables. Sauf qu’en cette occasion la main appartenait à Floréale une jeune fille, inséparable amie d’Alphonsine, bien décidée à prendre son destin en main. Elle suivait la formation afin d’obtenir un brevet professionnel de coiffeuse. Depuis quelques temps déjà Floréale marquait une attention soutenue pour ce svelte adolescent devant qui plusieurs fois elle s’était mise sans succès en évidence, car d’un physique commun, vêtue sans fioriture, peu s’avisait d’elle, et à son grand regret Théodorit ne la reconnaissait même pas malgré tous ses stratagèmes pour être comme par hasard régulièrement près de lui. Toute la matinée de ce jour de manifestation Floréale, séparée d’Alphonsine sa copine, le passa en vaine recherche du garçon et chagriné de ne point l’apercevoir elle s’en retournait tristement à ses cours lorsque les avis de quelques camarades l’en dissuadèrent. Se positionnant toutes sur un point

 

                                                         41

-----------------------------------------------------------------------------------------

 élevé et stratégique, elles scrutèrent le défilé jusqu’à ce que dans cette foule turbulente tel un éclat lumineux le sourire de Théodorit les saisisse. Alors comme un oiseau de proie, délaissant les hauteurs, voletant au-dessus des marches de l’escalier, Floréale plana vers son gibier, et déjà ses doigts comme des serres s’apprêtaient à harponner celui qui lui semblait n’exister que pour elle et que cette satanée Alphonsine lui avait soufflé. Or souffler n’est pas jouer la partie de chasse commençait à peine et Floréale désirait saisir la chance qui se présentait à elle. Elle se fixa le but d’agripper Théodorit, ne le détourner de sa prétendue amie qui ne le méritait pas.

 

Cependant d’autres que Floréale et ses copines repérèrent également dans la multitude Théodorit. Il s’agissait d’amies aussi peu sincères que Floréale vis-à-vis d’Alphonsine, car cette dernière ce jour-là, une fois revenue à Brastries, ne quitterait pas sa maison, ses parents refusaient qu’elle côtoie les esprits politiquement échauffés par l’exercice revendicatif. Alphonsine ne parlerait que le lendemain à ces sournoises amies qui appartenaient à l’espèce de celles qui poussent la bienveillance jusqu’à la perfidie. Car en définitive elles ne virent que de loin ce geste anodin des bras qui se solidarisent mais guidées par la jalousie et aussi par le plaisir de fabuler une histoire, elles arrangèrent un scénario fallacieux qui s’écartait de la réalité présente. Il n’était pas vrai que sur les épaules de Floréale reposait le bras de Théodorit ni même que son propre bras serrait la taille du garçon et qu’ils profitaient de toutes les haltes pour se bécoter à pleine bouche, et pourtant ces cafardeuses amies rapportèrent ces contrevérités. En réalité par politesse et plus surement par vanité par rapport aux copains, car Floréale en s’y attentionnant proposait un minois, une silhouette, bien agréables à regarder, Théodorit sacrifia avec plaisir son bras et s’il lui souriait d’une façon régulière à la vérité il indiquait de cette façon des réponses aimables à la conversation qu’elle monologuait. Par cette technique de mener seule la discussion elle sut à peu près tout ce qu’elle souhaitait savoir du garçon lequel sans malice se dévoilait entièrement sans rien apprendre d’elle en retour pas même qu’elle habitait à Brastries et qu’une vie active, une fois son diplôme acquis, l’attendait. Avant de se quitter, il faut savoir aussi finir une manifestation, elle lui demanda si cela le gênerait de la revoir, évidemment la question ainsi posée reçut la réponse que Floréale espérait. Elle ne précisa ni le lieu où ni le jour sachant précisément après cette promenade où et quand elle pourrait le retrouver si telle était son intention.

 

                                                        42

----------------------------------------------------------------------------------------

   La crise avec Alphonsine éclata le lendemain au dernier rang de l’autocar scolaire témoin de leur premier contact. Dès son entrée dans le car Théodorit ressentit le malaise, tous ces regards féminins qui le scrutaient ne l’engageait pas à la bonhommie, mais le pire il l’éprouva lorsqu’il voulut embrasser Alphonsine, celle-ci ne supporta ni de le voir, ni d’être approché par lui, anticipant le geste du garçon elle se leva, lui tourna le dos et empoignant son cartable elle alla s’installer à une place libre à l’avant. Sous le poids de tous les yeux qui le détaillaient et qui espéraient l’esclandre Théodorit s’affaissa sur un siège, puis plongea son nez dans un livre pour une révision-prétexte. Il n’y eut pas de franche explication ni ce matin-là ni jamais. Théodorit, s’en rien connaitre de l’intrigue tramée par les pseudo-amies, se convertit à l’idée que si la gente féminine réagissait souvent curieusement, elle devait cet état de chose spécifique à l’emprise des hormones qui les travaillant sans relâche altérait leur caractère. Bref Théodorit espéra un radoucissement d’Alphonsine mais ne leva pas son petit doigt pour amener un début d’apaisement, or le comble étant que la jeune fille espérait et attendait qu’il fasse un premier pas vers elle afin que leur relation reparte d’un bon pied

 

Mais décidément le garçon ne voyait pas clair, une poutre sans doute ou plus surement une sombre et détestable matière lui obturait ses yeux. Outre une acuité visuelle élevée il eut fallu à Théodorit un sens d’analyse spécifique à l’élément féminin pour constater qu’entre femmes, en permanence, s’exprime par tous les moyens la rivalité : maquillage, vêtements, coiffure, accessoires, permettent une concurrence régulière et honnête, toutefois afin d’emporter la décision les plus rouées abusent de phénoménales quantités de rosserie.

 

Sans doute Alphonsine possédait trop d’atouts dans son jeu aux yeux de Floréale. Il parut inadmissible à Floréale que sans lutter la meilleure part revienne à Alphonsine, et si elle ne pouvait pas souffler l’adolescent à sa fausse meilleure amie, elle ne toléra pas qu’elle profite de l’agrément qu’elle prendrait de lui et employa pour ce faire le méchant moyen de la fausse information amplifié par de futures mégères, véritables faux-témoins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                       43

----------------------------------------------------------------------------------------

 

 

                                     LE RIRE DU MORT

 

 

 

   À La Feuillargues nul ne connaissait la figure locale du lieu autrement que par le surnom de Turlu pour turlupin. Il faut dire que sa vie durant il s’ingénia à ne jamais être sérieux, à tourner toute les épreuves en dérision, à multiplier les facéties, à lancer de mémorables rosseries dont tout un chacun se remémorait en se retrouvant ce jour dans la maison du mort, la sienne, car Turlu venait de rendre son dernier soupir. Et pourtant le précautionneux Turlu se sachant à l’article avait déployé toute son ingéniosité pour faire trainer l’inéluctable. Pour économiser ses forces déclinantes, il ajourna sine die tout effort superflu ainsi pour passer du lit au fauteuil roulant il fallait que des soignantes le soutiennent en l’enserrant dans leurs bras, bien qu’il pût marcher. Mais l’égrillard Turlu ne dédaignait pas pour les ultimes occasions qu’il lui restait, profiter encore et toujours du beau sexe même par des moyens suspects, et reluquer les charmes féminins qui l’émouvaient maintenant jusqu’aux larmes, à moins que ce ne soit le regret une fois le grand saut réalisé de ne plus jamais revoir ces rotondités fessues sur lesquelles il hésitait rarement à laisser trainer une main malhonnête quand il le pouvait, car connaissant ses manies perfides, les déloyales femelles, prenant la fuite, lui laissait peu de chances.

 

Une fois d’ailleurs cette fâcheuse manie d’envoyer sa paluche velue sur une remuante mappemonde se retourna contre lui, toutefois sa confusion ne dura guère. La dame rentrait des courses, elle pressait son pas pour semblait-il rattraper son temps perdu ce qui provoquait par son déhanchement singulier une sorte de tamouré obsédant. Ce bougre de Turlu bouleversé par le mouvement régulier de la partie charnue de la dame, se précipita à pas de loup dans son dos, avec une main tendue, impatiente d’assouvir son détestable travers. Au moment précis où la main de l’impénitent polisson toucha la fesse promise il se fit entendre un son caverneux, mais néanmoins plein de retenu, qui permettait de penser qu’un isolement salvateur s’imposait absolument à la dame, quitte à accélérer l’allure. Le trophée de Turlu présentait un aspect inattendu avec cette vibration singulière propre à décontenancer la main du plus habile peloteur qui du reste ne gardait en dépôt dans son creux qu’une bruyante illusion.

 

                                                        44

-----------------------------------------------------------------------------------------

 « J’ose croire madame que ce vrombissement impétueux doit être assimilé à un remerciement, autrement je penserais que par ce côté vous dites vraiment n’importe quoi. »

 La dame apprêtée de pommettes écarlates, une dame dont jamais le gentleman Turlu ne révélera le nom, mais qu’avec ses indications floues chacun pouvait désigner sans hésiter, partit au petit trot, laissant là le satyre qui de sa bouche émettait des borborygmes évocateurs rythmant l’allure de la pétomane en fuite.

 

 Ce bougre de Turlu avait aussi la passion des taureaux mais exclusivement des cocardiers, ceux qui animent les courses camarguaises. Généralement Turlu suivait la prestation du taureau et des razeteurs, ces hommes équipés d’un court crochet à plusieurs branches pour ôter les ornements, cocarde et glands, des cornes acérées du taureau, depuis le couloir des arènes délimité par la barrière et les gradins, afin de ressentir cette montée d’adrénaline qui parcourt tout le corps lorsque celui-ci est exposé au danger. Et même sur le tard de sa vie lorsque une canne soutenait sa démarche défaillante rien ni personne ne l’aurait dissuadé de délaisser le pourtour risqué pour le gradin sécurisé, de plus avec une rare inconscience il rajoutait du danger en employant sa canne d’une singulière façon. Quelquefois par lassitude de ne pouvoir accrocher de ses cornes un de ces hommes qui prestement lui frôlait le museau en retirant desdites cornes un pompon blanc, le taureau croupe contre la barrière marquait un temps d’arrêt donnant l’impression d’évaluer sereinement la situation en observant de droite à gauche les habiles manœuvriers aux course rases. Le taureau ne se méfiant pas du farceur âgé qui de derrière la barrière lui promettait de sa canne des gâteries inattendues, car Turlu afin de faire bouger le taureau usait de gestes déloyaux tel que : glisser sa canne entre les pattes postérieures de la bête afin de lui titiller ses breloques ; ou pire, introduire comme un thermomètre ladite canne dans l’orifice approprié.

 Ses façons irrégulières amusaient naturellement le public surtout quand le taquin Turlu pour arriver à ses fins bataillait avec une queue récalcitrante. Le taureau, seul triste sire à ne pas apprécier la farce se dégageait par quelques pas de cet endroit graveleux, sauf une fois où les gens ont vu une variante de la facétieuse scène : l’arroseur arrosé. L’animal tourna sa tête vers la barrière,

 

                                                       45

-----------------------------------------------------------------------------------------

 jeta un œil sur l’énergumène blagueur, puis posément se positionna dans l’axe de Turlu sans le lâcher des yeux. Turlu fanfaronnait et persifflait manière de provoquer les rires, or ces rires se transformèrent illico en cris lorsqu’ils virent le taureau bondir au-dessus de la barrière et charger Turlu. En reflexe, avec sa canne Turlu tenta de repousser la masse alerte de l’animal mais constatant l’inutilité de la manœuvre Turlu n’eut d’autre solution que de se jeter dans la piste, néanmoins d’une corne le taureau accrocha le pantalon laissant l’infortuné Turlu le nez dans le sable, les jambes nus, et les parties intimes juste recouvertes par un slip kangourou mal ajusté dont la poche entrebâillée ne valorisait pas sa nature. Mais il était écrit que Turlu boirait le calice jusqu’à la lie. S’apercevant de sa méprise le taureau cessa de s’acharner sur le pantalon et rechercha sa proie, lors il la vit honteuse et confuse se remettant avec peine sur ses pieds. Alors le taureau à l’instar des chevaux dans une épreuve hippique s’éleva par-dessus l’obstacle mais manquant d’élan sa partie arrière frotta le bois, ce qui retarda sa fougue. Malgré tout de la pointe de sa corne, avant que Turlu ne revienne à son point de départ par une cabriole burlesque, le taureau agrippa le slip kangourou qu’il brandit sur une de ses excroissances pointues en le faisait tournoyer sans fin, dans une piste désertée la parcourant d’un galop frénétique.

 

Dans le même temps un public hilare raillait sans gêne l’impudique Turlu exhibant sans voile son académie vétuste. Et comme il enrageait il ne trouva finalement de réponse que dans un vocabulaire très rabelaisien.

 « Eh bien vous avez enfin la preuve qu’au propre et au figuré j’ai des couilles au cul ! »

 Phrase malencontreuse qui provoqua derechef une vague de moqueries graveleuses. Alors pour moucher les rieurs il tint à expliciter son propos.

 « Dites-vous bien bande de chiffes molles que si je dis que j’ai à l’arrière-train ce que vous imaginez il agit bien sûr de mes propres attributs génitaux et non point ceux d’un autre, parce que j’en connais quelque uns ici présents dont je tairais les noms qui ont ce gout mignon des grecs antiques… et j’en dirais pas plus ! »

 À cet instant se rapprocha de Turlu un lascar, nommé Bouscarre, qui ne connaissait la forme et l’utilité des outils du travailleur que par ouï-dire ayant pour sa part toujours fui le labeur comme la peste. Il vivait de sa pension d’invalide obtenue au conseil de révision lorsque l’autorité militaire le déclara

 

                                                        46

----------------------------------------------------------------------------------------

 inapte au service depuis il revendiquait l’état fait néant, en deux mot, état prescrit par un incontestable major, un mandement qu’il suivait aveuglement. Néanmoins nul n’aurait su dire, même pas Bouscarre lui-même, l’origine et la nature de son handicap mais comme personne de l’avait jamais vu en compagnie d’une femme honnête, ni non plus avec une vénale aux plaisirs tarifés, chacun imaginait aisément à quel niveau se situait son problème.

 Turlu devait à l’instant même une fière chandelle à Bouscarre, ce dernier saisissant la queue de taureau lors de son saut de retour en piste freina la bête fougueuse juste la fraction de temps nécessaire permettant à Turlu de sauver ses fesses et finalement de se sauvegarder.

 « Ah mon brave Bouscarre… aides moi à remettre mon pantalon… je sais qu’avec toi je ne risque pas une manœuvre douteuse… car contrairement à ce qui dise les mignons de service si tu n’es pas un converti, tu n’es pas non plus un inverti. »

 

Devant la mine perplexe de Bouscarre, Turlu précisa son propos.

 « Je veux dire que tu es neutre, sur tous les points tu gardes ta neutralité. »

 Bouscarre apprécia la définition de son état car à la longue sa qualité professionnelle de fait néant ressemblait à un défaut, et à vrai dire il ressentait du mépris quand on l’assimilait aux bons-à-riens. Maintenant grâce à Turlu il devenait le neutre du village cela le réjouissait.

 

 Turlu avait eu dans le passé la passion du football, sport auquel il sacrifia dans sa jeunesse tous ses dimanches ou presque, et dont il tira pour tout bénéfice, des coups, des plaies, et des bosses. Puis il prit de l’âge, et de biens meilleurs que lui le poussèrent sur la touche, or précisément de cet endroit il marqua le seul but de sa discrète carrière footballistique. Un match d’importance se déroulait ce jour-là, sans doute les équipes se disputaient le formidable trophée annuel consacrant la meilleure équipe du championnat intercommunal. Un genre de match où les rivalités de clocher remontant du tréfonds des mémoires des autochtones chauvins, servent de motivations afin que tous les comptes en suspens soient réglés sur le champ en l’occurrence sur un terrain soigneusement quadrillé de lignes homologuées. Outre les lignes, à cette époque le stade se réduisait à l’essentiel, un assemblage de chevrons pour les buts et quelques touffes d’herbes en guise de gazon. Pompeusement le lieu des ébats sportif se nommait stade Sixte de Grillon du nom de l’heureux

 

                                                       47

-----------------------------------------------------------------------------------------

 donateur, un propriétaire foncier qui fut maire à une époque où le sport prenait son essor et qui, à peu de frais se garantissait une solide popularité. Les spectateurs, ne disposant pas de gradins pour s’assoir, ni d’une main courante tout le pourtour de l’espace de jeu pour s’accouder, s’agglutinaient à la limite du terrain, ils se contraignaient à reculer un peu lorsque véritablement ils gênaient les joueurs. Mais souvent quelques spectateurs désinvoltes arrêtaient la course du ballon bien avant qu’il sorte des limites règlementaires, cela partait d’une bonne intention celle de ne pas rompre le rythme du match.

 

Ainsi lors de cette importante confrontation le public formait tout le tour de l’aire de jeu sans le moindre espace une sorte de mur avec oreilles, mouvant, gesticulant, et criaillant. Turlu se tenait sur un côté du but adversaire à cinq, six mètres du premier poteau, pour ne rater aucune des actions essentielles de son équipe. Or il advint qu’en cours de match une action se déploie juste devant lui et que plusieurs joueurs âprement se disputent le ballon. C’est alors que Turlu pris par le feu de l’action au moment où il pressentait que les adversaires allaient récupérer le ballon shoota sèchement dans le cuir et d’une façon curieuse, puisque la trajectoire aux effets bizarres amena le ballon au fond du filet adverse. L’honnête arbitre mal positionné n’entrevit que partiellement l’action et de la forêt de jambes en mouvement il n’imagina pas un instant qu’une de celles-ci n’appartinssent pas à un licencié dument reconnu par la fédération, aussi valida-t-il le but. Mais parmi la foule quelques supporters adverses beaucoup moins candides que l’arbitre repérèrent en remontant de la chaussure de ville jusqu’au-dessous de la casquette le visage hilare de Turlu fier d’avoir par son pied donné un coup de pouce au destin.

 

Cependant loi du nombre oblige ces supporters adverses continrent leur animosité, mais à partir de cet instant et jusqu’à la fin, le match souffrit de cette faute flagrante et lorsqu’un joueur ou le ballon frôlait le mur instable du public il émanait de celui-ci de vigoureux croches-pattes, de fermes accrochages de shorts et de maillots, et des aléatoires directions de ballons lors des rebondissements dans ce mur fluctuant, si bien que les joueurs rétrécirent l’amplitude de leur évolution, profitant du réglementaire terrain de foot que d’une large bande centrale plus ou moins diminuée selon les empiètements téméraires du public.

 

                                                        48

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Le soir même à la sacro-sainte troisième mi-temps il se fêta longuement l’époustouflante victoire d’un unique, magistral, et inattendu but du treizième homme en l’occurrence Turlu et non l’habituel public partisan.

 

 Partisan, esprit de parti, voilà bien un domaine, la politique, qui ne touchait plus Turlu depuis longtemps. Et s’il votait encore en utilisant ce droit inaliénable il estimait qu’il donnait ainsi la preuve de sa reconnaissance aux générations passées qui luttèrent pour cette liberté essentielle. Mais pour quel camp votait-il, ses concitoyens auraient été en peine de lui coller une étiquette tant le divertissait la possibilité d’apporter systématiquement la contradiction à ces esprits trop sûr de leurs idées partisanes, et qui de surcroit jettent l’anathème voire excommunient illico presto les empêcheurs de s’illusionner rondement. D’ailleurs au premier scrutin qui se déroula après son décès il se remarqua une curieuse coïncidence, lors du dépouillement on ne releva plus la régulière enveloppe contenant, en guise de choix, délicatement découpé dans une feuille de papier pliée en quatre une guirlande formant quatre personnages se tenant par les mains.

 

Turlu ne croyait pas plus à la Chimère, cet animal fabuleux dont les témoignages sur sa forme discordaient tellement que le doute sur son existence était raisonnablement permis, qu’aux bienfaits de la politique qui promet des lendemains qui chantent aux seuls sympathisants d’un clan, un fois écrabouillé ceux du clan adverse. Une seule fois dans sa vie Turlu s’épancha sur sa pensée politique, la chose arriva à son insu à l’issu d’un vin d’honneur prolongé lors d’une de ces manifestation quelconque copieusement arrosée.

 

« Voyez-vous, explicita-t-il, je suis à peu près croyant comme beaucoup l’affaire est entendu. Et si quelques fois lors de grandes occasions je franchis la porte de l’église cela tient avant tout à la considération que j’ai de tous ces gens du passé qui se sont voués à l’étude de la Foi, ces théologiens, ces exégètes, ceux de notre religion et ceux des religions des autres, qui toute leur vie se sont questionnés sur ces problèmes en mettant en branle une quantité de neurones bien plus affutés que les nôtres. Voilà pourquoi j’use de ce droit d’entrer dans les lieux-saints, tout comme je m’enferme dans l’isoloir lors des votes, mais dans un cas comme dans l’autre personne ne peut savoir ni la réalité de ma conduite, ni le fond de ma pensée. »

 

                                                        49

-----------------------------------------------------------------------------------------

 « Parfois on voit bien la réalité de tes couillonnades tant à l’église qu’à la mairie ! » avait cru bon d’ajouter un esprit malicieux témoin de la harangue de Turlu. Ce dernier se rappelait de quelle façon plongeant sa main dans le bénitier Turlu se plaisait à asperger copieusement par un geste semblant maladroit ceux ou celles qui venaient à sa suite en marmonnant radieux : « de part saint Turlu, béni sois-tu, poil au … ! ». De même à la mairie lors des dépouillements prenant l’air du citoyen concentré sur le dénombrement des votes il advenait qu’imitant la voix du scrutateur il énonce un nom différent de celui choisi provoquant ainsi la zizanie qu’il espérait monstrueuse. Au fil des scrutins il raffina sa technique sournoise, et lorsqu’il criait faussement il se débrouillait toujours pour exécuter un mouvement de diversion, par exemple il regardait l’intérieur de sa veste tandis que sa main simulait une recherche, ou bien il se baissait pour ramasser le crayon qui venait de laisser choir, mais juste après sa vocifération il se redressait cherchant des yeux devant, derrière, ou sur les côtés, le pauvre naïf qui se permettait de le zieuter, alors il renvoyait à celui-ci une œillade appuyé d’un mouvement de tête indiquait sa désapprobation afin que tous sachent d’où venait la fâcheuse plaisanterie, et si le malavisé candide manifestait sa bonne foi en rosissant des pommettes Turlu lui donnait une bonne leçon citoyenne des choses qui ne se font pas pendant les actes officiels recueillant pour cette morale l’assentiments de tous. Quelques fois bien sûr lors de scrutins serrés la facétie tournait à l’empoignade quand à force d’annonces trompeuses les décomptes s’avéraient boiteux, et s’il n’y paraissait pas, Turlu dans son for intérieur malgré le risque de bagarre ou à cause de celle-ci éprouvait une grande jubilation.

 

 Cette technique hypocrite de reporter sur autrui une action discutable Turlu l’expérimentait quelques fois en écornant bruyamment la bienséance, et Théodorit à sa grande honte un jour de concours de pétanque en fit en public l’amère expérience. Au boulodrome improvisé de la placette se déroulait la finale d’un concours communal acharné où le moindre point gagné ou perdu exacerbe les passions. Autour des joueurs, parmi le public captivé par l’adresse des pétanqueurs, pointeurs ou tireurs, se trouvait côte à côte Turlu et Théodorit, à ce moment de la partie la stratégie imposait après maintes discutions entre équipiers qu’un de ceux-ci se dévoue pour tirer la boule adverse qui tenait le point, à la vérité le dernier point du jeu. Le joueur désigné

 

                                                        50

----------------------------------------------------------------------------------------

 hyper-concentré tendit son bras lesté de sa boule, cligna d’un œil afin d’ajuster la sphère d’acier qui à quelques pas de lui le narguait. Après un temps d’hésitation son bras bascula en arrière pour donner force et impulsion à sa boule devenue un projectile théoriquement fracassant. Or juste à cet instant précis il se fit entendre un grondement sec, un éclat retentissant longtemps retenu dans une secrète cavité abdominale, bref une incongruité innommable propre à déstabiliser le meilleur pétanqueur, en un seul mot, du monde boulistique. Et au lieu du carreau de boule espéré il y eut d’abord un complet ratage, puis la recherche du coupable de cet odieux tintamarre, alors les joueurs, les spectateurs, virent la tête de Turlu orienté vers son voisin immédiat, Théodorit, elle affichait des mimiques de réprobation, ses yeux se fronçaient, sa bouche marquait le dégout, aucun doute n’était permis d’autant qu’un léger mouvement de foule isola le prétendu coupable.

 

La réfutation de Théodorit ne pesait rien face à la mauvaise foi de Turlu et de ses remontrances sur ce qu’il convenait de faire et surtout de ne pas faire en public par politesse et savoir-vivre. S’approchèrent de Théodorit avec des mines patibulaires le tireur et ses coéquipiers avec dans les mains une importante collection d’horions prêts à être servis, fort heureusement pour Théodorit les organisateurs du concours de pétanque connaissaient les tours du facétieux Turlu alors s’érigeant en arbitres officiels ils ordonnèrent que la manche soit rejouée selon les prescriptions du règlement fédéral qui prévoyaient le cas parmi la pléthore des cas improbables susceptibles de perturber une partie, disant qu’entre le tremblement de terre et la chute d’une météorite l’éventualité d’une flatulence était bel et bien répertorié dans le fascicule réglementaire. Toutefois sans que personne n’oblige Théodorit à partir celui-ci se retira du cours bientôt rejoint par un Turlu hilare se tenant les côtes.

 

« Allez jeune sans rancune, lui dit-il, d’ici quelques années quand tu auras mon niveau de savoir-faire et à l’occasion de non-savoir-vivre tu ne seras pas le dernier à m’imiter ! »

 

 Théodorit pensait à cette farce en regardant le cercueil de Turlu posé sur des tréteaux devant le chœur de l’église, il se disait aussi qu’aujourd’hui particulièrement il souhaitait être le dernier, l’ultime, le trainard, celui qui se

 

                                                      51

-----------------------------------------------------------------------------------------

 refuse absolument à imiter Turlu sur ce point particulier de ne plus respirer du tout.

 

Turlu et Théodorit se côtoyèrent consécutivement deux années pendant la vingtaine de jours de la période des vendanges. Selon ses dires, Turlu s’employaient aux vendanges pour deux raisons majeures, d’une : pour le plaisir qu’il prenait de rester en contact avec la jeunesse, ce qui permettait à son temps de retraite de ne pas couper les ponts avec le monde du travail et de sortir de sa maison avec une raison valable dans un cadre déterminé, et de deux : de joindre à l’utile de conserver un but à l’agréable de ramener chez lui les deux litres de vin que tout coupeur de raisin se voyait légalement attribuer en avantage en nature. Théodorit disposait également de cet avantage, mais comme il n’appréciait pas encore le vin, il laissait manœuvrer son père qui en fin de semaine allait chercher le butin vermeil chez le patron-viticulteur, par la même occasion le père récupérait la somptuaire enveloppe hebdomadaire du fiston, Théodorit pour sa part trouvait cette subordination tout à fait naturelle. D’ailleurs pendant ses années adolescentes de cueilleur de fruite et de légumes jamais Théodorit ne se préoccupa de son salaire.

 

Turlu non plus selon ses dires ne s’attachait pas à la partie financière de cette occupation, il ne faisait pas les vendanges pour la maigre rémunération qu’il en tirait, sa retraite suffisait à ses besoins, des paroles que le candide Théodorit gobait sans tiquer, ne remarquant pas, lui dont la souplesse dorsale lui évitait de lombalgiques douleurs, les difficultés de Turlu à redresser quelquefois un corps meurtri pour passer de longues heures plié à angle droit au chevet du petit arbre à Bacchus. « Te rends-tu qu’il vendange par plaisir ! », avait-il dit à son père, lequel sourit avec malice sans détromper son fils sur la somme d’efforts que demandaient tout labeur, il ne crut pas bon de décourager le novice à l’aurore d’une carrière laborieuse de plusieurs décennies.

 

Le père n’ignorait pas la situation précaire de Turlu, lequel, comme une multitude de retraités, survivait au jour le jour avec sa maigre pension. Et s’il mettait la main à la pâte, aux vendanges et à la taille de la vigne, il y trouvait un appoint non négligeable dans l’équilibre de son budget étriqué.

 «Et je te parie que Turlu ramasse les escargots ! » dit le père, sachant pertinemment qu’avec ceux-ci accompagnés d’ails, d’oignons, et des conserves

 

                                                       52

-----------------------------------------------------------------------------------------

 de tomates venus de son potager exigu, Turlu composerait sans bourse déliée plusieurs de ses repas.

 

« En plus ils les mangent vivant ! » s’exclama Théodorit dont le visage ne put contenir une moue de dégout sinon d’écœurement, avant de raconter la bizarre anecdote gastronomique. Cette année-là une étudiante en biologie de Brontillier participait à la vendange, comment avec Turlu en arrivèrent-ils à débattre hardiment sur un point de science nul n’aurait su le dire, tant les tenait l’occupation de sujets futiles tels : chansons et histoires drôles. La biologiste soutenait que dans un délai proche, probablement avant l’an 2000, tout le monde se nourrirait d’insectes, ceux-ci satisferaient les besoins en protéines du genre humain qui dès lors ne subirait plus les famines. Tandis que Turlu soutenait que nos remplacerions l’aliment mammifère par les invertébrés : limaces, escargots de terre et de mer, mollusques, et de rares vertébrés comme les serpents. Lui-même à l’occasion, lors de promenades, récoltait couleuvres et vipères qu’il préparait au court-bouillon, avec quelques légumes de saison de son portager, et pour faire honneur à ces invités rampants il dressait son assiette comme un chef, à l’exemple de Balthazar.

 

La discussion sans s’envenimer prit alors une tournure démonstrative. Turlu tenait entre ses doigts un gastéropode de compétition, charnu et coulant de bave, quand en un tour de main il sortit la bestiole de sa coquille et posément la dévora, une de ses mains à plat son ventre tel la trotteuse de la montre tournait en signe de satisfaction, alors que sa bouche, d’où s’échappait aux commissures des filets de salive baveuse, lâchait des borborygmes d’ineffables plaisirs gustatifs. Tous les vendangeurs attribuèrent un satisfecit à Turlu pour la façon dont il avait mouché l’excellentissime élève tellement imbue de sa science. Pourtant Turlu, une fois l’escargot avalé, paracheva sa démonstration en invitant la demoiselle à faire la même chose, et devant l’incompréhension de toutes et tous d’un geste vif de la main il captura un monstrueux criquet, qui sur une feuille de vigne prenait son bain de soleil. Il tendit à la scientifique la repoussante bestiole dont il serrait les ailes entre le pouce et l’index et qui se débattait en agitant pattes et mandibules, toute prête à en découdre.

 

L’étudiante et Turlu se défièrent du regard, l’un semblant dire : la parole c’est bien mais les actes c’est mieux, et en réponse l’autre disait : vieux coquant que tu es, apprends que tout scientifique digne de ce nom n’hésite pas à se mettre en danger. Ainsi sans se quitter des yeux, l’étudiante remplaça la

 

                                                       53

-----------------------------------------------------------------------------------------

 pression qu’exerçait les doigts de Turlu sur l’insecte par les siens, ce maniement énerva ledit insecte, lequel averti par son instinct subodorait qu’il éprouverait sous peu un destin singulier et désastreux. Pris de spasmes fébriles le criquet s’agitait dans tous les sens, juste avant que de blanches quenottes le décapitent.

 

« Il faut toujours commencer par la tête ! » conseilla la demoiselle à tous les observateurs attentifs, comme si elle était accoutumée à ce genre de mets. Même en l’absence de tête la bestiole se débâtit avec opiniâtreté, tandis que devant son public décontenancé la scientifique, démonstrative, tronçonna le buste et le broya de ses molaires, et dans un silence de cimetière le craquement de la carapace devint sinistre. La jeune femme si charmante si gracieuse et tellement adorable reflétait à présent l’image de sa lointaine devancière, cette primitive au cerveau reptilien que des paléontologues nommèrent Lucie et qui devait à coup sûr se nourrir de toutes les bestioles qui lui tombait sous la main, bousiers compris, ces coléoptères appelés aussi fouille-merde ou pousse-merde. Posément l’étudiante termina son frugal repas, tandis que Théodorit, tourmenté par une légitime nausée ne détachait pas ses yeux de cette terrifiante mâchoire qui concassait les débris infâmes à la vue de tous, puisque la bouche non seulement ne se fermait pas, mais en outre détaillait par le menu toutes ses impressions gustatives, de ce subtil gout de noisette en arrière-bouche. Et cette bouche finit par dire que le seul inconvénient majeur de ce mets, si l’on y prenait garde, provenait, au contraire de la mollesse de la chair d’escargot, de la dureté de la carapace dont des éléments se coinçait entre les dents, d’ailleurs l’ongle de son auriculaire fouraillait furibard entre icelles.

 

De ce jour de compétition gustative Théodorit se pénétra au fil des mois de cette révélation que toujours les femmes, et cela dès leur plus jeune âge, s’opiniâtrent à vouloir avoir le dernier mot quoi qui leur en coute. Théodorit projetait d’ouvrir avec Turlu un débat informel sur ce point lors des futures prochaines vendanges, les troisièmes qu’ils réaliseraient ensemble. Ainsi par cette vaste et inépuisable controverse, ils meubleraient ces heures parfois interminables, et oublieraient, si faire se peut, le supplice de la position inconfortable du vendangeur. Hélas pour lui Turlu arrivait à la fin de son voyage.

 

                                                       54

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Pourtant à y regarder de près la fin de Turlu fut exemplaire, et pouvait servir de modèle à tous ceux qui souhaitent partir dignement en prenant de la hauteur sur toutes ces choses qui au terme du chemin deviennent insignifiantes et auxquelles malgré tout nous nous agrippons croyant ainsi repousser l’inéluctable. Le début de la fin de Turlu commença une certaine nuit quand un épanchement sanguin le tira de son sommeil alors qu’il croyait avoir pissé au lit comme un vieillard incontinent.

 

À la visite, le bon docteur Daspire, qui tout jeune diplômé d’un doctorat en médecine étoffa ses connaissances scientifiques sur le vif à la fin de la grande guerre 14-18, et qui par ce fait inspirait aux citoyens de La Feuillargues une confiance absolu, d’après les dires il avait sauvé de la mort dans ces années-là autant d’hommes qu’il s’en décompte dans un bataillon, le bon docteur donc, afficha une figure de constipé, de constipé résolu, un masque qui exprimait la gravité du symptôme et la certitude d’un sombre diagnostic. Néanmoins selon son habitude il palpa son patient longuement et sans fausse pudeur profondément puisque ayant enfilé un gant en caoutchouc il alla par le fondement titiller l’organe typiquement masculin, avant de lui délivrer un courrier cacheté pour un spécialiste des voies urinaires de l’hôpital de Brontillier.

 

Le professeur, un mandarin de premier ordre, lui signifia que les cas similaires au sien, celui des prostates récalcitrantes, il les traitait en deux coups de bistouri pour les plus graves, et par des séances de radiothérapie pour les plus anodins, avec condescendance il émit l’hypothèse que l’âge venant le brave docteur Daspire s’affolait sans raison. Néanmoins il fit admettre Turlu dans son service pour l’opérer en extrême urgence, une intervention chirurgicale satisfaisante mais toutefois accompagnée d’un traitement médical lourd incluant les rayons, ces fameuses pointes de feu au pouvoir destructeur, qui selon le professeur devait à brève échéance rétablir le patient à une normalité prostatique pour des lustres. Espoir bien fol, mais y croyait-il vraiment ce spécialiste ou donnait-il seulement le change en agitant la bouée salvatrice. Très vite l’opiniâtre et acharné professeur envisagea une deuxième opération prétendument indispensable qui inspira, lorsque Turlu l’informa, une moue perplexe au praticien Daspire.

 

Dès lors l’avenir étant borné Turlu ne s’infligea pas d’inutiles traitements, il prit le parti d’économiser toutes ses forces contre le mal sournois, une énergie

 

                                                        55

-----------------------------------------------------------------------------------------

 que le docteur Daspire maintenait à son sommet grâce à des injections de produits stupéfiants qui annihilaient quelque peu la douleur. Puis d’une piqure tous les trois jours on en vint à trois piqures par jour, Turlu sut alors qu’il était à l’article de la mort et qu’il lui fallait se mettre en règle avec la religion et le bon Dieu. Alors le curé de La Feuillargues se déplaça avec ses outils de travail pour lui apporter les derniers secours, mais le sacrement ne se déroula pas comme à l’accoutumé, les deux protagonistes débattirent sur l’expression : article de la mort, l’un soutenait que, dans les temps anciens, l’article était un message qui annonçait la mort prochaine d’un quidam, tandis que l’autre affirmait que le mot provenait par sa racine latine du mot articuler, et que l’expression signifiait l’instant où la mort s’articule quand elle se met en mouvement. Cette querelle laissa Turlu sur le flan, il n’eut plus la force de supporter le rituel habituel du sacrement, une extrême-onction que l’ecclésiastique s’obligea à donner à un client que déjà Morphée emportait dans des rêves fiévreux et cauchemardesques.

 

 En entrant dans l’église, sur son parvis, la présence d’un homme singulier se maintenant dans une pose hiératique ne manqua pas d’étonner la population de La Feuillargues. Il portait un costume d’une rare élégance façonné dans un tissu d’un raffinement extrême, d’ailleurs ce costume tombait si bien que nul ne doutait qu’il fût taillé sur mesure. Mais ce qui déroutait le plus cette population provenait des surcharges vestimentaires inédites, du jamais vue dans le village. Les mains de l’homme se recouvraient de surprenants gants blancs immaculés, mais l’inattendu se présentait par plusieurs éléments déroutants : les avant-bras s’ornaient de manchons en tissu de soie bleu sur lequel se remarquait des signes symboliques et des disques solaires brodés au fil d’or ; le cou maintenait un collier ras qui laissait pendre un anneau démesuré ; les épaules soutenaient un deuxième, large et long, collier, décoré de motifs d’or, sur lequel s’arrimait solidement emboité un compas et une équerre ; et enfin sur son devant se remarquait un tablier bizarre, avec des broderies de fil d’or à la thématique symbolique et secrète, qui n’identifiait aucune confrérie connue.

 

Dans l’église les chuchotis des endeuillés avertis évoquèrent le mot de franc-maçon, et ce mot rarement employé circula dans les travées afin que tout un chacun se l’approprie car personne à La Feuillargues n’avait vu de franc-

 

                                                        56

-----------------------------------------------------------------------------------------

 maçon sur pied et en costume de cérémonie, tous se demandaient la raison de cette présence extravagante. Alors les esprits conjecturèrent sans fin, un murmure se développa jusqu’au vacarme, et les discutions tapageuses perturbèrent l’office sacré des morts en dépit des tintements de la clochette que le prêtre agitait à la volée. Ensuite il se fit entendre, ici et là, depuis sa source nichée dans les derniers bancs de l’église, quelques pouffements incongrus avant de croitre en rires contenus avec difficultés. Un plaisantin de service sans respect ni du lieu ni de l’événement émit, dans l’oreille du crédule Bouscarre, cette hypothèse effarante que l’homme au garde-à-vous devant l’église se devait de porter en permanence un tablier, cela afin de dissimuler aux regards des pures et chaste pucelles, la fourniture par trop généreuse que l’exubérante nature lui avait servi. Depuis cette révélation Bouscarre rependait cette nouvelle extraordinaire que le monsieur curieusement vêtu avait reçu l’équipement du cheval de Camargue non-bistourné. Fier de détenir un secret inimaginable Bouscarre le révélait avec un sérieux d’inquisiteur, de plus avec ses mimiques et son air entendu tel un expert ès parties génitales, il amenait cette pensée rabelaisienne qui effaçait le tragique du moment.

 

Ainsi à la fin du service quand vint l’heure du serrement des mains à la famille du défunt, les gens approchaient en se tenant les côtes, regrettant qu’en pareil cas il ne soit pas donné la possibilité de multiplier les obsèques, ajoutant que cet irrespectueux enterrement aurait séduit la tête d’affiche, Turlu en personne, et qu’avec cet hommage singulier de là où il était, sans doute…, il devait rire selon son habitude, en silence et sans qu’aucun de ses traits ne trahissent son émotion joyeuse, à la différence de tous ceux qui sortant de l’église s’éclaffaient à la vue du grave franc-maçon en tenue solennelle dont nul n’eut la curiosité de s’enquérir du motif de sa présence. Sans doute Turlu en convoquant pour ses prévisibles funérailles un vague ami franc-maçon voulait-il mettre toutes les chances de son côté pour le cas où dans l’autre monde les amis de celui-ci réglaient les pendules.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                       57

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

 

                        VENDANGES DÉBRIDÉES

 

 

 

 Il va sans dire que dans un pays réputé pour son vin, à une époque où nul ne s’émouvait que l’on pût conduire avec une imprégnation alcoolique incontestable, sans toutefois manifester les signes d’une ivresse aigüe, la maréchaussée ne possédant pas les moyens techniques de vérifier le taux d’imbibition, le quidam se risquait toujours à avaler le petit dernier, sous-entendu verre, pour la route. Les terroirs viticoles proliféraient dans tout le pays, et chacun avait à cœur, hormis les lieux où il se boit de la bière et du cidre, de vinifier quelques hectolitres, ne fut-ce même qu’un seul hectolitre en allant glaner avec la permission des propriétaires les derniers grappillons de leurs vignes, afin de satisfaire sa consommation familiale. Cependant pour le grand nombre d’assoiffés résidant dans nos villes, il fallait aussi qu’il existât ces grandes régions viticoles très productives pour étancher la soif de tous ces gosiers secs.

 

Car cette époque-là il s’agissait bien des vins de soif, des rouquins issu du productif cépage nommé Aramon, titrant à huit, neuf degrés, au sujet desquels un prétendu ministre de l’agriculture, Christian Bonnet, en lui collant l’étiquette infâme de bibine, dévalorisa le sain et anodin produit et insulta tous les viticulteurs languedociens. Certes il ne s’agissait que d’un vin léger à boire d’un trait, et qu’éliminaient les efforts consentis pour des besognes rudes et dures. Notamment celle de vendanger les vignes à la fraicheur matinale lorsque la froide rosée perle sur les feuilles, glace les mains, humidifie les vêtements, avant que les heures passant, le soleil monte au zénith et darde de ses rayons brulants le vaillant récolteur des grappes de l’arbre à Bacchus, ces baies parfumées, juteuses, mais sucrées au point que la bouche empâtée réclame un liquide bienveillant pour la nettoyer de son glucose. Voilà pourquoi le vendangeur avait droit à cet avantage en nature de deux litres de vins pour la coupeuse ou le coupeur, et trois litres pour le porteur, des porteurs exclusivement masculin sauf le cas particulier de Gertrude Lutran qui tenait à La Feuillargues un commerce de charbon, produit qu’elle livrait elle-même en chargeant sans problème son épaule, un à un, les sacs de cinquante kilos. Ainsi entrainée, lors de la vendange familiale nul parmi ses proches ne se serait avisé

 

                                                          58

-----------------------------------------------------------------------------------------

 de la dépouiller de sa hotte. L’avantage en nature s’attribuait également à aux jeunes adolescents tout juste sortis de l’enfance et généralement abstème.

 

À La Feuillargues toutes et tous à un moment de son existence depuis la pré-puberté jusqu’au dernier stade de la sénilité goutaient à cette activité viticole. Très souvent pour cette besogne des étudiants de Brontiller délaissaient feuillets et stylos pour empoigner sécateurs et serpettes. Parfois même le bureau du chômage invitait de force quelques rétifs à tout effort à meubler par ce labeur leurs inactives journées mais ces derniers adroitement maladroits, éprouvant, qui une blessure sanguinolente, qui un tour de rein, s’en retournaient chez eux avant la fin du premier jour, Théodorit apprendraient que ceux-ci se distinguaient par cette réputation non-usurpée de chômeurs professionnels.

 

Il y eut aussi une paire de journées où Théodorit côtoierait une personne singulière, une étudiante dument diplômée en sociologie, une matière chargée de mystère pour le garçon. Elle voulait, avant d’empoigner une vie professionnelle qui n’éviterait pas la routine, se donner le temps d’expérimenter sur le terrain l’exaltante réalité d’un quotidien incertain en cheminant de villes en villages à la rencontre de ses congénères, portant sur son dos son invraisemblable bagage, et travaillant de ses mains, ici et là, pour un hypothétique salaire, afin de rendre possible ses pérégrinations. Spontanément Théodorit estima l’audacieuse jusqu’au moment où malgré lui il surprit la conversation qu’elle entretint avec une admiratrice envieuse de sa conduite hardie. Il était question d’un déplacement en voiture qu’elle régla au complaisant chauffeur par un acte voluptueux librement consenti, où les protagonistes devenus partenaires se livrent à toutes les audaces sans nulles retenues. A la stupeur de Théodorit l’étudiante semblait prendre plaisir à narrer à son auditrice jalouse, les moindres détails d’un corps à corps délicieux dans les bras d’un expert des jeux amoureux. Remarquant à cet instant de Théodorit son oreille à l’écoute, elle conclut à son intention que la technique balbutiante d’un puceau boutonneux, pour touchante qu’elle soit, ne l’amènerait à présent qu’au seul plaisir de rire.

 

Le visage de Théodorit s’empourpra, pourtant la leçon n’était pas vaine, elle lui indiquait que les femmes entre-elles s’entretenaient, bien mieux que ne pouvaient le faire entre eux les garçons, du plaisir, de la jouissance, et de l’orgasme. Pour ce dernier mot Théodorit rechercherait le soir même dans les

 

                                                        59

-----------------------------------------------------------------------------------------

 pages de son petit Larousse illustré l’exacte définition, plus tard il complèterait ce savoir en fouillant d’une main mal assurée dans une encyclopédie repérée dans une grande librairie de Brontillier. Néanmoins Théodorit savait maintenant qu’un hommage piteux l’affligerait auprès de la gente féminine d’une réputation ridicule aussi grotesque que les rapides amours des lapins, du coup inconsciemment Théodorit ressentit sur ses épaules le poids de cette responsabilité de ne pas décevoir sa complice et d’être à la hauteur de son attente.

 

Les vendanges à la condition expresse d’oublier, lorsqu’on s’emploie dans les rangs des coupeurs, les douleurs lombaires qui verrouillent les dos, ces derniers ne se débloquant qu’à l’issu de longues minutes de supplice pour recouvrer la posture régulière de l’homo erectus, et aussi d’oublier en tant que porteur les courroies de la hotte pesante qui scient les épaules et dont la lourdeur lors du basculement entraine, sous l’hilarité générale, le porteur malhabile au fond de la pastière cul par-dessus tête. Les vendanges donc constituent une sorte de parenthèse joyeuse où même les vieux comme par enchantement oublient rides et rhumatismes, et goutent encore un peu de cette insouciance de la jeunesse. Cet optimisme passait par les chansons à succès du moment aux paroles reconstitués par les savoirs lacunaires des uns et des autres, pour ne pas être en reste les vieux aussi poussait des chansonnettes de leur temps en s’appliquant bien comme il faut, avec les bonnes intonations et les mimiques assorties, mais leurs méticuleux efforts provoquaient de formidables éclats de rire, vraiment avec leurs chansons désuètes ils n’étaient plus dans le coup. Tout comme lorsqu’ils se mettaient à raconter des blagues comiques, généralement un silence de plomb accueillait les chutes voulues comme un sommet drolatique, paradoxalement à partir de ce silence d’incompréhension et à contre temps un rire fou démarrait. Au sujet des blagues désopilantes il en était toujours un ou deux qui semblaient intarissables sur ce sujet à croire qu’ils apprenaient par cœur tous les recueils du genre, de plus ils y mettaient la manière et le ton pour surprendre l’auditeur par une chute inattendue. Théodorit redoutait toujours l’instant où à la demande générale il devrait comme tout un chacun sortir la sienne, il connaissait peu de chansons d’ailleurs il les chantait faussement, et débitait mauvaisement des historiettes théoriquement marrantes en révélant la chute bien avant son heure.

 

                                                        60

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Des chansonnettes pour se donner du courage, des historiettes pour briser par le rire un labeur éprouvant, permettaient qu’une familiarité patente s’installe entre toutes et tous, et comme si cela ne suffisait pas deux fois par jours les vendangeurs cassaient la croute à bonne franquette. Arrivés au bout d’une rangée qui n’en finissait plus parce que la pause rendaient impatient les vendangeurs, les thermos s’ouvraient et diffusaient à la mi matinée l’odeur réconfortante du café chaud qui disputait sa place aux relents d’harengade et d’oignons qui réjouissaient les vieux palais des anciens et de l’ancienne. Celle-ci tardait toujours lors des réguliers répits à rejoindre le groupe ce qui ne manquait pas d’étonner Théodorit qui la voyait toute seule toute vêtue de noir plantée entre deux rangées de vigne tel un arbre ayant subi un brulement, son visage seul semblait lui restituer un peu de vie malgré ses yeux qui regardaient indécis de vagues horizons. Quelles réflexions secrètes bouillonnaient sous le chapeau sombre de la vieille qui à épisodes réguliers l’obligeaient à s’isoler de tous. Justement expliquera à Théodorit un ancien qui avait recueilli son questionnement :

 

« Tu remarqueras, si tu reviens à l’endroit où elle était, un tache humide sur le sol, voilà la raison de son isolement. »

 

Verner, informé par Théodorit son vieux copain de la maternelle, lorsqu’il sut le motif de l’instant de solitude de la vieille, voulut en avoir le cœur net, et à l’instar de son père policier retraité, décida, avec Théodorit comme adjoint, de se mettre en planque à fin de vérification. Ainsi lors d’une pause opportune les deux garçons à quatre pattes derrière les souches qui les camouflaient, observèrent entre les pampres les mouvements spécifiques de la vieille. Cette dernière, tout comme ces spectateurs attentifs lorsque l’envie les pressait, nez au vent, yeux mi-clos, savourait par avance son relâchement fonctionnel. Les témoins justement entr’aperçurent les mains de l’aïeule haussant juste au-dessus de ses genoux cagneux sa robe élimée, écartant ses jambes dans le même mouvement, la suite ne se fit pas attendre, une cataracte puissante et drue bruissa d’une façon si baroque que les garçons rougirent de leur indiscrétion, alors furtivement par des ruses de sioux ils rejoignirent le groupe. Néanmoins à présent ils partageaient ce secret avec déplaisir et ils ne pouvaient s’empêcher de penser quand leurs regards croisaient ceux de la grand-mère, qui leur souriait gentiment, qu’elle ne portait pas de dessous.

 

                                                        61

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Lorsqu’approchait midi l’impatience gagnait les vendangeurs, tous languissaient le geste auguste du chef de colle. D’abord et après maints rappels de l’heure par les plus impatients, il farfouillait longuement le fond de la poche de son pantalon à la recherche de sa montre gousset, puis finalement il se résolvait à tirer la chaine de celle-ci, alors apparaissait un merveilleux boitier en fer blanc patiné par des années de fortement avec la doublure de la poche, de ses doigts puissants il manipulait le fermoir avant de jeter à la ronde l’ordre formel de passer à table, invitation à un pique-nique ardemment espéré.

 

La partie de campagne, car cela présentait les allures d’un authentique déjeuner sur l’herbe à l’ombre modeste des petits chênes verts des garrigues, pouvait commencer. Après un lavage sommaire des mains chacun déballait sa collation froide où avec les œufs durs, la charcuterie, et le fromage, les conserves de pâtés et de sardines, tenaient une place prépondérante. Pour le dessert nul ne se serait avisé d’amener des fruits alors qu’il suffisait de tendre le bras. Mais à chaque fin de repas le chef de colle, un vigoureux gaillard quadragénaire, qui toute l’année entretenait les vignes, se levait, dépliait son authentique Laguiole, et allait se perdre au mitan des parcelles, où il savait retrouver entre toutes la souche portant les grappes de muscat saturées de sucre avec lesquelles il prenait plaisir à gâter son équipe, et pour son bonheur les dames de sa génération d’abord, auprès de qui il récoltait une belle moisson d’œillades et de bécots qui en disait long sur leurs pensées secrètes. Il y eut même un jour où l’une d’elles aventura sa main sur le mollet musculeux du chef de colle s’autorisant une remontée friponne jusqu’à la mi-cuisse à l’orée du short anglais. Seule l’incertitude sur la profondeur de la sieste que s’autorisaient les vendangeurs, arrêtait cette main leste. Cependant ceux qui ne dormaient que d’un œil ou avec des paupières mi-closes, entrevoyaient avec envie la manœuvre de la polissonne. Les autres, celles et ceux qui trouvaient ce sommeil d’après repas réparateur, rien n’empêchait de penser que leur assoupissement ne se peuplait pas de rêves licencieux, et pour les insomniaques de tout poil, en scrutant le ciel, ne concevaient-ils pas par la forme et le dessin des nuages quelques images indécentes en lieu et place de celles d’Épinal.

 

Les vendanges possédaient par nature cette dimension sensuelle. Et Théodorit, comme tous les mâles, ne s’empêchait pas d’observer à l’occasion par l’échancrure d’un chemisier plus ou moins béant les contours prometteurs

 

                                                        62

-----------------------------------------------------------------------------------------

 d’une gorge émouvante et remuante. En revanche côté féminin Théodorit ne voyait pas trop ce que les mâles en présence proposaient de plaisant pour provoquer une pensée, une excitation, un débordement. Je m’abstiendrais de m’étendre sur ces manières rabelaisiennes qui consistaient à retenir les flatuosités afin de les faire retentir juste à l’instant où la petite aiguille de la montre marquait l‘heure démontrant ainsi la régularité des horloges biologiques par ce concert atypique.

 

Ainsi Théodorit se persuada que la gente féminine possédait des ressorts spécifiques, complètements différents dans ce domaine particulier, de ceux qui désorientent les garçons. Un véritable sixième sens dont la stimulation ne dépend que de l’imaginaire de la femme qui lorsqu’il s’éveille leur amène un trouble délicieux, la prémisse de la sensualité, où l’homme n’est bien souvent qu’un complément mineur.

 

Après le repas en commun et la sieste en solitaire, il n’était pas aisé de se remettre à couper la queue des grappes au plus ras des sarments afin que celles-ci gagnent une once de poids et que le patron soit content, ce qui lui advenait rarement. Le patron s’occupait essentiellement du transport de la récolte jusqu’à la cave coopérative avec, mécanisation et modernité oblige, son tracteur poussif acheté d’occasion, dont il assurait l’entretien avec une clé à molette démesurée et par quelques coups de massette judicieusement assenés. il revenait de la cave communautaire bien souvent déçu : parfois il dressait le constat de l’insuffisance du taux de sucre qui entrainait un faible degré d’alcool du vin à produire ce qui amenait la direction de la coopérative à le sanctionner en dévaluant le tonnage de sa récolte de plusieurs quintaux ; d’autres fois alors que le taux de sucre lui donnait satisfaction, il jugeait la quantité produite à l’hectare nettement inférieure par rapport à l’année précédente qui elle-même avec sa devancière accusait déjà une baisse certaine. Il éprouvait alors avec regrets que qualité et quantité décidément ne se conjuguaient jamais, ce qui contredisait les ratiocinations des vieux qui sur la foi de leurs aïeux évoquaient cette époque mythique où la vigne donnait en abondance un nectar délicieux, poussait-elle cette vigne dans le jardin de l’Éden ?

 

Mais un jour outre ses soucis habituels un incident provoqua la grosse colère du patron. La matinée pourtant avait défilé comme de juste dans la gaité des esprits et la douleur des corps, ce fut à la reprise d’après déjeuner lorsque

 

                                                        63

-----------------------------------------------------------------------------------------

 le patron d’un vigoureux tour de manivelle put démarrer le tracteur pour s’en aller livrer le chargement, qu’une jeune coupeuse ne retrouva plus son sécateur. On crut d’abord à une blague de potache mais après de vaines recherches on admit que la jeune femme peu futée de nature avait réellement perdu son outil de travail. Le chef de colle céda sa serpette à la godiche et muni de son Laguiole, il se fit un devoir de mener sa colle selon les règles d’usage des meneurs de colle c’est-à-dire en entrainant par son exemple une troupe prête à lambiner. L’après-midi sous un ensoleillement redoutable la torpeur et la lassitude soumettaient les vendangeurs en dépit du poste radio qui tentait d’apporter des bribes d’énergie en diffusant des programmes joyeux entrecoupés de bulletins d’informations quelques fois lugubres. Il advint même un jour où la radio divulgua, à l’étonnement de tous, une communication téléphonique. La colle vendangeait à ce moment une parcelle importante dans la vaste plaine précédant le village de Malesaigues que traversait une ligne électrique de haute tension, mais le temps de comprendre que la radio versait dans l’espionite aigüe que déjà le programme normal reprenait son cours. Néanmoins une rageuse dispute scientifique s’éleva au sujet de la réalité et la possibilité de ce phénomène bizarre qui selon un inflexible analyste ne pouvait pas se produire. Pour celui-ci les vendangeurs expérimentaient une sorte d’hallucination auditive inexplicable qui traduisait le grésillement permanent de la ligne électrique par des mots d’usage courant. Théodorit parmi d’autres ne croyait pas à cette faribole pseudo-scientifique mais comment argumenter quand on a face à soi quelqu’un plein d’assurance, tellement sûr de sa thèse, qui de plus appuie sa démonstration par un vocabulaire efficace.

 

Était-ce jour-là que le patron revient de la cave avec entre ses doigts un objet étrange, une bouillie de ferraille duquel pendouillait ce qui fut naguère un fin ressort.

 « Quel est l’andouille qui laisse trainer son sécateur n’importe où ? »

 Le patron comprit vite qui était l’andouille en question sans que nul ne la lui désigne par un regard furtif, uniquement par la manière dont les joues de la timorée devinrent cramoisies bien avant de subir l’enguirlandage régulier.

 

En toute innocence l’ingénue avait laissé le sécateur dans son seau car les raisins cueillis ne le remplissaient pas. Or le seau fut vidé dans la hotte, la hotte dans la pastière, et la pastière se délesta à cul baissé dans la fosse de la cave. Puis le sécateur, petite cause grand effet, coinça le mécanisme perfectionné qui

 

                                                        64

-----------------------------------------------------------------------------------------

 emporte les raisins, par un jeu compliqué de vis sans fin et de rouages, au cœur même de la cave afin d’être malaxés, digérés, et transformés en vin de table correct qui ne soit pas l’assommoir brutal. Évidemment l’incident provoqua un beau tohu-bohu parmi les coopérateurs qui voyaient l’heure tourner, grossir la file d’attente, et leurs vendangeurs se vautrer dans la paresse faute de pouvoir vider leurs seaux dans une hotte trop pleine qu’une pastière débordante n’engrangeait plus. Bref une affaire d’état dont le patron, dans un grand moment de solitude, supporta les conséquences, et c’est avec une naïveté feinte, digne d’un sociétaire de la comédie française, mais qui ne trompa personne, qu’il souffrit d’être morigéné sans douceur. Néanmoins lui-même par une magistrale colère reporta sur ses vendangeurs tous les reproches encaissés, ajoutant à cette occasion ceux qu’il avait stockés comme par exemple : la grappe oubliée sur le sarment, quand ce n’était pas d’une rangée une souche complètement négligée, ou bien les batailles épiques entre les jeunes vendangeurs qui se servaient d’abord en guise de munition des grains de raisin, et ensuite développaient le combat en ramenant leur fraise réjoui et en se balançant sur la poire des raisins succulents en grappes juteuses, une vraie salade de fruits. Bref tout cela ternit beaucoup la joyeuseté de cette fin de journée.

 

Parfois aussi, et Théodorit le constatait il arrivait que la journée sans raison spécifique se passe dans la morosité, une sorte grisaille passagère venue comme le mauvais temps sans que rien ni personne par une chanson ou une histoire drôle ne sache ou ne puisse ramener l’habituelle gaité. Une journée terne où chacun replié sur lui-même s’absorbait de ses pensées profondes et sérieuses : qui sommes-nous ; d’où venons-nous ; où allons-nous. Alors de ces cerveaux en surchauffe émergeait de graves sujets tel que le débat éternel sur l’existence de Dieu, il s’imposait à la discussion généralement le dimanche matin, car le dimanche il fallait aussi rentrer la récolte mais pour compenser le curé proposait le samedi en soirée une messe à l’intention des vendangeurs. Cette messe concernait surtout les vendangeuses, grenouilles de bénitier par excellence. Ainsi lorsque le dimanche, le vent ou l’écho amenait à travers les vignes le tintement des cloches et qu’à cet instant précis un blasphémateur les accompagnait de lugubres croassements la controverse démarrait.

 

Sujet essentiel également lorsque des équipes de football effectuaient une match, alors ce sport, qui raisonnablement ne prétend qu’à être un spectacle

 

                                                        65

-----------------------------------------------------------------------------------------

 d’émotion, exacerbait tous les sentiments humains à plus forte raison quand l’équipe nationale jouait, dans ce cas-là même les femmes élevaient la voix et donnaient des avis circonstanciés mieux que ne le faisait Théodorit qui pourtant aimait pratiquer ce sport qui paradoxalement provoquait son ennui s’il n’y participait pas activement. Souvent après des querelles sans fin depuis la veille jusqu’au lendemain de l’évènement sportif il était fréquent d’assister à des fâcheries éternelles qui duraient jusqu’à la réconciliation d’un déjeuner sur l’herbe.

 

Sujet fondamental aussi cette politique où l’emportement gagne toujours sur la modération, où se constate d’une manière évidente et mal-contenue les orientations des personnes, ne serait-ce que par le rougeoiement excessif des visages ou bien le pâlissement extrême des faces. Cette politique qui depuis la nuit des temps aboutit systématiquement à ranger les gens en deux camps rivaux prêts à s’étriper. Alors sans avoir à ouvrir grandement ses oreilles tant les voix s’élevaient, Thédorit écoutait les diatribes des uns répondant aux discours des autres, mais tous sans considération pour son congénère s’arrachaient la parole, dès lors comment se positionner pensait Théodorit, novice en la matière, si de plus pour faire bonne mesure la mauvaise foi ou la bêtise entachaient les argumentations. La joute verbale allait toujours crescendo cependant avant qu’elle ne bascule en un brutal pugilat le patron, ou le chef de colle, ou le plus souvent les femmes obligeaient les intervenants à rompre le stérile débat. Les femmes surtout possédaient cette faculté de jeter des flots d’eau sur les braises, il faut dire qu’à cette époque les femmes ne s’exprimaient par le vote que depuis à peine plus d’une dizaine d’années, alors les grandes idées politiques exprimées par des envolées lyriques magistrales les laissaient froides. De plus n’ayant que rarement dans le passé tenu les rênes du pouvoir elles s’attachaient dans toutes leurs décisions à un pragmatisme de bon aloi, inventant dans la multitude des philosophies finissant par « isme » le simple et efficace « terre-à-terrisme ».

 

Pourtant il sautait aux yeux de Théodorit, sans qu’il ose formuler sa secrète démonstration faute d’audace, que la société en dépit des habits qu’elle revêt pour s’organiser, se présente toujours et depuis la nuit des temps d’une façon bipolaire, d’un côté les puissants et de l’autre les misérables, ces derniers par rapport au célèbre roman de Victor Hugo que Théodorit n’avait pas lu mais pour suppléer avait vu l’adaptation cinématographique avec Jean Valjean sous

 

                                                        66

-----------------------------------------------------------------------------------------

 les traits d’Harry Baur, ces misérables donc s’ils avaient évolué sur la forme restaient sur le fonds dans la même condition de victimes dominés. Parvenu par la pensée à ce point culminant de vagabondage Théodorit encaissait une réprimande pour une grappe délaissée, alors il se reconcentrait sur le motif principal de sa mobilisation : la vendange, pourtant il n’abandonnait pas le fil de sa nébuleuse pensée qu’il récupérait en l’état à la prochaine mêlée verbale.

 

À cette nouvelle opportunité lui revenait à l’esprit ces misérables, cette pléthore de besogneux qui ne possédait en propre que le droit de travailler pour survivre. En théorie étant les plus nombreux les besogneux auraient dû imposer à la société un agencement favorable à leur groupe majoritaire, or il en était rien, Théodorit constatait que le plus souvent un nombre restreint de gens avides, intrigants, ambitieux, aventuriers, ayant une soif inextinguible de puissance, de pouvoir, et de richesse, manipulaient en tous lieux et sous toutes latitudes les leviers de commande.

 

Après ce constat Théodorit tentait de faire émerger du plus profond de sa scissure de Sylvius une explication sur cette situation qui veut qu’une minorité de riches dominent la nuée de pauvres, des pauvres qui acceptent leur soumission comme allant de soi, sauf de rares exceptions notables où l’on voit un téméraire, un intrépide, quelques fois un illuminé entrainer tous ces pauvres dans des rébellions, des révoltes, des révolutions. Mais généralement après quelques temps tout rentre dans l’ordre, un ordre évident pour tout le monde où les meilleurs compétiteurs gagnent ce match sans cesse répété de la survie, et raflent toutes les prébendes. Un ordre admis par la multitude qui conserve toujours l’espoir d’accéder au podium, même s’il s’agit que d’une compétition de moindre importance, ou bien si cette présente multitude ne parvient pas à un degré du podium d’entretenir l’espoir que la descendance future l’emporte sur la concurrence. Parce que… parce que… la roue tourne… à chacun son tour… tel qui rit vendredi dimanche pleurera… une chance sur un million… et cetera…, Théodorit se ressassait en boucle ces bonnes et vieilles formules consacrées, lesquelles permettent au pauvre quidam de supporter son triste sort, même si des idées politiques très tentantes proposant des voies absolument certaines d’un avenir radieux le tentaient comme tout un chacun. Mais son bouillonnement cessait brutalement à l’observation du chef de colle sur cette grappe désespérée, pendue sur son cep, qu’il fallait couper avant de rentrer au bercail.

 

                                                       67

----------------------------------------------------------------------------------------

 Le retour, comme l’aller d’ailleurs, la nature offrait aux vendangeurs tout l’éclat de sa splendeur, et tel un vaisseau au mitan d’une marée de vignes le tracteur tirait la remorque qui tanguait dans les ornières du chemin. Souvent dans le lointain, dans cet océan vert, surnageait vaillamment un vaisseau-remorque par-dessus les vagues singulières des pampres qui masquaient tout son bas. Parfois le bateau présentait la belle figure de proue d’un vigoureux cheval de trait résolu, par son allure fière et opiniâtre, à mener à bon port tout l’équipage. Cet équipage qui répondant aux saluts amicaux du bateau de Théodorit agitait leurs bras sémaphores et dont les aimables criailleries se perdaient dans un vent qui n’était pas marin, pourtant aux yeux de Théodorit cet équipage paraissait en détresse et ressemblait au fameux tableau du radeau de la Méduse.

 

Théodorit, dressé dans la pastière encombrée des seaux, des hottes, et des trépieds, le patron reviendrait plus tard chercher la seconde pastière plus ou moins chargée de raisins, se remplissait les yeux de ce spectacle onirique. Les hommes à ses côtés s’enlisaient encore dans de vaines conversations. Tandis que les femmes assises sur les bords étroits de la remorque supportant la pastière songeaient au travail qui les attendait à la maison, déjà le matin elles se désolaient du travail qu’elle abandonnait au logis. Toutefois les plus jeunes dépensaient leurs dernières forces dans des rires spontanés difficilement contenus sans doute regardaient-elles l’aïeule qui se remettait doucement de sa journée en massant ses vieilles articulations, qui affichait un sourire béat en soupesant le sac de sa récolte personnelle d’escargots, des beaux gastéropodes, ventripotents comme des sénateurs, moissonnés au cours d’une matinée mouillée de rosée, qui feraient son délice une fois qu’elle les aurait fait jeuner, par avance sa salive coulait aux commissures de ses lèvres, et ce détail renforçait l’hilarité des demoiselles, une hilarité camouflée par les efforts désespérés d’une gestuelle qui renforçait leur grâce naturelle.

 

Mais juste retour des choses ces jeunes filles rieuses apportaient à leurs dépens des moments joyeux à la grand-mère. Ces demoiselles encouraient un risque connu de toutes quand elles poussaient la taquinerie jusqu’au point où leurs victimes, du même âge mais de sexe opposé, jouant les offensés punissaient les moqueuses par une séance de fardage intégral. Car s’étant signalées par des rosseries, des piques, des espiègleries, en réponse aux plaisanteries balourdes des freluquets boutonneux, une des demoiselles, la

 

                                                       68

----------------------------------------------------------------------------------------

 moins leste ou la plus jolie, se voyait promettre pour la fin de journée la sentence irrévocable et irrémédiablement exécutée dès que le chef de colle arrêtait le labeur, puisque demain à coup sûr il ferait jour.

 

Alors telle des souris affolées les demoiselles frénétiquement partaient comme des dératées, se faufilant à travers les souches, poursuivies par les matous vengeurs qui parvenaient sans peine à en saisir une et grâce à des chatouilles irrésistibles ils annihilaient toute résistance. Puis portée à bout de bras par ces gaillards musculeux la jeune fille devenue un provisoire et merveilleux trophée était précipité dans la pastière remplie de raisins dégoulinants. Et le tourment commençait, les mains des garçons encombrées de grappes frottaient et pelotaient le corps gracieux de cette aguicheuse qui se débattait pour le principe et riait par des petits cris nerveux, mais au fond d’elle-même assez contente d’avoir été choisie pour être la sacrifiée consentante au culte de dieu Bacchus. Le fardage tel un acte bourru ressemblait fort à un hommage rendu à la divine beauté par des rustres épais.

 

Théodorit ne participait pas à ces jeux de mains lestes, se méfiant à juste titre de la maladresse des siennes qui auraient pu involontairement s’égarer en des zones réservées. Les hommes adultes, bien que l’envie les tenaillait, s’abstenaient également de participer à cet amusement, lequel les aurait désigné comme des vicieux pervers, pourtant l’attraction les divertissait, sans doute leur rappelait-elle leur jeunesse passée qui plus jamais ne reviendrait.

 

Enfin arriva la dernière grappe du dernier cep de la dernière souche de la dernière vigne, elle appartenait au cépage blanc : Chardonnay ou Chasan, lequel atteignait sa maturité bien après le cépage rouge : Aramon ou Carignan. À ce dernier jour de vendange venait en renfort la famille du patron, mais elle ne s’annonçait pas aux aurores, certes non, elle rappliquait une heure avant la pause de midi les bras chargés de toute sorte de victuailles et de boissons, car pour le dernier repas l’usage obligeait le patron qu’il en fasse l’offrande à ses vendangeurs.

 

Un patron finalement heureux de voir toute sa récolte rentrée, et surtout épargnée par les aléas climatiques qui adviennent dans cette période transformant les paisibles nuages en démons ravageurs. Un patron oublieux de ses emportements lorsque la situation le rendait anxieux et qu’il reportait son angoisse sur ses vendangeurs, regrettant haut et fort dans ces moments qu’aucun imbécile heureux n’ait pas encore inventé la machine à vendanger,

 

                                                       69

-----------------------------------------------------------------------------------------

 laquelle le délivrerait du souci humain. Bien qu’il douta qu’une machine puisse prélever les grappes sans abimer les souches, malgré les probantes avancées technologiques en cours dans ce domaine. Et encore s’estimait-il heureux de ne pas avoir à vendre lui-même son vin à ces voleurs de négociants brontillierains comme le faisaient en leur temps son père, son grand-père, et tous ceux d’avant qui ayant réalisé la vente à un bon prix bambochaient dans les établissements huppés de Brontillier, et terminaient leur soirée en apothéose dans ces maisons tolérées par des morales rigides où ils se débauchaient avec enthousiasme. Alors que le quidam ordinaire, accompagné de sa promise, avec les quatre sous des vendanges, se rabattait sur la fête patronale du village où il s’étourdissait sur les manèges, ou bien en virevoltant au bal, ou encore en farandolant follement.

 

Toutefois, et Théodorit en avait été averti par ses parents, il fallait à cet ultime déjeuner sur l’herbe se comporter en être civilisé, donc contenir ses appétits. Éviter de se goinfrer, de s’empiffrer, de morfaler, et de bâfrer, user de retenu même si le ventre crie famine, or à cet âge adolescent avec un corps en pleine croissance, qui exige une pitance consistante, user de tempérance tenait du prodige. Et fallait-il lors du café se distinguer en dressant son petit doigt comme dans le salon de madame la marquise, car le bosquet aménagé par la patronne ressemblait fort à un élégant boudoir. Malgré les encouragements de celle-ci, et ceux de sa descendance qui par leur présence annihilait l’habituelle bonhommie, les vendangeurs aux sourires crispés demeuraient à une distance respectable de la jolie nappe étalée sur les herbes folles sur laquelle trônait des plats et des assiettes garnis de toutes sortes de nourritures que Théodorit jugeait si raffinées qu’elles imposaient à tous le respect, au point que nul ne s’avisait d’y toucher le premier laissant ce soin aux indélicates fourmis. Finalement le patron en rudoyant son monde obligea les vendangeurs à s’assoir d’abord, puis glissant les plats pleins dans les mains de l’une ou de l’autre, il encouragea son personnel à garnir sans modération leurs assiettes. Surtout que nul ne s’affuble pas d’une réputation imméritée de pingre. En même temps il remplissait les gobelets d’un gouleyant vin rosé, mais servi aux dames et aux adolescents uniquement allongé de limonade fraiche.

 

L’appétit venant en mangeant toute réserve, vraie ou fausse, s’estompa, et le rosé même coupé aidant, les plaisanteries les plus grasses sinon grossières affleurèrent à demi-mots dans les conversations espiègles, mais exprimées en

 

                                                        70

-----------------------------------------------------------------------------------------

 toute discrétion vis-à-vis de la patronne, cependant cette dernière aux oreilles fines, désirant détendre l’atmosphère, bouscula les conventions en racontant, par la prouesse d’un vocabulaire étendu, des blagues particulièrement salées sinon salaces sans aucuns mots incongrus. Bourgeoise sans doute, tirée à quatre épingles comme il se doit, mais n’ayant de prétention que d’attirer la sympathie de tous en se mettant au diapason général, elle réclamait de tous, par son langage châtié, le respect de sa situation. Théodorit apprendra en cette occasion, à l’instar du vicomte apostrophé par Cyrano, qu’on peut dire bien des choses en somme en variant le ton, et que la forme et le style permettent de tenir sans déchoir des propos débridés dans ce temps des vendanges qui ne l’était pas moins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                       71

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

 

                                       PERVERSIONS

 

 

 À La Feuillargues la population disposait d’un cimetière très à l’écart du village, car les anciens avaient respecté ce vieux précepte qui commande de mettre les morts avec les morts et les vivants avec les vivants. De sorte qu’en partant du point zéro de La Feuillargues, déterminé par la placette du monument aux morts au bord de laquelle voisinent le pouvoir temporel, la mairie, et le pouvoir spirituel, l’église, il fallait d’un bon pas de facteur une demi-heure de cheminement avant de pousser le portail rouillé, grinçant, et donc lugubre du funeste enclos dans lequel prospéraient de vénérables cyprès. D’ailleurs ces cyprès tel des phares côtiers, l’éclairage en moins, servaient de points de repère aux promeneurs solitaires égarés dans des randonnées lointaines.

 

Le triste portail était en permanence fermé à clé, et à double tour, mais cela n’embarrassait pas le visiteur révérencieux de La Feuillargues qui comme toute la population de ce lieu n’ignorait pas où se cachait le passe. L’usage imposait à l’éventuel visiteur qu’il passe son bras à travers les grilles du portail et qu’à tâtons il cherche derrière le pilier le clou magistral supportant la clé, un clou positionné à une hauteur suffisante pour que les gamins ne puissent pas s’en emparer et jouer des tours facétieux avec l’objet, mais pas trop haut quand même afin que les grand-mères de petites tailles atteintes de rhumatismes ne produisent pas d’inhumains efforts pour empoigner cette clé.

 

D’autant qu’une fois ouvert le cimetière présentait cette singularité d’exposer dès le début de l’allée centrale et en travers du passage, quelques vieilles tombes, concessions perpétuelles de personnalités notables de l’ancien temps, formant à ras du sol de grandes dalles rectangulaires, des monolithes qui à force de supporter les multiples allées-et-venues ne conservaient des gravures des noms illustres que de rares traces illisibles. Même si quelques gens respectueux, à l’instar des enfants qui jouent à la marelle, se forçaient à allonger le pas, à marcher sur le côté ou sur la pointe des pieds, et pour les plus sportifs à exécuter des petits bonds afin d’éviter de poser des semelles impures et souvent boueuses sur les pierres tombales de ces honorables défunts. Les jours d’obsèques s’il advenait que deux ou trois personnes en début de procession esquissent au-dessus des dalles des sortes d’entrechats se voulant

 

                                                         72

-----------------------------------------------------------------------------------------

 respectueux des ci-gît, ils invitaient par cet exemple les suivants à faire de même, alors la solennité de la cérémonie ne résistait pas à cette espèce de danse macabre et sombrait dans le grotesque malgré le sérieux et l’affliction des endeuillés.

 

Le premier enterrement que Théodorit et ses copains suivirent, forcément un jour de vacance ce qui rendait leur présence obligatoire et à La Feuillargue nul sans raison ne se dispensait de suivre la sombre charrette, même le pire ennemi du défunt s’imposait cette obligation, car l’appartenance à la communauté passait par ce désagrément. Certes la procession, lorsque le trépas concernait une personne âgée et valétudinaire, et donc ne surprenait personne, se transformait s’il faisait beau en une agréable promenade. La famille venant juste derrière le corbillard spéculait sur l’importance de l’héritage, dans les rangs des femmes qui suivaient, les cancans sur les derniers potins prenaient du souffle, tandis qu’à l’arrière les hommes philosophaient selon les humeurs et à haute voix sur les affaires courantes : travaux agricoles, politique, sport, et même oubliant la triste circonstance ils s’abandonnaient à plaisanter grassement à gorge déployée. La vie reprend toujours ses droits.

 

Cet enterrement s’affligea de cette séance ridicule de sautillement, or les adolescents, et Théodorit en tête, n’étant pas habitués à une éventualité aussi surprenante, retinrent difficilement un rire qui s’annonçait fou, d’autant qu’au passage délicat des tombes sans se concerter ils prirent l’option sautillement, néanmoins quand ils ne se regardaient pas ils se contenaient, mais à la moindre œillade s’en était fini de la bienséante gravité, et cette obligatoire rigueur libérait des pouffements incongrus malgré la main qui broyait les mâchoires pour interdire tout éclat, si bien qu’aux serrements de mains des membres de la famille, nul parmi cette jeunesse ne desserra cet étau pour dire un mot de condoléance, pourtant pas rancunière pour un sou la famille et les proches attribuèrent ce silence à l’émotion, et pour peu auraient consolé ces jeunes rigoleurs aux rires camouflés.

 

La vieille Artémise n’attendait pas qu’un cortège de deuil se forme pour aller au cimetière. Par n’importe quel temps depuis le début de son veuvage, tous les jours sans y manquer elle témoignait à Artémon, son mari défunt, une fidélité post-mortem remarquable et violemment remarqué par un malfaisant de passage. Quel âge pouvait-elle bien avoir la vieille Artémise ? À cette question Théodorit aurait bien été en peine de répondre, en réalité il ne lui

         

                                                         73

----------------------------------------------------------------------------------------

 donnait pas et ne cherchait pas à lui donner un âge formel. Pourtant si la curiosité et la réflexion lui étaient venues par comparaison avec sa propre famille l’estimation de l’âge la vieille Artémise eut été facile. Le fils d’Artémise au foyer duquel elle vivait depuis le décès d’Artémon, appartenait à la même génération que le père de Théodorit, celle des quadragénaires, comme elle n’engendra que ce seul fils sans doute autour de sa vingtième année, Artémise dépassait donc les soixante ans sans atteindre les soixante-et-dix. Mais pour l’adolescent Théodorit cela représentait un âge canonique, lui qui considérait sans exception tous les adultes comme des croulants sinon des fossiles, à tout le moins des gens ayant perdu l’enthousiasme de la jeunesse.

 

Pour ne l’avoir jamais approchée Théodorit ne connaissait pas un trait de la vieille Artémise, depuis toujours il ne distingua d’elle qu’une vague silhouette, vêtue de noir, un sombre fichu couvrant la tête, empruntant ce sentier des morts qui après une longue course mène au cimetière. Parfois il arrivait que pour une commission la vieille Artémise traverse la placette des arènes alors que lui Théodorit et ses copains s’asticotaient de grossières pitreries, ce surgissement inattendu brisait le chahut et répandait dans le groupe un silence honteux de pouvoir rire lorsqu’il y a si près d’eux tant de malheur. Car inconsciemment ils supposaient que la mort avait dû emporter Artémon très vite et très tôt laissant dans l’affliction une veuve que la vieillesse ne touchait pas encore. Mais est-ce que la décrépitude effleurait à présent cette passante pressée, murée dans le silence, vouée à jamais à son homme défunt, nul hormis ses proches, pour ne pas pouvoir la considérer de près n’aurait su le dire sauf bien sur son agresseur.

 

Aux mois caniculaires de l’été les gens de La Feuillargues se débrouillaient pour accomplir les tâches ordinaires de la vie dès que dardaient les premiers rayons du soleil. Ils lâchaient prise sitôt que ce dernier atteignait son zénith puis après un déjeuner tardif les gens prisaient à même la chaise une sieste bienvenue, car s’étendre dans un lit en plein jour sans être malade paraissait être une incongruité sinon la révélation d’un caractère paresseux. Ainsi bras croisés, jambes allongés, les hommes goutaient comme une récompense venue du ciel ce sommeil profond et réparateur, tandis que les femmes après un bref repos sans sommeil mais bercé de rêveries s’attelaient à remettre leur maison en ordre avant à reprendre quelques habituels ouvrages.

 

                                                           74

----------------------------------------------------------------------------------------

 La vieille Artémise quitta la maison de son fils au moment où le soleil entamait son inexorable descente dans l’azur infini, elle allait se recueillir au plus près du lieu où l’esprit intemporel de son homme planait du moins s’en persuadait-elle. Là précisément comme au temps où il vivait, elle lui confiait ses espoirs et ses souhaits, et aussi ses angoisses et ses inquiétudes. Cette parenthèse journalière absorbait généralement deux heures de son temps, aussi son fils Artémon le jeune s’inquiéta-t-il lorsque l’horloge comtoise annonça les huit heures du soir, et si sa mère avait eu un malaise sur ce chemin solidaire que nul ne fréquentait pour son plaisir, qui donc lui aurait porté secours ?

 

Un pressentiment le poussait à ne pas tarder dans la recherche de sa mère, son anxiété le bouleversait à tel point que quand il croisait une voisine, un copain, une ménagère, un quidam quelconque, ces personnes témoignaient alors leur indéfectible solidarité en accompagnant ce fils bouleversé par la crainte du pire. Ils arrivèrent en nombre au cimetière, essoufflés par la course et trempés de sueur, ils virent stupéfaits chose inhabituelle le portillon grand ouvert. Les yeux exorbités criant à plein poumon des « mam’ » déchirants, Artémon fils pénétra dans l’enclos consacré. Après la tombe paternelle, Artémon fils déambula autour de tous les caveaux, examina tous les coins, les recoins, le pourtour du cimetière, recherches vaines qui lui sapèrent le moral et ruinèrent son énergie, jambes flageolantes il s’assit sur un marbre froid qui le glaça jusqu’aux os, alors de terribles prémonitions l’assaillirent.

 

Fort heureusement les personnes présentes le réconfortèrent d’abord, puis une parmi celles-ci, chasseur probable, décida l’organisation d’une battue rationnelle. Ils formèrent une ligne couvrant une cinquantaine de mètres et s’obligèrent à tourner autour du cimetière en produisant une spirale qu’aucuns bosquets, aucunes touffes de ronces ne scinderaient. Après plusieurs révolutions les enquêteurs découvraient la pauvre vieille Artémise en piteux état, les deux ou trois femmes présentes après un rapide premier coup d’œil commandèrent aux hommes de s’éloigner, le visage tuméfié, le corps prostré, la mine anéantie, les vêtements défaits et déchirés, prouvaient l’épouvantable crime que venait de subir la malheureuse. La brutalité du viol était évidente à toutes ses femmes qui savaient par instinct que même si son cœur battait la vieille Artémise venait d’une certaine façon de mourir sous un beau soleil d’été à deux pas de son époux.

 

                                                          75

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Doucement, délicatement, les femmes avec un arrosoir rempli de l’eau fraiche de la fontaine du cimetière, effacèrent autant qu’elles le pouvaient les traces de l’ignominie. Recouvrant un peu de lucidité, encouragée par les gestes amicaux de ses consœurs la vieille Artémise desserra ses deux bras repliés sur sa poitrine comme un réflexe de sauvegarde, en réalité dans le creux de ses mains crispées elle libéra un singulier briquet à amadou, composé d’une mèche introduite dans un cylindre gros comme l’auriculaire, mèche que faisait rougir la pierre lorsque la molette frottait sur celle-ci, pour ne pas cramer sa poche il suffisait de tirer en arrière la mèche et de fermer le clapet du cylindre bien sûr avec ce matériel empirique les distraits endommageait souvent leur habit.
 
Sans doute était-ce pour cette raison que la poche ne résista pas quand lors de la lutte inégale la vieille Artémise en se défendant l’arracha et que le briquet glissa dans sa main qui mécaniquement se referma conservant de son agresseur une marque tangible pouvant un jour le confondre, car la pauvre vieille dans son cerveau ébranlé ne conservait du monstre pour l’avoir vu de trop près que des féroces rictus de sa furieuse concupiscence.
 
Ce genre de briquet était assez courant dans les campagnes, même ceux qui ne fumaient pas en possédaient un pour d’utiles fonctions de brulage, de sorte qu’il paraissait difficile, même à un gendarme roublard, de retrouver son propriétaire surtout qu’il devait s’agir d’un vagabond. Mais l’objet ne demandait qu’à parler, il s’exprima sans chichis en révélant le nom et le prénom du possesseur lesquels étaient gravés sur le cylindre. Détails précieux qui enclenchèrent sur le champ malgré l’heure tardive la mise en route d’une justice expéditive et punitive conduite comme il se doit par Artémon fils.
 
Dans le canton tout le monde connaissait le coupable et se rappelait de son terrible exploit exécuté dans sa minorité, presque dans son enfance. Le briquet appartenait à son père, un gars qui était mort jeune laissant une veuve et un fils prénommé comme son père. La veuve toute occupée à refaire sa vie avec un nouveau compagnon qui ne témoignait au mieux qu’indifférence à l’orphelin, délaissa son fils. Lequel fils, livré à la solitude, avait élevé ce briquet, son unique héritage, au rang symbolique de confident avec qui il s’entretenait en permanence, de sorte que dans une redoutable confusion d’esprit il évaluait le bien et le mal sur une échelle bancale fabriquée par ses soins avec laquelle il considérait ses actions, rarement bonnes, souvent mauvaises, toujours justifiées par cet injuste malheur initial.
 
                                                           76-----------------------------------------------------------------------------------------

 Son premier crime, un assassinat, se déroula dans les premières semaines de sa première année de collège à Brontillier. N’ayant pas été respectueux vis-à-vis d’un professeur qui se plaisait à démontrer son autorité en humiliant ses élèves, il récolta en retour de ce dernier la punition d’une heure de retenu à effectuer le soir même à la permanence des internes. Ainsi lorsqu’il sortit du collège le car de ramassage avait bien sûr fait son office, il ne lui restait que la solution de rentrer à pieds par une marche forcée de deux heures minimum, ce qui promettait à son arrivée tardive une solide raclée et en bonus de filer dans sa chambre privé de toute nourriture.

 

Comme il cheminait sur les boulevards de Brontillier, ruminant de sombres pensées, il vit un taxi qui marquait l’arrêt au feu rouge. N’écoutant que son instinct il pénétra à l’arrière du véhicule et supplia le chauffeur de le mener à La Feuillargues. Mais hélas pour le garçon sans argent pas de course, le taxiteur le pria de dégager la place sinon il l’aiderait en l’empoignant par la peau des fesses, d’ailleurs faisant mine de quitter sa place il s’apprêtait à exécuter ce plan quand le garçon d’un geste vif sortit son canif et menaça le bonhomme de le liquider. Le bonhomme aurait dû prendre la menace au sérieux au lieu de se moquer ouvertement de ce garnement qui de sa voix de fausset se gargarisait de massacre. Car la tuerie abominable advint, plusieurs fois le garçon plongea la lame dans le cou épais du chauffeur et son sang qui giclait, appelait un nouvel assaut, plus tard le médecin légiste ne saura pas déterminer le nombre exact de blessures. Le véhicule toujours à l’arrêt attira l’œil des curieux qui s’horrifièrent de cette soudaine exécution, avant que des gardiens de la paix n’accourent et sans ménagement anéantissent toutes velléités agressives du garçon par une violence excessive mais somme toute légale. Le lendemain le quotidien régional : le Languedoc libéré publiait à sa première page le visage tuméfié et méconnaissable du criminel.

 

Pour cet assassinat motivé selon la justice par le vol, la société pour sa sécurité par la voix du procureur général réclama que l’on tranchât le cou du vaurien, mais l’excuse de la jeunesse prima, les autorités enfermèrent le juvénile meurtrier dans une maison de correction vulgairement nommée maison de redressement, dans ce lieu en principe le mauvais sujet devait être corrigé et redressé, et pour affiner la soumission à la loi quand l’époque militaire viendrait, le mauvais sujet, mal repenti, évoluerait obligatoirement pendant plusieurs années dans un bataillon disciplinaire effectuant les missions

 

                                                          77

----------------------------------------------------------------------------------------

 guerrières les plus dangereuses avec le secret espoir pour les autorités qu’il donne sa vie à la France en signe de repentance.

 

Le garçon après vingt années d’obéissance à des supérieurs quelquefois sadiques et à des règlements inhumains avait été libéré sans que personne ne se souciât de son dérèglement moral amplifié par ce long temps d’asservissement, et de son manque total d’adaptabilité à la vie que tout un chacun trouve normale. Lui-même serrant dans sa main le briquet paternel se considérait comme la victime d’une société cruelle à laquelle il aurait volontiers mis le feu. Car depuis sa libération il vivait d’expédients, de petits travaux à la journée qu’il parvenait difficilement à dénicher, ressentant de ses congénères une méfiance qui forcément amenait son rejet même de la part de ceux qui l’avaient connu enfant solitaire parce qu’orphelin. Il survivait seul sans relations ni affection.

 

Seul, sauf ce jour où son chemin croisa celui de la vieille Artémise, ce fut deux solitudes bien différentes qui se rencontraient. Brièvement ils parlèrent, chose habituelle en pareil cas, de la pluie, du beau temps, et du dérèglement des saisons, puis chacun poursuivi sa route. Il arrivait rarement au garçon solitaire d’échanger des propos anodins avec une rencontre fortuite d’autant plus que la vieille Artémise avait mis dans le ton une note d’amabilité sur laquelle le garçon parvenu à sa quarantaine broda une fable illusoire où il s’autorisait à penser que la douceur de la voix entendue n’était que le prélude à des bontés plus lestes qu’il cueillerait en y mettant juste ce qu’il fallait de brusquerie et pas d’avantage.

 

Ainsi, guidé par une libido qu’enflammaient des pensées perverties le garçon pista la vieille Artémise jusqu’à ce que n’y tenant plus il passe à l’acte. Une frénésie atteignant en quelques brèves minutes un sommet de violence enduré par une victime qui, avec un formidable instinct de survie, fit la morte, à la vérité même si Artémise survivait au lamentable assaut une part de son être avait été tuée.

 

Son forfait accompli, le misérable tenta alors de mettre le plus de distance possible avec le lieu de son crime, or rien n’est plus visible dans les campagnes, surtout à la fin d’une journée d’été que le soleil ne veut pas cesser d’éclairer, qu’un fugitif qui se dissimule, un comportement bizarre que retiendront les témoins. Les justiciers, avec à leur tête Artémon fils, à l’exemple du petit Poucet du conte, relevèrent les témoignages de ces derniers promeneurs des

 

                                                            78

-----------------------------------------------------------------------------------------

 dernières heures d’un jour allant fraichissant, lesquels sitôt instruits du drame se rangeaient dans la colonne vengeresse. Tandis que les femmes redoutant le pire couraient, le souffle court, les foulées allongées, sur la route de Brastries avertir les gendarmes, et par la même occasion le médecin Tousse qui à coup sûr administrerait à la vieille Artémise des remèdes appropriés. Le docteur Tousse une fois informé par toute cette gente féminine affolée qui tenait des propos décousus, maugréa beaucoup d’être réveillé dans son premier sommeil pour une affaire qui pouvait attendre, toutefois sachant qu’il ne se rendormirait pas de sitôt, il décida de se déplacer, empoignant sa serviette au passage et cachant par décence son pyjama sous un imperméable, il eut cette méchante pensée que s’il y avait peu de chance que la vieille tombe enceinte, par contre le violeur risquait d’être mis en pièces, et qu’il lui appartiendrait alors de reconstituer le puzzle, bref Hippocrate le rappelait à son serment.

 

A une heure de marche, un peu au nord de La Feuillargues, la garrigue depuis des siècles dévorait des bâtiments qu’on disait être une commanderie templière. Ces ruines servaient d’abri aux trimardeurs et autres marginaux, en quelque sorte ils jouissaient de cet usufruit fortuit en exclusivité. Les promeneurs réguliers passaient nettement au large. Mais ce soir-là, celui du viol, sur la foi de nombreux indices concordants, les enquêteurs occasionnels se dirigèrent droit vers ce lieu où de toute évidence se planquait le mauvais garçon probablement dans une des nombreuses caches que formaient les ruines de la forteresse. Armés de bâtons et de gourdins les honnêtes gens, parmi lesquels se voyait la stature imposante de Gédéon le copain de Théodorit, ébauchèrent une manœuvre d’encerclement afin de passer au peigne fin tout le secteur.

 

L’impitoyable battue qui commençait se conclurait, et tous le savaient, par un lynchage sans pitié, aussi la poignée de gendarmes avant de quitter leur caserne avait pris soin de demander d’utiles renforts sachant qu’ils ne canaliseraient pas la violence de cette foule qui dans le lointain avec des torches électriques scrutait les moindres recoins de la place forte détruite. Dans un décor médiéval que balayait une multitude de lueurs faiblardes révélant des fantasmagories hors de propos, un cri déchira cette nuit présente qu’un sacrifice devait porter à un point culminant.

 

Le violeur se dissimulait au fond du vieux puits que masquaient quelques planches pourries, un trou sec, profond de huit ou dix mètres envahi d’herbes

 

                                                          79

-----------------------------------------------------------------------------------------

 sauvages. Une tanière obscure et sûre qui protégeait le farouche garçon de la vindicte populaire, car de ce peuple plusieurs éléments avaient en vain inspecté d’un œil aiguisé le tréfonds du puits jusqu’à ce qu’un bougre, plus malin ou plus vicieux, jette dedans d’abord des galets puis carrément les pierres de la margelle, et sans la présence des gendarmes le trou se transformait en tombeau, déjà le remplissage allait bon train.

 

Aidée des renforts des brigades voisines la force publique de Brastries prit, après avoir tiré le violeur de son trou, les mesures de protection adéquates, cependant du secteur en ruine jusqu’au chemin carrossable il fallait, sur presque trois cent mètres, cheminer à découvert, dans une nuit complice et propice à toutes sortes exactions vengeresses et anonymes, ainsi les braves gens d’ordinaires si aimables eurent des démangeaisons des poings lesquels à travers les remparts des uniformes trouvaient cependant un passage pour châtier l’infâme puis par effet d’entrainement tout un chacun voulut frapper le criminel même symboliquement, la bousculade évoluait en émeute quand enfin le coupable réduit à l’état d’épave, à cause d’une importante moisson d’horions, fut jeté dans le fourgon cellulaire.

 

Les gendarmes recueillirent la déposition de la vieille Artémise, le constat médical du docteur Tousse, puis avec ses documents ils livrèrent le prisonnier à la justice, cette dernière s’appuyant sur le code pénal s’empressa de mettre à l’ombre le récidiviste. La société de pouvait tolérer de tel désordre… quoi que… parfois… selon que vous soyez puissant ou misérable…

 

Théodorit se souvenait de ce scandale qui advint dans l’année de son entrée en sixième au collège de Brontillier. Elle mettait en cause un étudiant en médecine de la réputée faculté de Brontillier, un fils à son papa lequel grand propriétaire terrien possédait aussi quelques hectares sur le territoire de La Feuillargues. Il représentait l’archétype de ces enfants qui naissent avec une cuillère d’argent dans la bouche, et qui à leur majorité grâce à une maman-poule, et même poule de luxe, empoignent à pleines mains le volant d’une solide et rutilante Panhard. D’ailleurs le futur médecin attribuait à sa Panhard un rôle de souricière dans ses entreprises sordides dont le mode opératoire suivait toujours le même plan. Il repérait à la sortie des collèges des enfants qu’il connaissait pour les avoir approchés ici ou là, dans un hameau, un lieu-dit, une campagne, les fois où il accompagnait son père en inspection des terres qui

 

                                                          80

----------------------------------------------------------------------------------------

 lui appartenaient et dont s’occupaient sur place ses « païres » qui sont des sortes de responsables-gestionnaires-contremaitres pour tout dire des hommes de confiance du propriétaire.

 

Le futur médecin proposait alors au garçonnet candide de le ramener à son domicile et au cours du déplacement le futur médecin engageait une gentille conversation du genre à mettre en confiance le gamin. Puis au détour d’une phrase sans avoir l’air de trop y insister il signalait au garçon que bientôt il serait docteur et que d’ailleurs plus ou moins il en savait autant qu’un vrai médecin. Suite logique de cette information, il proposait à l’enfant de l’ausculter sérieusement pour voir s’il était en bonne santé lui octroyant à l’issue de sa visite informelle réglée par des séries de palpations inconvenantes effectuées sur la confortable banquette arrière en similicuir, une récompense à la hauteur de son obéissance sinon de sa soumission. Il allait de soi, et le futur médecin insistait sur ce point, que personne, surtout pas les parents, ne sache qu’il pratiquait sa science dans sa Panhard, tous phares éteints, sur un chemin déserté, adjacent à la route principale, parce que disait-il les gens jalouseraient ce favoritisme et feraient des méchancetés, outre à lui-même, à celui qui profitait de ses bontés.

 

Pourtant malgré ce conditionnement l’essentiel des garçonnets refusait tout net ces visites impromptues. Dans ces cas-là le futur médecin arrêtait immédiatement son affaire et raccompagnait sans acrimonie les gamins chez eux. Ces derniers quelquefois racontaient à leurs parents d’une façon embrouillée leur aventure improbable, parmi les parents qui recevaient ces étranges confidences une majorité se laissait gagner par un trouble certain bien que pour la plupart la chose paraissait invraisemblable considérant qu’une famille tout à fait « comme-il-faut » ne pouvait pas élever dans son sein des êtres pervers. Cependant dans le doute les parents sermonnaient leurs mâles rejetons d’éviter tout contact avec le personnage douteux.

 

Les parents de Théodorit ne furent pas les derniers à expliquer à leur jeune collégien qu’il existait partout des vieux messieurs vicieux qui par tous les moyens cherchaient à s’amuser des jeunes garçons en leur tripotant la quéquette. Et qu’il ne fallait pas monter dans la voiture de gens inconnus comme il l’avait fait un certain jour. En effet sortant du collège il marchait vers l’arrêt du car avec à son côté Pamphile un garçon de son âge, habitant de La Feuillargues, quand soudain une voiture klaxonna, Théodorit et son jeune

 

                                                          81

-----------------------------------------------------------------------------------------

 concitoyen tournèrent la tête, virent le conducteur et les passagers gesticuler du bras comme pour inviter à prendre place dans le véhicule. Or ils ne s’adressaient qu’au seul Pamphile mais la course de celui-ci provoqua celle de Théodorit et par imitation son intrusion dans l’auto des amis des parents de Pamphile.

 

Théodorit sentit à l’instant de son installation une gêne de la part de ces personnes qui ne prononcèrent pas un mot et qui d’ailleurs restèrent silencieux tout le long du déplacement n’adressant curieusement pas même une parole à Pamphile. Pourtant Théodorit s’obligea à être bien poli envers ces gens, presque obséquieux, suivant à la lettre les préceptes de sa mère qui apprenant ce retour singulier le réprimanda en lui inculquant cette règle de ne jamais s’imposer sans une invite formelle. Mais c’est le lendemain matin, à l’arrêt du car devant les usagers collégiens, étudiants, ou travailleurs, que Théodorit subira les pires reproches et souffrira la honte. Pamphile le foudroiera des yeux et de la parole, il lui débitera un humiliant sermon, le premier de sa future carrière d’ecclésiastique, qu’il rumina sans doute toute sa nuit sur les conseils avisés de ses dévots parents, viendra même à sa rescousse son ami et probable cousin Chilpéric qui dans les temps faibles pimentera la réprimande, à la façon du cuisinier qu’un jour il deviendra, jetant, comme une poignée de sel, à la figure de Théodorit de cruels : « ours mal léché ! ».

 

Lorsque plus tard se présentera l’opportunité, Théodorit questionnera son professeur de français au sujet de cette expression, ce dernier lui indiquera que l’ours représente la sauvagerie et que mal léché signifie la mauvaise éducation, bref le tout révélait un être asocial. Thédorit remâcha longtemps cette explication avant qu’une lueur éclaire son esprit, de toute évidence pour Pamphile et Chilpéric il incarnait dans toute sa splendeur l’être asocial, en réalité un être qui n’appartenait pas à leur société de fils de propriétaire lui qui n’était qu’un fils d’ouvrier.

 

D’ailleurs Théodorit se souvenait d’un jour de disette lors d’un déjeuner à la cantine du collège. Le surveillant l’avait forcé à compléter une table de huit où trônait Chilpéric en compagnie de sa bonne société, lorsque la cantinière apporta le plat cette excellente société se servit copieusement ne laissant pour se restaurer à Théodorit et à un autre novice de son acabit que des miettes. Indécence des possédants devant laquelle les humbles se refusent toutes

 

                                                          82

-----------------------------------------------------------------------------------------

 réprobations, ce jour-là Théodorit et son compagnon d’infortune serrèrent les dents et accessoirement leur ceinture.

 

 Notre futur médecin malsain appartenait à ce groupe convenable sinon bien léché. Pourtant une première alerte secoua l’harmonieuse communauté d’un village voisin, et La Feuillargues éprouva tel un ricochet le trouble de cette onde lointaine. Un garçon, un préadolescent, sans raison avouée ni avouable reçut du futur médecin un cadeau insensé : une splendide et onéreuse montre en or. Derrière l’interrogation du pourquoi une telle faveur chacun donnait son interprétation, mais uniquement dans le cercle limité de ses relations intimes, et encore ne s’agissait-il que de supposer des actes que nul n’osait nommer franchement, tant ceux-ci inspirait le dégout, et aussi la crainte de représailles de la part du père, de surcroit propriétaire puissant, de celui que d’aucuns dotaient de la tare de la perversion. Pour faire bonne mesure certains n’hésitaient pas à lister les précédents cadeaux imaginaires que distribuait le pervers çà et là à une pléthore de préadolescents dont les parents décidément se refusaient à voir l’évident motif.

 

Puis le jour arriva l’affaire scandaleuse qui put faire des remous. Le gamin s’appelait Mérovée, du même âge que Théodorit ou presque, il habitait dans l’unique maison d’un lieu-dit d’un village pas trop éloigné de La Feuillargues où ses parents nouveaux venus dans le secteur s’activaient à valoriser un domaine du père du pervers. Lorsque Mérovée sortit du piège infernal, où en confiance il s’embarqua, son corps et son mental éprouvèrent une immense douleur qu’aucuns de ses mots ne purent décrire, aussi quand il quitta la funeste Panhard, il n’eut que la force de s’allonger dans les herbes folles d’une jachère qui le cachèrent entièrement de tous regards qu’il imaginait réprobateurs, et dans lesquelles il demeura longtemps affligé d’une détresse absolue.

 

De son côté la mère s’étonna de ne pas voir à l’heure habituelle rentrer Mérovée, au fil des minutes son étonnement se changea en crainte puis en inquiétude avant qu’une angoisse terrible ne la pousse à courir vers l’arrêt de car habituel. Ce n’est qu’en passant près de la jachère qu’un bruissement et des soupirs attirèrent son attention. Sans respirer et sur la pointe des pieds elle se dirigea vers cette zone mystérieuse pensant y trouver un lapin qu’une buse aurait amoché dans sa chasse. Et c’était presque le cas !

 

                                                         83

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Le cri douloureux d’une mère affligée balaya toute la plaine, puis tombant à genoux au côté de son fils, elle eut ces gestes instinctifs qu’aucune personne autre qu’une mère ne parvient à prodiguer. Elle enveloppa son fils d’une ineffable douceur en le serrant sur son cœur, puis le porta jusqu’à la maison en lui susurrant des mots d’amour.

 

La nuit était tombée depuis longtemps quand le père revint du village avec le docteur qui terminait toujours les consultations à une heure tardive. Le crissement des pneus de la voiture du docteur provoquèrent l’effroi de Mérovée, alors de toutes ses forces il s’agrippa à sa mère qui non sans mal après d’interminables minutes parvint à le raisonner afin qu’il accepte la présence du docteur et qu’il se soumette à l’examen médical toutefois en sa présence. Avec tact l’homme de l’art dressa le constat des lésions, de sérieux hématomes authentifiaient un incontestable viol. Cependant malgré le questionnement adroit du docteur, Mérovée enfermé dans un mutisme craintif ne révéla rien de l’identité du violeur.

 

« Vous a-t-il dit le nom ? » cria le père avec dans ses mains une antique pétoire, sitôt que le docteur sortit de la chambre.

 

« Rangez donc ça malheureux ! Vous voulez donc finir en prison, ou pire qu’on vous tranche le cou ! En plus avec un engin qui peut vous péter à la figure ! Laissez-moi faire et consolez votre garçon. »

 

En réalité le docteur usa de beaucoup de temps et de diplomatie pour calmer le père. Il lui jura sur son honneur que s’il trouvait le coupable, et il s’emploierait à le trouver par tous les moyens, justice serait rendue à son fils sans pour autant ameuter le canton ni entamer une longue et traumatisante procédure judiciaire. En quelques jours le docteur renseigné par les camarades de Mérovée qui témoignèrent sur ce dernier des conditions de son retour à son domicile, vit se confirmer son soupçon sur le prédateur. Alors il alla trouver le chef de cette distinguée famille, qui prit de haut les assertions du médecin de campagne, au point de le vouloir jeter à la rue avec un coup de pied quelque part.

 

Mais le médecin possédait par-devers lui une pièce maitresse propre à briser les plus tenaces réfutations, il avait effectué sur Mérovée un certain nombre de prélèvements qui confondrait, si besoin était, devant les juges l’auteur du crime. Ces indéniables preuves troublèrent le père qui voyait apparaitre le discrédit d’une réputation à jamais ternie, et la flétrissure d’un

 

                                                         84

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

 

nom, le sien, pour toujours. Par le poids de cette menace son arrogance naturelle reflua, par le risque d’une vérité dévoilée son caractère s’amadoua avec toutefois au sujet de cet adoucissement une insincérité non dissimulée. Sur ces bases la négociation commença où les indemnités à servir prirent une part prépondérante, le docteur servant d’intermédiaire garantissait l’anonymat de la transaction, tel un secret de sa profession, ce qui était partiellement la réalité, car à bien considérer ce fils indigne révélait une pathologie qu’il fallait soigner, d’ailleurs pour sa tranquillité et celle des jeunes garçons des alentours, le père se plierait à cette injonction du docteur.

 

Cependant le secret ne demeura pas très longtemps dans le cercle restreint des principaux protagonistes. L’un et l’autre de la communauté remarquèrent les allées-et-venues du docteur ainsi que ses visites et questionnements qui ressemblaient à une enquête policière. De plus les quasi-disparitions de Mérovée, pour cause de rétablissement physique et psychique, et du jeune homme à la Panhard qui partit discrètement suivre un traitement dans une lointaine et onéreuse clinique privée, suscitèrent sous le manteau des extrapolations et des commentaires plutôt malveillants puisque aucunes informations sûres n’émergeaient les péroreurs s’offusquèrent en constatant la volonté d’étouffer un scandale honteux. Une mise sous le boisseau qui cachait sans doute une affaire de gros sous, des sommes fabuleuses dont le montant donnait le vertige, car sur ce dédommagement financier il n’en était pas une et pas un qui de place en place au passage n’augmentât pas la somme. Alors la compensation se voyait comme une infamie et écœurait certains qui eussent mis dans le même sac le coupable et sa société décadente et repue, avec également, pour accroitre son malheur la victime et surtout ses parents qui tiraient profit des vices des nantis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                            85

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

                                         ESSAIS LIBIDINEUX

 

 

 

L’équipée voguait à présent dans une rue de Brontillier mal éclairée, à la recherche de l’immeuble où résidait une dame qui pratiquait à domicile la plus vieille activité connue au monde, par laquelle moyennant rétribution elle procurait au quidam, devenu client d’un commerce spécial, un bref et relatif bonheur qui ne menait pas systématiquement au septième ciel.

 

À l’arrière du véhicule Théodorit se ressassait la façon dont cette virée avait pris corps et comment l’enchainement des situations le plaçait à présent dans une position où il se sentait mal à l’aise. En revanche à son côté Verner son copain de maternelle semblait radieux et même euphorique, il affichait un sourire réjoui de quelqu’un qui par avance savoure son plaisir, et quand son regard croisait celui de Théodorit il renouvelait à chaque fois un clin d’œil salace, lui vraiment avait hâte de tâter de cet interdit que pourchassait son père lorsqu’il était policier en activité.

 

Cette affaire débuta vers la fin d’une après-midi d’un samedi ordinaire quand la troupe joyeuse des adolescentes et des adolescents de la tranche d’âge de Théodorit, grosso-modo autour des seize ans, commençait à se séparer car l’heure de la soupe du soir s’annonçait. Juste à cet instant dans la rue qui borde la placette des arènes passa Bel-Oreste au volant de sa fourgonnette de chauffeur-livreur. Frénétique, il klaxonna afin d’attirer l’attention du futur plombier Gédéon lequel leva son bras, agita sa main, et lui cria un antique : « Salut à toi ô Bel-Oreste », précisant pour ceux de sa génération qui éprouvaient une incompréhension que Bel-Oreste assurait les livraisons et notamment les commandes de son patron-plombier.

 

Avec le doigt de la main qui ne lui servait pas à conduire Bel-Oreste fit un signe clair indiquant à Gédéon de le rejoindre au bar du « Grand Balthazar », car par un autre signe formel retournant son doigt vers sa langue, il lui signalait que cette dernière asséchée méritait une humidification substantielle. Gédéon séduit par ce qu’exprimait la mimique, se retournant vers ses copains leur dit : « Venez avec moi je vous présenterais Bel-Oreste… un gars formidable ! ». De copains, Gédéon en dénombra seulement trois qui profitaient encore un peu de leur bonne et réciproque camaraderie : Verner, Théodorit, et Achille un

 

                                                            86

-----------------------------------------------------------------------------------------

 garçon toujours tiré à quatre épingles, parfumé à l’eau de Cologne Saint-Michel, placé par sa mère sur un piédestal qui le voulant instruit et sportif, l’inscrivit dans un collège privé de renom, et pour sa détente dans un club de boxe française, à ne pas confondre avec la savate des apaches parisiens de 1900, où avec plus de grâce que d’efficacité Achille apprenait les esquives, les coups de pieds fouettés et chassés, enchainés avec les directs et les crochets des deux poings.

 

Le quatuor rejoignit au bar du café Bel-Oreste qui grand seigneur pria fermement Balthazar le patron de servir à ses nouveaux et jeunes amis une boisson sérieuse et anisée, parce qu’il fallait bien qu’un jour ceux-ci cessent d’être des arpètes pour devenir des hommes crut-il bon d’ajouter. Ce fut là l’entrée en matière d’une conversation qui tourna rapidement sur la façon de parvenir au rang de mâle dans toute sa splendeur, surtout côté fornication. Aidé en cela par Gédéon qui par ailleurs était un habitué de ce genre de virée, Bel-Oreste à force de tentation persuada les trois puceaux de partir avec lui en une inoubliable bordée. Mais auparavant les trois garçons devaient, par des menteries effrontées, quémander à leurs parents par anticipation l’argent de poche de plusieurs semaines à venir, même si Bel-Oreste affirmait que la débauche ne couterait pas très cher, connaissant à fond ce monde interlope dont il savait marchander les prestations.

 

« En voiture Simone ! » Ces trois mots donnaient le top départ d’une frasque qui se voulait homérique, et où trois juvéniles mâles tout neuf partaient, tel des montagnards avec Bel-Oreste et Gédéon en premier de cordée, à un ébouriffant assaut du mont de Vénus. Néanmoins la soirée méritait d’emprunter une voie qui aille crescendo jusqu’au dépucelage final des trois virginaux damoiseaux, aussi la fourgonnette, où ceux-ci se tenaient à l’arrière debout et ballotés, se dirigea-t-elle à Brontillier dans la rue fiévreuse de Pousserolle où se côtoyait des cabarets à hôtesses, des boites de stripteases intégraux, et virevoltant un peu partout des dames de petites vertus. Bel-Oreste en guide accompli mena sa troupe dans un cabaret qui selon son avis présentait un spectacle de classe bannissant la nature sordide de ce genre de représentation.

 

Et effectivement à condition que le client commandât une bouteille de médiocre Champagne, il avait la satisfaction d’assister à plusieurs numéros relativement digestes. Mais ce qui choquait le plus les trois novices provenait

 

                                                              87

-----------------------------------------------------------------------------------------

 de la faible distance qui séparait les artistes des spectateurs, ainsi rougirent-ils et n’osèrent-ils pas se regarder lorsque vint le clou du spectacle proposé par un couple de danseurs seulement vêtus d’un cache-sexe et de paillettes se livrant sous leur nez à des mouvements lascifs et très subjectifs. Fort heureusement juste après cette scène érotique d’anthologie afin de faire retomber les fébriles excitations, venait un trio de musiciens qui clôturait la soirée par des mélodies de jazz.

 

À ce moment-là, alors que Théodorit appréciait la rythmique par des claquements de doigts, Bel-Oreste se leva en déclarant qu’ils n’étaient pas venu pour ça et que son état personnel nécessitait un plaisir plus tactile qu’auditif, cela dit bien sûr avec moins de pudeur, mais ils avaient dépassé le cadre de toute retenue et glissaient dans l’indécence absolue. Mais avant de passer à ce qu’il appelait les choses sérieuses, il voulait d’abord que quelques verres de boissons fortes poussassent le médiocre Champagne. Ils ignoraient que ces alcools aux degrés excessifs, contrairement à ce que prétendait Bel-Oreste, ne leur apporteraient aucune vigueur bien au contraire au moment crucial elles annihileraient leur énergie et rendraient impuissante leur belle vitalité.

 

« Nous y sommes !... Je vais aux nouvelles. »

 Bel-Oreste délaissa sa fourgonnette et ses amis puis d’un regard circulaire évalua la situation avant de pénétrer dans l’immeuble. Quelques minutes s’écoulèrent, alors que dans le véhicule, les garçons, chacun pour soi dans un silence de cathédrale à l’instant de l’élévation, supputaient leurs prochains exploits luxurieux. Bel-Oreste réapparut suivi par une dame d’un âge certain vêtue d’un peignoir suranné. Cette dame qui entamait une maturité largement épanouie intimida Achille et Théodorit lesquels évitaient de s’appesantir sur cette Vénus un peu fanée, en revanche elle excita Verner dont l’écarquillement des yeux lui donnait l’air d’un prédateur et qui, regardant ses copains, non seulement clignait de l’œil mais de sa tête par des mouvements affirmatifs démontrait sa puissante envie de stupre, seul Gédéon paraissait blasé sans doute jouait-il à l’habitué du libertinage tarifé.

 

«Elle est d’accord sur le prix, dit Bel-Oreste, à condition que vous montiez deux à la fois. Moi j’irais seul en dernier. »

 Verner de crainte qu’on lui volât son tour, s’était extirpé de la fourgonnette et depuis le trottoir, tout en ayant un œil fixé sur la pauvre Vénus

 

                                                            88

-----------------------------------------------------------------------------------------

 de peur qu’elle ne changeât d’avis, interrogeait ses copains sur l’envie qu’ils avaient de monter avec lui. Après quelques hésitations, enrobées de savoureuses politesses et d’élans courtois, Gédéon se décida, et pour ainsi dire bras dessus bras dessous le salace et le paillard rejoignirent la débauche.

 

Dans la fourgonnette au fil des minutes le silence s’imposa, il écrasa la moindre velléité de conversation. Bel-Oreste en habitué patientait en grillant une cigarette et chantonnait pour lui-même un succès à la mode avec en guise d’accompagnement le tapotement de ses doigts sur le volant. Tandis que pour Achille et Théodorit cette aventure licencieuse virait à la farce de mauvais gout. La honte les gagnait. La motivation se retirait. Ils se demandaient ce qu’ils fichaient là, et surtout s’ils pourraient réaliser dans de telle condition l’acte suprême qui les ferait basculer dans le groupe viril des mâles.

 

Lorsque Verner et Gédéon réapparurent après un temps qui sembla assez bref, le premier présentait un visage reflétant un grand courroux voir même une fureur mal dissimulée, tandis que le second se portait au comble de l’hilarité et masquait mal le fou-rire qui le tenaillait. Avant que quiconque ne formule une question Gédéon explicitait, d’un geste spécifique de sa main droite qu’il dressait et faisait retomber aussi sec, la difficulté qu’ils avaient eu d’assurer et de conserver le maintien majestueux qu’exigeait la situation. Mais le pire que durent endurer les piteux faiblards se furent les réprimandes que l’experte des jeux lascifs ne se retint pas de leur faire, car de son côté en bonne professionnelle elle leur avait si bien démontré l’étendue de son art qu’en aucun cas elle ne voulait endosser la responsabilité de leur faillite dont elle attribuait la cause à leur ivrognerie.

 

À présent selon les prévisions, il convenait que Théodorit et Achille montassent jusqu’à l’appartement des plaisirs salaces, encouragés par un Bel-Oreste jubilant qui les chargeait de soutenir la réputation des gars de La Feuillargues. Mais Achille et Théodorit ressentaient la même envie de monter que celle du condamné allant à l’échafaud. Ce fut alors Achille qui pour se sortir de ce mauvais pas déclara que vis-à-vis de sa mère il ne pouvait pas risquer d’attraper une de ces funestes maladies, qui de plus rendent trop souvent stérile le familier de ces galanteries. Théodorit enfonça le clou en affirmant que tout bien pesé, la satisfaction de cette aventure n’égalait pas ses dangers sanitaires.

 

                                                            89

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Bel-Oreste se fâcha, et tout empourpré, jeta à la figure du quatuor que la France avait du souci à se faire entre des impuissants ramollis et des puceaux invétérés, que le pays du vert galant décidément s’efféminait, et qu’il ne rassemblerait bientôt qu’un grand troupeau de mignons embaumant l’eau de Cologne Saint-Michel. Puis claquant la porte de la fourgonnette il se précipita la rage au pantalon jusqu’à l’entrée de l’immeuble prêt à sabrer par des coups de rein impétueux la vénusienne défraichie. Quand il revint de ce singulier combat il affichait une mine décrispée, détendue, reposée, son envie de dispute avait disparu, cigarette au bec, empoignant le volant, il consola les adolescents en déclarant : « ce n’est pas grave les gars, vous ferez mieux la prochaine fois. »

 

Or pour Achille, Théodorit, et Verner, cette expérience ne méritait qu’elle se renouvelât et d’ailleurs ils n’eurent jamais la tentation de la renouveler. Quant à Gédéon rompu à ce genre de virée il avouera sans peine à ses jeunes copains qu’à l’instant décisif il ne comptait plus les pannes inopportunes, mais qu’aller voir les prostituées en compagnie de ses camarades ouvriers participait à sa valorisation vis-à-vis de ceux-ci.

 

 Justement parmi les ouvriers il en était un, dénommé Rostre, ouvrier bourrelier, qui se plaisait à vanter ses facultés admirables, et selon lui admirées, de baiseur invétéré et endurci. À l’entendre sa réputation était si bien établie qu’aucune représentante du beau sexe ne redoutait de lui faire des avances résolues bien que discrètes, même si à le voir, avec son visage ingrat affublé d’un strabisme divergent et d’un bec de lièvre mal recousu, avec son physique sans grâce victime d’une poussée excessive de sa taille qui ne fut pas compensé par une masse musculaire vainement attendue, il fallait beaucoup d’imagination pour le croire irrésistible auprès des dames. Mais comme il le disait souvent lui-même, il convenait ne pas s’arrêter à sa devanture car l’essentiel de son charme se situait à l’arrière-boutique, ajoutant en clignant de l’œil que la nature l’avait doté d’un organe exceptionnel dont il usait avec une remarquable dextérité, sachant le manœuvrer pour qu’il devienne une source permanente et inégalée de bonheur.

 

Pourtant il se montrait très rarement en galante compagnie ce qui amenait la plus part des jeunes hommes à douter de ses prétendues performances, et si nul ne criait à l’imposture, concevant qu’une démonstration publique s’avérait

 

                                                            90

-----------------------------------------------------------------------------------------

 obscène, en conséquence répréhensible par la loi, et donc impossible à étaler, on aurait aimé entendre un témoignage intime d’un compagnon de parties fines prouvant la véracité de ses qualités particulières. Néanmoins et sans barguigner on admettait comme raison officielle de la solitude publique de Rostre ce gout que les femmes ont de ne jamais s’exhiber dans des tenues indécentes ou en compagnie de personnes pouvant entacher de façon irrémédiable leur réputation, de sorte que pour toujours lui soit collée cette étiquette de femme légère sinon vicieuse.

 

Une fois cependant Verner, Théodorit, et Achille auraient pu avoir la révélation des épatantes aptitudes de Rostre. Les trois gaillards se rafraichissaient sous l’écrasant soleil d’août dans l’onde claire du Salaidou, un ruisseau turbulent qui lors des fortes pluies automnales dévastait ses berges mais qui une fois sa colère passée conservait dans ses quelques larges cavités naturelles suffisamment d’eau pour que les adolescents intrépides puissent en calculant bien les risques piquer une tête sans se la fracasser sur la roche. Ces endroits paradisiaques se méritaient, partant de La Feuillargues, après environ deux kilomètres de route, il fallait emprunter un sentier envahit d’herbes sauvages et de ronces, puis se faufiler dans une végétation dense avant de profiter du Salaidou et de ses fosses pleines d’eau claire.

 

Soudain un buisson bruissa, un chuchotis de voix s’entendit, et à l’instant où les garçons scrutèrent vers la direction bruyante, leur apparut sortant du bosquet Rostre en compagnie d’une sculpturale créature, tous deux en maillots de bains de taille réduite masquant juste cet essentiel qui froisse la pudeur. Rostre se délesta de sa musette puis s’inquiéta auprès des garçons de la température de l’eau mais d’eux aucune réponse en écho ne lui revint, tant ceux-ci devant la gracieuse jeune femme, avec ses formes splendides, et son déhanchement de féline qu‘accentuait sa marche sur les bords rocheux de la rive, demeuraient interdits à tous raisonnements pratiques, d’autres pensées autrement plus subjectives les accaparaient. Il fallut que Rostre pénètre dans le lit du ruisseau, les arrose d’eau, pour qu’ils quittent momentanément des rêveries voluptueuses mais qui revinrent instantanément lorsque Rostre tendit sa main et que la superbe beauté la saisissant se contorsionna donnant à son corps des poses joliment lascives avant de le faire disparaitre dans l’onde.

 

Seul l’intarissable Rostre alimentait la conversation de sujets convenus tel que l’avantage de tirer parti de ce don de la nature sous un ciel merveilleux, la

 

                                                             91

----------------------------------------------------------------------------------------

 jeune femme écoutait son homme et souriait aux garçons, ces derniers sentaient rougir leurs pommettes et pour remplacer les mots qui ne leur venaient pas, dodelinaient de la tête en signe d’intérêt. Au bout d’un certain temps du plaisir simple de la trempette, Rostre remonta sur la berge, il aida son amie à sortir de l’eau, elle présenta sans malice aux garçons la partie charnue de son anatomie, si ronde et si pleine, qu’elle médusa ces spectateurs attentifs, et déjà venait le regret de la voir disparaitre dans cette envahissante flore. Ils rêvassaient encore de l’exquise apparition quand ils entendirent comme une sorte de plainte dont ils ne savaient pas à quel animal l’attribuer, puis la plainte à peine audible se transforma en gémissements caractéristiques d’un agrément sensuel enfin vinrent les petits cris qui retentissaient et s’amplifiaient sur les roches et comme les galets rebondissaient sur l’onde. Le doute n’était plus permis, un couple se donnait du bon temps, et ce couple venait de les quitter.

 

Les garçons se regardèrent avec aux lèvres un sourire entendu, dodelinant légèrement leur tête, signifiant par ces attitudes que les amoureux sont toujours seuls au monde et que rien d’autre ne compte que leur passion. Puis Verner sentant vibrer en lui cette fibre policière qu’il tenait de son père, un retraité de la grande maison, se démena par des mimiques appropriées afin que Théodorit et Achille comprennent qu’il fallait exploiter cette situation singulière et se rendre compte de visu de l’habileté et plus encore du tour de main de Rostre pour les jeux érotiques. Toujours par gestes et par grimaces, Achille et Théodorit répondirent qu’en aucun cas ils ne voulaient être des voyeurs, que cette curiosité malsaine les dégoutait, et de plus s’ils se faisaient surprendre Rostre à coups de poing celui-ci leur arrangerait le portrait. Dans ce silence qu’ils s’imposaient, Verner de ces mains affirma à ses copains qu’ils appartenaient à la race des pétochards sans audace, puis il leur démontra qu’en se contorsionnant dans l’épaisse végétation sans être vus ils verraient tout.

 

Hélas quant on ne maitrise pas le langage des signes la communication traine en longueur car s’ajoute à cela les incompréhensions qu’il faut reprendre. Néanmoins Verner en conclusion de cette causerie gestuelle signifia qu’il allait tout seul constater la réalité des prétentions du phénoménal Rostre. Mais à peine sortit-il de l’onde que Rostre se dégageait de la sauvage verdure et apparaissait nez contre nez de celui de Verner.

 

                                                            92

-----------------------------------------------------------------------------------------

 « Je suis embêté, dit le Cupidon champêtre, j’ai fouillé ma musette… et je crois que vous devez me dépanner. »

 

Devant l’air hébété qu’affichaient les garçons, Rostre précisa sa demande de préservatifs en réalisant le geste de celui qui protège sa tête d’un bonnet ou mieux encore d’un capuchon. Alors pour ne pas perdre la face et avec son sens de la repartie Verner lui déclara qu’ils étaient venus pour se tremper et non pour tremper le biscuit, ce qui provoqua le large sourire de Rostre lequel pour avoir le dernier mot affirma que l’un n’empêchant pas l’autre un bon étalon devait toujours se tenir prêt à toute éventualité.

 

Des témoins se souviendront longtemps à propos de Rostre de son unique et remarquée exhibition sentimentale au bras d’une sorte de météore éblouissante de surcroît libérée de toute contrainte morale. Elle se prénommait, cela allait de soi, Libertad. Ses parents refoulés de cette Espagne autoritaire de Franco, se mirent, dès leur arrivée en France à travailler à la journée, là où la besogne se présentait. Un temps pendant leurs pérégrinations ils vécurent à La Feuillargues, à cette époque sans doute, pendant une récréation, dans la cour de l’école communale, la petite Libertad joua innocemment avec le jeune Rostre. Parvenus à l’âge adulte ils se retrouvèrent, mais s’étaient-ils réellement perdus de vue. Adolescents ne se croisaient-ils pas ici ou là à l’occasion des fêtes locales, et n’allaient-ils pas jusqu’à se bécoter secrètement dans des coins discrets. Puis ayant tous deux grandis ne se retrouvaient-ils pas quelquefois afin de batifoler follement. Bref cette année-là à la fête de La Feuillargues la communauté constata toute ébahie la transformation avantageuse en tout point de la fille de ces espagnols, leurs anciens concitoyens, chassés de leur pays à cause de leurs drôles d’idées politiques.

 

Libertad sans fausse pudeur exposait à présent à tous les yeux des formes sculpturales. Sans l’once de réserve, en l’absence de toute timidité, elle savait par quelques vêtements trop bien ajustés, mettre en valeur sa plantureuse beauté. Elle incarnait la Femme d’une façon telle qu’aucune imagination n’aurait osé la concevoir dans la réalité d’un quotidien banal. Car la femme libre, indépendante, et malheureusement au destin tragique, n’existait seulement que sous la plume des auteurs, on admirait « Carmen », on s’exaltait pour « la dame aux camélias », et très récemment on se troublait que « Dieu… créa la femme », une femme insoumise qui depuis la sortie du film servait de

 

                                                            93

-----------------------------------------------------------------------------------------

 modèle à toutes ou presque et notamment à Libertad. Une liberté dont s’emparaient les femmes et qui inquiétait les tenants d’un ordre patriarcal.

 

Cet état d’esprit ne mordait pas sur Rostre bien au contraire, heureux et fier qu’il était de pouvoir en public tenir par la main une belle femme que n’embarrassait pas sa réputation sulfureuse et spécifique pour les joutes amoureuses, laissant supposer aux envieux, à les voir tous deux si bien assemblés, le niveau et la qualité de leurs prouesses sensuelles. Il y avait vraiment matière à bavasser. D’autant que frôlant le scandale Libertad et Rostre n’hésitait pas lorsque le désir les prenait, quelquefois au mitan de la rue, à bouche que veux-tu, à se livrer à des embrassements fougueux teintés d’indécences. Cependant l’aventure tapageuse ne dura que le temps de la fête locale de La Feuillargues, Théodorit et ses copains supposèrent que leur comportement recelait l’assouvissement d’une vengeance sur la bienséance bourgeoise. Néanmoins ils eussent aimé eux-aussi tenir par la main Libertad, et esquisser à la place de Rostre selon une soudaine envie quelques pas de danses lascives, et il y avait de quoi être lascif avec Libertad, grande, brune, au teint naturellement mat, un buste couvert d’un haut qui laissait deviner une poitrine ferme, conquérante, et puis un short qui faisait apparaitre des cuisses aux courbes harmonieuses, des jambes galbées prises dans des bottines étonnamment blanches. Et si entre eux ils ne se l’avouèrent point, souvent le déhanchement singulier de Libertad perturba leurs adolescentes rêveries nocturnes.

 

 Théodorit garda en mémoire lors de la rencontre avec Rostre au ruisseau du Salaidou sa recommandation de se tenir prêt à satisfaire toutes les demandes même les plus osées et surtout de se prémunir des risques éventuels. Mais il n’imaginait pas que ce genre d’affaire pût se produire à l’improviste. Or il advint sous le chapiteau dressé spécialement pour une animation dansante hivernale que, le bal battant son plein, Théodorit à bout de souffle s’asseye quelques minutes sur un des bancs du pourtour du chapiteau. Et sans y avoir prêté attention il se plaça juste à côté d’une jeune femme qui sans être laide n’attirait pas forcément les regards, mais à défaut d’être jolie son sourire aimable lui valait quelques sympathies. Ce sourire franc et joyeux était aussi un piège sournois pour, avec une patience d’araignée, prendre dans sa toile le plus roué des bellâtres. Dans ces conditions Théodorit novice en la

 

                                                             94

----------------------------------------------------------------------------------------

 matière ne pouvait pas échapper aux griffes de la malicieuse inconnue qui se fit remarquer de lui en lui proposant une cigarette américaine, stratagème efficace afin de rompre la glace et de jeter un pont sur la différence des âges, car la luronne connaissait l’art de mener pour deux la conversation rendant passionnant les sujets anodins, elle n’avait nul besoin de ce rapprochement physique qu’occasionne la danse pour accaparer l’attention du garçon et quelquefois l’émoustiller par des propos ambigus. Pour le cas présent elle exclut l’équivoque sentant qu’elle effraierait par des propos de ce genre l’inexpérimenté Théodorit.

 

Lorsqu’au bout d’un certain temps il voulut l’entrainer dans une danse, elle prétexta pour s’y dérober d’une douleur à la cheville suite d’une récente entorse, et le culpabilisa juste ce qu’il faut pour qu’il préfère sa conversation au tourbillon des danses et des farandoles. Il demeura prisonnier de son verbe, elle le tenait à sa merci, à tout moment rien ne l’empêchait porter l’estocade triomphante. À un certain moment elle exprima son désir de prendre un bol d’air frais, pour ce faire elle invita Théodorit à l’accompagner. Ils quittèrent l’atmosphère surchauffée du bal où s’exhalaient des effluves de parfums bons marchés qui ne masquaient plus les odeurs de transpiration des danseurs que les rythmes endiablés des derniers succès agitaient et enfiévraient. D’un coup la fraicheur de la soirée hivernale tomba sur les épaules des promeneurs, alors d’une façon toute naturelle elle posa sa main dans le dos de Théodorit qu’elle frotta fermement, comme en réponse, hardiment celui-ci passa son bras autour du cou de la jeune femme, ainsi à les voir de loin si serré l’observateur attentif ne pouvait croire qu’ils n’avaient pour seul objectif que la lutte acharnée contre le froid.

 

D’ailleurs malicieusement l’audacieuse entrainait à petits pas son galant du jour vers la ruelle où sa voiture stationnait, là elle l’invita à profiter un instant du confort des sièges arrière de l’auto. À cet instant Théodorit comprit qu’il venait de tomber dans un traquenard que seule la perfidie féminine savait agencer, il comprit aussi qu’il devait se hisser à un niveau de performance qui satisfasse celle qui lui paraissait être une habituée de certaines joutes nocturnes, or il ne s’appelait pas Rostre, et pour tout dire il ignorait tout de la chose, quelle expérience pouvait-il tirer de ses flirts précédents qui lui fasse profit à cet instant inédit et crucial.

 

                                                             95

----------------------------------------------------------------------------------------

 « Improvisation d’un mauvais comédien qui donne le change sur un thème méconnu de lui », tel pouvait être le titre de la pièce qui se jouait dans l’espace réduit d’une minuscule guimbarde où les acteurs se cognaient à chaque mouvement.

 

Théodorit revint seul et pensif du lieu de sa première débauche, quand levant sa tête il vit ses copains à l’entrée du chapiteau. Ils l’attendaient avec leurs rires graveleux et leurs regards salaces, Théodorit n’échapperait pas à un pointilleux interrogatoire, déjà il mettait en place une fable crédible qui le valorise sans exagération, craignant que la demoiselle probablement déçue révèle un jour, et peut-être même à un copain devenu le favori de sa soirée, ses insuffisances. Alors Théodorit insista sur la condition hivernale qui prodiguait des températures peu propice aux ébats intimes réalisés à découverts, à la vue du curieux, dans l’exiguïté de l’espace arrière d’une petite voiture. Ainsi dans ces circonstances satisfaire une partenaire exigeante obligeait le galant, qui l’œil aux aguets demeurait sur le qui-vive, à des prouesses que n’eut pas prodiguées l’amant le plus aguerri. Mais tout en expliquant son aventure Théodorit ne parvenait pas à se convaincre que seuls les éléments contraires expliquent sa piteuse prestation. En vérité depuis longtemps il imaginait sa première fois comme un épisode sublime de sa vie, réalisé dans un décor vaporeux où des musiques célestes l’entraineraient lui et son amie dans un tourbillon vertigineux, or la confrontation avec cette réalité brutale et crue lui déplut, ce manque de romantisme lui ôta une partie de ses moyens.

 

D’ailleurs il constata que l’entreprenante demoiselle ne paraissait pas non plus être dans un moment euphorique, elle agissait comme il convient d’agir dans pareil cas mais sans enthousiasme, avec au contraire une sècheresse de cœur et de corps qui d’une part oblitérerait pour longtemps de l’esprit de Théodorit ses douces rêveries, et d’autre part dans l’immédiat embarrasserait son intimité d’une pénible irritation. De plus il s’obligerait, une fois racontée l’histoire expurgée des détails scabreux, à supporter, outre les plaisanteries douteuses, les conseils plus ou moins amicaux de ses copains tout aussi inexpérimentés que lui-même, excepté Verner dont il apprendrait de sa bouche même, par de secrètes confidences, ses ébauches sexuelles avec une cousine germaine de son âge avec laquelle, enfants, ils jouaient sans malice au docteur et à l’infirmière, un jeu de rôle qui les années passant déboucha sur des jeux de mains beaucoup moins innocents. D’autant que la cousine éprouvait une

 

                                                             96

-----------------------------------------------------------------------------------------

 passion excessive pour Verner, déjà elle brodait le canevas de leur future existence commune, et les liens de parenté lui importèrent peu lorsqu’un jour submergée par la sensualité elle s’offrit à Verner, d’ailleurs elle ne comprit pas que celui-ci n’aille pas au bout de la besogne interrompant au moment crucial, par un retrait inattendu, la plénitude de l’acte de chair. Depuis lors elle cherchait à savoir la raison pour laquelle par ce renoncement son cousin et ami d’enfance refusait d’être son futur époux. L’ayant vu inutilement gâcher sa semence elle s’imagina qu’elle le dégoutait ce qui la déprimait et la rendait malheureuse. Pourtant malgré ses manœuvres d’évitement pour ne plus se laisser tenter, Verner, bien qu’il eut aimé prolonger quelques temps encore ce genre de douceur, par ce sursaut d’homme responsable, exprimait son souhait de ne pas s’embarquer avec une proche, à l’âge adolescent, dans des complications propre à gâter sinon ruiner son avenir.

 

 Ainsi Théodorit ou Verner durent constater en conclusion de leur décevant premier hommage qu’il ne les portait pas au firmament glorieux de l’élite amoureuse à la suite d’Éros et autre Cupidon. Toutefois si Verner, assujetti à un légitime embarras, conservait un mutisme presque absolu sur son aventure quasi incestueuse, et en conséquence ne tira de son dépucelage anonyme et incomplet aucun profit auprès des jeunes filles en fleur. En revanche Théodorit, dont les copains en murmurant le fait de bouche à oreille s’appliquèrent à lui faire de la publicité relativement flatteuse, constata des changements d’attitudes de la part des minettes du village, des regards appuyés, des gestes équivoques, et encore ne remarqua-t-il que les comportements exagérément appuyés étant à mille lieux d’imaginer le retentissement de son haut fait parmi les nymphettes.

 

La première avance directe que Théodorit expérimenta se déroula au petit matin d’un jour insipide dans l’autocar de ramassage scolaire. L’autocar matinal objet de luttes féroces pour s’approprier une place assise, où il fallait à chaque fois, délicatement ou fermement, jouer des coudes, se faire mince, et se faufiler avec le lourd cartable serré contre la poitrine entre les moins habiles afin de se vautrer sur la banquette promise. Cette fois-ci Théodorit atterrit dès la porte passée sur le siège du premier rang côté couloir, puis pour se dispenser de céder sa place il tira de son cartable que ses jambes serraient un document-prétexte qu’il fit mine d’étudier.

 

                                                             97

----------------------------------------------------------------------------------------------                                 

 Le chauffeur embraya avec autant de douceur qu’il pût, néanmoins il n’empêcha pas la guimbarde de tressauter selon son vouloir secouant les passagers comme des pruniers, arrachant les mains de ceux qui debout se cramponnaient aux barres horizontales du plafond du car que soutenaient des rares barres verticales. Ainsi au démarrage bringuebalant du véhicule poussif une étudiante de la faculté de Brontillier mal arrimée effectua quelques mouvements désordonnés afin de retrouver un point d’appui qui lui évite la chute, néanmoins sa gestuelle imprécise amena la partie charnue du bas de son dos à écraser le document et donc les mains de Théodorit sur les propres cuisses du garçon, cependant la fraction de seconde du contact permit à Thédorit de vérifier que sous la robe de l’étudiante potelée des porte-jarretelles supportaient des bas qu’il présumait être de soie, il en ressentit à l’instant même une incommensurable gêne car le cœur n’est pas le seul organe qui ne se maitrise pas, il en est un exclusivement masculin dont la puissante volonté ne se dompte pas. Théodorit tout rougissant en vint à s’excuser de la supposée maladresse de l’étudiante, laquelle d’un sourire lui pardonna son audace.

 

Mais il était écrit que pour Théodorit ce bref voyage se transformerait en un chemin de croix embarrassant car la jeune femme sans doute informée de la virtuosité du garçon dans un domaine précis qui s’était immédiatement révélée au contact de son anatomie, se fit un devoir tout au long de la route, au moindre chaos de simuler une culbute afin de caresser le garçon avec son derrière que rapidement elle posait, plus par jeu que par inadvertance, sur des cuisses involontairement accueillantes. Le problème, lorsqu’on subit une situation inédite et inattendue, provient de la manière dont il convient de solutionner ce problème d’une façon telle que la réponse soit en adéquation avec la demande.

 

Dans ce cas précis, excepté le premier effleurement et encore la question d’une pseudo-maladresse le taraudait, Théodorit ne doutait pas qu’ils fussent tous volontaires, le sourire en coin et le regard malicieux de l’audacieuse le prouvaient, cependant il ne possédait pas cette aisance naturelle pour prononcer avec un franc-sourire et sans bafouiller la phrase ou le mot-clé susceptible de provoquer l’immédiate sympathie. Mais plus que la balourdise d’un geste, ou d’un mot, est la peur du ridicule que suit la moquerie, ou pire la crainte de la remontrance assortie d’un soufflet, si Théodorit souriait bêtement

 

                                                             98

-----------------------------------------------------------------------------------------

 sans rien dire comme un puceau trop fraichement déniaisé, la cause était due surtout à son manque d’agilité intellectuelle qui l’empêchait à l’instant précis où le besoin s’en faisait sentir de dénicher d’un recoin de sa scissure de Sylvius la répartie drôle et aimable qui révèle de lui un esprit fin. Assis sur la banquette, et faisant lui-aussi banquette, Théodorit béatement regardait l’étudiante sans rien lui dire, se reprochant au même moment d’être si godiche et de gâcher une si belle opportunité.

 

Bien sûr quand il serait trop tard, dans quelques heures, ou mieux encore dans la rêverie d’un demi-sommeil se repassant inlassablement la scène muette mal vécue par l’absence de dialogue, Théodorit trouverait comme par enchantement le mot juste, la phrase appropriée, et à chaque représentation son verbe éloquent se peaufinerait et ses mots s’emboiteraient avec une rare virtuosité, ce verbe forcerait l’admiration des moqueurs et des rustres tout juste capables de dilapider la richesse d’un vocabulaire séculaire, et sa parole servirait de modèle à tous les coincés du larynx comme il l’avait été et le serait encore pour longtemps. Malheureux, Théodorit savait qu’on ne peut pas dire plus tard ce qui doit être dit sur le champ, et qu’en toute occasion il faut manifester la vivacité d’un parlé assuré, ainsi apprécie-t-on celui qui ne diffère pas une saillie ou qui n’ajourne pas une boutade. C’était là son défaut de toujours trouver la réplique à contretemps, mais comment se départir de cette tare.

 

 Théodorit serait tout aussi gauche dans une autre circonstance plus précise elle provoquerait son trouble, et pire encore une sorte de tétanie du geste et du verbe dont il se blâmerait plus tard. De toutes les copines du groupe il en était une de son âge qui remplissait à elle seule tous les rêves câlins de Théodorit, d’ailleurs dans ces moments de divagation il l’appelait Câline. Mais Câline minaudait et mignotait souvent avec ses copains et pour une raison mystérieuse qu’il ne s’expliquait pas elle l’ignorait. Alors dans ses cauchemars il la qualifiait de Messaline. Théodorit soupçonnait qu’il éprouvait pour sa Câline-Messaline un sentiment qui, par sa force, surpassait la simple amourette. Mais comment révéler à sa préférée ce que lui-même n’osait nommer de peur de l’effrayer. En conséquence lors des fréquentes rencontres, supposant qu’il n’était pas son élu, il se limitait à des conversations anodines, et même si elles viraient à l’enthousiasme propre au rapprochement des sentiments, elles

 

                                                            99

-----------------------------------------------------------------------------------------

 n’abordaient jamais le seul sujet que Théodorit gardait au chaud au fond de son cœur. De toute façon il lui semblait qu’elle en pinçait pour Achille, lequel, par une mise impeccable qui révélait une réelle aisance, donnait des complexes à Théodorit. Comme ce dernier se trompait sur la préférence cachée de Câline.

 

En réalité Câline se comportait comme une chrysalide dont la beauté s’épanouit à la chaleur du soleil. Câline découvrait à chacune de ses sorties combien son allure et ses formes émouvait la multitude. Elle ressentait l’insistance de ces regards comme autant de compliments dus à sa fraiche beauté. Elle papillonnait, et trouvait piquant et plaisant ce pouvoir de femme de fraiche date d’émoustiller les sens de ceux qu’elle approchait. Quelques fois à la saison estivale le peu de tissu de ses tenues, juste prévu pour ne pas froisser la pudeur, la rendait affriolante, et sur son passage nombreux esquissaient en pensée de voluptueux hommages.

 

La belle saison justement témoignerait de l’approche maladroite de Câline pour Théodorit en cueillant à froid celui-ci. Sans doute cette approche fut-elle précédée de quelques discrètes manœuvres de l’adolescente mais le garçon s’en rendit-il compte ou bien se sentait-il indigne d’être remarqué et n’y attacha-t-il aucune importance hormis celle d’une gentille attention. En réalité bien qu’il eût au fond de lui le désir de devenir son petit copain, Théodorit se forçait à se satisfaire de cette amitié, il refusait que sa maladresse coutumière gâche cette sympathique relation, il surveillait sa parole afin que de sa bouche aucuns mots ne sortent de travers.

 

Un jour estival, une petite dizaine d’adolescentes et d’adolescents, parmi eux Câline et Théodorit qui se faisaient face, s’étaient attablés à la terrasse du « Grand Balthazar », accaparant chaises et tables nécessaires pour prolonger les rires et les discutions insouciantes commencés sur la placette voisine. Cette jeunesse profitait ce soir-là de la clarté que le soleil en refusant de se coucher diffusait encore. L’heure du souper était passée sans qu’ils s’en aperçoivent alors que les derniers trainards quittaient l’établissement, tout absorbé à ce plaisir de siroter des sodas frais à même le goulot des petites bouteilles. Ils s’apostrophaient, se coupaient la parole, se mettaient en boite, ou bien se menaient en bateau, bref une ambiance propre à des relâchements engageants s’étaient créés et certaines œillades en disaient long quand on y prêtait attention.

 

                                                           100

----------------------------------------------------------------------------------------

 Théodorit en proie à de saines rigolades ne remarqua pas celle qui en face de lui exprimait, par des moues charmantes faites pour séduire, un désir qu’à présent elle affichait sans nulle retenue, accentuant au fil des minutes sa représentation pour cet adolescent qui formait à lui seul son public. Pourtant, et même pour le public le plus impassible, il advint un moment où celui-ci distingue un geste, une attitude, alors l’indifférent surpris s’attentionne enfin. Câline avalait sa goulée de soda quand l’intensité de son regard parvint à fixer celui de Théodorit, alors pendant un temps suspendu ils furent brusquement seuls au monde.

 

Le visage de Câline exprima le sérieux que les adolescents donnent à ce sentiment qu’ils croient découvrir, et que parfois ils découvrent réellement, lorsque le cœur se met à battre la chamade et répand par tous les vaisseaux des sensations si inattendus et si profondes qu’ils s’entrevoient alors le chemin inexploré de l’amour. Mais devant le visage inexpressif sinon atone de Théodorit, Câline assena comme un coup de poing un argument osé lequel clairement indiquait son inclination pour lui. Venant juste de boire Câline tenait encore sous son menton la petite bouteille de soda, lorsqu’elle eut cette inspiration inouïe que seul peut donner un penchant affirmé. Alors que ses yeux scrutaient dans ceux Théodorit la profondeur de ses sentiments, avec discrétion et délicatesse elle enserra du pouce et de l’index le goulot de la petite bouteille, puis rapidement du bout de ceux-ci exécuta une sorte d’effleurement qui ne semblait pas machinal et qui ne pouvait pas ne pas être intentionnel.

 

Ce geste absolu et maladroitement impudique valait des centaines de déclarations, car en somme Câline s’abandonnait et acceptait sans que Théodorit en fasse la demande d’être à lui corps et âme. Or il ne vit dans cette audace qu’une provocation, où une jeune effrontée par jeu semblait ouvertement se moquer des attributs intimes des garçons qui dans certaines circonstances inappropriées sont effectivement risibles. Théodorit ne perçut que cela, dommage, car il viendrait un temps où il se reprocherait son attitude distante, il regretterait de n’avoir pas su par un geste, un mot, un froncement de trait, donner son accord à celle qui par avance consentait à tout. Évidemment dans ce temps futur il tenterait de rattraper sa bévue sinon sa goujaterie mais il serait trop tard, lors la belle lui refuserait même un simple regard. Théodorit apprendrait que le contretemps, excepté dans le domaine

 

                                                            101

----------------------------------------------------------------------------------------

 musical, ne vaut rien, et qu’il ne faut jamais marquer le dédain, ou pire donner l’impression d’indifférence à la discrète ou évidente proposition d’une femme. Elle se vexera à jamais et méprisera toujours le désinvolte qui ne lui prêtât aucune attention, elle se désintéressera à jamais du galantin à qui manqua, au moment crucial, une particule d’intelligence. Dans le domaine de la séduction la moindre indication veut une réponse immédiate, la nonchalance n’est pas de mise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                           102

----------------------------------------------------------------------------------------

 

 

                                                CAVALERIES

 

 

 

 À La Feuillargues, malgré la mécanisation de l’agriculture de nombreux exploitants, essentiellement viticulteurs, donnaient encore leur préférence à la force animale, ainsi rencontrait-on des chevaux massifs, percherons ou boulonnais, et aussi de vigoureux mulets du Poitou, tracter fièrement des charrettes lourdes de raisins, ou bien voyait-on ces destriers ruraux patienter à la forge auprès du maréchal-ferrant, attendant de ce dernier qu’il réalise des fers confortables et sur-mesure.

 

Mais la cavalerie qui allait meubler à trois reprises les conversations du village ne concernait en rien nos rustiques palefrois. Ce vocable rimait plutôt et au choix avec saloperie, volerie, ou pillerie. Toutefois la fautive et les deux fautifs de cet acte blâmable conservèrent, chose inimaginable, l’estime de leurs concitoyens, et néanmoins victimes, qui leurs accordaient de larges circonstances atténuantes.

 

 Le premier coupable se nommait Labille, bon garçon, serviable, prêt à tous les dévouements, il gagnait sa vie en faisant le maraicher sur de spacieux lopins de bonnes terres lui appartenant, alimentés en eau par une source providentielle, où il cultivait sans conteste les meilleurs légumes du canton, avec sa production il fournissait les meilleures tables de Brontiller. Il était marié avec une aimable et courageuse personne qui faisait sans rechigner sa part de travail sur les vastes parcelles potagères, en somme si ce n’était pas l’Eden on s’y rapprochait. Seule ombre au tableau, et d’une importance majeure, depuis leur mariage aucuns cris enfants n’étaient venus égayer le foyer ce qui, lorsque l’épouse voyait une maman pousser un landau, provoquait toujours chez elle des périodes mélancoliques devenant sombre dépression quand le ciel s’assombrissait.

 

Pendant un temps ils parlèrent d’adoption, et la procédure qui s’enclencha leur procura par anticipation un réel bonheur, puis sans que personne n'en sache la vraie raison, l’espoir s’amenuisa et le couple abandonna le projet. Pendant quelques temps des murmures se chuchotèrent ici et là sur l’état dépressif de l’épouse, sur la tendance qu’avait Labille à lever le coude.

 

                                                         103

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Quelques redoutables médisants n’hésitaient pas à aller plus loin dans cette voie lamentable. Ils évoquaient de Labille sa frénésie de vouloir gagner des sous, beaucoup de sous, toujours plus de sous, et pour cela de s’acharner au travail au-delà de toute mesure, de contraindre sa femme à se surpasser sans la récompenser de ces quelques plaisirs que prennent les femmes à aller chez le coiffeur, à s’acheter vêtements et chaussures, ou bien à rêver devant les parfums de luxe et autres bijoux. Ils peignaient la destinée de cette épouse avec les noires couleurs de la désespérance qu’ils imaginaient être son quotidien une fois que fut finie la cérémonie de mariage avec ses flonflons et ses lampions. Insistant sur la volonté de Labille de repousser la venue d’un enfant qu’il considérait prématurée tant que ses finances n’égalaient pas le niveau qu’il s’était fixé. Ainsi pendant des années il s’opiniâtra vers ce but rudoyant souvent son épouse quand il lui semblait qu’elle lanternait. Enfin lorsqu’au bout de plusieurs saisons il réussit à rendre son affaire florissante, il sembla que son épouse dans le même temps s’était définitivement fanée, incapable de produire le moindre fruit qu’est un enfant, lors elle trainait en permanence une désolante langueur.

 

De son côté Labille, sans qu’on puisse parler d’ivrognerie, ne se rendit pas compte qu’un verre après l’autre, pour s’encourager, se réjouir, ou se consoler, l’alcool définitivement l’avait pris dans ses mailles. Certes jamais de mémorables saouleries chez Labille tout juste une imprégnation régulière qui à présent forçait le corps à réclamer une dose élevée de nocivité bienfaisante. Mais les gens, hommes surtout, considéraient qu’au vu de sa réussite, preuve éclatante de son obstination, il pouvait se permettre ce plaisir de savourer quelques nectars distillés, faisant de plus remarquer le courage qu’il témoignait inlassablement pour supporter sa maladive de femme. En effet il se disait qu’à plusieurs reprises cette épouse fut admise dans un centre spécialisé apte à requinquer des apathiques les plus amorphes en leur imposant d’énergisantes cures de sommeil. Ne voyant d’un œil partial et limité que les inflexibles qualités de Labille, ce dernier au cours d’une réunion de mutualistes, essentiellement des hommes, avait eu la charge de trésorier de la caisse locale, il lui incombait entre autre de collecter les cotisations de tous les adhérents de La Feuillargues et du secteur affiliés à cette mutuelle.

 

Le décor étant planté la pièce dont la trame reposait sur la cavalerie allait s’emballer. Le système mutualiste consiste par la théorie des vases

 

                                                          104

-----------------------------------------------------------------------------------------

 communicants, à prêter secours aux faibles et aux accidentés de la vie par les moyens que se constituent le groupe d’affiliés, moyens qui se doivent d’être en équilibre et sous le contrôle d’une gestion rigoureuse, réalisée si possible et sans risque par un homme dont les affaires florissaient, difficultés conjugales écartées, or ces difficultés privées ruineraient une existence prospère.

 

L’histoire débuta un matin à l’ouverture de la banque principale, sise à Brontillier, lorsqu’un Labille énervé, avec en mains ses relevés de compte qu’il compulsait fébrilement, attendait que la porte s’ouvrit. Immédiatement le gestionnaire des comptes comprit que sous peine de scandale il devait prendre en charge ce client impatient. Labille tendit de ses mains tremblantes qu’il ne maitrisait plus ses relevés contestés qui présentaient à ses yeux l’erreur d’un nouvel avoir nul. Le gestionnaire avec la voix d’un chanoine expérimenté dans l’art de raisonner les âmes torturées expliqua à l’infortuné comment ses comptes resplendissants furent par les retraits intempestifs de son épouse ramenés à zéro. Mais avant que Labille s’emporte, juste dans ce temps très bref où le cerveau discerne l’ampleur de la catastrophe, le gestionnaire pris d’une compassion professionnelle assura à Labille que les agents de la banque s’étaient appliqués à respecter les procédures en vigueur, et celles-ci permettaient à l’épouse d’exiger un remboursement total de tous les comptes ayant pour ce faire les nécessaires procurations, cela malgré leurs tentatives pour dissuader l’épouse de cette requête extrême, en outre ils furent forcé par l’épouse sous peine de poursuite judiciaire de respecter le secret bancaire de ces transactions, et ce secret interdisait à la banque de prévenir dans l’instant même le titulaire en l’occurrence Labille. Le gestionnaire, pour couper court à toutes contestations, se permit un conseil à l’allure d’un jugement de valeur sur la légèreté de Labille de conserver à une épouse perturbée l’accès des comptes, bien que jamais auparavant cette épouse n’ait réalisé une seule opération.

 

Au sortir de la banque, Labille, dépité, flageolant sur ses guiboles, rassembla quelques forces, et s’en alla trouver au premier débit de boisson cet indispensable réconfort que procure la chaleur de l’alcool. Après ces mauvaises nouvelles Labille avait grand besoin que ce redoutable faux-ami le console de tout, d’ailleurs il prendrait avec ce compagnon des solitudes assombries le temps qu’il faudrait pour s’éclaircir les idées et redéfinir une ligne de conduite qu’imposait les évènements.

 

                                                          105

----------------------------------------------------------------------------------------

 Jamais Labille n’aurait pu se douter que son infortune se prolongerait dans sa maison en son absence, pendant cette journée où il noyait son amertume. Au matin lorsqu’aveuglé par sa colère il partit à Brontillier, il ne prêta aucune attention à cette fourgonnette, à laquelle s’attelait une remorque, qui stationnait sur le bas-côté de la route à l’entrée de La Feuillargues, et même si à l’instar de certains de ses concitoyens il l’avait remarqué, il ne pouvait imaginer qu’elle allait parachever sa déconfiture.

 

Labille apprendrait plus tard auprès du centre hospitalier que son épouse ne passait pas tout son temps à baigner dans un sommeil profond, qu’en réalité ce sommeil provoqué tenait peu de place dans le processus de soin, que le véritable traitement consistait à libérer la parole du patient par des réunions de groupe et par l’écoute du malade. Et qu’il advenait souvent qu’entre malades souffrant des mêmes maux, l’entraide et l’assistance débouchent sur des relations amicales, quelquefois même s’agissant d’un homme et d’une femme sur une relation amoureuse. C’est à ce moment-là que Labille comprit pourquoi son épouse affichait toujours lors des retours plus de tristesse qu’à l’aller. Il imagina alors comment ces esprits malades avec tout ce temps libre à leur disposition conçurent le projet de le dépouiller. Ce qui le peinait le plus était de penser que l’âme de ce projet se révélait être sa propre épouse, son épouse tant aimée certes d’une façon maladroite, mais Labille ne savait pas aimer mieux.

 

Et elle de son côté ayant cessé d’aimer Labille ne concevait plus de partager son quotidien avec lui. Mais pragmatique avant de partir en guise de solde de tout compte elle souhaitait prendre non seulement la part qui lui revenait mais aussi en supplément comme préjudice moral, tout ce qu’elle estimait être en droit de s’approprier. Ainsi s’inspirant de la fable de l’aveugle et du paralytique, un blessé de la vie aussi mal en point qu’elle, rencontré lors d’une cure l’épaula dans sa résolution. Lors, elle se présenta à la banque principale afin de vider tous les comptes, ensuite ils allèrent prendre livraison de la fourgonnette et de sa remorque, l’ami possédait le permis de conduire et savait où trouver dans sa région des terres disponibles pour se livrer en association au maraichage. Comme une illumination, en cheminant vers cet Eden, au détour d’une conversation l’idée leur vint de faire une boucle par La Feuillargues. Certains meubles, ustensiles, linges, et affaires diverses, appartenaient en propre à l’épouse, voulant les récupérer sans rencontrer Labille, les nouvels associés

 

                                                          106

-----------------------------------------------------------------------------------------

 attendirent ici ou là, à l’entour de La Feuillargues, que celui-ci s’absente quelques heures. Quand un matin ils le virent passer, forçant le moteur, prenant les virages sur les chapeaux de roue, ils supposèrent que cette affaire urgente avait trait aux comptes et le rendrait indisponible le temps de déménager. Il s’agissait bien d’un déménagement, qu’ils réalisèrent dans la discrétion et à l’abri des regards ayant rangé véhicule et attelage dans le hangar.

 

Il ne restait plus à Labille que de repartir de zéro. Il ne lui fut pas même donné la possibilité de porter plainte contre l’épouse indélicate, un gendarme sentencieux lui précisa certains alinéas de ceratine loi qui ne reconnait pas le vol entre époux d’autant qu’il n’existait pas de contrat de mariage. Il redémarrerait donc son affaire avec un emprunt la clé que la banque ne lui refusa pas, elle lui devait bien cette compensation. Mais il était dit que le sort s’acharnerait sur sa destinée. D’abord l’emprunt consenti ne s’élevait pas à la hauteur de ses espérances, ensuite les conditions météorologiques de la saison se révélèrent épouvantable, ce qui réjouit Labille dans un premier temps présumant qu’elles amèneraient à la ruine l’entreprise de sa fripouille d’épouse et de son coquin, puis comme ces conditions perdurèrent il s’inquiéta de sa propre affaire, lors les échéances arrivèrent et l’argent ne rentra pas en suffisance pour les honorer.

 

Alors étant par ailleurs le trésorier de la resplendissante mutuelle, manipulant les numéraires avant reversement, lui vint la tentation de parer au plus pressé en s’autorisant sur ceux-ci quelques emprunts non-autorisés.

 

Ainsi il commença par engloutir les premières cotisations du mois qu’il réglait avec celles du mois suivant. De sorte qu’il décala mois après mois les reversements. Si encore ses manipulations spécieuses n’avaient servi qu’à régler une ou deux de ses traites mais le bougre prit gout à cet argent facile, et résolument il s’engagea dans une vie de patachon où il bambochait la nuit et dormait le jour de sorte que ses cultures dépérirent. Mais les adhérents, pensant qu’il se ressaisirait, lui faisaient confiance malgré les lettres de relance qu’eux-mêmes recevaient de la mutuelle au sujet de leurs cotisations non réglées, des avertissements qui auraient dû leur mettre la puce à l’oreille. Mais comble de confusion, il convient de préciser que Labille n’hésitait pas à régler à ceux-ci leurs frais médicaux rubis sur ongle, avec bien sûr, l’argent des dernières cotisations.

 

                                                           107

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Vers la fin de la deuxième année de cette gestion véreuse, se déroula l’assemblée générale des membres de la section locale, ces derniers ayant entendu le rapport financier de Labille se déclaraient prêts à le reconduire dans ses fonctions. Or assistaient à cette réunion des représentants de la direction centrale de la mutuelle qui dans un premier temps s’étonnèrent de la nombreuse assistance présente qui en aucun cas ne correspondait à l’effectif de la liste officielle des affiliés. D’ailleurs ces personnages importants s’étaient déplacés surtout pour faire le point sur les désaffections anormales, désaffections sanctionnées par des radiations après rappels. Des radiations que Labille objectait par l’argument spécieux d’un secrétariat désinvolte dont il se chargeait au cas par cas de corriger les effets. Le scandale éclata lorsque prenant la parole un représentant au lieu du discours attendu, liste en main fit nommément l’appel des affiliés.

 

Or Labille, depuis un moment déjà, fuyant la dangereuse colère de ses confrères mutualistes, éclusait au bar du « Grand Balthazar » force verres de boissons prétendument ravigotantes propres à pouvoir faire face le front haut à la foule enragée. Cependant les pires des violents n’appartenaient point à la foule des exclus, ils représentaient le siège central de la mutuelle, et s’ils prenaient des airs rassurants et apaisants à l’égard de la multitude, sans perdre de temps ils élaboraient à l’encontre de Labille des stratégies qui s’éloignaient de cet idéal mutualiste établi sur la solidarité active. Aussi quand la mutuelle de concert avec la banque qui se refusait de perdre quelques deniers, trainèrent Labille au tribunal, les gens redevenus entre temps adhérents, car généreuse la mutuelle les réintégra tous sous condition de récupérer sur Labille les sommes dues, ces gens voulurent témoigner pour Labille, furent fortement dissuadés de cela par la mutuelle, ils se résolurent seulement à compatir de loin.

 

Cette compassion Labille en ressentit à peine les effets car entrainé dans un tourbillon judiciaire il devint spectateur de sa propre débâcle, il apprendrait sur ses biens immeubles qu’il ne faut jamais tenter de berner de puissantes organisations fraternelles telles les mutuelles, ou prétendument coopératives telles les banques. Celles-ci devenues charognardes dépouillèrent Labille de tout, allant jusqu’à lui faire vendre la chevalière en or pur de sa communion solennelle. Et comble de cette histoire navrante Labille, sur injonction du tribunal, rapport à sa dépendance à l’alcool, se complut à faire une longue cure de désintoxication dans le même centre agréé qui soigna son épouse fugueuse.

 

                                                           108

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Le deuxième cas concernait la mère Lamoins la fidèle entre les fidèles de la paroisse de La Feuillargues. De tout son demi-siècle de vie jamais elle ne vécut comme cela advient quelquefois une période faste qui lui permette de mettre un peu d’argent à gauche pour l’avoir devant elle quand de tous côtés les difficultés l’assailliraient. Pourtant cette femme méritante, épouse d’un infatigable travailleur, ne rechignait pas à l’ouvrage, couture, ménages, lavages, vendanges, cueillettes diverses, tel était son lot quotidien, mais son incommensurable bonté qui s’ajoutait au dédain dans lequel elle tenait les chiffres, l’empêcha d’ouvrir le fameux livret d’épargne gage suprême d’une gestion ménagère de haut niveau.

 

Pourtant sa bonté bien connue lui valut d’être choisie comme distributrice des revues catholiques : « le Pèlerin du 20ème siècle » et « la Vie Catholique ». Et avantage concret, responsable des abonnements et réabonnements, ceux-ci laissaient à celle-là un pourcentage non-négligeable des encaissements qui payaient sa promenade matinale hebdomadaire dédiée au portage des revues. D’ailleurs la désignation de la mère Lamoins reposait sur ce petit revenu dont elle disposerait sans que cela ressemblât à de la charité ou pire à de l’assistance déguisée, la soumettant bassement à ce qu’elle aurait vécu comme une honteuse indigence.

 

Cette charité la concernait exclusivement dans la mesure où elle se jouait dans le sens mère Lamoins vers toutes sortes de faméliques miséreux, au détriment bien souvent de son foyer. Elle tenait ce caractère altruiste de son défunt père qui vivant, s’employait sur les quais du port régional de Septe à charger et décharger toutes sortes de cargaisons, et en tant que chef d’équipe à former les équipes de portefaix, un terme qu’il préférait à celui de docker cet anglicisme malvenu. Toutefois il s’avérait que certains jours le mouvement des navires ne permette pas d’embaucher tous les portefaix présents alors les recalés s’en retournaient tête basse et cafardeux à ne sachant pas comment ils assureraient le quotidien d’une existence familiale vécue au jour le jour avec le manque à gagner d’une sacro-sainte journée. Dans ces cas-là ce père exemplaire engageait le plus dépourvu des recalés à faire un détour du côté de son logement où son épouse ne manquerait pas de lui donner de quoi subsister dans l’espérance d’un lendemain meilleur, quelque fois même le bon samaritain glissait une piécette dans une des mains de celles qui chômeraient.

 

                                                           109

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Ainsi par cet édifiant exemple la mère Lamoins dès son âge tendre s’instruisit de ce geste souverain de soulager plus malheureux que soi, bien que la mouïse se plait à n’épargner personne. Si bien que laissant parler son cœur sans entrave la mère Lamoins vivait depuis toujours sur le fil du rasoir, mettant même en maintes occasions son foyer dans une situation financière périlleuse bien que toujours par la grâce d’une providence bienvenue elle parvenait à restaurer l’équilibre ménager, ce qui la poussait à croire que la générosité se voyait récompensée sinon par la main invisible de la Providence, du moins par une main invisible tout aussi généreuse que la sienne.

 

Quand le bureau de la paroisse désigna la mère Lamoins responsable en titre des hebdomadaires chrétiens, celle-ci traversait comme à son accoutumé un épisode précaire pour avoir prêté quatre sous à un nécessiteux qui oublierait à coup sûr de lui rendre. C’est cette bonté naturelle qui détermina le choix exclusif de la mère Lamoins pour cette mission pastorale, parmi d’autres paroissiennes tout aussi méritante, cela malgré les difficultés permanentes de la mère Lamoins à boucler son budget familial, ce qui jetait certains membres du bureau dans le scepticisme.

 

Ô combien ces sceptiques avaient raison de se méfier, car en moins d’un an la gestion glissa du détournement de fonds à la cavalerie, avant que ne soit consommée la banqueroute. Les abonnements se renouvelaient tous les mois, voire même toutes les semaines, afin que ceux-ci ne grèvent pas immodérément les maigres budgets des fidèles lecteurs. Le premier mois la mère Lamoins retint sur la somme encaissée le juste pourcentage de son commissionnement. Néanmoins l’importance des sommes recueillies la troubla, cet émoi provoqua de sa part à l’échéance suivante un emprunt indu et cependant prévisible qu’elle remboursa une semaine plus tard avec l’argent de quelques travaux d’aiguille. De ce retard personne au bureau ne s’en offusqua et ce manque de réaction semblait donner l’autorisation à la mère Lamoins de poursuivre sa gérance d’une façon élastique du moins le comprit-elle ainsi. Voilà pourquoi le troisième mois elle enclencha le reversement à peu de jours du mois suivant et lorsqu’on lui fit remarquer ce décalage elle se justifia en prétextant que les temps étaient difficiles pour tout le monde. Au premier semestre de sa gestion, elle réglait les abonnements du mois précèdent avec l’argent de celui en cours et encore avec un retard non négligeable.

 

                                                          110

----------------------------------------------------------------------------------------

 Bref la mère Lamoins s’adonnait sans trop en avoir conscience à une comptabilité cavalière qu’après un semestre elle ne maitrisait plus car outre les reports réguliers qui jalonnaient sa gestion calamiteuse, elle ne conservait aucune trace écrite des règlements des abonnements, se sentant en capacité de mémoriser les divers mouvements occasionnés par cette activité. De sorte que lorsque le curé en personne mit fin au désastre en reprenant sur le plan financier personnellement l’affaire en main, il s’arracha ses derniers cheveux pour rétablir la situation et mener son enquête pour savoir lesquels des abonnés étaient à jour de leur abonnement. Mais il commit l’erreur de conserver à la mère Lamoins son rôle exclusif de distributrice jusqu’à ce que son commissionnement, qu’au titre de réparation elle ne percevrait plus, rembourse intégralement sa dette. La conservation de sa fonction donna l’opportunité à la mère Lamoins de vouloir se racheter de ses errements en tentant de bien faire ce qu’auparavant elle avait loupé. Tentative vaine car les vieux démons de la mère Lamoins la rattrapèrent en l’occurrence quelques charités inopinés la ramenèrent à ses égarements, et le cahier neuf qui devait enregistrer les lignes comptables et aussi démontrer à son curé son honnêteté, ne servit à rien. Alors le saint homme se fâcha vraiment, il menaça la bonne femme de quelques années de purgatoire pour ce péché d’orgueil de vouloir à elle-seule remplacer les œuvres caritatives de l’église, et pour ce faire de violer le commandement qui ordonne de ne pas voler. Ainsi en pénitence outre les habituels et innombrables actes de contrition, il lui intima l’ordre de ne plus s’occuper de la misère du monde et de faire des économies comme les plus obéissantes de ses paroissiennes, hélas ces dernières injonctions imposaient une soumission au-dessus de ses forces, et d’avance elle acceptait une éternité de purgatoire.

 

In fine, discrètement, Le curé démit de sa charge la mère Lamoins, en faisant valoir à tous les fidèles la vague excuse de convenances personnelles présentée par la mère Lamoins. Mais avant de choisir seul, sa ou son remplaçant, et voulant repartir sur des bases saines le curé souhaita apurer la situation avec la part réservée au distributeur ce qui imposait pour plusieurs mois des distributeurs bénévoles. Il les trouva parmi ses jeunes ouailles, en les recrutant dès que l’opportunité d’une rencontre se présentait. Il semble qu’à ce petit jeu du volontariat forcé le premier à se débattre dans le filet fut Théodorit. Cette pêche originale donna de bon résultat, le curé parvint à

 

                                                          111

-----------------------------------------------------------------------------------------

 capturer plusieurs novices, avant que ces proies singulières témoignassent méfiance et ruse et évitassent ce piège de côtoyer le bon apôtre en gagnant le large.

 

Théodorit se coltina pendant plusieurs semaines la tournée des revues chrétiennes, un ensemble de pages reliées pleines de bonnes paroles qu’il déposait selon les habitudes : derrière un volet, sous une pierre, dans la grille du portail, et même sur la chaise à droite en entrant dans la cuisine. Or à cette époque le sombre duvet que Théodorit rasait épisodiquement se transformait en un pelage dru qui obscurcissait les traits encore enfantin du garçon. De sorte que lorsqu’il advenait à celui-ci de réfléchir intensément, sa mimique qui s’ajoutait à cette brune poussée de barbe lui garantissait la physionomie d’une ténébreuse fripouille.

 

Et l’obscurité d’aspect ne rassure jamais personne, encore moins la grand-mère isolée qui attend la moindre visite apte à briser son morne quotidien. Assise sur l’unique fauteuil de son logis, à toute heure, pour passer le temps, elle lorgnait à travers la fenêtre de sa cuisine les mouvements champêtres des travaux saisonniers en cours. « Anne ma sœur Anne ne vois-tu rien venir ? » s’interrogeait-elle quelques fois bien qu’elle ne s’appelât pas Anne, question à laquelle immanquablement elle se répondait : « je ne vois rien que le soleil qui poudroie et l’herbe qui verdoie ». Et c’était souvent sa seule conversation de la journée. Elle étonna donc son monde lorsqu’un jour elle affirma sans malice que le diable était venue la visiter.

 

« Je le vis arriver de loin à la vitesse de l’éclair, tout de rouge vêtu, les yeux exorbités, et la tête cornue, je crus m’évanouir et peut-être que d’émotion je me suis bel et bien évanouie » dit-elle.

 En réalité dans le lointain tout le bas du corps masqué par des herbes sauvages, elle considéra que le haut de Théodorit, un garçon parmi d’autres qu’elle n’aurait pas pu désigner, cela donna à son imagination matière à fantasmer. De son côté Théodorit dans le chemin creux menant chez la grand-mère, pédalait en danseuse pour atteindre des vitesses faramineuses, voltigeant par-dessus les ornières, ses yeux grands ouverts jaugeant les difficultés. Les gouttes de sueur perlaient sur son visage et glissaient entre des poils de barbe mal-taillés, ils mouillaient une chevelure qui se prêtait alors par le jeu du déplacement d’air à des déformations curieuses façon crêtes de coq.

 

                                                          112

----------------------------------------------------------------------------------------

 Et avec son pull-over rouge vif il semblait être dans cette verdure éclatante une flammèche diabolique.

 Il s’appliqua sur la terre battue devant la maison de la grand-mère à effectuer un dérapage contrôlé, un sol propice à ce genre d’exercice, puis il sauta du vélo et tandis que sa monture glissait sur le sol, il frappa à la porte en criant « voilà le journal », avant d’ouvrir celle-ci et de balancer ledit journal sur la première chaise repérée. À cet instant il remarqua la vieille dame assoupie dans son fauteuil, assoupie ou même pire, cette idée de mort illumina sa pensée, forcément personne ne pouvant vivre éternellement la vieille était morte ! D’ailleurs il trouva que la cuisine sentait le bizarre, outre l’odeur habituelle des vieux, il renifla un remugle déplaisant qui persista longtemps dans ses narines malgré les bols d’air qui emplirent ses poumons lorsqu’il partit à la sauvette en tournant les manivelles de son vélo comme un coureur du tour de France. Au premier adulte qu’il croisa Théodorit confia ses inquiétudes sur la santé de la grand-mère, et cet adulte venu avec d’autres en renfort entendirent la désolée grand-mère soutenir mordicus que non seulement le démon avait provoqué son évanouissement mais qu’en plus sa vessie récalcitrante s’était relâchée.

 

 Une facétie involontaire dont Théodorit rendrait des comptes auprès d’une vieille dame, plus âgée mais plus alerte que la grand-mère incontinente, qui le piègerait sans arrière-pensée et d’une façon très amicale. La vieille madame Barbaste vivait dans un mas antique en voie de délabrement avec pour seule distraction la lecture du journal, du bulletin municipal, et des revues chrétiennes. Son défunt mari avait été blessé lors de la grande guerre 14-18, et après le rafistolage du chirurgien, il partit en convalescence à la station balnéaire de Bourbon l’Archambaud où entre deux soins avec ses jambes restaurées il courait le guilledou jusqu’à ce qu’il connut la future madame Barbaste qu’il épousa et qu’il ramena dans le mas familial sur le territoire de La Feuillargues. Madame Barbaste conservait de son origine bourbonnaise des coutumes multiséculaires totalement rétives à toutes marques de progrès.

 

Ainsi elle incita son bonhomme à ne souscrire ni à l’électricité ni à l’eau courante. Le mas était pourvu d’un puit qui ne mémoire d’hommes n’avait jamais tari donnant une eau fraiche et gratuite, quant à la lumière, le soir venu

 

                                                          113

-----------------------------------------------------------------------------------------

 la lampe à pétrole sans risque de panne et de coupure, savait à moindre cout se rendre utile.

 

Les besoins physiologiques comme aux temps anciens s’accomplissaient dans le petit édicule construit au fond du potager. Théodorit comprit le genre de service que rendait cette cabane, qu’il prenait pour un abri des outils de jardin, lorsqu’un jour de distribution des pieux hebdomadaires, la porte étant grande ouverte, ses yeux se portèrent sur ce curieux banc qui meublait la cabane, composé de planches dissemblables, et qui laissait apparaitre au mitan un espace percé. Le couple Barbaste n’accepta jamais l’idée d’aménager dans leur maison ou même d’édifier attenant à celle-ci un cabinet de toilette. Cette idée leur paraissait une incongruité, le couple n’admettait pas de souiller leur habitat ou son environnement proche par leurs excréments pour la raison que seuls les animaux se relâchaient sans retenue chez eux : écuries, étables, ou autres espaces le démontraient. Aussi il leur semblait pertinent de bien séparer ce lieu dédié du lieu de vie afin ne pas se rabaisser au rang des animaux.

 

D’ailleurs dans le mas madame Barbaste les animaux vivaient chacun dans leur chez-soi : les trois chèvres dans leur enclos pourvu d’un abri, le chien attaché à sa niche par une chaine rouillée, et les trois ou quatre chats un peu partout dans le mas sauf dans les intérieurs, et les coups de balai à la volée leur rappelaient cette règle.

 

Fort heureusement d’ordinaire madame Barbaste ne recevait jamais les gens avec son balai, et il y eut un matin frisquet où elle invita Théodorit à se réchauffer d’un verre de café. Et un café ça ne se refuse pas sauf dans le cas présent où il aurait dû écouter son sens intuitif, ainsi lorsqu’il pénétra dans la cuisine il se sut piégé. Invité à s’assoir, la chaise sous son poids crissa et tangua, nonobstant le plaisir qu’elle prit à lui pincer les fesses. Sur la table trônait une casserole, elle contenait probablement le lait de ses chèvres, exposant un liquide blanchâtre avec à sa surface des sortes de trainées graisseuses qui interrogeaient.

 

Madame Barbaste délogea du buffet un verre de l’historique marque Pyrex, qui en son temps avait dû être transparent, mais qui après des années de service présentait une patine composite où des sédiments anciens proposaient des coloris aux tons pastels. Tandis que Théodorit tournait entre ses doigts le verre à la recherche vaine d’un secteur net où il poserait ses lèvres, madame Barbaste versa dans une casserole réservée à la réchauffe du café, ustensile qui

 

                                                           114

-----------------------------------------------------------------------------------------

 n’ayant probablement jamais été lavée révélait un culottage digne d’une pipe à fumer. Le jus contenu dans la cafetière italienne coula par son bec, et dans un rayon de soleil Théodorit observa ce liquide clairet qui transportait dans sa fluidité de fines particules de marc de café. Théodorit sentit ses organes internes manifester leur refus de digérer cette espèce de bouillon d’onze heures. Et pourtant avec un courage exemplaire Théodorit but le breuvage exécrable auquel il ne permit pas à madame Barbaste de rajouter un trait de son lait de chèvre encore tiède de la chaleur animale.

 

Toutefois ne pouvant pas tout refuser, une vigoureuse rasade de tord boyaux allongea son café ce qui en définitive aseptisait la boisson. Madame Barbaste précisa qu’il s’agissait d’une toute dernière bouteille du temps de son défunt époux qui avait ce droit de faire tirer par le bouilleur de cru des litres d’eau-de-vie à réveiller les morts. En exécutant hypocritement avec son poing serré et son pouce dressé ce geste symbolique signifiant sa délectation, Théodorit se dit que le défunt Barbaste devait être sobre autrement avec cette gnole thérapeutique jamais il n’aurait passé l’arme à gauche.

 

La suite immédiate de cette dégustation inopinée contraignit Théodorit à présenter l’excuse de sa distribution à finir pour s’en aller très vite se plier à deux en surplomb d’un fossé, où son estomac retourné se vida de ce limon infect. Pourtant madame Barbaste installé devant Théodorit buvant à petite lampée gourmande son cocktail matinal composé de café, de lait de chèvre, et d’une rincette casse-gueule, s’épanchait sur son enfance bourbonnaise traumatisée par une affaire inouïe dont il ne retiendra rien.

 

Car au temps de sa lointaine jeunesse, lorsqu’elle gardait les moutons dans les prés, ou qu’elle menait les vaches à la pâture, un personnage monstrueux allait défrayer la chronique des faits divers avec ses crimes abominables. Il s’appelait Joseph Vacher, il sévirait dans l’Allier et dans les départements voisins. Lorsque les pulsions criminelles le saisissaient, Vacher guettait les jeunes bergers et bergères jusqu’au moment aux ceux-ci se retrouvaient seuls, ensuite l’horreur commençait strangulation, égorgement, mutilations diverses, et au comble de l’excitation que provoquait ses débordements féroces, il outrageait ses défuntes victimes par le viol et la sodomie. Madame Barbaste en ce temps-là ne se déplaçait plus dans la campagne bourbonnaise que munie d’un solide bâton avec un bout pourvu d’un fer effilé, lequel fer s’il n’épouvantait pas l’agresseur rassurait néanmoins la bergère qu’elle était. Elle

 

                                                          115

----------------------------------------------------------------------------------------

 grandit avec cette hantise de se faire violenter, et peu importait qu’autour de 1900, par décapitation, les bois de justice eussent coupé en deux parts inégales Joseph Vacher, un autre type de son acabit, trimardeurs miteux et autres vagabonds gueusards, pouvait tout aussi mauvaisement hanter la campagne à sa place. Pourtant même avec cette menace sournoise, il y eut un jour où elle considéra que les hommes ne représentaient pas tous un danger, et ce jour-là elle suivit le soldat Barbaste dans son midi.

 

 Que ce soit la généreuse Lamoins, ou le cupide Labille, ils ne représentaient sur l’échelle de la cavalerie que le niveau amateur. Dans la strate supérieure, celle où évolua l’ambitieux Lecerf, les affaires se réalisaient avec une prise de risque qui quelquefois frisait le manquement, effleurait l’interdit.

 

On notera toujours dans les évènements dramatiques de la vie ce fait comme allant de soi de considérer la ou les victimes par cette équation hasardeuse d’être là au mauvais endroit, au mauvais moment. À l’inverse lors des réussites exemplaires on insistera toujours sur les talents personnels de la ou du conquérant, jugeant injurieux de penser que ces personnes étaient là au bon endroit, au bon moment. Un simple exemple suffira à donner corps à cette assertion, le cas d’un homme politiquement marqué auquel l’ambitieux Lecerf, étiqueté lui dans le camp opposé, aurait volontiers donné la leçon sur son terrain économique, celui de l’agro-alimentaire.

 

Il se nommait Jean-Baptiste Doumeng, et à l’époque où Lecerf voulait lui faire concurrence, ce paysan-homme d’affaire figurait, depuis deux décennies, la solidité de la forteresse imprenable avec ses tours massives et son mur d’enceinte de plusieurs mètres de large, et aussi l’arrogance du suzerain devant qui ses vassaux aiment à plier l’échine pour tous les bienfaits ou miettes qu’il daigne leur abandonner.

 

Malgré une intelligence remarquée par le curé de son village, Doumeng ne poursuivit pas sa scolarité et dès ses treize ans dut cultiver les terres des propriétaires de son coin, devenant ainsi tout comme son père un prolétaire des champs. Or en 1936 il y eut une union, puis un gouvernement de gauche dont la postérité retiendra le nom de « Front Populaire », un épisode historique codirigé par des communistes. Les idées de ces partageux plurent à l’adolescent Doumeng et l’engagèrent à s’encarter dans les rangs du parti

 

                                                           116

---------------------------------------------------------------------------------------

 communiste. Plus tard tout jeune homme avec nombre de ses camarades communistes il s’impliquera tout naturellement dans la Résistance.

 

Doumeng allait prendre son inexorable envol dans cette période d’après-guerre où les gens manquaient de tout, il était là au bon moment pendant cet épisode de pénurie, et au bon endroit dans le camp des communistes en pleine guerre froide, avec comme atouts : son indiscutable intelligence, et avec son accent rocailleux, la faconde des gens du terroir, ceux qui inspirent une naturelle confiance et sur lesquels sans erreur on peut compter. Informé que la Russie soviétique vivait à cette époque une disette absolue, et qu’aucun des pays occidentaux ne souhaitaient commercer avec elle, notre Doumeng s’aboucha, par l’intermédiaire des dirigeants communistes français, avec les responsables politiques soviétiques afin de fournir à ceux-ci les denrées qui faisaient défaut à leur république prétendument socialiste.

 

Doumeng, pour répondre aux besoins immenses de la Russie, créa dans sa région une coopérative de producteurs, puis comme la demande russe explosait il multiplia les coopératives, ce qui mit au comble du contentement la multitude d’agriculteurs français de son secteur, et comme ces structures ne suffisaient pas il en vint à fonder des sociétés qui ressemblaient à s’y méprendre à des entreprises capitalistes modèles, avec cependant cette réserve qu’elles servaient les intérêts des honnêtes travailleurs et non ceux des ignobles capitalistes. D’ailleurs pour ces capitalistes bons teints Doumeng représentait l’épine ou l’écharde dont ils devaient se débarrasser. Où donc irait le capitaliste si un communiste réussissait mieux qu’eux dans son système.

 

L’idée germait d’abattre le « milliardaire rouge » comme les gens aimaient à le surnommer, ou à tout le moins de lui rabaisser son caquet où des R sonores roulaient dans sa bouche comme les galets dans le lit des torrents pyrénéens. Il fallait un homme ambitieux qu’aucuns scrupules ne freineraient dans son irrésistible ascension, le moment était donc venu pour le foisonnant d’idées et sémillant Lecerf d’apparaitre dans le décor.

 

Certes le fringant Lecerf n’émergeait pas au hasard d’une conjoncture favorable déjà son père en son temps secoua les caciques de la coopérative viticole. Une coopérative dont ce père Lecerf était un des cofondateurs, et celui-ci affichait sa volonté d’amener lesdits cofondateurs, et tous les coopérateurs avec, sur la voie de la modernité tant sur la technique vinicole que sur l’art d’élaborer un produit de qualité par la compétence incontestée

 

                                                           117

----------------------------------------------------------------------------------------

 d’œnologues réputés. Car la bibine ancestrale marquait des difficultés à être seulement et simplement bradée. Devant les oppositions de la majorité des coopérateurs face aux indispensables investissements, le père Lecerf renonça à la coopération et se replia sur l’entreprise individuelle pour élaborer et vendre sa production viticole, domaine où il excella tandis que ses anciens collègues éprouvaient de sérieux et constants problèmes.

 

Le fils Lecerf aurait pu se contenter de donner plus d’ampleur à l’entreprise paternelle mais son ambition dépassait déjà le cadre étroit du canton et même du département. Lecerf voyait tout en grand, et sa vision panoramique allait bien au-delà des pays frontaliers voisins, son appétit convoitait le vaste monde. Ses études en agronomie l’incitaient à cette prétention de se vouloir un dessein international.

 

Sur les terres familiales il commença par arracher des vignes, deux raisons le motivaient : sur le plan qualitatif d’autres terroirs produisaient mieux, et dans sa gamme un certain nombre de propriétaires en imitant son exemple le concurrençait, et ces derniers venus, très malléables, n’hésitaient pas à restreindre leur bénéfice. Ces deux raisons empêchaient donc tout développement, provoquaient la stagnation sinon la récession de cette activité. Lecerf s’orienta sans regret vers la polyculture : les tomates, les melons, le temps que ses pêchers et pommiers produisent en abondance. Plus tard il en viendrait à la production des fraises, des asperges, des oignons, et même du riz dans les étangs de Camargue.

 

Car Lecerf ne demandait qu’à étendre son rayon d’exploitation en louant toutes les terres qui se rendaient libres, ce qui toutefois se réalisait avec la lenteur de la mise à la retraite de l’exploitant-propriétaire et à la condition qu’aucun fils ne reprenne pas la succession, personne n’imaginait encore une fille à la tête d’une exploitation agricole. Pour accélérer la procédure il étendit en tous sens sa sphère de recherche, et bientôt de partout les futurs retraités paysans le contactaient pour arrangement, ces derniers sentant parfois la bonne affaire cessaient leur activité bien avant l’âge légal. Toujours plus loin, toujours plus épars, après la Camargue ce fut l’Espagne avant de sauter sur l’Amérique du sud et ses vastes espaces.

 

Forcément Lecerf dans sa progression fit appel aux banques, et comme les banques ne revendiquent pas le statut de sociétés philanthropiques, elles tergiversèrent quelque peu juste le temps de constater les débuts forts

 

                                                          118

-----------------------------------------------------------------------------------------

 prometteurs des productions de Lecerf, soutenus par sa débordante énergie. Car à ses débuts les observateurs se demandaient où et quand Lecerf se laissait aller à seulement sommeiller, et seul Théodorit aurait su répondre à cette interrogation pour avoir été à deux reprises témoin et soutien avantageux et nocturne de l’entrepreneur.

 

Au commencement furent produits melons et tomates, cette cueillette attira un personnel féminin intéressée par le salaire d’appoint, le transfert des récoltes se réalisait par Lecerf ou son père avec le puissant tracteur jusqu’au stockage provisoire dans son hangar. L’habile stratagème de Lecerf consistait ensuite à se dispenser de tout intermédiaire, et il se réalisait nuitamment, il transportait lui-même ses produits au marché-gare interrégional de Tréliziers. De ce lieu, ceux-ci partaient et alimentaient directement ses multiples clients. Il fallait juste un solide gaillard qui se contenterait d’argent de poche officieux, celui-ci avant de toucher le fond de celle-là passerait discrètement de main en main, avec la contrepartie de charger, et décharger en les rangeant par lots, les produits périssables qui subissaient les chaos de la route dans un camion de déménagement rustique que Lecerf louait avantageusement selon ses besoins du soir ténébreux jusqu’au matin blême. Lors de ses deux engagements pour ces travaux de manutention Théodorit constata que Lecerf parvenait, dans le bruit étourdissant du marché-gare, à se retaper en moins de trois heures par un sommeil profond, tandis que lui-même dans ce compte à rebours chronométré usait ses forces à vider le camion, de sorte qu’exténué par ce labeur, il voyait arriver frais comme un gardon un Lecerf prêt à s’activer non-stop une vingtaine d’heures, et cela sincèrement déprimait Théodorit qui inconsciemment pensait que la réussite s’explique aussi par une plage de travail hors des normes communes.

 

Dans cette escalade fracassante vers la réussite une nuée de parasites patentés et politisés vinrent virevolter autour de Lecerf dans le but affirmé de fournir à son affaire cet indispensable réseau qui remplit le carnet d’adresse et ouvre toutes les portes du marché mondial. Un service néanmoins payant mais l’enjeu valait la mise de fonds et, à condition d’écarter les funestes fricoteurs, le retour sur investissement s’avèrerait pour Lecerf extrêmement profitable, le bilan comptable des premières années témoignerait de son irrésistible extension.

 

                                                            119

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Cependant proportionnel à ce développement les problèmes surgiraient avec une recrudescence difficilement soutenable. Autant notre « milliardaire rouge », l’avisé Doumeng, réussit à se positionner sur un marché à peu près désert, ce bloc des pays socialistes de l’est avec lequel, en pleine guerre froide, rares étaient les entrepreneurs des pays capitalistes de l’ouest à oser commercer. Autant pour notre fougueux Lecerf l’installation sur un marché largement encombré s’avérait périlleux, les gens en place considéraient avec déplaisir cet arriviste qui lorgnait leurs positions et prébendes. Si encore ledit Lecerf s’était fait discret, or il forgea sa position avec fracas, bouleversant au pas de charge sans nulle hésitation, et ses soutiens politico-bancaires l’encourageaient dans cette conduite, l’organisation multi-décennale du négoce agro-alimentaire. Il présentait pour ses soutiens l’allure du chevalier invincible, du conquérant intrépide, alors que dans ce temps en coulisses ses adversaires ourdissaient des revanches enragées.

 

La roue allait tourner, et le débutant Lecerf résisterait mal à la pression de ses confrères unis pour l’abattre. Des alliances parfois contre-nature entre concurrents irréductibles se réalisaient contre Lecerf. Tous les coups, même et surtout les coups tordus, étaient permis pour le disqualifier, le discréditer, l’anéantir. À un contre tous les chances de Lecerf se réduisaient à un faible pourcentage, toutefois tant qu’il conservait ses soutiens, il maintenait tant bien que mal ses positions sur les différents marchés internationaux, attendant l’inévitable retour de la fortune. Pourtant si la situation perdurait trop longtemps à terme elle obligerait Lecerf à réduire ses prétentions, car ses adversaires unis forçaient sur les cours des denrées jusqu’à obtenir des baisses notables, bradant même sur les marchés des quantités anormalement importantes de produits.

 

Nul ne pouvant vivre sans tirer quelques profits dans ses affaires, Lecerf commença à manquer d’air et ses différentes entreprises de capitaux. Et comme si cela ne suffisait pas les temps se liguèrent contre lui : d’abord le temps de conservation des produits dans les chambres froides qui le poussait à alimenter un marché saturé, mais aussi le temps atmosphérique qui n’est pas avare de tornades destructrices. Ainsi advint pour Lecerf des temps lugubres, sans doute espérait-il trop de ses appuis bancaires auprès desquels il s’en venait réclamer des marges conséquentes de trésorerie. Or celles-ci ne prêtes qu’aux riches et aux autres qu’avec de solides garanties, pourtant un directeur

 

                                                           120

----------------------------------------------------------------------------------------

 régional convaincu par les arguments de Lecerf s’embraqua sur son bateau qui naviguait entre les récifs dans une mer déchainée, tandis que dès les premiers coups de vent les protections politiques ne voulant point risquer le naufrage collectif de leur carrière exécutaient dans un bel ensemble un magnifique mouvement de retrait, oubliant leurs lourdes responsabilités, se contentant dorénavant à une lointaine et dérisoire observation.

 

Le directeur régional de la banque coopérative rurale, sans en référer aux administrateurs centraux, qui à coup sûr auraient rejeté les demandes, ouvrit de sa pseudo-propre initiative les robinets et déversa la manne qui sur le papier en accord avec Lecerf correspondait à des investissements divers alors qu’en réalité ils bouchaient les trous naufrageurs. Ces investissements d’ailleurs devaient un jour futur se réaliser lorsque la conjoncture redeviendrait favorable, et que la tempête s’éloignant, les entreprises de Lecerf dégageraient des bénéfices, alors les profits rembourseraient les secrètes avances bancaires, et remettraient de la sincérité dans la comptabilité. En attendant ce beau temps à venir Lecerf se frottait à de dangereuses et singulières manœuvres telles que le jonglage, les tours de passe-passe, et la cavalerie.

 

Cela dura autant que durent les mandats électoraux, et les fonctions ministérielles. Dans les jours qui précédèrent les élections parlementaires, et sans que celles-ci expliquent nécessairement l’acte suivant, à moins d’y voir de politiques et sombres agissements d’obscures officines, il advint qu’un obscur commissaire aux comptes signale à la justice des prétendus erreurs de gestion dans une société du cavalier Lecerf, action qui entraina l’ouverture d’une information judiciaire. Les enquêteurs se déterminèrent avec une rapidité exceptionnelle, et l’institution judiciaire connue pour se hâter avec une suprême lenteur, en moins d’une semaine, rendait ses conclusions qui aboutissaient à l’incarcération de Lecerf et à son inculpation pour escroquerie, banqueroute, abus de biens sociaux, infraction des lois sur les sociétés, et elle manqua d’ajouter pour faire bonne mesure : arrogance du suspect.

 

La réprobation deviendrait en un rien de temps quasi-générale, car il ne se dénombrerait qu’un seul entrepreneur important de ce monde des affaires agro-alimentaires pour prendre fait et cause de son confrère Lecerf, un homme rodé à tous les tripatouillages de ce milieu particulier, et cela depuis l’après-guerre, il s’agissait du « milliardaire rouge » Jean-Baptiste Doumeng. Celui-ci, plus madré encore que toutes les générations paysannes de sa famille qui

 

                                                          121

---------------------------------------------------------------------------------------

 l’avaient précédé, devinait par intuition tout le mécanisme qui fracassait le solitaire Lecerf. Dans une moindre mesure le jeune Théodorit qui s’intéressait à la société économico-politique, et qui avait tenté vainement de lire « Le Capital » de Karl Marx, livre soporifique à ses yeux qui lui tombait systématiquement des mains, Théodorit donc, par instinct et dans le secret de ses réflexions, élaborait une trame plausible.

 

Les incertitudes du temps et la rudesse de la concurrence n’expliquait qu’en apparence la chute de l’empire Lecerf, ces motifs ne valaient que pour ceux qui se refusaient d’aller dans le détail. En réalité les tenants du système capitaliste pour contrebalancer la puissance de Doumeng souhaitaient qu’à l’autre bord politique existât une puissance équivalente sinon supérieure. Et les succès initiaux de Lecerf attirèrent sur lui toute leur attention. Les hommes politiques de droite, au premier rang desquels se trouvait le ministre de l’agriculture venu du monde syndical des exploitants agricoles, et de surcroit ennemi personnel du milliardaire rouge Doumeng, conseillés par une armée de technocrates ambitieux ne connaissant le terrain agricole qu’au travers des rapports et des études, poussèrent Lecerf à un agrandissement rapide et inconsidéré.

 

Ainsi ces hommes politiques avec la convoitise de gagner en popularité dans leurs fiefs électoraux forcèrent Lecerf, en lui assurant des facilités financières : subventions, reports de taxes, allègements de charges, à reprendre des sociétés, et même des coopératives, en difficultés afin de sauvegarder l’emploi dans leur régions respectives. Ces canards boiteux entravèrent inéluctablement la marche en avant de Lecerf qui ne se réalisa par la suite qu’au prix de quelques entorses.

 

Le ministre lui-même désirant marquer de son empreinte son passage aux affaires publiques négocia des accords d’investissements avec des pays d’Amérique du sud qui s’appréciaient par les spécialistes comme appartenant à une région du monde potentiellement assuré d’un taux de croissance exceptionnel pour les décennies futures. Ensuite le ministre précipita son homme lige Lecerf dans cette aventure grandiose et rocambolesque à laquelle l’entrepreneur ne put se dérober. Voilà comment en un temps relativement court Lecerf devint le jouet des politiques qui se considéraient comme ses bienfaiteurs, puisqu’ils ordonnèrent aux banques d’ouvrir les robinets afin qu’à travers Lecerf ils réalisent leurs magnifiques programmes, et présentent aux électeurs un bilan avantageux.

 

                                                          122

-----------------------------------------------------------------------------------------

 Mais en politique si sur la scène on se bat pour des idées dans les coulisses on se dispute pour les places avec la rage des forcenés, surtout si les prétendants se situent aux mêmes bords. Une vague électorale rectifia l’aspect de la représentation nationale, et le ministre avec un sourire de circonstance dédié à l’ami politique qui le remplaçait, céda à contrecœur son marocain. La conjoncture évoluait, les hommes d’état changeaient, et dans les valises des derniers venus d’autres plans, d’autres projets, ne demandaient qu’à être mis en place, déjà des intrigues se nouaient impliquant ceux, nombreux, dont l’ardent désir exigeait qu’ils fussent à la tête de ses nouveaux programmes.

 

La jalousie scella le sort de Lecerf car il est toujours des gens pour prendre ombrage des positions obtenues par d’autres qu’eux-mêmes, ils y voient là une injustice. Il fallait malgré tout dans cette histoire un Juda, un traitre qui pour quarante deniers dénonce son ami, disons plutôt son complice. En l’occurrence ce rôle incomba au directeur régional qui n’ignorait rien des écarts comptables de Lecerf, mais qui sut en temps utile négocier son avenir personnel en obtenant un poste à la dénomination imprécise de chargé de missions, et qui en remerciements abandonna Lecerf aux griffes d’un terne et zélé commissaire aux comptes. Alors Lecerf goutta aux déplaisirs de l’incarcération provisoire pendant quelques mois. Le temps que l’institution s’aperçoive qu’il ne présentait nul danger pour la société dès lors qu’il ne dirigeait plus rien du tout. Ensuite Lecerf profita, bien qu’inculpé sous plusieurs chefs d’accusation, d’une sorte de liberté conditionnelle pendant la durée de l’enquête et celle-ci s’étala sur une longue période. Les investigations à l’issue de perquisitions pléthoriques rassemblèrent quasiment un mètre cube de documents à analyser.

 

Des documents par milliers, des pièces authentiques, des actes douteux, des faux, des originaux, des justificatifs, des preuves, des témoignages à charge, des déclarations honnêtes, des dépositions de complaisance, bref un fourbi inimaginable dans lequel les plus roués, les plus perspicaces des enquêteurs se perdaient. Et il y avait matière à s’égarer car la réunion de toutes les entreprises de Lecerf impliquait des milliers d’emplois directs, indirects, ou saisonniers, des milliers d’exploitants agricoles, des dizaines de milliers, peut-être cent mille, d’hectares de terres fertiles. Des terres rassemblées en vastes domaines en France, en Europe, en Amérique du sud.

 

                                                          123

---------------------------------------------------------------------------------------

 À la décharge des enquêteurs dubitatifs devant l’ampleur des contrôles à effectuer des multiples entreprises de Lecerf, celles-ci paraissaient posséder chacune leur propre autonomie, mais en réalité elles s’imbriquaient toutes d’une façon inhabituelle, donc propice à toutes les tromperies, à tout le moins ces imbrications défiaient tous les règlements en vigueur d’où légitime suspicion, la situation à examiner avait de quoi désorienter. Cependant il apparut rapidement aux fins limiers que l’avantage illégal de ces imbrications, consistait à présenter des faux-bilans avec l’aspect de la sincérité et de surcroit tout à fait équilibrés, alors que la réalité des trous constatés révélait une taille digne des profondeurs abyssales. Au premier abord le déficit représentait vingt pour cent d’un chiffre d’affaire pharamineux, puis au fil des recherches ce pourcentage s’éleva sensiblement à des hauteurs inconsidérées et pour finir il égala peu ou prou le montant officiel du chiffre d’affaire total. Une énormité vertigineuse évaluée à la louche à cent-trente millions de francs soit dix mille ans du modeste salaire que percevait un ouvrier agricole.

 

Les enquêteurs dénotaient ici et là de nombreuses et vagues lignes comptables aux dénominations imprécises telles que : conseils, études, frais de représentation, auxquelles correspondaient des sommes disproportionnées. Il fallait à présent tracer les parcours divers et variés de toutes ses sommes qui partaient se perdre dans des sociétés écrans, dans des officines suspectes, et parfois partiellement faisaient retour dans l’une ou l’autre des sociétés contrôlées par Lecerf. Il ressortit de ce traçage des ramifications complexes aussi ardues que tous les fils d’un central téléphoniques, la couleur des fils en moins. Malgré la difficulté les enquêteurs opiniâtres ne désarmèrent pas et entreprirent méthodiquement le repérage de tous ces fils emberlificotés, à l’apparence de l’antique nœud gordien.

 

Or Justement dans cette époque reculée ce nœud symbolique fut défait par Alexandre le Grand, brutalement par le tranchant de son épée. Cette leçon du passé ne demandait qu’à être reproduite dans le cas présent. Ainsi se concluraient en une seule action des questionnements forts embarrassants. Car où donc irions-nous si des subalternes têtus armés de leur seule patience remontait les pistes et dévoilaient les sombres turpitudes ? Or de cette opiniâtreté nul en haut-lieu dans les sphères les plus élevées de l’état ne souhaitait qu’elle perdurât. Il advint au matin gris d’une journée morose qu’une équipe de commis de haut-vol, des commis qu’au temps de Charlemagne on

 

                                                           124

----------------------------------------------------------------------------------------

 eût nommé « missi dominici », des messagers du maître, déboulât dans le bureau des enquêteurs dédiés à l’affaire Lecerf.

 

En aucun cas cette équipe, prétendait-elle, n’exigeait de diriger les investigations. Tout juste souhaitait-elle apporter son concours expérimenté sur ce genre de dossier aux abords, contours, et ramifications complexes. Mais au fil des jours l’appropriation du dossier au profit de l’équipe de commis devint si évidente que les enquêteurs officiels ne bougeaient leurs petits doigts qu’après autorisations expresses de ces envoyés spéciaux. Les enquêteurs officiels constatèrent avec déplaisir la réorientation des investigations, ainsi des pans entiers de leur travail tombaient aux oubliettes, et à l’instar de l’ardoise magique des enfants, certains points délictueux s’effaçaient, des poursuites s’abandonnaient, des actes coupables se requalifiaient.

 

Bref le tableau prenait des couleurs moins abruptes. Au point que la banque coopérative rurale se crut obligé de se porter partie civile, oubliant pour se faire les manœuvres indélicates de son directeur régional au sujet duquel d’ailleurs elle se comportait comme s’il n’avait jamais eu le moindre emploi dans son groupe. Et même Lecerf reprit de sa superbe en se revendiquant seul et unique responsable des fautes commises, avec pour seule circonstance atténuante pour alléger ses fautes son unique soucis, au pire de préserver l’emploi, et au mieux de créer une multitude de postes dans ses sociétés.

 

En somme seule la lutte contre le chômage guidait son action, et motivait les entorses envers les règlements. Et cet homme, qui bousculé par l’institution judiciaire semblait moralement brisé, qui lors de ses auditions, par ses contradictions s’enfonçait honteusement dans l’opprobre, n’hésitait plus à se nommer lui-même le chevalier blanc du plein emploi seulement anéanti par le nombre considérable de félons déloyaux, un chevalier provisoirement désarçonné qui conservait intact sa fierté et son ambition. Au juste il s’agissait de morgue et de dédain dès lors qu’une lueur d’espoir de remettre son pied à l’étrier s’entrevoyait par l’action partiale du commando au service d’un intérêt supérieur.

 

L’action du commando atteignit le but de sa mission qui était de minimiser au maximum le retentissement de l’affaire afin que nul parmi les cercles décisionnels ne soit mouillé par une vague intempestive, et surtout qu’aucun opposant politique ne trouve matière à récriminer. De sorte que lors du jugement de Lecerf au vu des pièces présentées le tribunal ne releva de la part

 

                                                           125

----------------------------------------------------------------------------------------

 de Lecerf qu’une incommensurable maladresse consécutive au désordre de ses services administratifs pour lesquels il n’employait aucun zèle, réservant son ardeur créatrice au développement de l’emploi. En somme une peine de principe assortie du sursis, prononcée en fronçant les sourcils, suffisait, et la justice s’en tint à cela.

 

Néanmoins les pertes considérables devaient être d’une façon ou d’une autre récupérées sinon en totalité au moins en partie. Alors à force de chercher et de cogiter, un moyen apparut d’impliquer côté français la multitude candide formée de ceux qui collaborèrent avec Lecerf, et en tirèrent de maigres profits. La partie pays étrangers fut abandonnée aux autorités compétentes desdits pays. Avec une adresse consommée les spécialistes firent ressortir que la forme coopérative des entreprises de Lecerf prévalait, et dans ce cas de figure tous les coopérateurs détenaient une part de responsabilité, ceux-ci afin de s’éviter le déshonneur devaient donc mettre la main à la poche, d’autant plus que fut mis sur pied simultanément un plan de sauvegarde afin d’éviter la ruine de tous. Et pour ceux qui manquaient de trésorerie la banque coopérative rurale proposa des prêts particulièrement obligeants, mais en vérité la banque ne voyait que son seul intérêt car il lui fallait recouvrer les prodigalités de ce directeur, à propos duquel, hypocritement, elle ne reconnaissait plus lui avoir confié un poste de responsabilité régional.

 

La banque jouait dans du velours sachant que ces braves paysans, de fière nature, honoreraient leur créance, à défaut leurs terres cautionnaient leur signature. Cette banque prétendait seulement à la qualité de coopératisme et non de philanthropisme, ce que Mimi Bartasse considéra en son temps lorsque reprenant la propriété familiale il voulut moderniser l’exploitation. Bercé par ses douces illusions qu’encourageait l’expert bancaire, Mimi Bartasse eut la folie des grandeurs, il prétendit faire mieux que ne l’avait fait les générations précédentes de sa famille, il surestima la productivité de ses terres par lui exploitées d’une façon moderne et rationnelle, il ouvrit à la banque une ligne crédit démesurée, et finalement en moins de trois ans ses excès l’amenèrent à la ruine totale, et la vente aux enchères de tout ce qu’il possédait, terres, matériels, machines, et maison de famille comprise. Une fois le passif réglé il resta à Mimi Bartasse juste de quoi prendre en gérance un bistrot à Brontillier où il devint mastroquet le temps pour lui de se refaire, gardant dans sa tête ses rêves fous de réussite desquels il excluait, et c’est heureux pour le bien de

 

                                                          126

----------------------------------------------------------------------------------------

 tous, toutes idées de cavalerie débridée. Toutefois rien n’indique que dans son bistrot il ne se soit pas impliqué dans les courses de chevaux en ouvrant un guichet du pari mutuel urbain, auquel cas l’idée cavalière aurait pris son sens premier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                           127

----------------------------------------------------------------------------------------